ALTER INFO

La CIA refuse d'admettre la fausse lettre reliant l'Irak à Al-Qaida


Dans la même rubrique:
< >


Vendredi 8 Août 2008

Made in CIA
Made in CIA

Newsmax, 6 août 2008


​​​Mardi, la Maison Blanche et la CIA ont catégoriquement démenti l'article selon lequel l'administration Bush aurait concocté une fausse lettre visant à démontrer le lien entre le régime de Saddam Hussein et al-Qaida pour justifier la guerre en Irak.


​​​Cette allégation a été suscitée par le journaliste de Washington Ron Suskind [*] dans son nouveau livre, The Way of the World, publié mardi. Cette lettre était censée être écrite par Tahir Jalil Habbush al-Tikriti, patron du renseignement irakien sous Saddam Hussein. Suskind a écrit :

​​​La Maison Blanche a concocté une fausse lettre de Habbush pour Saddam, antidatée au 1er juillet 2001. Elle disait que le meneur du 11/9, Mohammad Atta, avait en fait été formé à sa mission en Iraq, démontrant enfin de cette façon qu'il existait un lien opérationnel entre Saddam et al-Qaida, une chose que la CIA était pressée de démontrer par le bureau du vice-président depuis le 11/9 pour justifier l'invasion en Irak. Il n'y a pas de lien.


​​​Suskind précise que l'existence de la lettre fut signalée avant, et qu'elle fut traitée comme si elle était authentique.


​​​Refusant d'admettre le rapport, Tony Fratto, sous-secrétaire de presse à la Maison Blanche, a déclaré :

​​​L'idée que la Maison Blanche ait ordonné à quelqu'un de contrefaire une lettre de Habbush pour Saddam Hussein est absurde.


​​​Fratto et l'ancien directeur de la CIA, George Tenet, ont aussi rejeté les dires de Suskind, selon qui les États-Unis avaient, avant l'invasion de l'Irak en 2003, une information crédible sur le fait que Saddam ne possédait pas d'armes de destruction massive. C'était soi-disant un renseignement britannique basé sur les informations d'un haut fonctionnaire irakien.


​​​Fratto a dit que les agences de renseignement des États-Unis et autres pensaient que Saddam cachait ce genre d'armes et qu'il avait essayé de faire croire à ses voisins qu'il était en leur possession. En fin de compte, pas une de ces armes n'a été trouvée, sapant la principale raison de guerroyer de Bush.


​​​Fratto a déclaré :

​​​Nous savons aujourd'hui que ces appréciations étaient erronées, mais nous avions tous confiance en elles. Quoi qu'il en soit, la force militaire a été utilisé en Irak parce que, avec impudence, Saddam Hussein ne s'est pas conformé à la résolutions 17 du Conseil de sécurité qui contraignait l'Irak.


​​​Dans une déclaration diffusée par la Maison Blanche, Tenet a aussi délivré un démenti à propos de la soi-disant fausse lettre. Il a déclaré :

​​​Il n'y a pas eu d'ordre pour moi de la Maison Blanche et, pour autant que je le sache, pour personne à la CIA, qui n'a jamais été impliquée dans ce genre de travail.

​​​Il est bien établi que, sous ma direction, la CIA a résisté aux tentatives de certains dans l'administration pour dépeindre un tableau des liens entre les Irakiens et al-Qaida qui dépassait la réalité. L'idée que j'aurais soudainement inversé notre position puis créé et fabriqué de fausses preuves contraires à nos propres convictions est ridicule.


​​​Suskind a déclaré à l'Associated Press que les reproches de la Maison Blanche et de Tenet étaient prévus. Il a dit : Tenet « n'est pas crédible sur cette question » et la Maison Blanche « est pratiquement dans l'obligation de démentir tout ça. S'ils n'allaient pas dans cette direction, je pense qu'ils devraient vraisemblablement commencer à tirer sur les gens. »


​​​Dans son livre, Suskind écrit que George Tenet a donné la fausse lettre à Rob Richer, l'ancien patron de la division Proche-Orient de la CIA, et au directeur adjoint des opérations clandestines, lors d'une réunion en automne 2003. Suskind cite Richer déclarant :

​​​George a dit quelque chose comme, « Eh bien, Marine, j'ai un travail pour vous, bien que vous puissiez ne pas l'apprécier. »


​​​Suskind écrit que « Richer se souvient en baissant les yeux du papier à lettre satiné de la Maison-Blanche, sur lequel était rédigé l'ordre de mission. » Il cite Richer déclarant : « C'est fabriquer une imposture. »


​​​Suskind cite également Maquire John, qui supervisait le Groupe des Opérations de la CIA en Irak, à propos de la prétendue fausse lettre :

​​​Quand on en a discuté avec moi, je pensais juste que c'était incroyable, une confirmation du sac de nœuds de toutes les affaires en cours dans une lettre, d'un mec.


​​​Richer et Maquire, qui ont les deux quitté la CIA ces dernières années, n'ont pu être atteint mardi pour commenter le livre.


​​​Tenet a aussi contesté les dires de Suskind affirmant que les États-Unis n'ont pas tenu compte du renseignement disant que Saddam n'avait pas d'armes de destruction massive.

​​​Comme le dit M. Suskind, la Maison Blanche (avec le prétendu accord de la CIA) a dirigé l'enterrement de cette information pour faire en sorte que la guerre puisse commencer comme prévu. C'est une histoire entièrement inventée. En fait, la source [Habbush] en question n'a pu persuader ses interlocuteurs britanniques sur le fait qu'elle offrait du nouveau en guise de renseignement, concession ou négociation, en ce qui concerne la crise irakienne, et les Britanniques ont rompu le contact avec elle de leur propre chef.

​​​De nombreux fonctionnaires irakiens disaient en public et en privé que l'Iraq n'avait pas d'arme de destruction massive, mais nos collègues du renseignements étrangers et nous avons estimé que ces gens répétaient comme des perroquets le parti Baas pour essayer de retarder l'attaque de la coalition. La source particulière citée par Suskind n'a présenté aucune preuve pour étayer son affirmation et a agi d'une manière évasive et peu convaincante.


​​​Suskind a écrit ce que Habbush a d'abord dit à l'agent du renseignement britannique Michael Shipster en janvier 2003, que les forces d'invasion ne trouverons pas ces armes en Iraq.


​​​Citant ce que Bush avait grommelé à un conseiller, Suskind a écrit dans son livre :

​​​Ayant appris que Habbush avait dit qu'il n'y avait pas d'armes de destruction massive, Bush a été frustré. Pourquoi ne lui demandent-ils pas de nous donner quelque chose que nous pourrions utiliser pour nous aider à réaliser notre affaire ?


​​​Suskind cite Richer déclarant que l'information de Habbush a été écartée par une administration déterminée à mener l'invasion.



© 2008 Associated Press. All Rights Reserved



Original : www.newsmax.com/.../2008/08/06/119517.html
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



* Plusieurs articles du site parlent des révélations du reporter Ron Suskind. Voir par exemple Ce qu'impliquent les faux sur l'Iraq pour le 11/9 ou L'homme qui se prenait pour Dieu.




Samedi 9 Août 2008


Commentaires

1.Posté par Népios le 08/08/2008 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bah, qu'importe que cette organisation criminelle qu'est la CIA avoue cela quand on est certain que c'est bien elle qui a fabriqué de toute pièce la "marque" Al-Qaïda...

2.Posté par parousnik; le 08/08/2008 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

&#8203;&#8203;&#8203;"Nous savons aujourd'hui que ces appréciations étaient erronées, mais nous avions tous confiance en elles. Quoi qu'il en soit, la force militaire a été utilisé en Irak parce que, avec impudence, Saddam Hussein ne s'est pas conformé à la résolutions 17 du Conseil de sécurité qui contraignait l'Irak."
Ils mentent encore puisque qu'ils ont agressé l'Irak y faissant des millions de victimes contre l'avis internationale et décisions de l'ONU et que leur inspecteur Hans Blix affirmait qu'il n'y avait pas d'armes de destruction massives en Irak... mais beaucoup de pétrole...

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires