RELIGIONS ET CROYANCES

LE MONDE MUSULMAN EST-IL CAPABLE DE PROGRESSER ? L’Islam et l’impératif de l’ijtihad (par Mustapha Chérif)


Dans la même rubrique:
< >

Il convient d’examiner les possibilités d’un nouvel ijtihad et d’une réforme (islah) qui permettra à l’Islam de sortir des extrémismes et de faire face aux défis du monde contemporain.


fadaoudi@gmail.com
Samedi 18 Avril 2009

LE MONDE MUSULMAN EST-IL CAPABLE DE PROGRESSER ? L’Islam et l’impératif de l’ijtihad (par Mustapha Chérif)

16 Avril, en ce jour national du savoir, il est urgent de s’interroger sur la fonction de l’ijtihad et sa possibilité en notre époque si difficile. Au sujet de l’Islam, troisième rameau monothéiste, Message spirituel et civilisation, la désinformation bat son plein, dans un monde où les questions du sens de la vie et de la justice se posent. Le monde actuel est injuste et semble perdre le sens. Seul le dialogue et le travail de la raison peuvent aider à rétablir l’équilibre. La méconnaissance ruine la relation entre l’Occident et le monde musulman. Au moment où nous avons besoin les uns des autres, une crise sans précédent complique le rapport entre le monde de l’Islam et l’Occident. Elle s’inscrit dans la crise générale des valeurs de notre époque.
Nul n’a le monopole de la vérité. Pour sortir de la crise, du piège de la propagande du «choc des civilisations» qui gagne du terrain, mettre fin à l’ignorance, en somme pour apprendre à vivre ensemble, la question qui devrait habiter notre pensée est aujourd’hui: que peuvent apporter l’un à l’autre l’Islam et l’Occident? Question de l’heure, puisque les discours dominants, en rive nord, prétendent à tort que les religions en général et l’Islam en particulier, sont antimodernes, intolérantes et rétrogrades. A l’heure des débats polémiques sur les causes des problèmes des sociétés musulmanes et leur aptitude au progrès et à l’heure paradoxale de leurs retards technoscientifiques et de leur résistance légitime aux injonctions extérieures, il est urgent de raisonner, d’interroger les sources fondamentales et d’étudier les facultés non pas seulement d’adaptation mais d’invention, offertes par la pensée islamique elle-même.
Pour sortir des anathèmes, des lectures fermées et de l’islamophobie, et faire connaître la version civilisée de l’Islam, il faut se fonder sur la raison raisonnable, créative, étudier toutes les possibilités offertes par l’ijtihad, cet effort de réflexion, qui peut favoriser le renouveau de l’interprétation du Coran. Il faut revenir aux sources spirituelles, le Coran et la Sunna, pour contredire à la fois les intégrismes et la déshumanisation moderniste et explorer les potentialités de l’Islam, voir comment il peut faire face aux défis de l’heure. Plus que jamais l’ijtihad est un impératif.

Un colloque international à l’Unesco

A contrario de ce que veut faire croire la propagande des extrémistes politico-religieux et celle dominante d’une islamophobie qui exploite les difficultés du monde musulman contemporain, nous sommes en droit de penser que la singularité de l’Islam, ce méconnu, sa version de l’humain, bien comprise, peuvent êtres bénéfiques, si le dialogue reprend ses droits, si l’ijtihad est pleinement réactivé, en particulier autour d’une vraie réflexion autour du Coran. Il convient donc d’examiner les possibilités d’un nouvel ijtihad et d’une réforme (islah) qui permettra à l’Islam de sortir des extrémismes et de faire face aux défis du monde contemporain et, plus encore, contribuer à apporter des réponses aux problèmes éthiques et moraux de l’humanité.
Dans ce sens, un colloque international sur le thème de l’Islam et l’impératif de l’ijtihad vient de se tenir au siege de l’Unesco à Paris, organisé conjointement par l’Isesco, l’Observatoire d’études géopolitiques dirigé par Charles St-Prot et le Centre de droit international européen et comparé de la Faculté de droit Paris Descartes. Un public nombreux et fort attentif a bénéficié d’une dizaine de conférences de haut niveau, sur des points variés: les fondements de l’effort d’adaptation, l’ijtihad- Comment lire le Coran? Comment étudier la Sunna prophétique? L’ijtihad au coeur de la pensée islamique (fondements canoniques, fondements doctrinaux, le réformisme dans l’Islam, ijtihad et intérêt public -maslaha); l’importance de l’ijtihad aujourd’hui. L’Islam et les défis du monde moderne. L’importance de l’Ijtihad (pour combiner la Tradition et le progrès). Que peut apporter l’Islam au monde contemporain? Ethique, morale, esprit communautaire contre l’individualisme, prise en compte de l’intérêt public, ouverture et globalité de la législation islamique, la finance islamique, enjeux de l’ijtihad...Vastes et passionnants sujets.
Il s’est agi de montrer que l’Islam conserve la même et invariable aptitude à se développer, engendrer et innover. Etaient présents des penseurs et universitaires musulmans et non musulmans, personnalités scientifiques, qui ont présenté les résultats de leurs recherches et points de vue. Il est primordial d’adapter l’ijtihad aux circonstances liées à la vie moderne. Pour ce faire, nous devons préciser le sens de I’jtihad contemporain. Car s’agit-il de l’ijtihad qui s’accommode de l’époque, ou de celui qui assimile l’esprit de l’époque et tient compte de ses exigences? De l’ijtihad qui, se pliant aux exigences de l’époque, en vient à reconsidérer sa tradition pour l’appliquer coûte que coûte à la réalité variable pour la bonne et simple raison que celle-ci est variable? Faut-il au contraire discerner les aspects positifs des aspects négatifs de notre temps et réinventer une culture vivante et humaine? Il ne fait aucun doute que les hommes ne doivent pas s’aligner servilement sur leur époque, ni lui tourner le dos.
En effet, la dichotomie, inhérente à l’homme, a toujours existé, donnant lieu à de bonnes ou mauvaises conduites, à des comportements approuvés ou réprouvés, à un code moral jugé à l’aune de principes parfois figés. Force est de souligner que l’ijtihad auquel tout être raisonnable aspire n’est pas celui qui cherche à tourner le dos à son époque, ou au contraire à tout prix veut se conformer à son époque. Il y a du clair et de l’obscur dans toute époque. Nous entendons plutôt par ijtihad moderne celui qui se veut créatif, fidèle et novateur en même temps. Ni fermeture, ni dilution. Un mujtahid est un porte-parole intellectuel des intérêts de son peuple et qui veille à la préservation scrupuleuse de ses racines, de ses intérêts et aspirations, qui ne s’en éloigne jamais et qui répond aux besoins des gens en leur balisant la voie vers l’avenir, une vie ouverte, équilibrée, responsable et digne. C’est non seulement possible, mais vital.
L’exégèse louable et approuvée est fondée sur une connaissance suffisante des règles scientifiques, linguistiques, éthiques et fondamentales du savoir et des valeurs propres. Ni apologie, ni dénigrement. Elle ne porte pas atteinte à l’honneur et à la vie privée des gens. Elle ne contredit pas une raison saine, ni bafoue une science certaine, fermement établie, tout en faisant tous les efforts possibles de recherche et de réflexion, poussant à l’extrême la déconstruction, la recherche de la vérité et de l’opinion juste et le détachement de soi des passions et des préférences non étayées par des arguments.

Une version de l’humain qui a fait ses preuves

L’intellectuel doit s’appuyer sur la raison pour chercher l’intérêt général et ce, pour que nous puissions critiquer et cerner notre époque, comprendre les problèmes et les questions qui y font jour et prendre conscience de ses risques et exigences. Cette démarche permet de nous pencher sur les nouveaux contextes pour les soumettre à l’analyse avec un esprit ouvert et perspicace. L’Islam invite à la réflexion et représente une version vigilante de l’humain qui a fait ses preuves. Reste à sortir des instrumentalisations et superficialités.
L’ijtihad, mot générique, désigne le principe de réflexion libre et responsable exigé par l’Islam aux intellectuels compétents afin qu’ils participent au travail de rénovation et d’invention de nouveaux concepts et de nouvelles pratiques, et d’interprétation du noble discours coranique et de la Sunna prophétique éclairante.
Cet aspect fait de l’ijtihad une possibilité ouverte à toute évolution et adaptée aux intérêts des individus et des sociétés, s’accommodant de tous les temps et de tous les lieux. L’ijtihad, ou tajdid, est cet acte qui distingue entre les opportunités et les menaces, entre ce qui fait obstacle et ce qui permet le progrès.
Il faut non seulement assumer les changements mais les susciter pour maîtriser l’époque, dans l’intérêt général de la société, afin de préserver son équilibre et sa stabilité et renforcer son attachement au sens de l’ouvert et de la civilisation.
Mais l’ijtihad ne peut être efficace, utile et agissant sur la vie de la société islamique que s’il est pratiqué dans le respect des visées générales de l’humanité et s’il repose sur la conviction que le respect de la dignité humaine est valable en tout temps et en tout lieu.
Autrement, il s’écartera de l’esprit de l’Islam et perdra par conséquent toute légitimité. Car l’Islam est venu libérer, non point asservir l’humain. Le colloque qui s’est tenu à l’Unesco a rappelé clairement ces principes.

(*) Professeur en relations internationales
www.mustapha-cherif.net


Samedi 18 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par Mazri Omar le 18/04/2009 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Mustapha Chérif est dans une démarche qui rejoint celle du Pape. L'islam lui manquerait la raison et l'humanisme pour revenir à l'Ijtihad?

Nous tournons en rond dans une confusion entre Islam et musulmans, entre produire de la pensée et être un produit de la pensée, entre modernité et produits de la modernité.

Ainsi : " d’une vraie réflexion autour du Coran." Il convient donc d’examiner les possibilités d’un nouvel ijtihad et d’une réforme (islah) qui permettra à l’Islam de sortir des extrémismes" !

Comme si en 14 siècles il n y ' a jamais eu de véritables réflexions sur le Coran. Cet esprit rationnel nous le devons nécessairement à notre proximité au Vatican dans le cadre du dialogue des religions au lieu du dialogue des peuples, et de notre proximité à la culture occidentale oubliant que la notre est confisquée par la décadence, la colonisation et le despotisme politique qui interdit non seulement l'ijtihad mais la seule parole libre pour dire un fait social, politique ou écologique qui risque de paraître subversif pour les détenteurs du pouvoir.

Il y a fuite en plaçant le débat sur l'islam et non sur les musulmans qui produisent la pensée pour comprendre, interpréter et mettre en application l'islam.

Le premier Ijtihad n'est pas de demander l'ouverture de l'ijtihad comme si la porte est fermé et la clé jetée, mais de produire de la pensée. La pensée islahiste est celle du Prophète Choâïb : un logos et une praxis pour combattre la tyrannie, la perversion morale et intellectuelle de sa communauté et de ses dirigeants.

"L’intellectuel doit s’appuyer sur la raison" oui, rien de nouveau. Aristote la plus grande encyclopédie humaine a montré par sa connaissance du monde grec que l'intelligence ne suffit pas pour promouvoir la pensée , il faut de la sagesse (sophia) et de la prudence (phronesis) dans la cité (la polis qui donne à la communauté humaine un caractère politique dans la manière de rendre la justice). Le langage de la cité doit être vertueux. L'islam a montré que tout ceci n'est pas suffisant s'il n'y a pas une foi. Les musulmans ont la foi mais il leur manque la pratique de la vertu et la polis c'est à dire faire de la politique pour que la justice soit bien rendue.

Le rapport n'est pas, pour l'instant, dans un ijtihad dans un monde au demeurant figé dans une modernité dépassée, mais dans la réappropriation du musulman de ses devoirs politiques (citoyens) et de sa vocation de Khalife de Dieu sur terre dont la mission est d'agir et de témoigner.

Pour les arabisants je pose la question que les musulmans modernistes abordent sans y donner une réponse convaincante se concontentant de confondre l'ijtihad au tajdid : le terme tajadoud n'est-il pas plus approprié? Le Coran utilise le terme de changement " Dieu ne change point en l'état d'un peuple tant que celui-ci ne change pas ce qui est en lui". Ce changement est pluriel, ontologique, psychologique, social, politique, culturel, spirituel. L'intellectuel organique, au service de l'islam ou plutôt au services des musulmans n'est il pas au service de leur libération de l'oppression et de la création des conditions objectives et subjectives pour que la communauté produisent une élite noble et généreuse qui peut agir comme des mouslihine, réformateurs, dans les interactions sociales, politiques, intellectuelles des musulmans entre eux et des musulmans au reste du monde.

Je ne veux pas monopoliser le forum et je me contenterais d'une dernière remarque sur la phrase : "l’ijtihad ne peut être efficace, utile et agissant sur la vie de la société islamique que s’il est pratiqué dans le respect des visées générales de l’humanité" Est-il nécessaire de faire tant d'effort intellectuel pour venir "lamentablement" opposer l'islam à l'humanité? L'islam n'a t-il pas vocation à se présenter comme l'alternative la plus crédible pour l'humanité en sa qualité d'occurrences d'Adam et en sa qualité d'entités plurielles et divergentes. Le problème urgent n'est pas de rendre l'islam conformes aux humanités (humanitas des latins ou polis des grecs) mais de créer les conditions de liberté, de progrés social et de reconnaissance mutuelle pour que le musulman, le fellah du nil ou l'expert en énergie nucléaire d'Iran, puisse exprimer leur talent et leur humanité au sein de la gande famille humaine alors que l'impérialisme et la dictature veut les maintenir en marge de l'histoire des hommes, des asservis au capital mondial, des indigènes travaillant dans les comptoirs commerciaux.

Les extrémismes que vous dénoncez sont le produit du système d'exclusion et de monopole et non de l'islam. Ce sont les principes de liberté et de justice de l'islam lui-même, même s'il est appliqué à la lettre et non dans l'esprit de la Sorbonne ou du MIT, qui sont les garants du juste milieu. Bien avant l'UNESCO Aristote a montré que la vertu est une affaire de pathos. Mohamed (saws) nous a laissé le Coran comme référence et non la recommandation de l'Unesco et son propre exemple : je suis envoyé pour parfaire les moeurs.

Sur quelles valeurs et quels critères Ibn Sina et Ibn Roshd ont étudié, commenté et diffusé la pensée aristotélicienne à l'Occident? Le Coran et la Sunna! Quel est leur mobile : la foi et la curiosité intellectuelle. Pourquoi : la société civile, politique et marchande musulmane était lettrée et suffisamment forte sur le plan de la foi et du Thamkine (position sur terre) pour aller vers l'autre et l'étudier. Ce sont tous ces éléments dont nous avons besoin pour produire de la pensée autonome et objective et tous ces éléments exigent le retour vers l'islam tel qu'il est et non tel qu'on se l'imagine. Le retour à l'islam n'est pas retour au passé mais retour à la vie selon l'expression coranique, à la vie sociale, intellectuelle, économique, culturelle, scientifique, spirituelle, des musulmans. Même s'ils le veulent ils ne peuvent vivre en autarcie. Il ne s'agit pas de leur dire de vivre avec les autres mais de leur donner les moyens de vivre comme les autres.

Hélas, nous parlons tous du même islam mais nous ne percevons pas l'ijtihad de la même façon car l'islam nous le percevons pas de la même façon et cela revient à la différence de notre background intellectuel et de notre conscience sociale et politique. En effet " l’Islam est venu libérer, non point asservir l’humain" . . Notre ijtihad est de chercher la voie de la libération, la notre et celle des autres et non de se présenter comme censeur ou détenteur de la vérité qui nous échappe par sa complexité sociale et historique.

2.Posté par Aigle le 18/04/2009 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chapeau Mr MAZRI pour ce retour aux sources .............les intelligentsia musulmanes ont fini par faire siennes soit les prismes des Derwiches qui ont voulu "excommunié" AL afghani en lui collant l'outageante accusation de denier au Prophete Mohamed ( sws) les privileges des revelations ( j'ai lu une chronique recente d'un pretendu "intelligent " voulant faire l'eloge d'un "Islam moderne" ( sic ) en faisant un clin d'oeil à 'AL afghani en reprenant cette accusation , pourtant condamnée en son temps et qui a valu aux derwiches auteurs de cette criminelle insanité de se repentir en public ) .....soit les prismes des Ethnocentristes occidentaux et arriver par des semantiques "cles en mains " à se faire des portes voix de pretendus " P...anseurs " beaucoup plus preoccupés à acculturer et destructurer l' Autre ( par la plus ignoble des manieres ) , qu'à chercher à explorer les richesses humaines de l'Autre ....Et comment peut il en etre autrement quand on veut faire le beau alors que ce qui est demandé c'est d'etre tout simplement vrai

Encore une fois merci


3.Posté par samir le 18/04/2009 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La désinformation envers le monde musulman est une réalité, elle existe, et n’est que la partie visible de l’iceberg. Le monde musulman subit depuis ces dernières années les coups le plus bas et vils qu’il a eut à endurer. Les sionistes sont très bien placés pour connaître l’essence de l’islam, communiquer ces connaissances aux USA et Europe via leurs lobbys, et la machine à ourdir et monter les coups bas se met en marche. A voir leurs œuvres ils n’ont pas besoins d’un monde musulman à leurs côtés. Ils veulent rester seuls maitres du monde il suffit de voir ce qui se déroule actuellement. (NOM)
Cette histoire du choc des civilisations est l’une de leurs armes qui frise la débilité et l’obsesssion, « voilà on vous l’a bien dit les musulmans n’arrivent pas à s’intégrer dans notre société. » Parlons-en de votre société.
Elle est basée sur ce qu’il a de plus pernicieux et novice pour le développement sain de la personne de l’individu en général. Votre société est basée sur le sexe, la pornographie, Le viol et la sodomie des enfants 1 l’intérêt qui ruine l’économie des simples gens. Votre société est pour les mariages gays d’homosexuels et de lesbiennes. Ces tares ont été imposées au monde sous prétexte de liberté d’expression et de mener sa vie à sa guise3. Ces associations et organismes gays et autres sont nées au lendemain de l’attaque du 11 septembre pourquoi ?. Ce sont les gays et homosexuels des USA d’origine « juive » qui sont à l’origine de cette création. Que cache cette manœuvre ?. Et ces histoires de foulard et de caricatures. En quoi une femme qui porte le foulard gêne telle ?. Ou sont ces valeurs de respect de l’individu que vous prônez à tout bout de champ. Ou ces sont ces slogans de liberté de culte que vous affichez dans vos interventions de ci et de là.
Pourquoi ces attaques envers les musulmans que vous cherchez à cadrer et toiser selon une lorgnette conforme au gabarit de votre moule. ?
Sur quoi vous basez vous pour dire que vous avez un mode de vie meilleur et plus sain que celui des musulmans. ?
Sur quels critères vous basez vous pour analyser et juger les autres, sachant que ce qui a été cité plus haut ne plaide pas en votre faveur. ?
Vous avez toujours cherché à créer des problèmes au monde musulman et à le freiner dans son essor.
Toutes ces vagues de terrorisme et attentats qui se sont passés à travers des pays arabes qui prouve si vous n’êtes pas derrière. Et un bonne partie des populations des pays arabes à une idée bien arrêtée là-dessus (El Qaida- et toutes les autres nébuleuses terroristes à travers le monde sont votre création)

- Le 11 septembre est de votre création et vous avez fait porter le chapeau à des musulmans.
- Des dizaines d’attentats commis par les services du Mossad aidés par certains services européens ont été commis à travers le monde.4 Les auteurs selon les journaux et tv manipulés et stérilisés, sont les arabes.
- A chaque fois que l’occasion se présente de relater un fait divers ou autre (journaux et télévisions), la comparaison se fait toujours au détriment d’un pays musulman. Pourquoi ?


Pourquoi ne pas inverser cette analyse. Et voir votre monde, selon le regard d’un musulman.

C’est l’éveil du monde musulman qui fait peur, c’est la renaissance d’un monde nouveau, et sain qui fait peur, pour le contrecarrer vous cherchez à créer le votre (NOM) basé sur le vice la pornographie, l’adultère, le vol (un exemple MADOFF qui a ruiné des gens). Vous sentez la venue de ce monde, mais sentez ce changement il vous fait peur et automatiquement vous faites porter le chapeau aux musulmans et aux arabes en général. Les musulmans n’ont rien fait, ils subissent vos attaquent. Si quelque chose est prédestiné à arriver il arrivera que vous le vouliez ou nom. Et ce nouveau monde ne sera pas conforme à vos vœux et désires ; votre monde est corrompu, vicié, prêt à s’effondrer à disparaître. Vous remplissez les conditions pour être engloutis.

(1) Là il faut ouvrir une parenthèse les pays d’Europe battent tout les records - Publiez les statistiques – Au point que des unités ont été spécialement constituées pour lutter contre ce fléau .
(2) http://www.alterinfo.net/Israel-formerait-des-terroristes-d-Al-Qaida-sur-son-territoire_a31635.html?com#com_802428
(3) L’alcool fait actuellement des ravages au sein des jeunes de 10 à 15 ans.
(4) Tout le monde a eut l’occasion de lire sur les journaux les divers attentats commis pars ces criminels et ils ont été mentionnés comme commis par des arabes.

4.Posté par Saber le 19/04/2009 00:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Comme il s'agit de la pensée humaine, je m'autorise à porter une réserve à ce qui est annoncé dans cet article que je considère digne d'un pur grammairien car il ne va pas à l'essentiel en tournant autour du pot sans même engager des réponses concrètes sur la notion de l'Ijtihad et comment peut y accéder un grand nombre de musulmans le plus souvent désemparés et déstabilisés par des discours stériles de part le manque de profondeur.

Les élites musulmanes ne représentent aucunement la oumma ni dans sa diversité sociologique ni sur le plan économique et éducatif. C'est un dialogue de sourds et muets.

Expliquez-moi combien de musulmans comprennent la langue arabe pour disposer d'eux même pour faire l'effort individuel et nécessaire de chaque instant sans attendre le bon vouloir de quelques savants de diffuser des traductions coraniques et autres éclaircissements des hadiths sahihs ?

Expliquez-moi comment les pauvres et les nécessiteux puissent entendre et comprendre la parole du Créateur sachant que celui qui la leur récite est rassasié des biens terrestres ?

Savez-vous, vous, Messieurs les intellos de l'UNESCO, cet antre de la franc-maçonnerie, la différence entre le mot ZAKATE et le mot SADAQA ? Je ne pense pas, car auquel cas le F M I n'aura pas lieu d'exister.

Il est peut-être loin le temps où existait le véritable trésor public BAYT AL MEL n'empêche que la vérité sur le manque de BARAKA en est le révélateur malgré l'abondance des richesses .

Il me semble que votre souci premier se résume à ce que pense l'Occident de l'islam et des musulmans et en cela vous démontrez votre inaptitude à montrer le moyen de s'affranchir de la médiocrité tout en étant vous mêmes les esclaves de l'intellectualisme occidentale en oubliant qu'il a pour seul fondement que l'objet de la convoitise des bien matériels.

L'islam est par définition aussi une politique où l'humain a été créé dans le meilleur de la création et doit se conformer à ce qu'il lui est prescrit dans le saint coran et les hadiths et ne reste ouvert qu'à ce qui relève de la nature du bien et complètement étanche à tout ce qui lui est nuisible.

5.Posté par meditation le 19/04/2009 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



http://www.dailymotion.com/bookmarks/ibnbatouta/video/x90cxo_une-nouvelle-religion-mondiale-shei_news

6.Posté par Tarik le 19/04/2009 01:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@mustapha cherif

SVP TAISEZ VOUS .....ET LAISSEZ L'ISLAM EN PAIX SI VOUS ETES REELLEMENT CROYANT
des les premieres lignes vous avez esquissé et votre personnalité et le contenu de votre article , le reste n'etant plus que batifouillage ....

7.Posté par julle le 19/04/2009 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

toute reforme ne peut reuissir que dans un monde juste,condannés à l'opression par un oxident agressif et ses pions mafieux arabo-musilmans.je viens d'apprendre que la justice à confirmé la décision de l'univérsité de toulouse consernant l'etudiante qui porte le foulard,est ce de dillasser de sa culture et de sa religion est la réforme qu'on nous promette.

8.Posté par nawak le 19/04/2009 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Samir


"Elle est basée sur ce qu’il a de plus pernicieux et novice pour le développement sain de la personne de l’individu en général. Votre société est basée sur le sexe, la pornographie, Le viol et la sodomie des enfants"

Ben voyons...
Et les harems, le fait d'avoir plusieurs femmes c'est pas pour le sexe peut être?
Des propos pareils, ça mériterait bien quelques coups de fouet.

9.Posté par nawak le 19/04/2009 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Islam est une belle religion, comme toutes les autres. Le problème vient des hommes qui interprètent et arrangent ces religion pour accroître leur pouvoir sur leurs semblables. Croyez en qui vous voulez mais ne faites pas chier les autres parce qu'ils vivent d'une manière différente de la votre. Comment pouvez vous prétendre détenir la Vérité? Dans certains pays on tue ceux qui sont différents, belle preuve de tolérance...

10.Posté par samir le 20/04/2009 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ nawak

Vous lisez trop le conte des milles et une nuit. Apprenez d’abord à faire la différence entre une femme qui est la maitresse de quelqu’un, qui fait la pétasse, et une femme dans un harem qui est mariée, est l’épouse de quelqu’un et qui a des enfants légitimes. Alors que cette maitresse que vous défendez a des bâtards. Rare sont les musulmans qui ont 2 épouses tenez le pour dit. Vous donnez l’impression d’être de la catégorie qui aime coller des stéréotypes et des clichés aux autres. Le sexe est quelque de chose de naturel et normal pour tout le monde. A condition qu’il se fasse avec le conjoint. Ce sujet que vous soulevez !!!!!!! je l’ai abordé comme faisant partie d’un ensemble, d'un commentaire complet.


11.Posté par Tarik le 20/04/2009 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les Musulmans ont un tres gros probleme : le sexe , insconciement ils n'arrivent pas a transcender cette question ( la skipper ) et se concenrer sur l'organisation de leur s sociétés pour un meilleur developpement !
ils sont là avec leur foulard leur abaya leur kamis et musc et amber et henné et entretemps ils pleurnichent contre l'Occident lui qui meme que sa société est loin d'etre parfaite ne l'empeche pas pour autant d'affiner encore plus son organisation de société !
Mais Bon Dieu toutes les créatures sur terre émanent du meme Créateur , par consequent si le Créateur aime sa Création ils aiment toutes ses créatures quelque soit la religion qu'elles pratiquent , juste rester dans le droit chemin et chercher LA VERITE ,pour le reste Dieu n'impose rien de contraignant a sa créature !
Donc secouez vous un peu les musulmans et depassez ce stade de sexe , de femme, e foulard ,de hadiths etc etc et allez vers l'essentiel : une société plus developpée en harmonie avec ses traditions et sa culture musulmane pas le charlatanisme!

12.Posté par Kalix le 20/04/2009 04:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A mettre dans un contexte, c’est juste de l’analyse absolu, ne soyez pas borné par des frustrations et par vos égos...

Un ménage dans lequel un homme prendrait à sa charge « quatre femmes » rapporterait quatre fois moins d’argent à l’état qu’un homme célibataire et quatre femmes célibataires.

Par ailleurs, on sait statistiquement qu’il y a plus de femmes que d’hommes, de l’ordre d’un rapport de 3 pour 1, voir plus...

(N’en déplaise à la gente féminine) Vu sous cet angle et sans vouloir faire l’apologie de la polygamie, la solution des harems est plutôt propice à une stabilité sociale et économique, en plus de prévenir la saturation du marché du travail (nous savons que, établit de façon unanime par les experts, l’entrée des femmes sur le marché (environ 1968) coïncide avec le début de l’accroissement du chômage).

Vu les enjeux financier, on comprend bien pourquoi la conspiration de l’ombre s’est affairée à inculquer aux individus la libération (économique) des femmes et à interdire la polygamie...

Pour ce qui est du système de harems, il est bien plus sain dans des conditions de justice et d’honnêteté que la situation que nous vivons aujourd’hui : les deux extrêmes -- > des concubines (pétasses) potentielles à tout va ou des saintes ni touches jusqu'à la vieillesse.

Un beau chaos relationnel orchestré par les tirants et dont nous sommes tous responsable, ils sont très fort ces enfoirés, des dictateurs sataniques de l’ombre, qui s’en foutent plein les poches, garde les mains propres et se fichent des conditions de l’humanité et en primes pour les potes industriels médicamenteux, ils laissent proliférer un virus virtuelle nommée SIDA ---> Lien

() Le SIDA, une bonne machine à sous récurrente avec le charity, et qui présente un double objectif : 1. Envenimer la confrontation du religieux avec la laïcité, qui à terme discrédite le religieux (tout récemment le Pape avec sa déclaration sur les préservatifs) et 2. Influer sur la peur des individus pour en faire ce qu’ils veulent (les leviers de la peur et du désir leur permettent un contrôle optimale sur les individus à leur guise).

Il y encore des bandes d’imbéciles qui se croient libre dans cette société.

ALORS !! CETTE SOCIÉTÉ LA, ELLE N’A ABSOLUMENT PAS LE DROIT D’EXIGER QUOIQUE QUE SE SOIT A L’ISLAM. QU’ELLE AILLE AU DIABLE, CETTE SOCIÉTÉ D’INJUSTICE PERVERSE... ( SAMIR ET SABER ONT TOUT DIS). L’ISLAM EST BIEN TROP PURE ET PARFAIT FACE A CETTE SUPERCHERIE DIABOLIQUE. ET PENDANT QU’IL Y A DES MOISIS DU CERVEAU OU « COLLABO », REVENDIQUANT UNE APPARTENANCE A L’ISLAM, QUI SUPPUTENT L’EFFORT ( IJTIHAD) A FOURNIR POUR UNE MEILLEURS « ADAPTATION » DE L’ISLAM , LES VAMPIRES PIOCHENT DANS CE DERNIER, LES SOLUTIONS POUR LEUR PROCHAINE BULLE ÉCONOMIQUE ( L’ACTUELLE ÉTANT EN PHASE FINALE).

VRAIMENT !!! MAIS CET ARTICLE C’EST UNE FARCE OU QUOI ?, VOUS ÊTES SIONISTE M. CHÉRIF ??? PEU IMPORTE, L’IJTIHAD EST ESSENTIEL C’EST VRAI, MAIS SUREMENT PAS EN RÉCUPÉRANT TOUTES LA POURRITURE DU MODÈLE DE SOCIÉTÉ OCCIDENTALE. IL Y A CERTES DU BON, A NOUS DE COMPOSER SI TOUTEFOIS ON ARRIVERAIT A TRANSCENDER NOS ÉGOS, ON NE MODIFIERA CERTAINEMENT PAS LES FONDEMENTS POUR FAIRE PLAISIR A LA VACHE A LAIT !!! C’EST PAS GRAVE ON SE CONTENTERA D’EAU ! ALLAH EST GRAND ! SA RELIGION RESTERA INCHANGÉE JUSQUE LA FIN DES TEMPS, IL EST LE VICTORIEUX !

13.Posté par Mazri Omar le 20/04/2009 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me permets de revenir à la charge sur l'article du professeur Mustapha Chérif, Dieu m'est témoin que je ne porte aucune animosité personnelle envers l'auteur de l'article mais que j'y contribue comme marque de mon Ijtihad. L'Ijtihad consiste à faire l'effort de comprendre une énonciation c'est à dire l'énoncé ( le Coran), l'énonciateur (Dieu), l'énonciataire (le musulman) et les conditions (logos, pathos et ethos) ou contexte du texte. Je suis d'accord qu'il y ait Ijtihad mais dites-nous l'objet de cet ijitihad. Ne trouvant pas d'objet d'ijtihad je fais de l'article lui même un objet d'ijtihad sans dépasser le logos de l'énonce. Le reste ne peut être l'objet d'un commentaire mais d'une expertise que je n'ai pas.

En relisant l'article je trouve "l’Islam, troisième rameau monothéiste". Sur le plan de la foi et de la vertu l'islam n'est pas le troisième rameau celà irait à l'encontre du Tawhid (le monothéisme pure et parfait) et relève du Kofr majeur que de le croire. Dieu est Un, la foi est une depuis Adam : islam. En tant que religion c'est à dire en tant que forme cultuelle et liaison symbolique pour lier l'homme à Dieu dans la vie sociale l'islam n'est pas le troisèle rameau mais le Sceau, le parachèvement, la fin du Prophétat et de la Prophétie. Elle est belle l'image du rameau mais elle n'exprime ni dans l'imaginaire ni dans l'histoire la continuité du message religieux. Jésus par exemple a achevé, sans parachever, le Judaïsme en le restaurant et en le réhabilitant après son épuisement. Jésus lui même le dit " le temps de la loi est fini, c'est le commencement de l'amour". Jésus n'avait pas vocation universelle. Sa mission était limitée dans le temps et dans l'espace et elle annonçait Ahmed (Mohamed). Jacob, Joseph, Salomon, David, Moise et Jésus ne sont pas des rameaux mais le même arbre nourri de la même sève celui d'Abraham. Abraham a repris la mission de Noé. Noé celle d'Adam. A titre d'illustration la sourate "les Prophètes" le dit sans équivoque :

{Nous avons déjà apporté a Moïse et Aaron le Livre du discernement (la Thora) ainsi qu'une lumière et un rappel pour les gens pieux, qui craignent leur Seigneur malgré qu'ils ne Le voient pas, et redoutent l'Heure (la fin du monde). Et ceci [le Coran] est un rappel béni que Nous avons fait descendre. Allez-vous donc le renier? En effet, Nous avons mis auparavant Abraham sur le droit chemin. Et Nous en avions bonne connaissance.}

{Certes, cette communauté (de foi monothéiste) qui est la vôtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc. Ils se sont divisés en sectes.}

Un autre élément qui contredit cette notion de rameau est l'unicité de source des Révélations divines est bien mentionné dans le Coran :

{Et Nous avons certes écrit dans le Zabour (les Psaumes de David), après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs}.

Le piège dans lequel tombe nos frères réclamant l'Ijtihad est de le réclamer non à partir de ses sources islamiques ou des exigences sociales et politiques des musulmans en terre d'islam confrontés au despotisme ou en terre judéo chrétienne confrontés à leur statut de minorité avec tous les problèmes à résoudre pour vivre une islamité saine mais aussi une citoyenneté responsable de devoirs et de droits mais de le réclamer en indigène. Tarek Ramadhan le plus craint par les milieux islamophobes tombent dans le même travers en acceptant par exemple de débattre à la télé avec Sarkozy alors ministre de l'intérieur. Je ne fais pas le reproche à mon frère de débattre avec un ministre qui me représente en ma qualité de français ou d'européen mais de se tromper de partenaire. Il y a des règles de bienséance : Un philosophe doit trouver face à lui un homme de culture ou un homme de culte pour débattre de l'islam et non un policier.

Le drame c'est qu'on accepte au nom d'une image de marque de niveler l'islam à la vision du Pape ou du sécuritaire comme si les représentants de l'islam n'ont pas de terrain d'expression ou de champs d'action dans le mouvement islamique ou dans les mouvements alter mondialistes? Cela les amène à dire des énormités comme réformer l'islam ou faire des moratoires contre la lapidation par exemple. Ils oublient qu'ils sont intellectuels dont la vocation est de produire de la pensée et non des Fatwas car un moratoire est une fatwa. Faire de l'iJtihad pour casser du sucre sur le dos des savants musulmans déjà malmenés par les médias et les despotes est contre productif voire illicite. Signifier, subtilement, que les savants musulmans sont incultes, incompétents ou inexistants est injuste moralement et intellectuellement inacceptable.

Pour rester dans la même image : Mahmoud Abbas et ses compères sans légitimité sont reçus par des chefs d'états et des ministres alors que le HAMAS légitime par les élections et son combat contre Tsahal est reçu par les chefs des services de renseignements d'Égypte et de Jordanie. HAMAS n'a pas le choix. Nos intellectuels ont le choix de choisir leurs interlocuteurs et leurs thèmes de réflexion en toute liberté mais en toute responsabilité. L'intelligence, le savoir et la rhétorique ne sont pas suffisants pour former l'intelligentsia qui pratique l'ijtihad. Ijtihad compris comme quoi? Pensée structurante, idéologie militante, Tajdid pour renouveler la lecture du texte religieux ou Tadjaddoud pour restaure l'homme nouveau qui affronte les défis de son temps et de son sol en produisant les idées et les moyens d'action pour annoncer, accompagner et expliquer, et témoigner sans apologie mais avec esprit critique la dynamique sociale et politique.


At Tajadoud est différent du Tajdid. Le Tajdid signifie renouveler la lettre, le tajaddoud signifie renouveler la manière de lire la lettre invariante en partant de la règle que Mohamed a réglé avec ses principes islamiques les problèmes de son temps et qu'il nous appartient de résoudre les problèmes non plus tu temps de Mohamed mais de notre temps mais avec les principes de Mohamed car la lettre de Mohamed est universelle et achevée. Il s'agit davantage de lecture du monde actuelle en lui apportant les réponses à la lumière du Coran et de la Sunna et non de hierarchiser, d'omettre ou d'ajouter quelque chose à l'islam pour compenser notre incompétence à lire le monde, à la vivre et traduire l'islam en réalité sociale, politique, culturelle. La différence n'est pas seulement littérale, léxicale ou sémantique elle est philosophique et spirituelle : l'islam est notre lumière pour voir et agir sur le monde et témoigner aux autres de cette lumière.

La différence n'est pas dans la subtilité phonétique mais dans l'art et la manière de voir les perspectives du changement. Le Tajdid a un sens passif, institutionnel comme le Thaâlim (l'éducation), le Tajaddoud a un sens actif, il repose sur l'implication de celui qui doit être changé comme lui même acteur libre de son changement. Le Tadjaddoud suppose un travail de conscientisation comme le Thaharour ( l'acte libérateur) ou le Thaâaloum (l'acte d'apprentissage par un apprenant qui met en place sa propre stragégie d'apprentissage). Mohamed (saws) a explique que le îilm (la science ou le savoir ou la connaissance) est par le thaâaloum (l'effort volontaire et conscient de l'apprenant à acquérir la connaissance). Aller vers la connaissance ou être en attente de la connaissance qui vient vers vous ce sont deux attitudes psychologiques et ontologiques différentes.

Dans le Tajdid c'est l'être comme réceptacle du renouvellement qui est mis en évidence. Dans le Tajaddoud c'est l'acte de se renouveler qui va transformer l'être. Il y a acte qui transforme l'être qui a son tour va transformer sa manière d'agir ainsi que les finalités de son action modifiant à son tour son être ontologique (croire, savoir, pouvoir, devoir, vouloir...)

Pour le non arabisant il est difficile de voir la différence entre tajdid et tajaddoud. La vocation de la communauté musulmane est de vivre en fratrie de foi et en fratrie d'humanité, j'ose même dire dans la famille musulmane le but est de fonder une fratrie amoureuse. Nous parlons de fraternité islamique ou de fraternité humaine comme quelque chose qui va de soi c'est à dire quand la fratrie est effective. Il serait faux et préjudiciable sur un plan sociale et politique de confondre fratrie avec voeu de fratrie dans une communauté individualiste et matérialiste. Cette confusion occulte le travail préalable qui est celui de la fraternisation islamique ou humaine comme la liberté occulte la libération. L'intellectuel organique a pour mission, dans ce cadre précis, de montrer ce qui aliène la liberté, ce qui asservit, ce qui crée la discorde, ce qui crée l'injustice, ce qui empêche la fratrie de se réaliser. Il ne se contente pas de montrer les causes et les conséquences il doit montre le chemin de la fraternité ou celui de liberté c'est à dire l'acte de fraternisation et libération comme processus de refus moral, politique et religieux de la soumission et de la servitude et quête consciente, planifiée et assumée de la fratrie et de liberté de vivre en fratrie. Il ne s'agit pas d'exprimer seulement l'exigence de vivre en fratrie et l'amour de la liberté ou de philosopher sur la fraternité et la liberté mais de créer du Know how social, politique, économique et culturel pour arriver la fratrie de foi et d'humanité indissociable de la liberté de s'associer, de pactiser, de prendre l'initiative, de refuser... Il en est de même pour l'Ijtihad.

Pour reprendre le problème de la réforme (islah) voici le coeur du débat sur la réforme entre Choâaïb et sa communauté humaine dans la sourate al aâraf: {Donnez donc la pleine mesure juste et le poids équitable et ne donnez pas aux gens moins que ce qui leur est dû. Et ne commettez pas de la corruption sur la terre après sa réforme. Ce sera mieux pour vous si vous êtes croyants. Et ne vous placez pas sur tout chemin, menaçant, empêchant du sentier d'Allah celui qui croit en Lui et cherchant à rendre ce sentier tortueux. [...] Les notables de son peuple qui s'enflaient d'orgueil, dirent: ‹Nous t'expulserons certes de notre cité, ò Chuaïb, toi et ceux qui ont cru avec toi. Ou que vous reveniez à notre religion.› - Il dit: ‹Est-ce même quand cela nous répugne? ›.} et dans la sourate Houd : {ls dirent: ‹Ô Chuaïb! Est-ce que ta prière te demande de nous faire abandonner ce qu'adoraient nos ancêtres, ou de ne plus faire de nos biens ce que nous voulons? Est-ce-toi l'indulgent, le droit?› Il dit: ‹Ô mon peuple, [...] Je ne veux nullement faire ce que je vous interdis. Je ne veux que la réforme, autant que je le puis.}

Le Coran nous pose les problèmes fondamentaux de justice et il appartient à l'homme de voir et de répondre aux problèmes posés par le colonialisme, le despotisme et le sionisme pour restaurer la justice et l'Honorificat adamique originel que chacun de nous porte par sa qualité de créature honorée par Dieu. Dans ce rapport à la justice on ne peut accepter qu'un musulman vienne au nom de l'islam accabler un autre musulman d'extrémisme ou d'intégrisme sans citer la règle et le critère discriminant qui qualifie celui-ci d'extrémiste ou de modéré. Tout le discours officiel occidental et oriental est orienté sur les extrémistes sans que l'on nous donne en quoi ils sont extrémistes. Ils s'écartent d'une norme de l'islam, laquelle? Ils s'écartent de la norme du politiquement et religieusement correct, laquelle et pourquoi devrions nous l'adopter comme norme si elle vise à cacher l'islamophobie ici et le déni de justice ailleurs? Le HAMAS et le Hezbollah sont-ils extrémistes, terroristes? Le peuple afghan qui défend sa patrie est-il extrémiste? Devrions-nous aseptiser le peuple afghan de toute son histoire et de sa géographie pour le rendre acceptable aux yeux du civilisé qui au nom de la civilisation, de la raison, de la liberté et de la démocratie a nié l'autre humain pour ne laisser vrai et juste que sa politique violente et extrémiste de spoliation?


Il ne s'agit pas pour moi de justifier l'extrémisme mais d'appeler à la vigilance quand on se veut fonctionnaire de la philosophie car cette dernière nous apprend de nous méfier de l'aliénation que le lexique et la sémantique peuvent cacher. Il faut inviter d'abord à une démystification de ceux qui utilisent ces termes pour nous combattre et nous priver de notre liberté et de notre droit à la justice avant d'utiliser leurs mots. La démarcation ou le Thibyane est plus qu'une vertu islamique, c'est le moteur de l'Ijtihad. Faire preuve de discernement dans un environnement miné est le devoir du moujtahid, celui qui fait effort sur lui pour comprendre et interpréter le texte et le contexte dans leur réalité.

L'Ijtihad comme la recherche scientifique exige une rupture épistémologique. Notre rupture est avant tout vis à vis du modèle qui a été tracé par nous par ceux qui nous étudient depuis des siècles et qui connaissent nos pathologies sociales mais aussi intellectuelles celles de l'indigène qui a perdu sa capacité à réfléchir en autonomie et qui a perdu la conscience de classe comme disent les marxistes. Le savant musulman qui produit l'Ijtihad ne peut être isolé des conditions sociales et politiques de production des biens et des idées. Il peut être comme Ibn Khaldoun ou Malek Bennabi trop en avance sur son temps donc impertinent et inopportun. Ibn Badis par exemple, dans son époque et avec les moyens de son époque, a pratiqué de l'Ijtihad. Il n'a pas révolutionné tout le Fiqh musulman et toute l'exégèse. Il a répondu à l'attente objective : préparer le peuple algérien à avoir une conscience nationaliste en se réappropiant son identité nationale, linguistique et religieuse. Sur le plan religieux il fallait réveiller les consciences de la nuit coloniale et de la décadence musulmane en les amenant à la rupture avec le paganisme qui a été réintroduit dans les coutumes via les marabouts et autres fétiches et totems. Djamel Eddine al Afghani n'est pas un idéologue mais un homme d'action le tajdid ou l'ijtihad a consisté a rejeté le colonialisme comme fatalité y compris sous sa forme culturelle comme l'école anglaise et a invité les afghans a lutté au nom de l'islam contre l'occupant et non contre le mécréant.

L'Ijtihad est comme l'art, on ne pratique pas l'art pour l'art. Il a une finalité, une fonction, un rôle éducateur (ou corrupteur) dans l'éthique et l'esthétique sociale. On peut le faire pour différentes raisons et c'est l'usage qui dévoile son intention : on le fait comme véhicule idéique et spirituelle ou comme fonction sociale pour partager le sens du beau ou comme moyen de gagner sa croute si on est artiste ou de spéculer sur le travail des autres si on est critique d'art ou marchand d'art. La spéculation du critique et du marchand n'obeissent pas aux mêmes mécanismes ni aux mêmes fins. Quel est donc cet Ijtihad dont tout le monde parle mais qui se cache au regard des musulmans comme l'arlésienne se cachait au regard des français... Quel est sa vocation : promouvoir les musulmans en France comme citoyens en interaction sociale, politique et culturel? Promouvoir un islam français comme si il y a volonté de reconnaître une lutte entre l'islamisation de la modernité et la modernisation de l'islamité pour occulter le débat sur les libertés des musulmans et surtout sur leurs devoirs. Le musulman qui accomplit ses devoirs est sans doute celui qui dérange le plus.

S'il y a ijtihad a faire en priorité c'est trouver la voie pour que les musulmans soient libres et responsables dans leur témoignage sur l'islam comme alternative, dans la politique, l'économique, le social et le culturel. C'est cette expression comme praxis social qui va donner à l'Ijtihad vie et expression normale car en pratiquant la vie il va répondre aux exigences de la vie sinon disparaitre ou se taire car on aura perdu la compétence et la crédibilité de se présenter comme alternative. Le Fiqh produit actuellement de la pensée et de la documentation surabondante en matière de code de la famille ou d'héritage non pas car la société s'est compliquée mais tout simplement car c'est le seul terrain laissé libre à l'islam pour s'exprimer. Tous les autres domaines sont du domaine exclusif du droit positif. Les banques "islamiques" ayant en réserve plusieurs milliers de milliards de dollars et ayant bien résisté à la crise vont sans doute donner à l'ijtihad musulman et non musulman l'occasion de s'exprimer. Le Fiqh musulman n'est pas un bloc monolithique tombé du ciel mais une praxis. En Andalousie et à Bagdad les chrétiens et les juifs contribuaient à l'Ijtihad musulman car la loi de Dieu veut que le dominant impose sa culture, sa langue, sa dynamique. Il nous faut changer le rapport de force face au capitalisme et en même temps promouvoir un rapport d'intelligence et de coopération, comme l'exige le Coran, avec toutes les forces positives. Il faut redonner vie la fratrie de foi et à la fratrie humaine en faisant un retour à l'islam pour redonner à nos communautés en marge de l'histoire la praxis qui leur a permis d'agir et de témoigner dans une liaison naturelle entre la pratique sociale et le retour théorique sur cette pratique sociale en produisant à partir de l'islam vivant dans la société de nouveaux concepts, de nouveaux outils, de nouveaux défis. C'est une dynamique sans fin celle de l'homme libre et non de l'esclave.

14.Posté par Aigle le 20/04/2009 21:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dieu que le chemin est encore long , mais Dieu que la verité est vivifiante . Chapeau encore une fois

15.Posté par M Seddik le 21/04/2009 00:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Contrairement à ce que dit Zine Omar , Mustapha Cherif est trés clair;: il écrit : "[Pour sortir de la crise, du piège de la propagande du «choc des civilisations» qui gagne du terrain, mettre fin à l’ignorance, en somme pour apprendre à vivre ensemble, la question qui devrait habiter notre pensée est aujourd’hui: que peuvent apporter l’un à l’autre l’Islam et l’Occident? Question de l’heure, puisque les discours dominants, en rive nord, prétendent à tort que les religions en général et l’Islam en particulier, sont antimodernes, intolérantes et rétrogrades. A l’heure des débats polémiques sur les causes des problèmes des sociétés musulmanes et leur aptitude au progrès et à l’heure paradoxale de leurs retards technoscientifiques et de leur résistance légitime aux injonctions extérieures, il est urgent de raisonner, d’interroger les sources fondamentales et d’étudier les facultés non pas seulement d’adaptation mais d’invention, offertes par la pensée islamique elle-même. Pour sortir des anathèmes, des lectures fermées et de l’islamophobie, et faire connaître la version civilisée de l’Islam, il faut se fonder sur la raison raisonnable, créative, étudier toutes les possibilités offertes par l’ijtihad, cet effort de réflexion, qui peut favoriser le renouveau de l’interprétation du Coran. Il faut revenir aux sources spirituelles, le Coran et la Sunna, pour contredire à la fois les intégrismes et la déshumanisation moderniste et explorer les potentialités de l’Islam, voir comment il peut faire face aux défis de l’heure. Plus que jamais l’ijtihad est un impératif."
Chacune de ses phrases et de ses mots n'importe quel musulman sage et fier de sa foi peut les reprendre! Donc ne faites pas dire à Mustapha Cherif ce qu'il n'a pas dit . Le penseur Mustapha Cherif est plus que clair: il dit aussi " A contrario de ce que veut faire croire la propagande des extrémistes politico-religieux et celle dominante d’une islamophobie qui exploite les difficultés du monde musulman contemporain, nous sommes en droit de penser que la singularité de l’Islam, ce méconnu, sa version de l’humain, bien comprise, peuvent êtres bénéfiques, si le dialogue reprend ses droits, si l’ijtihad est pleinement réactivé, en particulier autour d’une vraie réflexion autour du Coran. ..Car l’Islam est venu libérer, non point asservir l’humain. " Qui dit mieux ?
Sans rancune.


Samedi 18 Avril 2009

16.Posté par Kalix le 21/04/2009 02:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo M. Mazri Omar, pour la clarté de cet exposé, son objectivité et sa véracité. Ma sha Allah ! ( un post digne d'un article) Barakoullahou fik !

17.Posté par Mazri Omar le 21/04/2009 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien compris le message. Il ne peut y avoir ni rancune ni complaisance quand on se met dans une perspective de débattre. S'il y a débat il y divergences. Je ne fais rien dire à un homme intellient et cultivé plus ou moins qu'il n'a dit. J'attire l'attention sur le contexte de l'énoncé qui exige de nous de chercher à rassembler dans le cadre du Thawhid dont certains lui donne l'extension de Thawhid al oumma (l'unicité de la fratrie de foi) selon l'énoncé coranique à côte du thawhid al oulouhiya (l'unicité de la divinité), du thawhid al ouboudia (l'unicité d'adoration) et du thawhid ar rouboubiya (l'unicité de la Seigneurie). La priorité est dans l'unité de rang face aux dangers extérieurs. Toute accusation gratuite et hors référence aux extrémistes musulmans est irrecevable. Il faut définir par rapport à quoi ils sont extrémistes : les normes islamiques qui me permettent de juger mon frère et d'aller plus loin comme le stipule le Hadith " Aide ton frère opprimé ou oppresseur". S'il est opprimé il faut le soutenir mais s'il est injuste il faut le prendre par sa main c'est à dire l'empecher par l'argumentation, l'éducation et sa réinsertion sociale, politique et culturelle. Nous sommes à ce niveau en faillite car absent du terrain on vient de se réveiller pour constater que ce terrain est déjà conquis par ceux qu'on appelle les extrémistes. Nous continuons dans notre dérive faillitaire à les exclure par des anathèmes alors que Mohamed (saws) nous demande de ne pas aider le diable contre le fautif.

Mon souci est moral et religieux. Je ne partage pas les idées de certains courants musulmans en France ou dans les pays arabes c'est une vérité mais je considère qu'il font partie de moi et si ma tolérance me commande d'accepter le juif, le chrétien, l'athée et de chercher à être civilisé en ayant des rapports avec ceux qui caricaturent le Prophète, bombardent Gaza ou interdisent aux musulmanes d'aller voilées au collège elle me demande d'être juste avec mes frères de foi. S'il y a priorité de dialogue et de tolérance c'est avec mes frères. Ou bien ils détiennent une part de vérité et je l'aurais manqué par mépris pour eux ou bien ils sont en tort et je n'ai fait que les enfoncer.

La chose à laquelle je suis devenu allergique en France est qu'on me dise " vous êtes différent des autres" car je parle un peu mieux le français, je m'habille à l'européenne et je suis porteur de quelques références culturelles françaises puisque comme les gens de ma génération je suis un pur produit de l'école coloniale. Elle n'est pas si mauvaise par rapport à celle en vigueur dans nos pays d'origine. Elle m'a appris a avoir l'esprit critique. Avec l'age et l'étude j'ai la conviction que l'esprit critique islamique al mouhassaba est encore à un niveau inégalée et inégalable.

Je vais être plus honnête avec vous : j'ai l'intime conviction qu'il y une volonté délibérée de nous impliquer a rester coincés dans une justification des qualités de l'islam à vivre avec l'Occident et ses valeurs pour ne pas rentrer dans le véritable débat : l'éveil des musulmans et leur responsabilisation pour se prendre en charge et inscrire leur destin en hommes libres, décomplexés. Le drame du musulman n'est pas dans sa relation avec l'autre et aucune justification ne peut changer à l'ordre établi entre le musulman dominé et l'occident dominateur sur tous les plans; il est dans son incapacité à énoncer sa vocation telle que le Coran la décrit et vivre cette vocation.

La priorité de nos intellectuels n'est pas de défroisser les autres de notre incivilité, de notre ignorance ou de notre extrémisme mais de s'impliquer avec la plèbe pour que celle-ci se rapproprie la civilisation, le savoir, le juste milieu.

Je vous pose une question, mais je sais qu'on ne va pas se comprendre, le jeune Harrag qui fuit en déchirant ses papiers, le cœur de sa mère, les attaches avec son pays qui ne veut rien lui donner pour vivre dans la dignité et qui brave la mort, la violence, le viol, le mépris pour trouver la culture du clandestin au lieu du Pérou tant révé en France a-t-il produit de l'ijtihad? Son Ijtihad est-il licite? Votre Ijtihad et le mien consiste-t-il à dire aux européens nous beaux et gentils ou bien de trouver une solution pour que ce harrag retrouve sa dignité sur toute la terre de Dieu?

Je ne cherche ni à polémiquer ni a lancer des anathèmes sur des gens qui ne m'ont personnellement rien fait car je n'ai aucun interêt à partager sauf celui de comprendre le sens, l'objet et les priorité de l'Ijtihad. Je ne suis ni contre l'Ijtihad ni contre ceux qui le revendiquent mais l'histoire et la logique sociale témoignent que la pensée transformatrice a besoin d'un cadre, d'une dynamique et d'un champ d'action. Seule l'action est déterminante. Le Coran est lui même une leçon en matière d'iJTIHAD : il interrogeait et il apportait la question, ou bien il répondait aux questions mais toujours en s'inscrivant en amont, en aval ou en cours d'une action. L'action visait à créer l'homme nouveau capable de témoigner aux autres le message islamique Il s'agit d'abord de notre promotion de musulmans ou de croyants pour ne pas trahir Dieu et son Prophète. La société occidentale, l'ONU ou l'UNESCO sont à l'extérieur de nous, leur contentement est secondaire. Dans le Fiqh musulman la règle des priorités est une science qui rend l'ijtihad soumis aux lois de cette science.

Nous vivons en France ou en Europe, le musulman ne peut donner légitimité à un ijtihad qui cherche à être complaisant envers le non musulman alors que les problèmes du musulman en sa qualité de minorité sociale et religieuse ne sont pas pris en charge. Comment donner à cette communauté une représentation légitime c'est à dire reconnue par la communauté qui gagne sa crédibilité sur des problèmes simples avant d'aller au comliqué : la viande hallal, les fêtes religieuses chômées et payés, le problème du voile, la violence, la liberté de la Mosquée. Un dernier exemple : dans le cadre de la formation des imams la Région de Marseille a donné le projet au centre de formation le plus incompétent et en même temps le plus éradicateur et le plus laïciste. Je ne critiques pas la loi du marché et je ne crie pas à la théorie du complot. Mais je dis cette élite qui veut faire de l'ijtihad pourquoi elle ne fait pas de la formation des imams un champ expérimental pour tester sa compétence et gagner sa représentativité au service de l'islam?

Si on me montre que ce que je dis est absurde je n'aurais aucun problème à adhérer à la vérité qui se manifeste et me convainc par ses arguements irréfutables

18.Posté par Aigle le 21/04/2009 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

...."......Je vais être plus honnête avec vous : j'ai l'intime conviction qu'il y une volonté délibérée de nous impliquer a rester coincés dans une justification des qualités de l'islam à vivre avec l'Occident et ses valeurs ......"
Tant que cette posture n'est pas bannie par l'Elite arabo musulmane , le reste ne sera qu'agitation dans un Cercle tracé par les RACISTES seculiers et surtout Criminels ......Quelque soit la position que l'on peut avoir ( en connaissance de cause ou non ) par rapport à l'experience des Iraniens , il demeure que ce qui fait trembler les Ethnocentristes occidentaux , conscients de leur forfaiture intellectuelle et morale , c'est justement la posture tout à fait à l'inverse de ce qu'ils ont l'habitude de constater aupres des Bougnoules "endimanchés" , plus prompts à ne pas "froisser" la " Logique de pensee" cramoisie et surtout raciste que de vivifier leur culture porteuse d'humanisme au meme titre que celle de l'Autre quelqu'il soit , pourvu qu'il ne soit pas raciste donc cretin

19.Posté par Kalix le 21/04/2009 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En étouffant toutes animosités personnelles (que Dieu me pardonne, le chemin est bien long et tortueux pour trouver la voie), j’essayerai simplement, moyennant un détour scientifique, d’apporter des éléments de réponse à une problématique soulevé des plus complexes, plutôt que de tomber dans la dénonciation. Après quoi je corrélerai avec le sujet conducteur sur la nécessité/efficacité de l’ijtihad, de la réforme, et du dialogue. Le mal est ce qu’il est, néanmoins le bien subsiste... Que Dieu fasse que nous soyons constamment autour et au mieux sur l’axe du bien, en dépit des perversités du monde d’ici-bas ! Amine

Les scientifiques ont reconstitué une microsociété de rats, en les mettant dans un espace confiné avec la mise en condition approprié (ressources, éco-structure,...). Pour chaque sessions, les rats étaient au nombre de douze et le contexte de vie (moins de ressources, plus d’éco-structure, etc.) était modifié. Dans tous les cas sans exception, le résultat fut le même à savoir : Sur les douze rats, 5 exploitants, 5 exploités, 1 autonome et 1 révolté.

Nous savons que ce qui nous différencie principalement du règne animal (hormis la physiologie), c’est l’intelligence de l’esprit pensant, moteur de son libre-arbitre, ainsi que toutes les qualités pures inhérentes à l’humain finalement héritées d’Adam (as) et provenant des attributs du Divin et celles impurs inspirées par notre nafs ( âme, égo) et motivé par un certain Iblis. Il semblerait par ailleurs que les instincts de vie, qui façonnent les comportements, des deux règnes respectifs (animal et humain) présente quelques similitudes.

En bref, Dieu a établit le règne animal sur Terre et nous a érigé en maître de ce règne qui pourtant présente des systèmes de vie plus ou moins proche du notre (dans le fonctionnement) et parfois même plus perfectionné (cas des fourmis : une symbiose quasi parfaite). Il y là un signe du Miséricordieux que nous ne semblons pas vouloir décoder, du moins que l’égo, l’individualisme (pur produit du capitalisme), l’arrogance, le mépris, le racisme (sentiment de supériorité), et autres tares de l’humanité ne permet pas.

D’après le Coran et les savants, tous ce qui est sur la Terre et dans les Cieux est systématiquement et sans recours en adoration pour le Créateur, les seuls à avoir bénéficié d’un libre-arbitre sont les hommes. Ces derniers ont reçu des injonctions ainsi que des recommandations via les Messagers, ils gardent la liberté de s’y résigner totalement, de s’y complaire tout en filtrant, ou tout simplement d’ignorer.

Les dit-extrémistes s’y résignent totalement et tentent d’appliquer à la lettre, parfois sans compréhension aboutie, ils se heurtent aux incompatibilités et aux propriétés intrinsèques du « modernisme ». Les dit-rénovateurs s’appliquent à la conciliation ( Islah) avec l’ijtihad et le Tajdid (si j’ai bien compris), parfois via des interprétations accommodantes hors consensus dû également à une compréhension non aboutie, ils se heurtent à l’intangibilité et l’intemporalité des écrits. Et les dit-non croyants ignorent les instructions (du Message Divin) avec une incompréhension délibérée, ils se heurtent à l’imperfection de la conception de leur système qu’ils pensaient accompli tout en archaïsant le modèle religieux.

Force est de constater que le dénominateur commun est l’insuffisance de compréhension du système dans lequel on vit. De surcroit personne n’a le monopole de la Vérité absolu, laquelle semble prendre forme collectivement, au-delà des appartenances idéologique et religieux. Elle converge inévitablement vers le L’Omniscient (n’en déplaise aux athées). Ce que l’on peut retenir, c’est que la compréhension humaine (commune à tous comme la mort) du système tout entier est borné, il faut s’y résilier en toute humilité. Comme nous l’a enseigné le Prophète (sws), nous devons rechercher le Wassat (juste milieu) dans toutes choses. L’abus de compréhension, hors limites, est néfaste comme la modération excessive l’est également.

POUR CONCLUSION (Parce qu’il le faut, sujet bien trop long et vaste à développer ici)

Parmi les religieux, ceux qui ne cherchent pas la compréhension de la Vérité du système (par ignorance, paresse,...) et appliquent aveuglément sont précisément les « extrémistes » (cela ne veut pas dire qu’ils ont forcément tords, tout dépend de la justification des points d’incompréhension en question). Ceux qui tentent la compréhension dans les limites fixées par le Créateur et modulent les interprétations en fonction , en perfectionnant les applications toujours dans le souci de conserver l’intégrité du socle ( et dans le scope du Fiqh) et non dans le souci de « s’adapter » à un modèle dit « fonctionnant » et imposé, sont les Sages rénovateurs. Pour les autres, croyants ou pas, qui poussent la compréhension du système ou la considère pour acquise par la « modernité technologique », se souciant du « quant dira-t-on », dans un souci d’esthétisme, de conformisme, qui se complaisent à obstruer les trous noirs de la compréhension par l’imagination à défaut d’acceptation, qui mêlent les sensibilités d’ordre humaine aux phénomènes d’ordre Divin, qui, en somme, conçoivent la religion de Dieu à leur image, aux penchants matérialistes ,... Ceux là, me semble-t-il, ne devraient en aucun cas juger de la nécessité de l’Ijtihad et ses composantes (Islah,Tajdid), ni l’influencer et encore moins le pratiquer...

Surtout, ne pas tomber dans le piège suivant :
« Dieu créa l'homme à son image, dit la Bible ; les philosophes font le contraire, ils créent Dieu à la leur . » Georg Christoph Lichtenberg

Si l’Islam est venu libérer les hommes, il n’en reste pas moins que l’homme asservi l’homme, une réalité qui ne changera pas, ca suffit les hypocrisies ! L’expérience des rats précitée nous le confirme, cela fait partie du fonctionnement intrinsèque de la vie en communauté, partie intégrante des instincts, les rôles sont répartis selon la volonté De Dieu. L’équilibre du tout réside dans l’acceptation de soi et de sa condition, le respect des dignités humaines, l’équité et la justice, et dans l’aptitude de chacun à contingenter ses désirs en fonction de sa condition. On en est bien loin, certains vecteurs de la société capitaliste sont positionné carrément à l’opposé.

Enfin, pour qu’un dialogue honnête et bilatéral s’instaure, aussi bien intra qu’inter communautaire, il semble que la résolution du « vivre-ensemble » ( qui est un autre débat) et l’établissement d’un socle de compréhension transverse et unanime sont les conditions sine qanun avant toutes tentatives de changer l’autre, ou « parfaire » son existant, sous peine de n’accumuler que des ratés, pour finalement aboutir à une déstructuration généralisé dans tous les camps ( ce qui semble être la tendance aujourd’hui et l’objectif de certains despotes de l’ombre).

Amicalement.

20.Posté par seddik le 04/12/2009 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c 'est du delire ces commentaires !
voila que des musulmans refusent toute reflexion !!!
Mustapha Cherif a raison d 'apeller à lijtihad c 'est la moindre des choses !!!!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires