Actualité nationale

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CONCERNANT LES RAPPORTS FRANCE ISRAEL


Dans la même rubrique:
< >

CourrierMise en cause des ONG israéliennes palestiniennes, rejet du rapport Goldstone, soutien aux méthodes de l’armée israélienne...l’ambassadeur Bigot, "représentant [de la France] en Israël est sorti de la réserve qui incombe aux fonctionnaires appelés à occuper des fonctions de représentation diplomatique."


lemaidemadjid@gmail.com
Vendredi 6 Novembre 2009

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CONCERNANT LES RAPPORTS FRANCE ISRAEL

DEVOIR DE RESERVE

DEVOIR DE RESERVE
 
 Monsieur le Président de la République  Palais de l’Élysée  55, rue du Faubourg Saint-Honoré
 75008 Paris
 Saint-Denis, le 02 novembre 2009

 Lettre ouverte d’un élu de République au Président de la République  Monsieur le Président,  Je vous fais cette lettre, que vous lirez peut-être si votre statut d’ « omniprésident » vous en laisse le temps.
 Nous le savons, les représentations officielles de l’Etat français sont la voix de la France. Ceci, que l’ambassade soit en Belgique ou…. en Israël.
 C’est la voix de la France qui est écoutée et entendue, votre voix, Monsieur le Président, quand les ambassadeurs, y compris lorsqu’il s’agit de M. BIGOT, ambassadeur de France en Israël, s’expriment.
 L’ambassade de France en Israël n’est pas le salon particulier de M.
BIGOT dans lequel ce dernier peut prendre ses aises et tenir les propos qu’il souhaite et en l’occurrence ici, pour absoudre Israël de toute faute.
 Le Canard enchaîné a mis en lumière les graves dérapages de ce fonctionnaire, et le fait que ceci n’ait pas été relevé par les autres médias n’est pas anodin.
 Votre représentant en Israël est sorti de la réserve qui incombe aux fonctionnaires appelés à occuper des fonctions de représentation diplomatique. Nous ne pouvons accepter, je suis sûr que vous en conviendrez, que l’ambassadeur ne soit pas sur les mêmes positions que le Président de la République.
 Parmi ses illustres déclarations, qui remettent en cause les ONG israéliennes et palestiniennes, le Rapport de l’ONU du juge GOLDSTONE, - adopté par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU – et, fait grave, la politique française dans cette région du monde, on peut relever notamment : « J’ai du mal à croire que des soldats israéliens aient tué délibérément des civils palestiniens ».
 Le bilan sinistre de Gaza en est pourtant la triste preuve : en 22 jours, 1300 Palestiniens ont été tués, dont plus de 410 enfants et 108 femmes, selon le dernier bilan des services d'urgences de Gaza. Plus de 5300 personnes ont été blessées. Comme le souligne également le Canard enchaîné, de nombreux témoignages de soldats de Tsahal contredisent les propos du diplomate français.
 On relèvera aussi, de la part de votre éminent représentant en Israël, concernant les agissements de Tsahal à Gaza : « Nous savons bien comment l’armée israélienne opère à Gaza. Nous savons que ce n’est pas le cas ». Les Palestiniens, notamment les familles des victimes, apprécieront ces propos, frappés du sceau de la France.
 Ensuite, il contredit nettement les positions officielles françaises, notamment sur l’exigence - partagée avec les USA - d’un gel total des colonies. M. BIGOT estime utile de rajouter que « demander à Israël un gel total des colonies [n’est pas] réaliste ».
 Vous venez, Monsieur le Président, de cosigner avec Gordon BROWN, et je vous en félicite, un courrier pour réclamer……….le gel total des colonies.
Peut-être M. BIGOT n’en a-t-il pas eu copie. En ces temps de libéralisation postale, c’est en effet une hypothèse plausible.
 Enfin, et les Palestiniens de Gaza apprécieront, il légitime pratiquement le blocus infligé par Israël, et va même jusqu’à conditionner la levée du blocus à la libération de Gilad SHALIT. Selon M. BIGOT, sans libération du soldat d’occupation, « Israël ne peut pas envisager une réouverture de Gaza ».
 En tant que citoyen, militant de la paix, et en tant qu’élu de la République, je suis particulièrement choqué par ces propos qui vont non seulement à l’encontre des missions et prérogatives d’un fonctionnaire en poste dans une ambassade française à l’étranger, mais également et surtout contre les positions officielles de la France.
 En ces temps d’impunité totale d’Israël, et dans une période où même le Ministre KOUCHNER n’est pas autorisé par Israël à se rendre à Gaza afin de constater la reconstruction de l’hôpital que la France contribue à financer, nous n’avons pas besoin d’un diplomate qui se veut la voix de Tsahal et le porte-parole du gouvernement israélien.
 Je vous rappelle, bien que vous en ayez décidé ainsi, que la France n’a pas pris part au vote au Conseil des Droits de l’Homme sur l’ONU sur le rapport GOLDSTONE, refusant donc clairement de reconnaître la responsabilité d’Israël lors des massacres de Gaza.
 Plus généralement, côté français, la politique du « deux poids deux mesures » est à l’oeuvre, et vous en êtes, Monsieur le Président, l’un des tout premiers responsables. Vous comprendrez donc aisément que je ne puisse pas, comme des millions d’autres citoyens, accepter votre politique à l’égard de la question palestinienne.
 On constate en effet tous les jours ce « deux poids deux mesures » quand il s’agit de près ou de loin d’Israël. Le cas de Salah HAMOURI est exemplaire. La France se contente du strict minimum pour « sortir » ce citoyen franco-palestinien de prison où il est détenu arbitrairement. Et vous-même, Monsieur le Président, vous êtes en passe de faire du cas de Gilad SHALIT, soldat franco-israélien de l’armée israélienne, une cause nationale, avec pour vous aider dans cette lourde tâche, la quasi-totalité des médias français bien-pensants.
 Après Ingrid BETANCOURT, nous attendons que vous alliez cherchez les otages français « où qu’ils se trouvent ». Salah HAMOURI en fait partie, et je suis d’ailleurs disposé à vous y accompagner.
 En dépit de désaccords sur une grande partie de vos positions, nous ne pouvons de surcroît, accepter que vos représentants, à l’étranger, réécrivent les relations franco-israéliennes, et donc franco-palestiniennes, à l’aune de leurs propres convictions.
 C’est indéniablement le cas de M. BIGOT qui a confondu l’ambassade de France en Israël, avec une quelconque tribune politique.
 Fort logiquement, ce fonctionnaire, qui contrevient indéniablement à ses missions, doit être rappelé à l’ordre et revenir sur ses propos publiquement. Je n’imagine pas que ce diplomate ait reçu de telles consignes du Quai d’Orsay ou de l’Élysée, visant à affaiblir la portée de l’agression israélienne perpétrée à Gaza, véritable prison à ciel ouvert.
 Vous devez donc, pour que la clarté soit faite, vous démarquer clairement des positions prises par votre ambassadeur. Il y va, vous le savez de l’honneur de la France. La France se doit, et vous l’avez encore fait récemment, de condamner et faire condamner l’occupation israélienne et ses conséquences désastreuses sur la société palestinienne.
 Si M. BIGOT n’était pas pour le moins, rappelé à l’ordre, le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien et les militants de la paix seraient plongés dans l’incompréhension la plus totale.
 Nous déciderions alors des suites à donner à cette affaire qui ne va pas dans le sens de l’apaisement qui vous est cher.
 Je saisis cette occasion pour vous signaler que j’ai fait parvenir à votre Ministre des Affaires Étrangères, une lettre ouverte, restée sans réponse, celle-ci est encore disponible sur
http://lemonde.fr/opinions/chronique/2009/04/26/la-palestine-libre-c-est- pour- quand_1185190_3232.html pour- quand_1185190_3232.html

 Ne doutant pas de l’attention que vous porterez à ce courrier, ni de la prompte réponse que vous y apporterez, recevez, Monsieur le Président, l’expression de ma plus haute considération.

 Madjid MESSAOUDENE
 Conseiller municipal de Saint-Denis



Vendredi 6 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Chérif BOUDELAL le 06/11/2009 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le jour où la France et les autres puissances qui dirigent les institutions internationales cesseront de couvrir Israël, en le traitant comme tous les autres États membres de l'ONU, la paix sera gagnée en Palestine historique. Elle le sera aussi au sein de chaque société de ces États où ce conflit est bien présent. Ceux qui couvrent Israël malgré ses crimes les plus abominables, ne rendent pas service ni aux Israéliens, ni aux Palestiniens, ni même à leurs peuples, et encore moins à la paix dans le monde. Car, tous les conflits qui existent sur cette planète ont rapport direct ou indirect avec Israël.

Chérif BOUDELAL

2.Posté par Brigitte le 06/11/2009 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une belle lettre mais qui restera sans doute lettre morte. Je ne vois pas notre président changer sa politique.

3.Posté par murielnajia le 16/11/2009 13:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vraiment bravo pour votre sincérité et votre courage, croyez bien que M Sarkosy est de moins en moins populaire en France pourtant, j' espère quand même un sursaut de se part pour accélérer la paix et que ceux qui ont abusé de l'arme et du crime de guerre soient jugés.

4.Posté par benji le 16/11/2009 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une lettre juste et noble pour ceux qui veulent la paix ; je doute fort que sarkozy en tienne compte vu qu'il est lui même d'origine juive et que la paix il s'en tamponne , soyez en sur !de toute façon sarkozy a choisi son camp , il a , pour l'instant la main mise sur le pays , plus pour trés longtemps je l'espère ; c'est au peuple de réagir à tout ce que fait israël de négatif de par le monde car si on ne réagit pas nous serons complices des exactions commis par eux et nous serons couvert de honte face au futures génération ; sarkozy en sera le principal responsable , son nom sera maudit pour longtemps !

5.Posté par merchaoui le 16/11/2009 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Trêve de naïveté. Ce que dit Bigot tout bas dans cette ambassade, c'est ce que voudraient dire un grand nombre de responsables de la république Française .

6.Posté par Philou le 17/11/2009 03:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certes Merchaoui, mais ce grand nombre de responsables de la RF (dont le nabot en tête) ne va pas tenir encore bien longtemps cette position de grand écart qui consiste à nous abreuver d'un discours de paix, et parallèlement d'agir en collaborant aux crimes d'Israël comme ils le font.

Car quand bien même usent-ils d'artifices fort divertissant pour détourner l'attention de nos concitoyens sur cette question du soutien de la France au crime contre l'humanité; c'est bien en définitive de la démocratie même dont il est ici question. Et en ce sens, on peut d'ores et déjà les tenir pour responsables du terrible et inévitable chaos qui se profile à fort brève échéance, et vers lequel ils nous précipitent ainsi de toutes leurs forces.

7.Posté par Jean Claude Bocchini le 24/11/2009 02:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce courrier, objectif ,calme et argumente ne recevra aucune reponse.
Il m'amene toutefois a poser deux questions,qui ,elles.meme n'auront aucune reponse.
On parle beaucoup de la liberation du soldat "franco-israelien" ? J'en suis heureux pour lui mais en quoi est-il franco-isralien ? A ma connaissance il est ne en Israel et ne parle meme pas francais . Alors ?
Et puisqu'on parle de prisonnier, sans meme evoquer le cas des Gazaouis,qui comme le dit l'auteur sont dans une prison a ciel ouvert, a quel titre les palestiniens (+de 10000) sont retenus dans les prisons israeliennes ? Je ne remets pas en cause leur enfermement qui probablement est justifie .
Sont-ils des prisonniers de droit commun ? Dans ce cas Israel s'octroie des droits regaliens illegitimes.
Sont-ils prisonniers politiques ? Dans ce cas Israel est en contradiction avec les droits de l'homme.
Sont-ils prisonniers de guerre. Dans ce cas Israel leur reconnait le statut de combattants et ipso facto reconnait a l'autorite palestinienne la qualite d'Etat souverain.



8.Posté par Hijack le 08/01/2010 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'en profite pour faire passer une interview de Gilad Atzmon :*

http://lesogres.org/article.php3?id_article=4102

A faire diffuser au max !

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires