Société

La Chambre adopte le projet de loi pour implanter des micro-puces aux citoyens ayant un « handicap mental » - Qui sera le suivant ?


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 15 Juillet 2018 - 02:22 Pyramide sociale et Revenu Universel



folamour
Lundi 19 Décembre 2016

On en a souvent parlé, cela à même fait l’objet de sarcasmes, gage que nos détracteurs rigoleront beaucoup moins après avoir lu cet article, les choses se passent exactement comme on vous l’avait relaté (vidéo ci-dessous et informations complémentaires).

Il ne manque plus qu’un bon gros crash financier pour passer en mode full virtual… Rappelez-vous :

«  Nous avons besoin d'une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. »
David Rockefeller
Nous avons tous été prévenus de ce qui arrive, mais comme le note Mac Slavo de SHTFPlan.com, ce qui est inquiétant, c’est que, tandis que la technologie nous entoure et que «  certains »  ont des préoccupations au sujet de la vie privée, la plupart haussent les épaules quand on leur parle des quantités massives de données qu'ils recueillent sur nos vies, et l'incroyable niveau de contrôle que le système a maintenant sur chaque individu. Ce projet de loi a été adopté, sur  la base la plus large des « bonnes intentions » qu'il pourrait rassembler, à savoir prendre soin des personnes handicapées et ceux en perte de capacité liée à cause de l'âge.
 
Mais en réalité, ceci est un prétexte pour un système qui a besoin de micropucer les dissidents, et de forcer la coopération de la part de la population en général. En effet, tout le monde est maintenant sous leur emprise avec cela, parce qu’une personne qui ne se soumettrait pas au conditionnement de masse sera étiquetée « mentalement déficiente », et se verrait marquée avec une puce de suivi et de contrôle. Game over.
 
Au premier signe d'un comportement suspect, ou d’un profil troublant dans les médias sociaux, voire d’un malentendu lors d'une rencontre, la police et le personnel médical - entre autres - aura le pouvoir de déclarer une personne « handicapée mentale »   (ou en incapacité, ou temporairement folle, voire ayant un esprit malsain, ou tout ce que vous voulez, car l' étiquette est à portée de main), juste parce qu'elles expriment du mécontentement, de la colère ou sont en coupure avec  l'état du monde et les affaires politiques. « Fausses nouvelles » les journalistes peuvent être arrêtés, et les individus ayant l’esprit à la  « conspiration » contrôlés ... Et bien sûr, ils seront maltraités. Les tactiques utilisées contre les parents par le CPS seront établies conjointement avec la surveillance effrayante totale des centres de fusion, etc., bref potentiellement par un état policier très méchant.
 
Ce pouvoir se développera, et essayera à nouveau si elle est ralentie ou rejetée. Qu'elle prenne la forme d'une puce implantée, ou d’un numéro de suivi qui est lié à chaque personne, ils ne reculeront devant rien pour marquer tout le monde avec une identité liée à des comptes bancaires, etc. Ils insisteront pour que vous vous teniez a carreau chaque jour ... et avec ce projet de loi, ils vont juste un peu plus en avant pour contrôler l'avenir. Tout cela a été prédit, et pourtant c’est au-delà de tout ce qu'on aurait pu imaginer.
CELA S’EST VRAIMENT PASSÉ À L’INSTANT : La chambre a adopté le projet de loi du gouvernement pour permettre d’implanter des micro-puces aux citoyens avec des « handicaps mentaux »
Rédigé par Whitney Webb via TrueActivist.com
Bien que le projet de loi vise seulement ceux avec des conditions telles que la maladie d’Alzheimer et l’autisme, les critiques disent que le passage du projet de loi va ouvrir la «boîte de Pandore» a une surveillance gouvernementale invasive.
Il y a six ans, NBC Nightly News avait audacieusement prédit que tous les Américains seraient équipés de puces RFID d' ici l'an 2017. Bien qu'à l'époque, la prédiction de NBC semblait exagérée, la Chambre a récemment adopté un projet de loi qui apporterait un micro-puçage de la population avant la fin de l'année. Jeudi dernier, la Chambre a adopté le HR 4919, aussi connu comme la loi de Kevin et Avonte, qui permettrait au procureur général des États-Unis d'accorder des subventions à l’application de la loi pour la création et le fonctionnement des « programmes de technologie de suivi locatifs. »
Bien que la mission du programme soit de trouver « les individus avec des formes de démence ou les enfants ayant une déficience intellectuelle qui ont erré dans des environnements sûrs », elle ne fournit aucune restriction sur les programmes de suivi d'autres personnes. Le projet de loi exigerait également que le procureur général travaille avec le secrétaire de la santé et des services humains, ainsi que les organisations de santé anonymes, pour établir les « meilleures pratiques » pour l'utilisation de ces dispositifs de suivi.
via Truthstream médias
Les partisans de la loi soutiennent que de tels programmes pourraient prévenir les tragédies où des personnes handicapées mentales ou cognitives erreraient dans des circonstances dangereuses. Pourtant, d'autres ont appelé ces bonnes intentions un « cheval de Troie » pour l'expansion d'un État policier nord-américain, car les termes du projet de loi pourraient être très largement interprétés.
Bien que cette initiative puissent avoir de nobles intentions, les « petits et temporaires »  programmes, au nom de la sureté et de la sécurité, évoluent souvent vers des bureaucraties permanentes élargies, qui portent atteinte aux libertés du peuple américain. Voilà exactement ce que nous avons ici. Il existe un problème de sécurité pour les personnes atteintes d' Alzheimer, d'autisme et d'autres problèmes de santé mentale, de sorte que l’on nous dit que le correctif est d'avoir le ministère de la Justice, qui lance un programme de suivi, afin que nous puissions utiliser un dispositif ou une méthode pour suivre ces personnes 24h/24 et 7j/7, a dit le représentant Louie Gohmert (R-TX) dans un discours opposé au projet de loi.
L'évaluation de Gohmert indique que cela donne à la police locale le pouvoir de décider qui est micro-pucé et qui ne l’est pas, en se basant  sur la solidité mentale, est une recette pour un désastre. Bien que le projet de loi mentionne spécifiquement ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer ou d’autisme, combien de temps avant que ces programmes de suivi ne soient  étendus à ceux qui ont un TDAH ou un trouble bipolaire, parmi ces autres troubles officiellement reconnus. Même le dégoût de l’autorité est considéré comme un trouble mental connu sous le nom de « trouble oppositionnel avec provocation », qui pourrait également justifier un micro-puçage dans le futur.
Si ces programmes se dilatent sans contrôle, combien de temps faut-il avant que l’on indique à tous les Américains que la micro-puce de masse est nécessaire pour  l’application de la loi afin que  le gouvernement puisse mieux les « protéger » ? Beaucoup d’Américains se sont contentés d'échanger leurs libertés pour accroître leur « sécurité » dans le monde post 11 septembre, lorsque l'Etat utilise ces points de discussion. Pourtant, comme l'a dit Benjamin Franklin  : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux.. »
 
 
Source(s) : Zerohedge.com via Contributeur anonyme
Traduction :  ~ folamour ~
Corrections : Chalouette
 
 

Informations complémentaires :
Crashdebug.fr : 1984
 
 
La Chambre adopte le projet de loi pour implanter des micro-puces aux citoyens ayant un « handicap mental » - Qui sera le suivant ?


Lundi 19 Décembre 2016


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires