Palestine occupée

LE GRAND ISRAËL TOUJOURS À SA PLACE DANS LES ÉCOLES ISRAÉLIENNES


La ministre israélienne de l’Education a demandé que la « ligne verte », marquant les frontières d’Israël d’avant juin 1967, figure dans les manuels scolaires, tout en sachant que sa revendication ne sera pas suivie d’effet, indique mardi le quotidien Haaretz.


Zeynel CEKICI
Mercredi 6 Décembre 2006

LE GRAND ISRAËL TOUJOURS À SA PLACE DANS LES ÉCOLES ISRAÉLIENNES
Membre « de gauche » d’un cabinet farci de criminels de guerre, Yuli Tamir a admis qu’Israël devait commencer par balayer devant sa propre porte, et qu’il était difficile de demander aux pays arabes voisins de faire figurer la « ligne verte » dans leurs livres de classe, si on ne le faisait pas soi-même.

Mais le quotidien observe aussitôt que la mesure a bien peu de chances d’être suivie d’effet, car l’édition des manuels scolaires est du ressort du secteur privé, et les livres peuvent être utilisés dans les établissements sans agrément gouvernemental.

Il y a deux ans, le Dr Nurit Peled-Elhanan, de l’Université hébraïque de Jérusalem, avait publié une étude portant sur six manuels pourtant édités après les accords d’Oslo, censés apporter une reconnaissance minimale du caractère palestinien des territoires occupés depuis juin 1967 par Israël. Or, ces manuels occultent carrément l’existence de la ligne verte, tout comme ils ignorent l’existence de villes et villages palestiniens (que ce soit en Israël ou dans les territoires occupés), mais indiquent avec précision les colonies juives de « Judée et Samarie ».

Et c’est cet Israël-là que les Palestiniens sont sommés (par Olmert, Bush, Sarkozy ou Ségolène Royal, entre autres) de reconnaître, s’ils veulent échapper à la famine ?

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com http://www.europalestine.com



Mercredi 6 Décembre 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires