Palestine occupée

La CIA entraîne les tortionnaires de l’Autorité de Ramallah


Les miliciens palestiniens [de l’AP de Ramallah] soupçonnés d’avoir torturé des partisans du Hamas en Cisjordanie ont agi en étroite collaboration avec la CIA, révèle le journal britannique « The Guardian ».


Al Jazeera
Samedi 19 Décembre 2009

Entre 400 et 500 partisans du mouvement Hamas ont été emprisonnés par les supplétifs de l’AP de Ramallah en Cisjordanie. Aucun n’a été officiellement inculpé ni jugé, et plusieurs d’entre eux sont morts sous la torture - Photo : AP
Entre 400 et 500 partisans du mouvement Hamas ont été emprisonnés par les supplétifs de l’AP de Ramallah en Cisjordanie. Aucun n’a été officiellement inculpé ni jugé, et plusieurs d’entre eux sont morts sous la torture - Photo : AP

La CIA [Central Intelligence Agency] a coopéré avec la Force de sécurité préventive (PSF) et le service Général d Renseignement (GI) dans les territoires palestiniens, dit l’article publié ce vendredi.

« La CIA considére ces deux services palestiniens comme étant sa propriété » a déclaré un officiel occidental au Guardian.

La plupart des partisans du Hamas qui ont été arrêtés sont détenus sans procès et auraient été torturés par les services palestiniens en Cisjordanie.

Le mouvement Hamas a appuyé les conclusions du Guardian publiées ce vendredi lors d’une conférence de presse, et a dénoncé Keith Dayton, le général américain commandant la force de sécurité nationale palestinienne en Cisjordanie, comme étant responsable de l’arrestation et de la torture de ses partisans.

Le Hamas a appelé Barack Obama, le président américain, à limoger Dayton, et a déclaré que Mahmoud Abbas, le président [de l’AP de Ramallah] et chef du Fatah en Cisjordanie, était responsable des « crimes » contre le Hamas en Cisjordanie.

Les organisations des droits de l’homme estiment qu’il est tout à fait habituel que les détenus soient roués de coups et soumis à la « shabeh », où ils sont enchaînés et maintenus dans des positions douloureuses pendant de longues périodes.

Le Hamas, qui dispose de fait du contrôle de la bande de Gaza, a aussi fait face à des accusations selon lesquelles ses propres forces avaient arrêté et torturé des personnes affiliées au Fatah, le groupe palestinien rival qui dirige l’Autorité de Ramallah.

Des centaines de détenus

Entre 400 et 500 partisans du mouvement Hamas sont actuellement détenus par les milices de l’AP de Ramallah.

Mais Adnan Aldenari, un porte-parole de la police palestinienne, a nié que les forces de sécurité en Cisjordanie maltraitaient les détenus.

« Nous n’avons rien à cacher, ni rien à nous reprocher. Lorsque nous faisons des erreurs [comme faire mourir quelqu’un sous de longues séances de torture - N.d.T], elles sont individuelles et commises par certains agents et ne sont pas révélatrices de notre politique. »

(JPG)
Cette position peut être imposée pendant plusieurs jours d’affilé

« Nos prisons et centres de détention sont ouverts et non pas secrets, comme ils le sont dans certains autres pays. Ils sont ouverts aux médias et aux organisations des droits de l’homme » [on jurerait un communiqué de presse israélien - N.d.T].

« The Guardian » a mentionné qu’au moins trois détenus sont morts lors de leur garde à vue cette année en raison de mauvais traitements [euphémisme pour parler de tortures].

La mort la plus récente a été celle d’Haitham Amr, un homme âgé de 33 ans et infirmier à Hébron, qui est décédé quatre jours après avoir été enlevé par des agents du GI en juin dernier, selon le journal.

Shawan Jabarin, directeur général d’Al-Haq, une organisation palestinienne des droits de l’homme, a déclaré au Guardian : « Les Américains pourraient faire cesse ces pratiques à tout moment. Tout ce qu’ils auraient à faire est d’aller chez Salam Fayyad ["premier ministre"], et de lui dire qu’ils en faisaient une question importante. »

« Ensuite, ils pourraient traiter les questions spécifiques en lui ordonnant que les détenus soient rapidement traduits devant les tribunaux ».

Un diplomate en poste dans la région a déclaré au journal que « au minimum » les agents de renseignements américains étaient au courant de la torture et ne faisaient pas suffisamment pour l’arrêter.

La CIA ne nie pas travailler avec le PSF et le GI en Cisjordanie, mais Paul Gimigliano, porte-parole de la CIA, a déclaré que l’agence américaine n’avait pas de rôle de supervision [bien que les Etats-Unis financent et entraînent les supplétifs palestiniens en Cisjordanie - N.d.T].

 Al JAzeera - Vous pouvez consulter cet article à :

http://english.aljazeera.net/news/m...
Traduction : Info-Palestine.net


Samedi 19 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par duperrier le 19/12/2009 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les Américains partout ou ils pose un pied c'est uniquement pour mettre la Haine entre les ethnies ,des sauvages,la C I A est partout et chez nous notre Président est un agent de la C I A , nous pouvons nous attendre dans quelques mois des actions musclées ,

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires