Politique Nationale/Internationale

LE GISEMENT DE CHTOKMAN SERA ENTROUVERT AUX ETRANGERS


Gazprom reprendra en février ses pourparlers avec les sociétés étrangères sur la forme de leur intégration au projet d'exploitation du gisement de condensat de gaz de Chtokman, en mer de Barents. Toutefois, le début de la production devrait être repoussé au minimum à 2012, car le schéma d'insertion des étrangers dans le projet devra être approuvé par la direction de Gazprom en mars-avril, et les pourparlers eux-mêmes pourraient traîner pendant une période indéterminée.


Kommersant
Mardi 30 Janvier 2007


Kommersant (Moscou) 29.01.2007



(Agence RIA Novosti)







Dans les couloirs du Forum économique de Davos, le vice-président de la direction de Gazprom Alexandre Medvédev a annoncé : "Nous entamerons ces discussions [sur la participation des étrangers à l'exploitation du gisement de Chtokman – Kommersant] dès février". Gazprom avait précédemment dressé une courte liste (short list) des prétendants potentiels à une participation au projet de Chtokman, dont faisaient partie les américains ConocoPhillips et Chevron, les norvégiens Hydro et Statoil et le français Total. Toutefois, à l'automne 2006, Gazprom a refusé d'insérer des participants étrangers dans son projet, n'ayant pas trouvé d'actifs intéressants pour lui dans ceux proposés en guise de paiement d'une part du gisement de Chtokman.



Le gisement de Chtokman est situé dans la partie centrale du plateau continental du secteur russe de la mer de Barents. Ses réserves pour la catégorie C1+C2, approuvées en janvier 2006 par la commission d'Etat pour les réserves des minéraux utiles du ministère russe des Ressources naturelles, sont de 3,7 billions de mètres cubes de gaz et de plus de 31 millions de tonnes de condensat. Le coût de la première phase de l'exploitation est évalué entre 12 et 18 milliards de dollars.



Comme l'a indiqué à Kommersant une source émanant de Gazprom, il existe plusieurs formes pour attirer des partenaires étrangers. Selon cette source, pour la conclusion de simples accords de sous-traitance, il suffit de faire appel à des compagnies de service. Mais dans ce cas, les gros trusts du type Chevron ou Total, qui font eux-mêmes appel à des sous-traitants, ne rentreront sûrement pas dans le projet de Chtokman. Il en irait autrement, selon l'interlocuteur de Kommersant, "s'il existait certaines conditions aux termes desquelles les membres de la short list pourraient parvenir à un accord, notamment si le schéma d'Achimgaz était appliqué". Mais dans ce cas, selon l'interlocuteur de Kommersant, les différentes parties devraient de nouveau évaluer le coût des actifs ou de l'équivalent argent des partenaires étrangers, ce qui pourrait faire faire perdre des mois, et aurait inévitablement des répercussions sur les délais de mise en exploitation du gisement. Selon les experts de Gazprom, un pronostic réaliste pour le début de l'exploitation de Chtokman est la mi-2012. Alors qu'on avait parlé précédemment de 2010-2011.



A l'automne dernier, Alexandre Medvédev avait effectivement déclaré qu'un schéma était étudié, selon lequel les partenaires étrangers pourraient porter le gaz vendu sur leur balance. Par exemple, la licence de production de gaz sur le gisement d'Ourengoï au sein de la société mixte Achimgaz (détenue à hauteur de 50 % chacun par Urengoygazprom et Wintershall) n'a pas été transmise, mais Wintershall recevra sa part des bénéfices provenant des 200 milliards de mètres cubes de gaz qui seront produits durant toute l'exploitation. Au final, Wintershall pourra porter sur sa balance 100 milliards de mètres cubes de gaz. Selon une source émanant d'une des cinq compagnies de la short list pour Chtokman et interrogée par Kommersant, un tel schéma intéressera sans aucun doute les trusts occidentaux, compte tenu de la politique des prix. Gazprom paie Wintershall selon la formule de prix suivante : les trois quarts de la production sont vendus selon le prix fixé par le Service fédéral des tarifs pour la ceinture zéro, et le quatrième quart au prix d'exportation à la frontière allemande, diminué des frais de transport.



Mardi 30 Janvier 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires