Politique Nationale/Internationale

La Chine a raison, et Sarkozy viole le droit international



Danielle Bleitrach
Jeudi 27 Novembre 2008

La Chine a raison, et Sarkozy viole le droit international

la presse française, le Figaro en tête, s’étonne de la réaction “excessive” des autorités chinoises après leur report du  sommet union européenne-Chine qui devait se tenir le 1 er décembre à Lyon. Une rencontre annuelle de la plus haute importance dans le contexte actuel, à laquelle le gouvernement chinois a décidé de ne pas se rendre  pour marquer son mécontentement à l’égard de la politique poursuivie par l’Union européenne face au dalaï lama.  Le dalaï lama doit rencontrer le 6 décembre M. Sarkozy, président en exercice de l’UE, à Gdansk (Pologne), à l’occasion des cérémonies commémorant le 25e anniversaire de la remise du prix Nobel de la paix à l’ex-président polonais Lech Walesa. Mieux ou pire ce que l’on oublie de dire c’est que le dalaï lama doit s’exprimer devant le Parlement européen à Bruxelle le 4 décembre. Qui dépasse “les bornes de la bienséance” pour reprendre les termes du Figaro ? Il n’y a pas de doute c’est l’Union européenne et notre “petit” président qui ne savent pas se conduire et confondent politique internationale et pratique de rock star capricieux à la recherche d’une audience médiatique.

Le président choisit l’Europe de l’anti-communisme de la réaction et du fascisme

Disons tout de suite que le fait de se rendre à la célébration du prix Nobel accordé à Walesa est choix politique de Sarkozy, pas un raout mondain mais l’affirmation d’un engagement. En effet, lech Walesa outre son passé de terminator du communiosme, depuis de nombreuses années est avec Aznar et Vaclav havel, l’homme qui monte des opérations anti-communistes à l’échelle européenne. Il ne s’agit pas du passé, mais d’un combat actuel, dans un contexte européen où les forces de la réaction s’emploient non seulement de créer un signe d’égalité entre communisme et nazisme, mais dans les faits soutiennent le retour en force des anciens nazis, de l’extrême-droite en général pour mieux faire porter leurs  coups sur les communistes. Ceux-ci sont interdits,  pourchassés, alors que comme dans les pays baltes les anciens nazis sont honorés. Est-ce un hasard si on retrouve dans ces opérations réactionnaires les légions de la lutte anti bolcheviques de la guerre froide que sont lech Walesa, Vaclav havel et le franquiste Aznar. Donc dans un tel contexte, pour le président aller  retrouver le dalaï lama n’a rien d’innocent, il s’agit du choix d’une Europe, celle de la réaction, de l’abandon de la laïcité.

Donc que le président de la République française, président de l’Union européenne en exercice ait choisi d’aller honorer avec la fine fleur de l’extrême droite, et des stipendies de la CIA comme le DalaÏ Lama, pour honorer Lech walesa, le tombeur du communisme, qui n’a dû son prix Nobel qu’à cet exploit accompli en liaison avec le vatican, n’est pas innocent et témoigne bien du sens que l’on prétend donner à l’Europe, continent des “droits de l’homme”. En fait continent colonialiste, berceau du nazisme et de deux guerres mondiales, qui est le vassal des Etats Unis dans ses basses oeuvres. Un continent qui derrière la fine fleur de la réaction et de l’atlantisme prétend poursuivre son impérialisme humanitaire, dépecer les nations, tout en se drapant dans une vertu droit de l’hommiste qui est pure hypocrisie impérialiste. 

De ce simple point de vue la plaisanterie a assez duré, que l’on tente encore et toujours de nous faire passer les gens les plus réactionnaires, les franquistes, les intégristes catholiques, les anticommunistes les plus virulents, les sympathisants plus ou moins officiels du nazisme pour des défenseurs des droits de l’homme c’est le sport auquel n’ont cessé de se livrer certains.  Ils ont trouvé des complices imbéciles ou criminels dans la gauche anticommuniste. Ils en profitent pour faire toujours plus avancer la répression contre les luttes syndicales et progressistes. Il serait temps de se réveiller et d’arrêter de donner des armes à la réaction.

Le viol des principes du droit international

Mais dans le cas de la Chine, il ne s’agit pas seulement d’anticommunisme, mais bien de toute une conception des relations internationales. Que l’Europe soit de plus en plus entraînée vers le fascisme et que notre président français soit le hérault de cette évolution est une affaire qui nous concerne, autre chose est la violation des règles internationales. Pourtant l’un ne va pas sans l’autre, la régression vers le fascisme interne accompagne en cas de crise la répression des luttes sociales, et le viol du droit international favorise les expéditions militaires. Ce n’est pas la première fois que l’Europe produit un tel cocktail, y compris dans le séisme d’ubne crise financière et le monde en a conservé un fort mauvais souvenir…

 La Chine comme la plupart des pays plaide pour le respect de la souveraineté des nations, le respect de leur frontières. Nul n’a jamais remis en cause le fait que le Tibet soit partie intégrante de la Chine. Que certains au nom d’une spirutalité new age se soit fait les défenseurs et les quasi disciples d’un moine tibétain est une chose, qu’un président français prétende intervenir dans les affaires internes du peuple chinois est inadmissible en matière de droit international.

L’occident officiellement a les mêmes principes, principes sans lesquels il ne peut exister ni droit, ni institutions internationales. Mais les Etats-Unis et l’Europe, au nom de leur supériorité impérialiste qu’ils tentent de transformer en droit “moral”, ont un double langage et plus ou moins ouvertement  ne cessent d’entretenir les séparatismes, de les financer, d’accompagner leurs mauvais coups de campagnes de propagande et tentent de créer les conditions permanentes d’une destabilisation interne. Une expérience qui a été mené avec le succès que l’on sait en Europe grâce à un homme comme Walesa en liaison avec l’Eglise catholique. Utiliser les fondamentalismes religieux, les sectes, les ONG pour dynamiter de l’intérieur les nations a été la stratégie de la CIA et de l’Europe vassalisée.

Utiliser le dalaï lama, comme a été utilisé le catholicisme, comme l’ont été les fondamentalistes musulmans de ben laden en leur temps, utiliser les fascistes ukrainiens en inondant financièrement les séparatistes tout cela a une logique qui va à l’encontre du droit international et il est normal que la Chine s’y oppose. Dépecer les nations comme cela a été fait par les mêmes avec l’ex-URSS, avec la Yougoslavie, activité que l’on voudrait bien poursuivre contre la Chine est un choix stratégique, comme mettre en cause les pratiques démocratiques des nations auxquelles on prétend imposer le pillage, le refus de leur souveraineté, tous les continents subissent cela et le remettent de plus en plus en cause, revendiquent leur souveraineté. la réaction de la Russie face à l’agression de la Georgie a été aussi jugée “disproportionnée”. Ces brigands avaient perdu l’habitude qu’on leur résiste.

Que la Chine refuse que sa souveraineté soit mise en cause et la voici accusée de réactions excessives, pourtant les faits sont là: à la veille d’une rencontre trés importante dans le contexte de crise financière mondiale, l’Union européenne a décidé officiellement de provoquer ce pays, non seulement parce que monsieur Sarkozy a décidé de célébrer avec faste le prix nobel du tombeur du communisme, et de saluer un indépendantiste avec des menées terroristes mais encore parce que ce que l’on oublie de dire c’est que le dalaï lama doit s’exprimer devant le Parlement européen à Bruxelle le 4 décembre.

Dans un tel contexte, un chef religieux féodal qui n’a du son prix Nobel qu’aux relents de guerre froide et de soutien des Etats-unis dans leur lutte tout azimuth contre le communisme et qui joue les pacifistes tout en entretenant financièrement et politiquement des groupes terroristes indépendantistes contre la CHine est reçu comme un chef d’Etat, il rencontre le président en exercice de l’Europe dans une célébration qui marque bien les orientations fascisantes et anticommunistes que l’on tente d’impulser en Europe et voilà qu’avec une belle unanimité le politico-médiatique s’étonne de la réaction chinoise.

L’Occident n’a plus les moyens de son arrogance

Ce qu’il faut bien mesurer c’est à quel point ni l’Europe, ni la france n’ont les moyens de leur arrogance, si celle-ci a été exécrable du temps de la puissance, aujourd’hui elle est dérisoire et donc méprisable, et le rejet du sommet par la Chine ne dit rien d’autre: le temps où vous nous envahissiez, nous imposiez la guerre de l’opium est terminé, désormais nous exigeons le respect. Voici comment le journal financier les Echos décrit la situation :

La guerre diplomatique est déclarée entre Paris et Pékin. Très remontées contre le président français, qui a décidé de rencontrer le dalaï-lama le 6 décembre prochain, les autorités chinoises ont décrété, hier, qu’elles annulaient leur déplacement en France la semaine prochaine et reportaient la signature d’importants contrats négociés ces dernières semaines par les industriels français.

Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, devait assister, lundi prochain à Lyon, en compagnie d’une importante délégation d’hommes d’affaires, au grand sommet annuel Union européenne-Chine avant de se rendre le lendemain à Paris pour signer des accords commerciaux et des projets de coopération avec son homologue François Fillon. La délégation chinoise restera finalement à Pékin. « Les autorités chinoises ont décidé de demander le report du XIe Sommet Union européenne-Chine », a confirmé brièvement, hier, le Conseil de l’Union européenne avant d’expliquer que Pékin souhaitait ainsi manifester son opposition à la rencontre prochaine du dalaï-lama avec « des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union européenne ainsi que des présidents d’institution européenne ».

Hier, les milieux d’affaires français de Pékin et Shanghai étaient atterrés par le spectaculaire geste de colère chinois. Après avoir déjà dû encaisser, cette année en Chine, des opérations de boycott, des remises en cause de contrats et des gels de leurs implantations, ils redoutent un nouveau durcissement de leur environnement des affaires. Plusieurs grands groupes comptaient valider, la semaine prochaine, des contrats cruciaux en cette période de ralentissement économique. Airbus avait notamment finalisé une « très belle » commande. Sa signature est reportée sine die.”

S’il s’agissait de faire respecter la souveraineté française, l’intégrité de son territoire, l’indépendance de sa politique, je serais la première à inviter le gouvernement français à ne pas céder à l’ingérence quels que soient les avantages à la clé. Mais c’est justement le contraire, c’est la Chine qui est dans son droit, alors que le président ne cesse par ses incohérences, ses coquetteries stupides à l’égard des médias, les leurres qu’il tend devant les problèmes des français, le chômage qui menace en particulier de fragiliser la france, son économie mais aussi le symbole qu’elle a parfois pu représenter.

Au lieu de provoquer la Chine, la réaction européenne avec à sa tête notre petit président ferait mieux de songer à faire face aux graves menaces qui pèsent sur l’emploi, sur la vie des populations de notre continent. Arrêtez les provocations, et créez les conditions mondiales d’une véritable lutte contre la crise. Il est inadmissible que le président des français, le président en titre de l’Union Européenne se conduise avec une telle légéreté et une fois de plus mène sa politique avec comme seul objectif de faire l’événement médiatique, et confonde la fonction présidentielle avec celle de rock star.

Danielle bleitrach

 Voici pour mémoire le rappel d’un article de Dominique Bari paru dans le journal l’humanité en août 2008.
Qui est vraiment « Sa Sainteté le dalaï-lama » ?

(paru dans l’Humanité du 12 août 2008)


Bouddhisme. Le dalaï-lama est effectue depuis le début de la semaine une visite de douze jours en France qui se dit à caractère religieux. Elle s’inscrit dans une campagne politique sur la crise tibétaine.
Chef spirituel et temporel du peuple tibétain, le 14e dalaï-lama, réincarnation du 13e et remontant le fil du temps, incarnation physique du bodhisattva de la compassion, c’est-à-dire le bouddha en devenir, s’impose en référence médiatique internationale incontournable. En ce début du XXIe siècle, n’est-on pas tenté de saluer là un net progrès de l’intelligence humaine ?

Depuis qu’il parcourt le monde, l’hôte aujourd’hui de la France pour une douzaine de jours a su mener sa barque. Mais son nom ne signifie-t-il pas « océan de sagesse », vaste profondeur dans laquelle il puise et façonne des déferlantes d’ambiguïtés sous un visage de vieux gourou sympathique et volontiers railleur.

Quand le dalaï-lama flirtait avec la CIA
Selon la doctrine bouddhiste tibétaine, chaque être se réincarne après sa mort. À l’âge de trois ans, Tenzin Gyatso est reconnu, grâce à une série de signes, comme la réincarnation de ses treize prédécesseurs. Le 22 février 1940, il est intronisé dalaï-lama à Lhassa, la capitale du Tibet.

Il a alors quatre ans. « On me demande souvent si je crois réellement cela, disait-il en 1991. Il n’y a pas de réponse simple à cette question. Mais (…) considérant mon expérience dans cette vie et mes croyances bouddhistes, je n’ai aucune difficulté à accepter que j’ai un lien spirituel avec les treize précédents dalaï-lamas (…) et avec le Bouddha lui-même. » Voilà pour la filiation. Côté fréquentations, elles sont tout aussi complexes.

Il est vrai qu’enfant, le saint homme a reçu un nazi autrichien comme précepteur. L’un de ces alpinistes qui attaquaient l’Eiger pour, au retour, avoir le plaisir d’être décoré par Hitler. Le dalaï-lama n’a jamais renié ce maître, auteur de Sept Ans au Tibet, auquel il a rendu visite jusqu’à sa mort. Il eut par la suite d’autres liaisons dangereuses comme le gourou japonais de la secte Aum, Shoko Asahara, qui, en 1995, s’illustra en empoisonnant par gaz les passagers d’un métro de Tokyo, entraînant la mort de plusieurs dizaines de personnes et la contamination de 5 500 autres. Selon une enquête du magazine allemand Stern, les deux hommes se seraient rencontrés à cinq reprises à partir de 1987. Le journaliste Christopher Hitchens, auteur de l’ouvrage His Material Highness, estime que le gourou aurait en outre contribué à hauteur de 1,2 million de dollars à la « cause tibétaine ».

Entre-temps, dans les années soixante, c’est avec la CIA que flirtait le dalaï-lama à raison d’une aide financière et de l’entraînement de groupes armés tibétains renvoyés sur le Toit du monde pour tenter le coup de main contre l’armée chinoise. Les faits sont connus, révélés et confirmés par les agents américains eux-mêmes. Mais l’image médiatique du prix Nobel de la paix en 1989 est telle que personne n’ose vraiment s’en émouvoir !

« Vouloir comprendre la “question tibétaine” à partir des déclarations du dalaï-lama et de ses disciples serait comme vouloir reconstruire la Révolution française en se fiant aux “analyses” de la réaction des nobles réfugiés à l’étranger, et qui tendaient à placer tous leurs espoirs dans les baïonnettes des puissances contre-révolutionnaires », écrit un spécialiste de la région.

Interviewé par le Nouvel Observateur en juin dernier, le chef tibétain ne confiait-il pas que, avant 1959, le Tibet était « fondamentalement » « une société heureuse, une humanité heureuse, paisible en général ». En fait, un régime théocratique des plus arriérés.

Sous son règne, aristocrates et religieux possédaient 95 % du territoire. Les paysans étaient dans leur majorité réduits au servage. Et dans le registre des « lois », les codes 13 et 16 donnaient le moyen de calculer le juste prix du manant que le seigneur souhaitait vendre ou acheter. Une sorte de charia tibétaine donnait le droit à l’autorité de mutiler pour punir.

L’obligation politico-religieuse
Que revendique aujourd’hui celui qui se considère comme « le porte-parole libre du peuple tibétain » ? Officiellement, le dalaï-lama se présente comme un modéré, partisan de la ligne médiane. Face aux indépendantistes, il ne réclame « que l’autonomie du Tibet ». Mais sur son étendue dite historique qui engloberait les provinces du Gansu, du Qinhaï, une partie du Sichuan et du Yunnan, où vivent des petites minorités tibétaines, soit près du tiers de la Chine. Quant au régime politique envisagé, il fleure bon un retour à la théocratie, bien que le principal intéressé s’en défende. Pourtant, la séparation entre sphère politique et sphère religieuse est bien absente.

La « Constitution » établie par le gouvernement en exil se conclut avec une « résolution spéciale », approuvée en 1991, dans laquelle on proclame l’obligation politico-religieuse de la « foi » et de l’« allégeance » à l’égard de « Sa Sainteté le dalaï-lama », appelé à « rester avec nous à jamais comme notre chef suprême spirituel et temporel ».

Dominique Bari

http://socio13.wordpress.com/2008/11/27/la-chine-a-raison-et-le-president-sarkozy-devtrait-arreter-de-confondre-sa-fonction-avec-celle-de-rock-star-pour-presse-pipole/ http://socio13.wordpress.com/2008/11/27/la-chine-a-raison-et-le-president-sarkozy-devtrait-arreter-de-confondre-sa-fonction-avec-celle-de-rock-star-pour-presse-pipole/



Jeudi 27 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par zimbrekc le 27/11/2008 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Pour nuire et detruire la chine tous les moyens sont bons. Mais quand meme la ficelle
est tros grosse ! la creme et le sommum de la laicité et de la democratie reconnaissent une secte esclavagiste que les Chinois ont euent tant de mal a faire evoluer. Oui parceque le dalai lama n'est pas le Boudhisme et n' a jamais pratiqué le Boudhisme. Car l'enseignement du boudhisme n' a rien a voir avec les methodes esclavagistes et de mendicités auxquelles sont reduit des petits enfants Chinois . Pour ceux qui connaissent un peu l'histoire de Gautama Sidharta le createur et le fondateur du boudhisme peuvent se rendre compte que le dalai lama n'est qu'une grossiere farce
politique d'une secte financee par l'occident a des fins de destabilisation de la Chine.
Alors pourquoi et comment expliquer cet acharnement contre la Chine ??? L' occident
contre la Chine ?? C'est a cela que veulent arriver les USA ,utilisant pour l'instant des
chefs d'etats d'europe vasalisés. C' est d'autant plus vrai parceque la Chine comme l'inde sont de serieux concurrents a un occident en degenerescence. Le dalai lama
est le seul moyen de chantage entre les mains de l'occident pour l'instant .



2.Posté par LSD, 100 µg, i.m. le 27/11/2008 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que le Dalaï-Lama ait flirté avec la CIA en son jeune temps (qui n'a jamais flirté avec la CIA dans son jeune temps...?!) me choque moins en soi que de filer le prix Nobel de la Paix à Lech Walesa... Mais bon.. L'un s'efforce de sauver un peuple et un culture lorsque l'autre l'a trahie... Il est vrai que lorsqu'on fait le compte de ceux qui ont eu le prix Nobel de la Paix, on a une brochette de beaux psychopathes...

3.Posté par joszik le 27/11/2008 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas la Chine que Sarko risque de détruire, c'est plutôt l'économie Française,
On se demande parfois s'il travail pour la France ou alors pour que les actionnaires anglo-saxons puissent racheter à bas prix les entreprises françaises en faillite.

4.Posté par onoée le 28/11/2008 02:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les deux textes sont très Bons.

Le premier nous dit ouvertement le fascisme soft dans lequel on se met à plonger en Europe.

Le second nous dit tout ce qui nous manque sur l'emBlématique dalaï lama, nous qui n'avons comme références que Tintin au TiBet et Cosey...Jonathan... (ou presque...)

Merci de ces précieux éclairages.

5.Posté par quizat le 28/11/2008 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Le premier texte nous apprends certes le devenir de la gauche mais le second texte, s'il vous plait lisez l'huma -que j'aime lire des fois- avec un œil critique.

En effet l'article de l'huma ne critique pas le régime violent de MAO

Ben désolé mais je trouve inconvenant qu'on "juge" la société tibétaine a posteriori.
C'est facile de dire dire 95 % des terres appartenaient aux moines ect et alors, après l'invasion violent de la chine , rien n'appartenait au peuple car les moyen de production étaient étatique.
- Ne reprochons pas au régime tibétain ce qui n'a pas été amélioré dans le régime qui suit.

Ensuite l'imbécile Dominique BARI de l'huma qui dit je cite :"« Vouloir comprendre la “question tibétaine” à partir des déclarations du dalaï-lama et de ses disciples serait comme vouloir reconstruire la Révolution française en se fiant aux “analyses” de la réaction des nobles réfugiés à l’étranger, et qui tendaient à placer tous leurs espoirs dans les baïonnettes des puissances contre-révolutionnaires », écrit un spécialiste de la région." C'est faux la révolution française est un peuple qui s'est rebellé contre les autorités. Tandis que le pays tibétain -souverain et pacifiste- s'est fait annexé par la chine MAOiste par des moyens violents et illégaux.

Ne perdez au moins pas cela de vue avant d'écrire de mauvais analyses que je ne puis lire que d'un derrière distrait vu que l'interprétation est partisane et non pas pertinente.

QUIZAT

6.Posté par onoée le 28/11/2008 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est français n'a rien de comparaBle avec ce qu'est le TiBet. Aucune défense ne peut être donnée à la Chine pour son invasion violente, même si dans l'esprit des chinois, le TiBet faisait déjà partie de l'Empire... (Cela est incontestaBle.) Il n'empêche que la réalité sociale du TiBet sous le régime théocratique du Dalaï Lama était horriBle, sans l'omBre d'un doute, même si quasiment tous les tiBétains étaient Bigots..., et l'étaient non pas par choix religieux ou politique mais par la fatalité et l'oBligation de la réalité. On ne peut défendre la Chine, mais on ne peut prôner le retour de cet autre système d'horreur... qui est lui-même au plus éloigné du vrai Bouddhisme... Et qui, par cela même, s'accroche tant qu'il peut à son retour... alors que même les prédictions auxquelles croient tant les tiBétains... ont toujours déclaré que l'actuel Dalaï Lama serait le dernier. Il y a donc quelque chose de grotesque dans le culte qui est fait autour de cette idole par tous les occidentaux.

Au TiBet, le Dalaï Lama n'est plus qu'un slogan qui permet aux tiBétains de dire leur propre unité face à la Chine, mais personne ne voudrait retourner à l'époque du Dalaï Lama !
D'ailleurs, s'il revenait, ce serait en fait, l'intronisation de toute l'occidentalité et donc la mort des plus imminentes des tiBétains eux-mêmes.

Personne ne peut souhaiter cela.

7.Posté par claudio le 28/11/2008 14:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense que beaucoup doivent revisiter leur histoire du Tibet.
Au milieu du 13e siècle, le Tibet fut officiellement incorporé au territoire chinois sous la dynastie des Yuan. Pendant sept cents ans, depuis les dynasties des Yuan, des Ming, des Qing, la République de Chine et jusqu'à la fondation de la République populaire de Chine, le Tibet a toujours été sous la juridiction des autorités centrales, malgré les changements de dynastie et de pouvoir central.
Voila pour résumer !
Actuellement, le Tibet constitue une région autonome de la République populaire de Chine et fait partie intégrante de son territoire. Toutes les révoltes tibétaines du XXème siècle ont été fomentées par l'Occident, particulièrement les Anglais et les Américains. On retrouve toujours les mêmes !
En 1954, le Dalaï Lama fut élu vice-président et membre du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine.
En 1959,La Chine introduit une réforme démocratique au Tibet, mettant fin au régime féodal de servage caractérisé par la fusion du temporel et du spirituel.
En 1965 , la Région autonome du Tibet a été officiellement fondée.
Selon la constitution chinoise, les régions ethniques jouissent d’une large autonomie , concernant la législation, l’utilisation de la langue et de l’écriture, les affaires économiques, financières, culturelles, de l’éducation, de la gestion et de l’exploitation des ressources naturelles.
Entre 1956 et 1959, les États-Unis, dans une visée anticommuniste, apportent leur soutien à la guérilla tibétaine opposée au parti communiste chinois, entraînent les guerriers tibétains, et invitent le Dalaï Lama à s'exiler en Inde.

Alors quand on parle de peuple tibétain opprimé, il y a meilleure victime dans ce monde. La Palestine par exemple !

8.Posté par loup bave vite le 28/11/2008 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans oublier que pendant la seconde guerre mondiale alors que la Chine avait ouvert inconditionnellement ses frontières aux Juifs les Lamas recevaient en grande pompe les délégations d'Hitler à commencer par celle d'Himmler. Là où ils allèrent quérir leur plus beau symbole : la svastika ce qui ne les empêchaient pas d'adorer le grand sanguinaire : le Dieu de la Bible Himself dont Hitler était le grand missionnaire. " Gott mit uns " au ceinturon des Waffen S.S. et prière obligatoire au p'tit Jésus tous les matins dans toutes les classes du IIIème Reich. Pour ne jamais oublier que D.ieu est amour, D.ieu est lumière personne n'en disconviendra.

9.Posté par loup bave vite le 28/11/2008 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il me semble Joszik que la réponse est contenue dans ta question. Il oeuvre à l'arrivée du Royaume de D;ieu de notre amie Esther La Hyène. Ils appartiennent à la même secte, du plus grand dieu d'amour de tous les temps, celui d' Auschwitz, d'Hiroshima, Bagdad, etc... etc... etc... Il prône carrément un nouveau népotisme dont lui le Roi-Machia'H serait le sommet ! Vous n'aviez pas encore plus bas, vi,l veule et vulgaire en magasin que ce chimpanzé qui semble avoir loupé une branche lors de sa descente de l'arbre au sommet de la pyramide ça fait tache? !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires