Politique Nationale/Internationale

LIBAN: Refuser Paris - Le point de vue de ATTAC-Liban


Entre le gouvernement qui applique ses politiques économiques vouées à l’échec, et l’opposition qui découvre l’économie après des mois de prises de positions « d’opposition » servant à exiger plus de participation au pouvoir (après avoir elle-même participé à l’application de ces politiques économiques, par conviction ou pour des raisons politiciennes), les droits sociaux et économiques des citoyens sont bafoués.

par Pierre BEAUDET


Pierre BEAUDET
Vendredi 26 Janvier 2007

LIBAN: Refuser Paris - Le point de vue de ATTAC-Liban
L’association altermondialiste libanaise « attac-liban » affirme son opposition au plan de réformes économiques du gouvernement (le « programme de réformes ») qui fait abstraction des problèmes fondamentaux dont souffre l’économie libanaise et ne propose pas de réelle réforme. Au contraire, il ancre une orientation économique qui agggrave les inégalités entre citoyens puisqu’il impose des taxes sur les plus bas revenus au lieu de s’appuyer sur l’impôt progressif, il privatise les services publics au lieu de les réformer, il s’appuie exclusivement sur le secteur des services aux dépens des secteurs industriels (la baisse des droits de douanes, comme celle mise en place en 2000, a mené à l’affaiblissement de l’industrie nationale non-concurrentielle pour cause de hausse des coûts, elle a aussi privé l’état de rentrées fiscales importantes).

Nous refusons aussi que les Etats « bailleurs de fonds », les institutions financières internationales et les multinationales qui les inspirent décident de nos politiques économiques. Nous nous opposons à l’augmentation de la dette pour rembourser une dette qui a été imposée aux libanais dans le cadre d’orientations économiques qui n’ont servi que l’élite économique libanaise.

Cette orientation économique prise au Liban suit un courant mondial d’ouverture des marchés, de libéralisation du commerce, de privatisation, de démantèlement de toute forme de sécurité sociale, de privation des citoyens de leurs droits au profit de multinationales, de leur réduction à l’état consommateur sur le marché mondial. Tout ce qui se résume en deux mots : mondialisation néolibérale.

Nous invitons les citoyens libanais à défendre leurs droits économiques et sociaux en s’opposant à la conférence de Paris 3 et au programme de réformes économiques, et en exigeant une réforme en profondeur de la politique économique sur de nouvelles bases solides :

- Soutien au secteur industriel

- Soutien à un développement équilibré des différentes régions libanaises

- Réforme de la fiscalité basée sur l’impôt progressif et la répartition des revenus

- Défense des services publics et des droits de chacun-e d’y avoir accés

- Arrêt des libéralistions sauvages et du processus d’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce

Nous appelons de même les citoyens à se réapproprier le débat public, à s’affranchir des slogans publicitaires du type « J’aime la vie » ou « Je l’aime encore plus » qui ne cherchent qu’à occuper nos yeux et nos esprits.


Alternatives internationale


Vendredi 26 Janvier 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires