Société

LE PHÉNOMÈNE DE LA POLYGAMIE AUX COMORES



Abderemane Soilihi Djae
Jeudi 5 Avril 2018

LE PHÉNOMÈNE DE LA POLYGAMIE AUX COMORES

Le marriage plural aux Comores

LE PHÉNOMÈNE DE LA POLYGAMIE AUX COMORES
Abderemane Soilihi DJAE
abderemanesoilihidjae@yahoo.fr
Enseignant à l'université des Comores
Résumé
La polygamie est perçue comme un phénomène énigmatique, exclusivement privé, régit par des règles coutumières, religieuses et draconiennes.
Bien que cela soit un fait erroné, l’opinion commune assimile très souvent la polygamie à l’Islam. D’autres affirmaient que ce phénomène est dû aux caractéristiques du climat oriental. D’autres encore ont vu dans ce phénomène une injustice de l’homme, un asservissement de la femme. Ces théories non fondées et légères nous donnent un aperçu de l’idée que se faisaient et se font ces gens de ce phénomène aux Comores. Ainsi le système des « tours » propres à la vie des ménages polygamiques, et impossibilité de négocier ces « tours » ou de les échanger, institue des barrières entre les couples formés par le mari sans l'avis de ses épouses. Cette situation augmentant la frustration des femmes est condamnable. Dans ce pays, il y a une opposition récurrente entre la tradition et la modernité, entre le particulier et l’universel, entre les droits de l’homme et la diversité culturelle.
Mots clés: Polygamie, violences faites aux femmes, mariage croisé, code de la famille
Summary
Polygamy is sun us an enygmatic phenomenon which is exclusively private and governed by drastic, religious and customary rules.
Most of the time, polygamy is regarded as something islamic, which is wrong. Others claim that this phenomenon is due to the features related to the oriental climate so to speak. Somme Others have seen in this phenomenon an injustice by man enslavement of the woman. these groudless theories give us an outline of the things peaple imagined and the conceptions they continioue having islam in the Comoros thus, the system of so colled turns particular to polyamous life and the impossibility to negociate these "turns" or exchange the establish bavarriers among the couple formed by the hursband whithout the the consent of the spouses. This situation which causes woman to be increasingly frustrated is utterly and precisly blameworthy. In this country, there is a recurrent opposition between tradition and modernity, between the peculiar and the universal, between humain right and cultural diversity.
Key words: Polygamy-violence to women-crossed marriage-family code
Introduction
La naissance de l’Islam, en 610 de l’ère chrétienne, a entraîné un bouleversement des mentalités dans certaines nations de la planète, dont les iles Comores. La religion a introduit un phénomène social très dangereux dénommé "polygamie". Notre étude vise à dénoncer la situation de la femme comorienne et ses enfants mineurs par rapport à la polygamie.
Le terme polygamie désigne : 'Toutes unions où le nombre de conjoints (hommes/femmes) dépasse un seul individu. Le premier mariage contracté par un individu est dit primaire, tous ses mariages subséquents étant des mariages secondaires".
Liste des pays dont la loi interne autorise la polygamie :



source: C I C A D E : Centre pour l'Initiative Citoyenne & l'Accès au(x) Droit(s) des Exclus in http://www.cicade.org/
Le statut social de la femme se trouve naturellement régi par les traditions, et les coutumes, mais fortement influencé par la religion. Toutes les filles reçoivent dans leur plus tendre enfance une éducation religieuse. Elle apprend à lire et à écrire le Coran et apprend à respecter les principes de l’islam sous la bienveillance des parents, et plus tard de leur mari. À sa majorité, elle est appelée à recevoir des droits beaucoup plus importants.
Le choix de l’étude a été déterminé sur ce principe de lutte contre les violences faites aux femmes par la polygamie aux Comores. Dans le contexte de développement humain et social, la lutte contre les inégalités sociales prend une dimension plus fondamentale dans la mesure où elle est partout objet de préoccupation de plusieurs États et de la communauté internationale. Ainsi, ce thème sera étudié dans le cadre des Sciences sociales, sous la direction du professeur Sambo clément.
L’intérêt que nous portons sur ce travail, à nos jours, l’approche adoptée pour prendre en compte les intérêts de la femme et des enfants a fortement évolué. L’origine de la polygamie aux Comores est certainement due à l’Islam. Nous ne traiterons pas spécialement des fondements de la polygamie aux Comores, nous sommes plutôt intéressés par le comment, le pourquoi et la forme de la polygamie dans ce pays. Comment les valeurs et les normes comoriennes contribuent plus que la religion, à asseoir cette coutume par le biais de la socialisation des jeunes filles et des garçons. La voix de la communauté internationale se fait entendre ici et là pour qu’on abolisse la polygamie. Nous pensons fermement que les concernés, surtout les femmes mariées à des hommes polygames doivent participer au débat et apporter leur réponse quant à cette question récurrente, car, elles plus que personne d’autre, savent ce qu’elles veulent vraiment, si bien sûr le choix existe. D’où notre volonté de leur donner la parole, par cette étude, pour qu’enfin la narration de leurs expériences puisse leur permettre de sortir de l’ombre.
le choix de prendre l'Union des Comores comme lieu d’étude n'est pas le fait du hasard.
Les Comores sont le seul pays de la région de l’océan Indien où des multiples violations de droits de la femme sont constatées telles que : légalisation de la polygamie, mariage forcé, mariage croisé et/ou précoce, l’exclusion de la femme dans les espaces de prise de décision relative à la vie communautaire ou villageoise. Ainsi, des violences physiques, psychologique et voir même économique en vers les femmes entre autres reste monnaie courante hormis pendant la révolution de 1976/1978 où homme et femme était sur les mêmes pieds d’égalité en droit et devoir.
Pour se faire, prendre, l’institution polygamique comme objet d’étude a été motivée par le fait qu’elle est une réalité quotidienne pour nous. Vivant dans un pays musulman, le mariage plural pour nous est monnaie courante. Ceci a été suscité non seulement par cet environnement social, mais aussi par le fait qu’elle ne laisse personne indifférente. Les chercheurs, les politiques, les religieux, les médias étrangers de tous bords restent sensibles au problème. Il n’est pas surprenant de voir un chercheur porter un regard sur sa propre société. Certes, un chercheur peut toujours porter un regard au-delà de ses frontières. Actuellement, nombreux sont les champs de recherches portant sur les Comores qui restent vierges, inexploités. Peu d’écrits portent sur l’analyse de la société comorienne : Femmes et religions.
La problématique que nous posons dans cet article, est de savoir comment les concernés (hommes, femmes, enfants) appréhendent cette situation. Vivent-ils mal ou bien cette situation ? La polygamie en tant que phénomène faisant partie intégrante de la société comorienne profite-t-elle aux femmes ? Quelles sont les conséquences de son application ? Aux personnes extérieures qui soutiennent que la polygamie est mauvaise pour la femme, nous aimerions au niveau de cette étude apportée un élément de réponse.
Hypothèses
En sciences sociales, l’hypothèse est nécessaire dans ce sens que la réalité ne révèle au chercheur qu’un seul aspect des phénomènes. Il doit donc pour préciser certains éléments, concevoir, imaginer une hypothèse pour ce qu’il ne voit pas. Pour nous permettre d’organiser et de guider notre travail, nous posons comme hypothèse le fait que la femme comorienne supporte mal le mariage plural, elle se résigne à une situation où elle n’a pas trop le choix. Autre hypothèse, la régression constatée du mariage plural serait due à la libéralisation des mœurs, conséquence directe de la tendance à la modernisation qu’adopte la population. La modernisation aurait-elle ainsi contribué à la bonne cause ?
Ce travail a pour objectif de contribuer à l’amélioration d’une vision future pour la lutte contre la polygamie aux Comores : il s’agit de collecter des données permettant de mieux comprendre comment promouvoir une réelle égalité entre les hommes et les femmes, donc de leur vie conjugale, dans l’ensemble du territoire afin de caractériser des changements significatifs.
De la polygamie au divorce
Une des causes profondes de cette situation de déstabilisation du mariage est la polygamie. Cette liberté est accordée à l’homme par le code de la famille de faire et de refaire le mariage sans être soumise à aucune règle de procédure. Aux Comores comme dans d’autres sociétés musulmanes, la polygamie s’est beaucoup développée, mais contrairement à ce que dit le Coran ; l’homme peut se marier avec quatre femmes à condition de les traiter de la même façon, d'une manière équitable. Le code de la famille comorienne accorde à la femme un rôle prépondérant au sein de l’institution familiale. Mais cette importante identitaire dévolue à celle-ci se trouve diminuer par le fait qu’elle ne détient pas les moyens financiers correspondants et son pouvoir n’est que symbolique et protocolaire. Cependant, face à tous ces problèmes de ménages, en cas de divorce, la femme d’aujourd’hui se livre à elle-même pour lutter contre les discriminations à son égard. Le divorce est la décision prise par le seul époux de se séparer de son épouse, art 57 CFC. Le taux de divorce est très élevé sur l’ensemble du territoire de l’union des Comores. Le comble est que souvent, en répudiant la femme, l’homme se débarrasse en même temps des enfants qui retombent du coup sur la charge de la mère ou de la grand-mère avec leurs maigres ressources. Les conséquences négatives de ce comportement sont énormes, mais la société semble ne pas apprécier leur impact réel si elle ne les accepte pas comme étant tout simplement une fatalité. Des jeunes femmes victimes du divorce se trouvent dans l’obligation de se remarier rapidement et par conséquent, plusieurs enfants issus de chacun d’un mariage diffèrent.
Les effets de la polygamie sur la femme
Si en la matière, toute revendication d'égalité relevait de l'anecdote, il n'est pas interdit de considérer que la situation de polygame est toujours très mal vécue par la femme qui se voit imposer ce choix par la société comorienne. Que dire alors de la situation de l'épouse du polygame ! La polygamie peut être un vecteur de maladie sexuellement transmissible, car si un des conjoints est malade, les autres risquent de l'avoir aussi.
Pourquoi avons-nous choisi ce thème?
Malgré tous les efforts déployés par l’État pour améliorer la vie sociale des Comores, la polygamie comme la pauvreté posent un problème très délicat dans le pays. Pour cela, le rôle de la sensibilisation et de l’éducation reste un meilleur atout dans la lutte contre les inégalités sociales en général et la polygamie en particulier.
La polygamie a longtemps été un fléau qui a divisé et continue de diviser pas mal de foyers aux Comores. Les coépouses se livrent au maraboutage juste pour ne pas voir les enfants des unes et des autres prospérer. Elles ont même souvent tendance à mettre leur vie en jeu. On peut affirmer que la polygamie n’est pas du tout bonne, par ce qu’il y a des conséquences que l’on rencontre dans certains foyers. Quand l’homme épouse deux ou trois femmes, quand il meurt, les femmes font du maraboutage pour détruire la vie des enfants de leur coépouse.
La réussite d’un enfant est toujours bénéfique pour sa mère. Comme toujours, le grand complice reste et demeure le père de famille, qui n’arrête jamais son jeu de cache -cache d’amour. Gérer plusieurs femmes et des enfants et accepter de partager son époux avec d’autres n’est pas aussi simple. Certaines femmes préfèrent donc le divorce. Les Comores bien qu’étant pays laïque, a une population majoritairement musulmane. Certains hommes usent du droit que leur confère la religion, pour prendre plusieurs femmes sans se soucier des conséquences pour ces femmes et ces enfants.
Les causes de la polygamie
Pour commencer, il est important de signaler que la polygamie n’est pas le fait de hasard, mais elle a sa raison d’être particulière, y compris cette cause traditionnelle que nous allons voir ci-après. Les hommes, la polygamie surtout pour avoir beaucoup des enfants ou des alliés conformément à la bénédiction africaine. Concernant les causes nouvelles de la polygamie, nous pouvons citer quatre points essentiels :
1. Premièrement, l’évolution de la publicité pornographique sur les mass médias ou sur une autre information publicitaire augmente le besoin sexuel.
Ensuite, pour les riches, l’Internet offre des possibilités de voir des images ou des programmes pornographiques, alors que cela pousse les gens à l’attirance sexuelle.
2. Deuxièmement, de nos jours, la polygamie peut être causée par le déséquilibre entre les deux sexes . D’après MIC 2000, les femmes comoriennes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes. Alors les garçons veulent avoir plusieurs femmes.
3. Troisièmement et dernière cause est le désaccord du couple sur le nombre d’enfants sollicités. La femme après avoir pratiqué une ou des méthodes contraceptives est devenue stérile. Alors, le mari décide d’avoir des enfants, prend une ou deux autres femmes, mais d’une manière conventionnelle ou unilatérale. Tout cela peut inciter le mari à pratiquer la polygamie.
4. Quatrièmement, lorsqu'on a un frère décédé laissant une veuve et des enfants mineurs, la société oblige le frère du défunt à épouser la veuve de son frère sous prétexte d'élever les enfants de son frère. Cette pratique est en voie de disparition, mais encore présente surtout en zone rurale.
Inconvénients de la polygamie au niveau social
On pratique la polygamie dans le but d’améliorer son avenir et de protéger ses biens. Paradoxalement, sa pratique peut entraîner un conflit, car il n’y a pas toujours égalité entre les gens de la société familiale. Comme nous l’avons expliqué précédemment, l’homme qui pratique la polygamie a une première épouse, c’est-à-dire la première épouse qui possède toute l’autorité sur toute la maison. Les fils de cette femme héritent de son autorité et ils négligent et sous-estiment la valeur des autres fils de leur père. Autrement dit, si les fils de la première épouse ont égoïstes et avares, ils profiteront des autres enfants de leur père et voleront ses propres demi-frères. De cela naît alors une dispute sur le partage de l’héritage ou des biens familiaux ou encore plus du patrimoine familial, alors la famille tombe toujours dans la misère.
Dans le cas où, la seconde ou énième épouse est issue d'une autres localité, village ou ville ou autre pays comme Madagascar par exemple, cette dernière ne jouit pas des mêmes considérations envers la communauté de son époux. Ses enfants sont dépourvus de tous héritages ...
Conclusion
L’inconvénient de la polygamie n’est pas seulement familial, il y a aussi des conséquences au niveau national. Elle (polygamie) est une source de ségrégation. Les enfants des autres femmes que la première épouse n’ont pas leur identité personnelle, surtout au niveau des emplois ou au poste de travail, même s’ils sont vraiment capables. Alors, ils vivent sous la domination ou dans l’aliénation. En un mot, ils perdent leur pouvoir. En outre, toutes les activités des autres enfants que ceux de la première femme sont guidés par les fils de la première femme.
Nous aimerons clore cette conclusion, en disant que la monogamie n’est pas la seule forme d’union convenable. Comme nous l’avons vu, beaucoup de filles choisissent volontairement de s’engager dans des unions polygamiques. Du moment où la polygamie est choisie par la femme, où elle est voulue, pourquoi lui enlever cette liberté ?
Une polygamie juste, voulue, respectant les droits de la précédente femme et de la future femme est tolérable. Par contre, une polygamie augmentant la frustration des femmes est condamnable.


Jeudi 5 Avril 2018


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires