Palestine occupée

LE GRAND MYSTERE DU COÛT DE LA COLONISATION

Personne ne connait le coût total des ambitions de la colonisation d'Israel


Depuis la guerre de 1967, l'effort d'Israel pour remplir de Juifs la Cisjordanie et la Bande de Gaza qui, au début, ne comportait que des actions dispersées effectuées par des squatters fervents, est devenu un réseau de 142 villes et villages qui abritent presque 240.000 personnes.
Maintenant qu'Israel prévoit de dépenser environ 2 milliards de dollars pour démanteler seulement 25 de ces colonies -- pour lequel une aide a été demandée aux Etats-Unis – on peut se demander combien d'argent a été versé pour le peuplement par des Juifs de ces terres bibliques, et exactement d'où il est venu.


Mercredi 17 Août 2005

La réponse officielle : personne ne sait

Le vice-Premier Ministre, Shimon Peres, estime qu'Israel a dépensé environ 50 milliards de dollars depuis 1977, quand le gouvernement de la ligne dure, le Likud, a succédé au parti Travailliste.
D'autres anciens ministres des finances et membres du gouvernement ne réduisent pas la somme affichée -- généralement suggérée mais jamais documentée -- de 60 milliards de dollars.

"Personne au monde n'a un tableau d'ensemble," dit le représentant du parti Travailliste, Danny Yatom, un confident du premier ministre défunt Yitzhak Rabin. "Sa majeure partie n'est pas camouflée, mais il n'est pas possible de relier A à B à C à D à E à F à G."

Le calcul d'un chiffre exact est impossible parce qu'une grande partie des constructions a été financée par des clins d'oeil et des signes d'assentiment, un budget d'état opaque et des dépenses secret militaire qui, dans certains cas, violaient les lois israéliennes et enfreignaient les efforts de paix internationaux, selon des enquêtes officielles israéliennes des interviews d'Associated Press avec des responsables anciens et actuels, des colons et leurs adversaires.


Les interviews montrent que, parmi les méthodes employées, on trouve des subventions de gouvernement, de sombres transactions de terre, des prétextes de dépense militaire, et un apurement des comptes par lequel l'aide américaine était utilisée afin de débloquer des milliards de dollars pour les dépenses destinées aux colonies auxquelles les Etats-Unis étaient formellement opposés.

Même aujourd'hui,, avec les préparations en cours pour la démolition de 21 colonies à Gaza et 4 en Cisjordanie, les logements et les routes continuent à être construits dans les blocs de colonies de Cisjordanie qu'Israel veut maintenir dans une négociation de paix finale avec les Palestiniens.
Cela contredit le plan de paix internationalement soutenu qu'est la "Feuille de Route" pour stopper l'expansion de la colonisation.

Et en mars dernier, une enquête commandée par le gouvernement révélait que des méthodes semblables avaient été employées pour construire et accroître des dizaines d'"avant-postes" non autorisés en Cisjordanie – établis en tant qu'exercices pour faire flotter le drapeau et composés habituellement d'une poignée de personnes dans des mobile-homes.


Cette enquête a découvert une large complicité du gouvernement dans l'établissement de plus de 100 de ces avant-postes, et le responsable de l'enquête, l'ancien procureur Talia Sasson, a appelé les actions du gouvernement "une violation flagrante de la loi."

L'année dernière, le financement des avant-postes a fait l'objet d'une critique cinglante du contrôleur d'état, le principal chien de garde du gouvernement. Il a trouvé au moins deux cas où le ministère du Logement a financé les avant-postes que les militaires avaient ordonné de démolir.

Maintenant les chefs des colons, désireux d'embarrasser le Premier Ministre Ariel Sharon sur son plan de retrait de Gaza, disent qu'ils avaient un soutien officiel dans toutes leurs entreprises.

"Laissez-moi être très, très clair: Ce n'est pas une question de conquêtes à la nuit noire, ou d'une partie de cache-cache ou de duperie de la part de qui que ce soit," dit le représentant du Parti National Religieux pro-colons, Yitzhak Levy, qui a dirigé des ministères dans les gouvernements du Likud et Travaillistes.
"C'est la politique du gouvernement." Dit-il.


Les colonies ont commencé après 1967 sous les gouvernements Travaillistes, qui ont cherché à les confiner aux zones frontalières et les considéraient comme nécessaires pour la sécurité nationale.

Puis alors le Likud est arrivé au pouvoir en 1977, revendiquant un droit donné par Dieu sur la Cisjordanie et la bande de Gaza. Le tout premier défenseur de la colonisation était Ariel Sharon, ancien général qui -- maintenant en tant que premier ministre -- a ordonné le retrait de Gaza.

En utilisant ses postes au gouvernement entre 1977 et 1992 -- Agriculture, Défense et Logement -- il a attribué des subventions du gouvernement, des prêts peu coûteux et des allégements fiscaux aux colons. Il a également donné naissance à l'idée de faire de la publicité pour les enclaves en tant que cités-dortoirs situées juste à quelques minutes des centres urbains israéliens.

Quelques colonies près des villes en Israel proprement dit ont été subventionnées en donnant aux habitants des réductions d'impôt, des emprunts au logement bon marché et des subventions d'un montant entre 6.900 et 57.000 dollars -- des avantages d'habitude réservés à des zones éloignées.

Maaleh Adumim, la plus grande colonie avec environ 30.000 personnes, a reçu ce statut "prioritaire" quoiqu'elle soit juste située à 5 km de Jérusalem. De même pour Elkana, une riche colonie située à 8 km du poumon économique d'Israel, Tel Aviv.

Le leader des colons, Adi Mintz a déclaré que même certains des colons pensaient que les allégements fiscaux pour les cités-dortoirs étaient injustes.

L'état a également pris la moitié de la somme pour connecter les services. Et les représentants pro-colons se sont battus pour contrôler les ministères clés tels que la construction et le logement, l'infrastructure nationale, et le transport afin de pouvoir diriger l'argent vers les colonies.


"Quand j'étais au ministère du Logement, j'ai défini l'objectif d'expansion (des colonies) des zones éloignées," dit Levy.

Le budget classé Défense a ensuite propulsé l'expansion, en finançant des déploiements de troupes pour la garde des colonies, la construction de barrières et de routes larges pour les colons vivant parmi plus de 2 millions de Palestiniens qui s'opposent de façon inflexible à leur présence.

Les estimations de 50 à 60 milliards de dollars n'incluent pas les 32 colonies établies sur les Hauteurs du Golan qu'Israel a pris à la Syrie en 1967, et dont la population autochtone est Druze et non Palestinienne.

En Cisjordanie, des colonies entières ont été établies sous le prétexte de besoin militaires ou de sécurité, bien qu'elles n'aient pas été formellement autorisées par le gouvernement, selon Yatom, un ancien commandant militaires de Cisjordanie.

Un membre du gouvernement a concédé que quelques utilisations des fonds militaires "rétrospectivement... ne sont pas légales et ne devraient pas avoir été faites." Il a parlé sous l'anonymat parce qu'il discutait des violations possibles de la loi par le gouvernement.

Parfois, des observateurs du gouvernement ont rechigné devant la façon dont les fonds du gouvernement étaient utilisés. Plus récemment, le Ministère de l'Intérieur a lancé une enquête sur le transfert de 2,8 millions de dollars entre 2003 et 2004 à partir des municipalités des colonies vers un groupe de lobby pour la colonisation, qui finance le combat contre le retrait de Gaza.

Puisque les budgets de l'Etat et les budgets ministériels séparés ne décomposent pas leurs dépenses par région, il est difficile d'identifier l'écoulement de l'argent vers les colonies.

Aussi bien leurs défenseurs que leurs détracteurs disent que cela a permis aux gouvernements israéliens de se cacher derrière le budget quand il s'agissait de financer la colonisation -- et d'anticiper les frictions avec Washington.


"L'état d'Israel ne voulait pas de confrontation frontale avec les Etats-Unis... donc Israel a toujours fait les choses avec des clins d'oeil et des signes d'assentiment," dit Mintz, le leader des colons.


En dépit de son opposition avouée aux colonies, Washington a seulement commencé à agir au début des années 90, quand Israel a demandé des milliards de dollars dans des garanties de prêt aux Etats-Unis. Washington a indiqué qu'il déduirait les sommes qui iraient aux colonies dollar par dollar.

En 2003, quand il a été accordé à Israel 9 milliards de dollars dans des garanties de prêt sur trois ans, la coupe était de 289,5 millions de dollars. Les responsables familiers de cette question, et parlant sous anonymat, déclarent que ce chiffre a été atteint avec l'aide de lobby influent pro-israélien, l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC).

Les responsables de l'AIPAC ont refusé de parler du sujet, mais ils ont nié avoir aidé à négocier.


Israel a également utilisé des dons privés américains qui sont garantis du statut exempt d'impôts des Etats-Unis, a dit David Newman, un scientifique politique de l'université Ben Gurion en Israel qui faisait des recherches sur le financement de la colonisation.

Les lois d'impôts américaines n'exemptent pas les donations pour des activités politiques telles que la colonisation. Israel a séparé l'Organisation Sioniste Mondiale de l'Agence Juive quasi-gouvernementale, un mouvement qui a permis à des donateurs d'injecter de l'argent dans les colonies sans perdre les exonérations d'impôt.

En réalité, les deux groupes opèrent sous un seul parapluie, avec les mêmes responsables, départements et administrateurs qui surveillent les activités, dit Newman.

Peut-être que le secteur le plus gris est comment Israel exproprie, confisque ou achete la terre pour les colonies.

Pendant les 12 premières années d'occupation, plus de 4000 hectares de terre ont été confisquées par les militaires pour les besoins de sécurité et ont été remises aux colons, selon les statistiques du Ministère de la Défense citées dans les "Seigneurs de la terre," un livre des auteurs israéliens Akiva Eldar et Idit Zartel.

Même après que la Cour Suprême d'Israel en 1979 ait dressé l'interdiction de confiscations de terres liées à la sécurité, l'état a saisi des milliers d'autres hectares de terre pour des besoins de sécurité et les a donné aux colons, dont certains vivaient dans les enclaves non autorisées.

Le Fond National Juif financé par l'Etat, avec des groupes de colons et leurs défenseurs, ont également acheté la terre à des Palestiniens, en utilisant des intermédiaires pour masquer l'identité des vendeurs et pour les protéger d'attaque par d'autres Arabes.


Shaul Goldstein, chef du Conseil régional du Gush Etzion en Cisjordanie, a indiqué que son conseil avait récemment payé 10.000 dollars pour 4.000 mètres carré de terre palestinienne – environ 1/20ème du prix de la terre juste au-delà de la frontière.

Au cours des quatre dernières décennies, la direction des colons et les gouvernements israéliens ont manipulé les budgets, les circonstances et l'opinion publique pour rendre l'entreprise de colonisation ce qu'elle est aujourd'hui, dit Newman.

"Ils n'ont pas besoin de jouer avec l'utilisation illégale de l'argent parce que leur réseau est si fort," dit-il.


Sources ISM

Posté par Adriana Evangelizt



Mercredi 17 Août 2005


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires