RELIGIONS ET CROYANCES

LA VIE DE JESUS CHRIST DE NAZARETH


Dans la même rubrique:
< >

Qui connaît la vie de Jésus Christ de Nazareth, ce grand révolutionnaire présenté comme le Fils de Dieu, Rédempteur venu sauver les humains de leurs péchés, par la grâce de son Amour ? L'article dresse une chronologie des faits rapportés par la Bible, notamment les Evangiles. Jésus Christ est venu nous montrer la vraie nature de Dieu et son Plan pour l'Humanité.


VIRGILE
Jeudi 6 Décembre 2012

LA VIE DE JESUS CHRIST DE NAZARETH

La vie de Jésus Christ de Nazareth - Chronologie.

La vie de Jésus-Christ de Nazareth

Notre Seigneur fut appelé Jésus, selon les instructions que l’ange transmit à Joseph #Mt 1.21 et Marie #Lu 1.31
Donné à des enfants quelconques, ce nom pouvait exprimer la foi des parents en Dieu, Sauveur de son peuple, ou aussi leur certitude du salut futur d’Israël. Décerné à l’enfant de Marie, le nom devait révéler les fonctions particulières que remplirait celui qui le portait. "Tu lui donneras le nom de Jésus; car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés". #Mt 1.21

Le titre de Christ vient du gr. Christos (oint) traduit de l’araméen mechiHa’, de l’hébr. machiaH (oint, Messie). Jésus était donc le nom personnel de notre Seigneur, et Christ était son titre. Mais ce second nom s’employa de bonne heure comme nom propre également, soit seul, soit avec le nom de Jésus, de même que nous le faisons maintenant. Nous nous proposons d’esquisser les étapes de la vie terrestre de notre Seigneur, pour en présenter les principaux événements dans l’ordre probable et selon leurs rapports mutuels.

- Chronologie.
- Si l’on ne peut pas préciser absolument les dates de la naissance, du baptême, et de la mort de Jésus, la plupart des savants s’accordent maintenant à les délimiter strictement. Notre calendrier ordinaire a pour auteur Denys le Petit, abbé romain qui mourut avant 550 ap. J.-C. Il choisit l’année de l’incarnation comme point de repère permettant de situer les dates antérieures et postérieures à la venue du Christ; ayant assimilé l’année 754 de Rome à la date de sa naissance, il put ainsi déterminer l’an 1 de l’ère chrétienne

Mais les déclarations de Josèphe révèlent qu’Hérode le Grand, qui décéda peu après la naissance de Jésus #Mt 2.19-22 mourut en réalité quelques années avant l’an 754 de Rome. Hérode décéda 37 ans après avoir été proclamé roi par les Romains, proclamation qui eut lieu en 714 de Rome. La date de sa mort est donc 751, ou 750 (nous ne savons pas si Josèphe a, ou n’a pas compté les fractions d’années pour des années entières). La date de 750 paraît plausible, car Josèphe rapporte que, peu avant son décès, Hérode fit mettre à mort 2 rabbins juifs et qu’une éclipse de lune se produisit la nuit de leur exécution.

Les calculs astronomiques prouvent qu’en 750 il y eut une éclipse partielle de lune, la nuit du 12 au 13 mars: or, en 751, aucune éclipse ne survint. Josèphe dit aussi qu’Hérode mourut peu avant la Pâque, laquelle commença le 12 avril 750. Situer le décès d’Hérode vers le 1er avril de l’année 750 de Rome, autrement dit de l’an 4 av. J.-C., c’est donc assigner à cette date une base solide.

Les événements rapportés dans les Evangiles entre la naissance de Jésus et la mort d’Hérode, doivent se placer avant cette date, et se répartissent probablement sur 2 ou 3 mois. Il faut donc mettre la naissance de Christ à la fin de l’an 5 av. J.-C. ou au commencement de l’an 4. La célébration de Noël le 25 décembre n’apparaît qu’au IVe s. et il n’y a pas moyen de démontrer que cette date est exacte. On peut cependant l’admettre comme approximativement juste, et fixer la naissance de Christ vers le 25 décembre de l’an 5 av. J.-C. Cette fête se situe ainsi 5 ans plus tôt que dans le calendrier de Dionysius, qui l’a placée au 25 décembre de l’an 1 de l’ère chrétienne
- La date à laquelle notre Seigneur commença son ministère public se détermine surtout d’après Lc. 3.23: "Jésus avait env. 30 ans lorsqu’il commença son ministère." Si Jésus est né le 25 décembre de l’an 5 av. J.-C., il avait 30 ans le 25 décembre de l’an 26 ap. J.-C. et son baptême a pu avoir lieu au début de l’an 27.

Dans une certaine mesure, les Juifs ont aussi confirmé cette date en déclarant #Joh 2.20 peu après le baptême de Jésus: "Il a fallu 46 ans pour bâtir ce Temple." Hérode commença à reconstruire le Temple entre 20 et 19 av. J.-C., nous en avons la preuve. En présumant que les 46 ans étaient déjà écoulés lorsque les Juifs firent cette remarque, nous arrivons de nouveau à l’an 27 ap. J.-C. pour le début du ministère de Jésus. Enfin, si la 15e année de règne de Tibère #Lu 3.1 où Jean-Baptiste commença son ministère, est comptée comme il se doit dès le moment où Tibère fut associé à Auguste dans le gouvernement de l’empire (11 à 12 ap. J.-C.), cette année correspond aussi à l’an 26 ap. J.-C., et à nos autres calculs. Il est vrai que l’on peut avoir des raisons de différer d’opinion sur cert. points de cette argumentation; toutefois, les dates que nous avons avancées sont les plus probantes, les plus concordantes.

- La durée du ministère de Christ, et par conséquent l’année de sa mort, se déterminent d’après le nombre de fêtes de Pâque que mentionne l’Evangile de Jean. Si nous n’avions que les évangiles synoptiques, nous pourrions supposer que le ministère de Jésus ne dura qu’un an; c’était une opinion assez courante autrefois. Mais l’évangile de Jean parle d’au moins 3 célébrations de la Pâque (2.13; 6.4; 13.1), et il est fort probable que la fête mentionnée dans Jn. 5.1 était aussi la Pâque. Si c’est le cas, le ministère de Christ a inclus 4 fêtes de Pâque, dont la dernière a coïncidé avec sa mort. Si Jésus a été baptisé au début de 27 ap. J.-C., il eut sa 1re Pâque en avril de cette année-là, et mourut en 30, année où la célébration de la Pâque commença le 7 avril.
Certains exégètes, qui pensent que Jn. 5.1 ne se rapporte pas à une Pâque, placent la mort de Christ en l’année 29.

- II. Circonstances politiques des Juifs. Quand Jésus naquit, Hérode le Grand était roi des Juifs. Ce souverain habile, mais cruel, régnait à la fois sur la Samarie, la Galilée et la Judée. Bien que d’origine iduméenne, Hérode professait la religion juive. Antipater, son père, avait été établi gouverneur de Judée par Jules César; Hérode lui-même, après une carrière mouvementée, avait été proclamé roi des Juifs par les Romains, en 40 av. J.-C. Monarque indépendant à maints égards, Hérode ne régnait toutefois que grâce aux Romains; il dépendait d’eux, qui étaient effectivement maîtres du monde alors connu. En l’an 4 av. J.-C., à la mort d’Hérode, son royaume fut partagé entre ses fils. Archelaüs reçut la Judée et la Samarie; Hérode Antipas eut la Galilée et la Pérée; Hérode Philippe le territoire situé au N.-E. du lac de Galilée. #Lu 3.1 La 10e année de son règne, en 6 ap. J.-C. Archelaüs fut destitué par Auguste.

A partir de cette date, des gouverneurs romains, portant le titre de procurateurs, administrèrent la Judée et la Samarie, jusqu’à la destruction de Jérusalem, à l’exception toutefois des années 41-44 durant lesquelles Hérode Agrippa I exerça la souveraineté. #Ac 12.1 Pendant le ministère du Christ, la Galilée et la Pérée, où il passa la majeure partie de son temps, étaient donc soumises à Hérode Antipas #Mt 14.3; Mr 6.14; Lu 3.1, 19; 9.7; 13.31; 23.8-12 tandis que les Romains gouvernaient directement la Samarie et la Judée par leur procurateur qui, à cette époque-là, était Ponce Pilate.

Le joug direct ou indirect des Romains irrita les Juifs au plus haut point. Du vivant du Christ, le pays fut presque sans cesse en état d’effervescence politique. D’un côté, les Romains cherchaient à accorder à la nation autant d’autonomie que possible, de sorte que le sanhédrin (tribunal suprême) exerçait la juridiction dans un très grand nombre de cas. Les conquérants avaient aussi octroyé aux Juifs de nombreux privilèges concernant surtout les pratiques religieuses.

Mais malgré cela, le peuple rongeait son frein sous une domination étrangère qui savait à l’occasion, se faire lourdement sentir; l’occupant, en effet, ne se proposait nullement de redonner aux Juifs la liberté qu’ils avaient eue à une époque antérieure. Néanmoins l’aristocratie juive, comprenant la plupart des sadducéens, n’était pas hostile aux Romains. Les pharisiens, auxquels se rattachaient les adeptes de la piété la plus rigide, voulaient conserver à tout prix le judaïsme, mais éludaient les complications politiques. Les écrits du temps parlent aussi des hérodiens, qui soutenaient les prétentions de la famille d’Hérode à la couronne. Selon Josèphe, un parti de patriotes se souleva à diverses reprises, mais en vain, pour secouer le joug de Rome.

Dans de telles circonstances, tout homme se présentant comme le Messie risquait d’être facilement entraîné dans des conflits politiques. Afin de pouvoir proclamer sur le plan spirituel le véritable Royaume de Dieu, Jésus, nous le verrons, évita, avec soin de se laisser prendre dans un tel engrenage.

- III. Condition religieuse des Juifs. Il est évident que les circonstances politiques influèrent beaucoup sur cette condition. Les milieux juifs officiels avaient à peu près oublié les promesses spirituelles de l’A.T.; avec le peuple en général, ils attendaient surtout un royaume terrestre qui leur rendrait leur indépendance et leur grandeur. Les Evangiles nous présentent 2 partis dirigeants: Les pharisiens et les sadducéens.

Les pharisiens étaient religieux et avaient davantage d’influence sur le peuple que les sadducéens; mais ils mettaient leur tradition théologique, les cérémonies, et les subtilités de la casuistique, à la place de la Parole de Dieu. Ils avaient souvent transformé la religion de Moïse et des prophètes en un formalisme étroit, stérile, dépourvu de spiritualité. Les pharisiens, cela va sans dire, s’opposèrent à l’enseignement de Jésus, à sa religion spirituelle contraire aux usages, et surtout ils n’admirent point qu’il en appelât à l’Ecriture en face de la tradition.

Les sadducéens, eux, étaient les représentants de l’aristocratie. Les familles des grands prêtres se rattachaient à leur parti. Férus de culture païenne, les sadducéens rejetaient les traditions des pharisiens et s’intéressaient davantage à la politique qu’à la religion. Ils finirent par s’opposer à Jésus, car ils craignaient que sa réussite ne dérangeât le statu quo politique. #Joh 11.48. On continuait alors à faire de somptueuses cérémonies dans le Temple de Jérusalem. De grandes foules fréquentaient fidèlement les fêtes religieuses

La ferveur de la nation, jalouse de ses privilèges religieux et de ses traditions, n’avait jamais été plus grande. De temps en temps, une explosion de patriotisme, mêlé de fanatisme, ravivait les espoirs du peuple. Toutefois, il y avait encore des Israélites qui avaient gardé l’esprit et la foi d’une religion sans compromis. La plupart, mais pas tous, appartenaient aux classes inférieures de la population. L’attente d’un Sauveur, d’un Libérateur du péché, avait subsisté parmi eux. Jésus vint de l’un de ces milieux riches en piété. A l’époque de Christ, le peuple juif était donc encore un peuple religieux, connaissant l’A.T., qu’on lisait dans les synagogues et que l’on enseignait aux enfants. La nation manifestait de l’intérêt pour la religion, et s’agitait sur le plan politique. Ces faits expliquent l’effervescence populaire suscitée par les prédications de Jean-Baptiste et de Jésus, l’hostilité que tous deux essuyèrent de la part des classes dirigeantes, les succès de la méthode que Jésus employa en prêchant sa Bonne Nouvelle, le sort tragique qu’il avait dès le début prévu comme inévitable, même sur le plan humain.

Vie de Jésus.
- 1. Famille, naissance, enfance. Les circonstances de la naissance de Jésus rapportées par les Evangiles concordent avec la grandeur du Christ et avec les prophéties messianiques. Ces circonstances s’harmonisent en même temps avec l’humble apparence que le Sauveur devait avoir sur la terre. Malachie (ch. 3.1 et 3.23, 24) ayant prophétisé qu’un héraut, doué de l’esprit et de la puissance d’Elie, précéderait la venue du Seigneur, Luc nous relate d’abord la naissance de Jean-Baptiste, précurseur du Christ. Zacharie, sacrificateur sincèrement pieux, privé de descendance et très âgé, était occupé dans le Temple à remplir les devoirs de sa charge. Le sort le désigna (d’après la coutume établie parmi les sacrificateurs) pour offrir sur l’autel, dans le lieu saint, l’encens, symbole des prières d’Israël. L’ange Gabriel apparut à Zacharie et lui annonça qu’il serait le père du Précurseur annoncé. Cette apparition eut probablement lieu en l’an 6 av. J.-C. Aussitôt après, Zacharie et Elisabeth, sa femme, regagnèrent leur maison, située dans un village de la contrée montagneuse de Juda. #Lu 1.39-40 Ils attendirent l’accomplissement de la promesse. Six mois plus tard, l’ange apparut à Marie, vierge de la famille de David; cette habitante de Nazareth était fiancée à un homme appelé Joseph, qui, incontestablement descendait de David, le grand souverain d’Israël. #Mt 1.1-16; Lu 1.27

Généalogie, Marie, Joseph, Israélite pieux et d’humble condition en dépit de sa noble ascendance, était charpentier de son état. L’ange annonça à Marie que, par la puissance de l’Esprit Saint, elle deviendrait la mère du Messie #Lu 1.28-38 l’enfant, dont le nom devait être Jésus, hériterait le trône de David, son ancêtre. L’ange dit en même temps à Marie qu’Elisabeth sa parente, était aussi enceinte. Quand l’ange l’eut quittée, Marie se hâta de se rendre chez Elisabeth. Lorsqu’elles se rencontrèrent, l’Esprit de prophétie les saisit. Elisabeth, saluant Marie, l’appela la mère de son Seigneur; Marie, à l’instar d’Anne autrefois #1Sa 2.1-10 entonna un cantique de louanges, célébrant la libération future d’Israël, et l’honneur qui lui était fait.

Au temps où Elisabeth devait enfanter, Marie retourna à Nazareth. Dieu lui-même intervint pour lui épargner toute honte. Joseph, voyant l’état de Marie, voulait rompre secrètement avec elle sans l’accuser publiquement. Mais Dieu l’empêcha d’agir ainsi. Un ange lui révéla en songe pourquoi Marie était enceinte; il lui dit que l’enfant serait le Messie et qu’il devait naître d’une vierge, comme Esaïe l’avait prophétisé. Joseph le crut, car sa foi était aussi profonde que celle de Marie, qu’il n’abandonna point. L’enfant naquit donc de la vierge Marie, mais légalement il eut en même temps un père humain, dont l’amour et l’honorabilité protégèrent Marie; c’est certainement elle qui fit connaître ces faits plus tard. - Ni Christ ni ses autres apôtres ne recourent à la conception miraculeuse pour prouver que Jésus est le Messie.

Ce silence ne permet nullement de contester la véracité du récit. Le fait de la naissance miraculeuse ne pouvait pas être facilement allégué en public. Mais ces récits relatifs à la manière dont le Christ s’est incarné s’accordent admirablement avec ce que nous savons de la grandeur du Messie et de sa mission terrestre. Le Messie devait être la fleur parfaite de la spiritualité d’Israël, et Jésus naquit dans une famille pieuse, pratiquant dans sa pureté la religion de l’A.T. Le Messie devait se présenter dans l’abaissement:

Jésus vint du foyer d’un charpentier de Nazareth. Il fallait que le Messie fût fils de David: or Joseph son père légal descendait de David, de même, croyons-nous, que Marie, sa mère. Le Messie devant être l’incarnation de Dieu, unissait en sa personne le divin et l’humain: Jésus est né d’une femme, ayant été conçu miraculeusement par la puissance de l’Esprit-Saint.

- Luc relate la naissance de Jean-Baptiste et cite le cantique prophétique qui jaillit des lèvres longtemps scellées de Zacharie, son père, à propos du Précurseur (1.57-79). Puis il explique pourquoi c’est à Bethléhem que naquit Jésus (2.1-6).
- Auguste avait ordonné le recensement de tous les sujets de l’empire, et son décret englobait la Palestine, quoiqu’elle fût sous la juridiction d’Hérode. Mais le dénombrement des Juifs se fit évidemment selon la méthode juive: ce ne fut donc pas au lieu de domicile que l’on enregistra chaque chef de famille, mais dans son lieu d’origine. Joseph dut aller à Bethléhem, berceau de la maison de David, et Marie l’accompagna. L’hôtellerie (kan) où les étrangers avaient la permission de s’arrêter, était déjà comble lorsque Joseph et Marie y arrivèrent. Ils ne trouvèrent d’abri que dans une étable, qui était peut-être une grotte à proximité de Bethléhem, comme l’affirme la tradition la plus ancienne. Dans les parages de Bethléhem, de telles grottes servaient souvent d’écuries. Le récit ne dit pas que la grotte en question abritât du bétail; peut-être était-elle alors inutilisée. Contrairement à ce que nous pensons, loger occasionnellement dans une étable n’offusquait pas les gens de ce pays; mais le Messie vint au monde en un bien humble endroit. C’est à cela qu’il était destiné, et Marie le coucha dans une crèche. #Lu 2.7

Malgré cet abaissement, sa venue fut solennellement attestée. Des anges apparurent aux bergers qui passaient la nuit dans les champs, près de Bethléhem. Ils leur révélèrent la naissance du Messie, le lieu où était l’enfant, et entonnèrent l’hymne céleste: "Gloire à Dieu dans les cieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée" #Lu 2.14 Les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléhem, trouvèrent l’enfant, racontèrent ce qu’ils avaient vu et entendu, puis revinrent à leurs troupeaux.

Tous ces faits concordaient aussi de manière frappante avec la mission du Messie; notons cependant qu’ils survinrent dans un milieu de petits paysans, et passèrent inaperçus dans le monde. Joseph et Marie séjournèrent quelque temps à Bethléhem. Le 8e jour, l’enfant fut circoncis #Lu 2.21 et reçut le nom de Jésus, selon l’ordre reçu. 40 jours après sa naissance, Joseph et Marie portèrent l’enfant au Temple, conformément à la Loi. (Lv. 12) Marie fit ses offrandes de purification et "présenta l’enfant au Seigneur".

Cette expression signifie ceci: tout premier-né israélite devait être racheté au prix de 5 sicles d’argent #Nu 18.15-16 En outre, la mère devait offrir un holocauste en sacrifice d’actions de grâces. Luc fait remarquer que Marie apporta l’offrande des pauvres, "2 tourterelles, ou 2 jeunes pigeons". #Le 12.8 Les circonstances modestes de la famille sont donc à nouveau certifiées. Mais le Messie, malgré son humilité, ne devait pas quitter le Temple incognito. Siméon, vieillard très pieux, se rendit au sanctuaire et, à la vue de l’enfant, fut saisi par l’Esprit. Dieu lui avait promis qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Messie. Prenant le nouveau-né dans ses bras, Siméon rendit grâces et prophétisa que sa vie serait glorieuse et tragique. #Lu 2.25-35 Anne, prophétesse âgée qui restait continuellement dans le Temple, témoigna de même que le Christ était venu #Lu 2.36-38 Puis il y eut une attestation plus frappante encore du caractère réel du petit enfant. Peu après l’arrivée de Joseph et de Marie à Bethléhem, des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, demandant où se trouvait le roi des Juifs nouvellement né. Ces hommes avaient sans doute appris des Juifs, dispersés en Orient, qu’ils attendaient un roi, lequel devait apparaître en Judée et délivrer l’humanité. Dieu leur avait donné comme signe une étoile, apparue à l’Est, leur annonçant quelque temps à l’avance #Mt 2.2 la naissance de ce libérateur. La nature divine de l’enfant avait dû leur être aussi révélée, puisqu’ils déclarèrent sans ambages qu’ils venaient "pour l’adorer".

Leurs paroles intriguèrent Hérode, qui convoqua les scribes pour leur demander où le Messie devait naître. Apprenant que c’était à Bethléhem, Hérode y envoya les mages, mais leur fit promettre de lui faire savoir s’ils avaient découvert l’enfant. En chemin, les savants virent de nouveau l’étoile, qui s’arrêta sur Bethléhem. Ayant trouvé Jésus, ils lui offrirent de précieux présents: de l’encens, de l’or et de la myrrhe. On a cru voir dans l’encens l’offrande qui convient à Dieu, dans l’or l’image du tribut dû au Roi, et dans la myrrhe la prophétie des souffrances du Messie #Joh 19.39; Mt 26.12; Lu 24.1 Nous pouvons nous figurer quels sentiments d’effroi et d’admiration Joseph et Marie éprouvèrent à nouveau en recevant ces étranges visiteurs. Leur présence était un signe réitéré de la haute destinée réservée à l’enfant et de l’oeuvre qu’il accomplirait en faveur des nations les plus lointaines. Après cela, Dieu avertit les mages de ne pas retourner auprès d’Hérode: cet homme pervers voulait se servir de leurs renseignements pour faire mourir le nouveau-né. Ils regagnèrent donc leur pays par un autre chemin.

Mages. Un ange prévint Joseph et lui dit d’emmener Marie et l’enfant en Egypte, afin de les soustraire à Hérode. Il était temps! Ce monarque cruel, dont Josèphe rapporte qu’il n’hésita pas à mettre à mort ses propres fils, envoya des soldats à Bethléhem pour tuer tous les petits garçons de 2 ans et au-dessous. Hérode espérait faire aboutir le dessein que les mages avaient déjoué en partant sans lui dire où se trouvait le nouveau-né. Les bourreaux ne tuèrent peut-être pas un grand nombre d’enfants, car Bethléhem était une petite bourgade; mais le massacre fut horriblement cruel. Jésus y avait échappé. Nous ne connaissons pas la durée de son séjour en Egypte; ce ne furent probablement que quelques mois puisque Hérode mourut en l’an 4 av. J.-C.

De nombreux Juifs demeuraient dans ce pays, où Joseph trouva facilement asile. Le moment venu, l’ange informa Joseph de la disparition du tyran et lui dit de retourner en Israël. Joseph se proposa d’abord, apparemment, d’élever l’enfant à Bethléhem, la cité de David; mais, par crainte d’Archélaüs fils d’Hérode, il hésita et, sur un nouvel avertissement de Dieu, il regagna avec les siens Nazareth en Galilée. Quand Jésus commença son ministère public, on l’appela donc le "prophète de Nazareth" ou "le Nazaréen". Tels sont les quelques indices transmis par les Evangiles au sujet de la naissance de Jésus. S’ils nous sont précieux, ils ne furent guère remarqués à leur époque. Les quelques personnes que cela concernait oublièrent ces événements ou ne les divulguèrent pas. C’est Marie, sans doute, qui les raconta lors de la fondation de l’Eglise. Matthieu et Luc nous les ont relatés tout à fait indépendamment l’un de l’autre; Matthieu pour démontrer que Jésus est le Roi, le Messie, en qui s’accomplissent les prophéties; Luc, pour exposer quelle est l’origine de Jésus et le début de son histoire.

- 2. Enfance et jeunesse. Après le retour à Nazareth, il ne nous est rien dit de la vie de Jésus, sauf l’incident de la visite au Temple où, âgé de 12 ans, il accompagna ses parents. #Lu 2.41-51 Cet épisode significatif révèle la piété profonde de Joseph et de Marie, qui s’efforcèrent d’élever pieusement l’enfant; il montre aussi le développement spirituel précoce de Jésus, qui s’intéressait principalement aux problèmes religieux traités par les rabbins juifs dans leurs leçons, au point d’en oublier ses parents pendant 3 jours.

Tous étaient frappés de son intelligence, de ses questions et de ses réponses. Ce fragment de Luc illustre aussi l’aspect humain de la vie de Jésus: "Il croissait en sagesse, en stature et en grâce, devant Dieu et devant les hommes" (v. 52). Joseph et Marie ne divulguèrent probablement pas les faits étonnants de sa première enfance. Ni les camarades de Jésus, ni les membres de sa famille ne le considérèrent comme un être surnaturel; mais il dut leur paraître remarquable par sa vigueur intellectuelle et sa pureté morale.

- En rapprochant d’autres faits que les Evangiles mentionnent incidemment, nous pouvons nous représenter quelque peu les circonstances de l’enfance et de la jeunesse de Jésus. Il faisait partie d’une famille et avait 4 frères et des soeurs #Mr 6.3 * etc. Certains exégètes ont supposé qu’il s’agissait des enfants d’un 1er mariage de Joseph, d’autres ont prétendu que c’étaient les cousins de Christ. Il nous paraît plus naturel et plus conforme aux données des Ecritures, de croire que c’étaient les enfants de Joseph et Marie, nés après Jésus.

En tout cas, Jésus a grandi dans une famille, dont il connut les joies et la discipline. Devenu charpentier, comme Joseph #Mr 6.3 il était accoutumé au travail manuel; en même temps, une certaine formation intellectuelle ne manquait pas dans son milieu. Les enfants juifs recevaient un enseignement scripturaire fort poussé. De toute façon les citations que notre Seigneur tire des Ecritures montrent qu’il les connaissait parfaitement (cf. Jn. 7.15).

Ses paraboles le montrent sensible à ce qu’enseigne la nature, et toujours à nouveau ravi de voir la pensée de Dieu révélée dans ses oeuvres. Nazareth se trouvait à la lisière de la partie la plus active du monde juif, non loin des lieux où s’étaient déroulés quelques-uns des événements les plus fameux en Israël. Du haut de la falaise proche de la ville, on apercevait plusieurs de ces endroits historiques. Non loin de Nazareth, s’étendait le lac de Galilée, autour duquel se concentraient en miniature les divers aspects de la vie. C’était comme nous l’avons vu, une période de grande effervescence politique. La rumeur d’événements sensationnels pénétrait souvent dans les foyers juifs. Il n’y a aucune raison de supposer que Jésus ait grandi dans l’isolement; il fut plutôt, croyons-nous, fort sensible à l’évolution des événements palestiniens. Jésus parlait l’araméen, langue qui avait remplacé l’hébeu ancien chez les Juifs de l’époque tardive; mais il dut entendre souvent le grec, qu’il comprenait peut-être. Les évangélistes passent sous silence toute cette période de sa vie, leurs écrits ne se proposant pas de donner des biographies de Jésus, mais de relater son ministère public. Ce que nous savons nous permet de nous représenter notre Seigneur sous son aspect humain, et nous montre le milieu où il se prépara à sa future activité. Les quelques traits des évangélistes révèlent la beauté de son caractère et le développement graduel de sa nature humaine, tendue vers l’heure où il se présenterait à son peuple comme le Messie envoyé de Dieu.

- 3. Le baptême. Cette heure importante sonna (peut-être en été de l’an 26 ap. J.-C.) lorsque Jean, fils de Zacharie (Lc.1.80) reçut de Dieu la mission d’appeler la nation à la repentance, parce que le Messie allait paraître. Jean quitta le désert où il avait vécu en ascète, et se mit à longer le Jourdain en baptisant de lieu en lieu ceux qui recevaient son message. Il parlait comme les anciens prophètes, Elie en particulier, sommait le peuple et les individus de se repentir, annonçant la venue prochaine du Messie, dont les jugements purifieraient Israël et la mort expierait les péchés du monde. #Mt 3.1-12; Mr 1.1-8; Lu 3.1-18; Joh 1.19-36

Le ministère de Jean eut une portée immense et profonde. Les gens accouraient pour l’entendre, même de la Galilée. Le sanhédrin lui délégua des pharisiens, pour lui demander de quel droit il s’arrogeait pareille autorité. Les classes dirigeantes ne répondirent pas à l’appel de Jean #Mt 21.25 mais le peuple l’écouta, l’admira et s’émut. La prédication purement religieuse de Jean-Baptiste convainquit les âmes vraiment pieuses que le Messie attendu depuis si longtemps allait enfin venir. Quand Jean eut exercé son ministère pendant quelque temps, 6 mois peut-être ou davantage, Jésus parut dans la foule et demanda au prophète de le baptiser. Le prophète comprit, sous l’inspiration de l’Esprit, que Jésus n’avait pas besoin de repentance, et il discerna en lui le Messie. "C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi!" lui dit-il #Mt 3.14 Assurément, Jésus était d’emblée pleinement conscient d’être le Messie. Sa réponse le prouve: "Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste."

Le baptême de Jésus signifie qu’il se vouait à l’oeuvre annoncée par Jean, et qu’il se chargeait volontairement des péchés du peuple qu’il venait sauver.

- Au sortir de l’eau #Mr 1.10; Joh 1.33-34 Jean vit le ciel s’ouvrir et l’Esprit de Dieu, comme une colombe, descendre et s’arrêter sur Jésus; une voix fit entendre des cieux ces paroles: "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection". #Mt 3.17 La puissance de l’Esprit fut donc pleinement conférée à la nature humaine de notre Seigneur, en vue de son ministère (cf. Lc. 4.1, 14).

En l’exerçant, il se montra immédiatement vrai homme et vrai Dieu.

- 4. La tentation. Jésus ne devait pas aborder son ministère avant d’y avoir été suffisamment préparé. Sachant quelle était sa vocation, il suivit l’inspiration de l’Esprit, qui le mena au désert, sans doute pour s’y livrer à la méditation. Satan se présenta alors à lui et chercha à le détourner de son but, à le faire agir par égoïsme et par ambition. Les disciples ont dû apprendre ces faits de Jésus lui-même. Nous n’avons pas à douter de l’intervention personnelle du Tentateur, ni de la réalité de la scène qui nous est décrite #Mt 4.1-11; Lu 4.1-13 notons toutefois que la puissance de la tentation résidait dans la subtilité avec laquelle le monde était présenté à Jésus comme bien plus séduisant qu’une vie d’austère obéissance à Dieu, dont sûrement l’issue serait tragique.
L’épreuve dura 40 jours; pleinement consacré à la destinée d’abaissement et de souffrance qu’il savait être la volonté de Dieu pour le Messie, Jésus retourna dans la vallée du Jourdain.

- 5. Vocation des disciples. Jésus commença son oeuvre sans bruyante proclamation. Jean-Baptiste dirigea quelques-uns de ses propres disciples vers celui qu’il désignait comme l’Agneau de Dieu. #Joh 1.29, 36 Deux d’entre eux, André et probablement Jean, suivirent le nouveau maître (v. 35-42). Simon les rejoignit bientôt (v. 35-42); le lendemain, Jésus appela Philippe et Nathanaël (v. 43-51). Ce petit groupe se rendit avec Jésus en Galilée.

A Cana, le Maître accomplit son 1er miracle: les disciples y virent les 1ers signes de sa gloire future (2.1-11). Remarquons que Jésus n’entreprit pas de grande manifestation publique. Le nouveau mouvement commença par la foi de quelques Galiléens inconnus. Mais, d’après le récit de Jean, Jésus savait parfaitement bien qui il était et quelle était sa mission. Pour se manifester à Israël comme le Messie, il attendait le moment favorable.

- 6. Début du ministère en Judée. Cette occasion se présenta aux approches de la Pâque, en avril de l’an 27. De Capernaüm, où il était allé avec sa famille et ses disciples #Joh 2.12 Jésus monta à Jérusalem. Il chassa les trafiquants qui profanaient le Temple. Réprimer les abus et réformer le service divin, c’étaient là des gestes de prophète; mais les paroles de Christ: "Ne faites pas de la maison de mon père une maison de trafic" prouvent qu’il affirmait être plus qu’un prophète (v. 16). Cette apostrophe équivalait à une sommation publique adressée à Israël, pour l’inviter à le suivre dans son oeuvre de redressement religieux.

Il savait pourtant que la nation ne le suivrait pas, et qu’il ne constituerait le nouveau peuple de Dieu, l’Eglise de l’avenir, qu’après avoir été rejeté par les Juifs. La prédiction, à peine voilée, de sa mort par leurs mains, prouve combien il s’attendait à cette réjection (v. 19). Lors de l’entretien avec Nicodème, Jésus proclama la nécessité de la nouvelle naissance, et de sa propre passion (3.1-21), qui rendrait accessible aux hommes le Royaume que l’amour de Dieu l’avait envoyé fonder. C’est Jean qui nous raconte les débuts du ministère de Jésus en Judée (2.13 à 4.3), qui durèrent apparemment 9 mois.

Après la Pâque, Jésus quitta Jérusalem et se retira dans la campagne de Judée. La nation se montrant peu disposée à le suivre, il se mit à prêcher la nécessité de la repentance, comme Jean-Baptiste le faisait encore. Pendant un certain temps, tous 2 travaillèrent côte à côte. Jésus ne voulut pas commencer une oeuvre indépendante avant que la mission providentielle de Jean ne fût manifestement achevée. Leur action commune visait au réveil spirituel de la nation. Jésus finissant par attirer davantage de disciples que Jean, il se décida à quitter la Judée, car il ne voulait pas passer pour le rival de Jean (4.1-3).

- 7. Le ministère en Galilée. En traversant la Samarie, Jésus rencontra près du puits de Jacob, une femme avec laquelle il eut une conversation mémorable. #Joh 4.4-42 Puis il se hâta de gagner le Nord du pays. A son arrivée en Galilée, il découvrit que sa renommée l’avait précédé (v. 43-45). Un officier royal vint de Capernaüm à Cana, où séjournait Jésus, et obtint de lui la guérison de son fils (v. 46-54). C’était évidemment en Galilée que Jésus devait travailler, car les champs y blanchissaient déjà pour la moisson (v. 35).
Une circonstance tragique indiqua que l’heure était arrivée où, selon la volonté divine, Jésus devait entreprendre sa mission personnelle: on apprit qu’Hérode Antipas avait fait emprisonner Jean-Baptiste. Le ministère du Précurseur était terminé; il avait appelé les Juifs à la repentance et au réveil, mais en vain.

Jésus commença donc immédiatement en Galilée à prêcher le Royaume de Dieu, à exposer les principes fondamentaux de la nouvelle dispensation, et à grouper autour de lui ceux qui constitueraient le noyau de l’Eglise future.

- Le grand ministère galiléen de Jésus dura env. 16 mois. Le Maître prit pour centre Capernaüm, ville commerçante très active. En Galilée, Jésus se trouvait au milieu d’une population essentiellement juive, mais dans une région où les autorités religieuses de la nation n’intervenaient guère à cause de la distance.

Il se proposait, évidemment, d’annoncer le Royaume spirituel du Seigneur et de révéler au peuple par des oeuvres puissantes quelles étaient à la fois son autorité personnelle et la nature de ce royaume. Jésus demandait que l’on crût en lui. Il révélait le véritable caractère de Dieu et ses exigences à l’égard des hommes. Jésus ne se donna guère le nom de Messie (sauf dans Jn. 4.25-26), car des auditeurs à l’esprit charnel auraient aisément mal interprété ce terme (nous avons vu cependant que le mot Christ en était l’équivalent en grec). Il s’appela en général "Fils de l’homme".

Tout d’abord, le Maître ne fit pas allusion à sa mort, car les gens n’étaient pas prêts à en entendre parler. Il leur enseigna les principes de la véritable religion, et les interpréta avec autorité. Ses miracles extraordinaires suscitèrent le plus grand enthousiasme. C’est ainsi qu’il attira l’attention jusqu’à ce que le pays tout entier fût avide de le voir et de l’entendre. Mais, comme il l’avait prévu, les gens furent déçus de ses idées, qu’ils estimèrent en dehors de la réalité.

Seul un petit groupe le suivait fidèlement; et ce furent ces quelques-uns qui propagèrent dans le monde après sa mort, les vérités que le Maître leur avait enseignées.

- Pour l’ordre des événements dans le 1er ministère galiléen.
Nous n’en rappellerons ici que les phases principales.
- La 1re étape, coïncidant avec le début de l’oeuvre, se signale par des miracles saisissants, par les exhortations à croire en l’Evangile, et par l’éveil chez les Galiléens d’un intérêt plein d’enthousiasme.

Englobant les événements mentionnés dans l’harmonie, cette phase commence lors de la 1re réjection, à Nazareth, et se termine par la fête offerte par Lévi. A la fin de cette période de 4 mois peut-être, Jésus, point de mire de toute la Galilée, était accompagné d’une petite bande de disciples dévoués. Jusque-là, nous ne savons pas grand-chose de son enseignement; d’après le récit et les miracles significatifs que Jésus accomplit alors (guérisons du démoniaque, Mc. 1.23-27; du lépreux, v. 40-45; du paralytique, 2.1-12; pêche miraculeuse, Lc. 5.1-11) il est évident que le fond de son message correspondait à sa proclamation de Nazareth (4.18-21): "L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur."

- 2e étape du ministère galiléen. Les choses prirent bientôt une autre tournure, car les pharisiens suscitèrent de l’opposition. Jésus se rendit à Jérusalem et y guérit un paralytique le jour du sabbat. #Joh 5.5-10 Les autorités et les rabbins passèrent immédiatement à l’attaque. Il semble cependant que Jésus ait voulu provoquer ce conflit, pour faire ressortir la différence entre l’esprit de son enseignement et celui du judaïsme courant. Dès lors nous voyons en Jésus l’interprète idéal de l’A.T., dont il révèle le sens véritable (ch. 5). Ce faisant, il en appelle expressément à sa propre autorité de Fils de Dieu et de Maître, chargé par Dieu d’instruire les hommes. Dans cette phase se situe outre l’épisode de Jn. 5, la cueillette des épis et la guérison de l’homme à la main sèche. #Mt 12.1-15

- Le conflit avec les pharisiens et l’intensité croissante de l’intérêt populaire amenèrent Jésus à organiser le groupe de ses disciples. Ce fut la 3e phase du ministère galiléen. Le Maître désigna 12 apôtres et prononça le Sermon sur la Montagne, description de ce que doivent être le caractère et les actes des véritables membres du Royaume de Dieu. C’est un exposé sublime de la vie religieuse authentique, du joyeux acquiescement à la volonté du Père céleste, de la consécration à son service pour le salut du monde, et de la réelle mise en pratique de la Loi ancienne.

Cet enseignement nouveau s’opposait absolument au formalisme et à la religion superficielle des pharisiens; c’était un idéal de confiance en Dieu et de communion avec lui. Jésus ne se proposait nullement d’enseigner par le Sermon sur la Montagne quel est le chemin du salut, ni d’y exposer la totalité de son Evangile. Avant de se présenter comme le Sauveur indispensable, la victime expiatoire qui ôte nos fautes et réclame toute notre foi, Jésus voulait par le Sermon convaincre de péché ses auditeurs: si les exigences de Dieu sont si absolues, tout homme sincère se sent condamné.

Une loi aussi spirituelle devient "le pédagogue qui le conduit à Christ". #Ga 3.22-24 D’autre part, le croyant justifié et régénéré par l’Esprit Saint trouvera son bonheur dans l’accomplissement des principes spirituels du Sermon. #Ro 8.2-4 Enfin, ces pages sont la charte du Royaume à venir, la loi d’amour dont l’application parfaite caractérisera le règne glorieux du Messie (cf. Ps. 72.2-4; 12-14; Es. 11.1-5).

- Au cours de la 4e phase, nous voyons Jésus, accompagné de ses apôtres, faire miracle sur miracle et étendre son influence par de nombreux voyages à travers la basse Galilée. Dans l’harmonie des Evangiles, cette phase va de la fin du Sermon sur la Montagne à l’époque où Hérode s’enquit du nouveau Maître.

Pendant ces mois-là, l’intérêt populaire à l’égard de Jésus s’accrût en proportion de l’hostilité des pharisiens. Cette période est surtout caractérisée par les paraboles, qui sont des chefs-d’oeuvre inégalés dans l’art de l’enseignement. Ces allégories visaient à communiquer la vérité aux esprits réceptifs, tout en évitant de fournir des arguments aux ennemis. L’emploi des paraboles à ce moment-là prouve que le danger augmentait, nécessitant une certaine réserve de la part du Christ. #Mt 13.10-17

Avec une habileté incomparable, il cacha dans ces récits très simples les vérités les plus profondes sur l’origine, le développement, les risques, les destinées du Royaume spirituel qu’il établissait dans le monde. En même temps, une crise se déclarait en Galilée. Le tétrarque Hérode Antipas s’était mis à s’enquérir de Jésus; celui-ci discerna dans ce fait un signe avertisseur de complications possibles, analogues à celles qui avaient abouti récemment à l’emprisonnement et au meurtre de Jean.

Au reste, le peuple avait eu suffisamment d’occasions de prendre position à l’égard de l’enseignement du Maître. Un événement trancha la question: Jésus avait essayé de se retirer momentanément avec les 12, mais la foule le rejoignit en un lieu désert, sur la rive N.-E. du lac de Galilée. Emu de compassion pour ces affamés, Jésus les nourrit miraculeusement, en multipliant 5 pains et 2 poissons. La multitude comptait environ 5000 hommes, outre les femmes et les enfants.

Transportés d’enthousiasme, les Galiléens voulurent enlever Jésus pour le faire roi #Joh 6.15 ce qui prouva qu’ils se méprenaient totalement quant au sens de sa mission. Il était temps que Jésus terminât son ministère parmi eux. Dès le début, le Maître avait donné à entendre qu’il était venu pour mourir, que seule sa mort ferait de lui le Sauveur (3.14, 15). Il fallait dès lors préparer ce sacrifice. Le lendemain de la multiplication des pains, Jésus prononça à Capernaüm le discours où il se proclamait le pain de vie et insistait sur la nécessité de manger sa chair et de boire son sang. #Joh 6.22-65 Puis, ayant réfuté quelques interprétations tendancieuses des Pharisiens à propos des pratiques rituelles #Mr 7.1-23 il mit fin à son ministère public de Galilée en quittant la région avec ses disciples.

- Ministère aux confins de la Galilée.
Ce ministère dura environ 6 mois. Jésus gagna alors pour l’unique fois en sa vie, le territoire des gentils, c.-à-d. la région de Tyr et Sidon. Ensuite, ayant sans doute passé au Sud, longé la rive orientale du haut Jourdain et le lac de Galilée, il alla dans la Décapole. Puis il retourna à l’extrême Nord de la Galilée, et finit par revenir à Capernaüm. Pendant cette période, Jésus s’efforça surtout de préparer ses disciples à sa mort, et à leur tâche future de répandre l’Evangile parmi tous les peuples. Il ne prononça que peu d’allocutions et s’adressa principalement aux gentils ou aux populations à demi païennes, habitant au S. et à l’E. du lac de Galilée.
Enfin, près de Césarée de Philippe, au pied de l’Hermon, Jésus obtint la profession de foi de Pierre et des autres disciples, affirmant qu’il était le Messie. Jésus saisit l’occasion de leur annoncer clairement l’imminence de sa mort et de sa résurrection, affirmant qu’il fallait que chacun de ses disciples fût disposé à porter aussi sa propre croix. #Mr 8.27-38 Peu après cet entretien se produisit la transfiguration où 3 des apôtres contemplèrent la gloire du Christ. Il semble que, lors de cette scène, Jésus se voua définitivement, en une sublime élévation d’esprit, à l’immolation que la Loi et les prophètes avaient annoncée et que Moïse et Elie lui rappelèrent. #Mr 9.2-13; Mt 17.1-8; Lu 9.28-36
Mc 9.2-13 Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les mena seuls à part sur une haute montagne; et il fut transfiguré en leur présence.
3 Et ses vêtements devinrent resplendissants, blancs comme la neige et tels qu’il n’y a point de foulon sur la terre qui pût ainsi blanchir.4 Et ils virent paraître Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec Jésus.
5 Alors Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Maître, il est bon que nous demeurions ici; faisons donc trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.6 Car il ne savait pas ce qu’il disait, parce qu’ils étaient effrayés.7 Et il vint une nuée qui les couvrit; et une voix sortit de la nuée, qui dit: C’est ici mon Fils bien-aimé, écoutez-le.8 Et soudain les disciples, ayant regardé autour d’eux, ne virent plus personne que Jésus seul avec eux.9 Et comme ils descendaient de la montagne, il leur défendit de dire à personne ce qu’ils avaient vu, jusqu’à ce que le Fils de l’homme fût ressuscité des morts.
10 Et ils retinrent cette parole, se demandant les uns aux autres ce que voulait dire, ressusciter des morts.
11 Et ils l’interrogeaient, en disant: Pourquoi les scribes disent-ils qu’il faut qu’Élie vienne premièrement?
12 Il leur répondit: Il est vrai qu’Élie doit venir premièrement et rétablir toutes choses; et que le Fils de l’homme, selon qu’il est écrit de lui, doit souffrir beaucoup, et être méprisé.
13 Mais je vous dis qu’Élie est venu, et qu’ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme il est écrit de lui.

Il répéta ensuite à ses disciples la prédiction de sa mort prochaine. De retour à Capernaüm, il continua à leur enseigner (Mt. 18) que le service de Dieu implique l’humilité, le sacrifice de soi-même, et l’amour. Sa propre immolation devait en être l’exemple permanent. C’était probablement en l’an 29, au début de l’automne. Quittant définitivement Capernaüm, Jésus "prit résolument le chemin de Jérusalem". #Lu 9.51

8. Voyages en direction de Jérusalem, et ministère en Pérée.
Il est impossible d’établir exactement la succession des déplacements du Seigneur, car le récit de Luc, principale source de renseignements pour cette période, ne suit pas un ordre chronologique précis. - Mais les faits essentiels sont bien connus. Jésus cherche désormais à attirer l’attention du pays tout entier, y compris de la Judée; il envoie 70 disciples annoncer sa venue; il se rend à Jérusalem pendant la fête des Tabernacles (Jn. 7) puis, de nouveau, lors de la fête de la Dédicace (10.22-23).

En ces 2 occasions, il se présente au peuple à maintes reprises. Il déclare être la Lumière du monde, le Bon Berger du troupeau de Dieu, et combat avec audace les chefs qui s’opposent à son enseignement. Il parcourt aussi la Judée et la Pérée, expliquant au peuple, de façon plus belle et plus concrète que jamais, en quoi consiste la vie spirituelle authentique, et quelle conception nous devons avoir de Dieu et de son service. Ici, se placent les paraboles du bon Samaritain #Lu 10.25-37 des conviés au festin de noces (Lc. 14), de la brebis égarée, de la drachme perdue, de l’enfant prodigue (Lc. 15) de l’économe infidèle, de Lazare et du mauvais riche (Lc. 16) de la veuve importunant le juge inique, du pharisien et du péager. #Lu 18.1-14

Tandis que s’intensifie l’hostilité furieuse des chefs, le Maître proclame l’Evangile de manière toujours plus complète. Un fait imprévu porte l’agitation à son paroxysme. Jésus apprend que son ami Lazare de Béthanie est très malade. Lorsque le Maître arrive auprès de lui, il y a déjà 4 jours que Lazare est mort. Jésus le ressuscite, miracle surpassant tous ceux qu’il a accomplis auparavant. #Joh 11.1-46 Cet événement prodigieux, qui se produisit tout près de Jérusalem, bouleversa la capitale. A l’instigation de Caïphe, souverain sacrificateur cette année-là, le sanhédrin estima que seule la mort du perturbateur pourrait anéantir son influence (v. 47-53).

Jésus se retira alors tout de suite (v. 54); il avait décidé, évidemment, de ne pas mourir avant la Pâque. Comme la date de la fête approchait, il se remit en route pour Jérusalem, traversa la Pérée #Mt 19.1; 20.17, 29; Mr 10.1 (Lu 18.31 à 19.28) enseignant, et prédisant de nouveau l’imminence de sa mort et de sa résurrection; il atteignit Béthanie 6 jours avant la Pâque. #Joh 12.1

- 9. La dernière semaine.
A Béthanie, Marie, soeur de Lazare, oignit la tête et les pieds de Jésus, pendant le souper. Le Maître vit dans ce geste le signe prophétique de son prochain ensevelissement. Le jour suivant il fit à Jérusalem une entrée triomphale, monté sur un ânon. Ce faisant, il provoquait la colère des chefs, se présentait publiquement comme le Messie, et concrétisait le caractère pacifique du Royaume qu’il était venu fonder.

Le lendemain, en retournant en ville, il maudit un figuier qui était dépourvu de fruits, bien que d’aspect florissant: symbole frappant du judaïsme présomptueux, mais stérile. Puis comme 3 ans auparavant, il chassa du Temple les trafiquants qui profanaient les parvis: le geste de Jésus était un nouvel appel à la nation israélite, sommée de se purifier. #Mr 11.15-17 Malgré la multitude des pèlerins qui l’avaient acclamé comme le Messie, lors de son entrée triomphale, et continuaient à se presser au tour de lui, les chefs maintinrent résolument leur attitude hostile. Le jour suivant (mardi), Jésus était de nouveau dans la cité. Quand il arriva au Temple, des délégués du sanhédrin lui demandèrent en vertu de quelle autorité il agissait. Sachant qu’ils avaient déjà résolu sa mort, le Maître refusa de leur répondre, mais prononça les paraboles des 2 fils, des méchants vignerons et des noces du fils du roi (Mt 21.23 à 22.14) ces allégories décrivent la désobéissance des chefs aux commandements divins, leur galvaudage du dépôt sacré confié à la nation, la catastrophe qui frappera bientôt leur communauté et leur ville. On s’efforça de lui tendre des pièges pour découvrir dans ses paroles un motif d’accusation ou de dénigrement.

Les pharisiens et les hérodiens voulurent qu’il dise s’il était légal de payer l’impôt à César. Les sadducéens l’interrogèrent à propos de la résurrection. Un docteur de la Loi s’enquit du plus grand commandement. Les ayant tour à tour réduits au silence, Jésus les déconcerta en leur demandant le sens des paroles de David s’adressant au Messie comme à son Seigneur.

En effet, le Ps. 110 implique clairement que Jésus ne blasphémait pas en se disant Fils de Dieu et égal à Dieu. Tout ce jour-là, le conflit fit rage, et Jésus stigmatisa les dirigeants indignes #Mt 23.1-39 La démarche de certains Grecs désireux de le voir lui parut présager que les Juifs le regretteraient, que les païens le suivraient, et que sa fin était imminente. #Joh 12.20-50

En quittant le Temple, il annonça tristement à ses disciples l’anéantissement prochain de ce magnifique édifice; puis, dans un entretien avec 4 des siens, il parla plus en détail de la destruction de Jérusalem, de la diffusion de l’Evangile, des souffrances futures de ses disciples et de sa seconde venue. (Mc. 13)

Cette déclaration prouve qu’au milieu de l’hostilité déchaînée, Jésus avait gardé sa vision parfaitement claire; il allait au devant de la tragédie en sachant qu’elle le mènerait finalement à la victoire.

- Le plan de l’attentat fut probablement dressé cette nuit-là. Judas, l’un des 12, s’était sans doute détaché depuis longtemps de l’idéal spirituel du Maître. L’Iscariot s’affligeait de ce que Christ ne voulût point établir un royaume terrestre. Jean dit de Judas qu’il était cupide. Au cours du souper de Béthanie, l’avare se rendit enfin compte de son antipathie irréductible à l’égard de Jésus. Enrageant de constater la faillite de ses espoirs, il décida de livrer le Maître aux chefs. Sa trahison changea leurs plans. Les adversaires avaient résolu d’attendre que la Pâque fût terminée et que les foules fussent dispersées. Ne sachant de quoi inculper Jésus, ils accueillirent avec soulagement la proposition de Judas. Il semble que le lendemain, qui était le mercredi, Jésus s’isola, sans doute à Béthanie. Le jeudi après-midi, on devait tuer les agneaux pour la Pâque; le souper commémoratif, auquel devaient participer tous les Israélites pieux, se célébrait après le coucher du soleil. C’était le début de la fête des pains sans levain, laquelle durait 7 jours. Ce jour-là, Jésus envoya Pierre et Jean préparer la Pâque en ville, pour les 12 et pour lui. Il leur dit assurément de se rendre dans la maison d’un disciple ou d’un ami. #Mt 26.18 En leur enjoignant de suivre, à l’entrée de la ville, un homme portant une cruche d’eau, Jésus parvint à garder secret le lieu du repas, évidemment pour empêcher Judas de le révéler aux chefs, ce qui aurait pu interrompre l’ultime et précieux entretien avec les apôtres. Le jeudi soir, Jésus célébra avec les siens le souper pascal.

Pour l’ordre des événements de cette soirée. Selon certains exégètes, qui se fondent sur l’Evangile de Jean (13.1, 29; 18.28; 19.31), Jésus aurait été crucifié le 14 Nisan, jour de la mise à mort de l’agneau pascal, et il n’aurait pas mangé la Pâque au moment habituel, mais un jour plus tôt. Cette opinion s’accorde difficilement avec ce que disent Matthieu (26.17-19), Marc (14.12-16) et Luc (22.7-13, 15). Les expressions qu’emploie Jean dans les passages en question peuvent s’expliquer par l’hypothèse que nous exposons ci-dessous. -[Note: Jn. 13.1 ne signifie pas que tous les faits du ch. 13 soient survenus "avant la fête de la Pâque"; cette phrase sert d’introduction, montrant l’esprit d’amour qui animait Jésus au début de cette Pâque tragique. Le v. 29 du ch. 13: "Achète ce dont nous avons besoin pour la fête," a peut-être trait aux achats nécessaires pour le lendemain, jour où le peuple présentait ses offrandes volontaires. Jn. 18.28: "afin... de pouvoir manger la Pâque" peut signifier simplement "observer le rituel pascal".

Dans 19.31 le mot "préparation" n’implique pas la préparation de la Pâque, mais celle du sabbat.
- Selon toute probabilité, Judas se retira avant l’institution de la sainte cène et Jésus prédit 2 fois la chute de Pierre; il l’annonça d’abord dans la chambre haute, puis à nouveau sur le chemin de Gethsémané.

L’Evangile de Jean ne rapporte pas l’institution de la cène, mais les derniers entretiens avec les apôtres. Jésus les prépara à sa mort, et leur révéla que, grâce à l’oeuvre de l’Esprit Saint, leur communion spirituelle serait maintenue et rendue fructueuse. #Joh 14-16 Jean nous rapporte aussi la sublime prière sacerdotale (ch. 17).
Sur le chemin de Gethsémané, Jésus avertit les disciples qu’ils allaient être dispersés, et il leur fixa un rendez-vous après sa résurrection, en Galilée. L’agonie du jardin marqua l’abandon total et définitif de sa personne pour le sacrifice suprême. Judas survint tout à coup, accompagné de la cohorte, détachée de la garnison logeant à proximité du Temple, sous prétexte qu’il fallait arrêter un dangereux révolutionnaire #Joh 18.3, 12 Il y avait avec ces hommes quelques Lévites de la garde et des serviteurs des principaux sacrificateurs. Judas savait que Jésus avait l’habitude de fréquenter Gethsémané. Certains exégètes supposent que le traître se rendit d’abord dans la chambre haute, et que, n’y trouvant pas Jésus, il alla au pied du mont des Oliviers, où s’étendait le jardin. Après quelques brèves paroles de protestation, Jésus se laissa arrêter; les disciples s’enfuirent.

- Les gardes le menèrent d’abord devant Anne #Joh 18.13 beau-père de Caïphe. Jésus subit un interrogatoire préliminaire de la part d’Anne, tandis que l’on convoquait le sanhédrin (v. 13-14, 19-24). Il est possible qu’Anne et Caïphe aient occupé la même demeure, car le récit dit que les reniements de Pierre furent proférés dans la cour du palais, pendant qu’avaient lieu les interrogatoires devant Anne, puis devant Caïphe. Jésus refusa d’abord de répondre aux questions et demanda la comparution des témoins à charge.

Anne l’envoya lié à la résidence de Caïphe, où le sanhédrin s’était réuni en toute hâte. Les dépositions concernant le blasphème, crime que l’on cherchait à lui imputer, étaient contradictoires. Aucune preuve ne put être avancée. Finalement, le grand prêtre adjura solennellement l’accusé de dire s’il était le Messie. Jésus l’affirma, de la façon la plus nette. Le tribunal, furieux, le condamna à mort pour blasphème. Les juges, abandonnant le condamné à d’ignobles moqueries, révélèrent par là dans quel esprit inique ils avaient prononcé la sentence. #Mr 14.53-65

Mais la Loi exigeait que le sanhédrin promulguât de jour ses décrets. Le tribunal siégea donc de nouveau, le matin très tôt, et refit la même procédure. #Lu 22.66-71 Comme les Juifs n’avaient pas le droit d’exécuter un criminel sans l’assentiment du procurateur romain, le sanhédrin s’empressa d’envoyer Jésus à Pilate. La hâte éhontée de toute cette procédure prouve que le tribunal craignait l’intervention du peuple, susceptible d’empêcher l’exécution. Pilate résidait probablement dans le palais d’Hérode, sur la colline de Sion, pas très loin de la maison du grand prêtre. Encore de bonne heure, les membres du sanhédrin se rendirent au prétoire pour exiger que le procurateur vînt entendre leur requête. Les Juifs voulaient que Pilate leur permît d’exécuter le condamné, sans qu’il le jugeât, mais le Romain s’y refusa #Joh 18.29-32 Ils accusèrent alors Jésus en disant "qu’il soulevait la nation et empêchait de payer le tribut à César, se disant lui-même Christ, Roi". #Lu 23.2

Quand Jésus eut admis sa royauté devant le procurateur #Lu 23.3 celui-ci l’interrogea en particulier #Joh 18.33-38 et découvrit rapidement le caractère non politique et inoffensif de ses prétentions. Pilate déclara que Jésus était innocent, et qu’il voulait le libérer. Mais en réalité, le procurateur n’osait pas s’opposer à ses administrés intraitables. Lorsqu’ils lui demandèrent, avec acharnement, la crucifixion de Jésus, Pilate eut recours à de misérables expédients, pour dégager sa responsabilité. Apprenant que Jésus était Galiléen, il l’envoya à Hérode Antipas #Lu 23.7-11 qui se trouvait alors à Jérusalem, mais Hérode refusa de le juger. Cependant, la foule ne cessait d’augmenter. La coutume étant que l’on relâchât un prisonnier à la fête de la Pâque, le gouverneur demanda à la foule lequel il fallait libérer. Il espérait, évidemment, que la popularité de Jésus le ferait échapper aux chefs des prêtres. Mais ceux-ci persuadèrent la populace de demander Barabbas. Le message de la femme de Pilate attestant l’innocence du Galiléen augmenta encore son désir de le sauver. Malgré ses interventions répétées en faveur de Jésus, la foule se montra implacable et avide de sang. Le procurateur, effrayé, n’eut pas le courage d’agir selon sa conviction personnelle et se laissa arracher l’arrêt d’exécution. Tandis que, dans la cour intérieure du palais, Jésus subissait le supplice de la flagellation, qui précédait toujours la mise en croix, Pilate était perplexe.

En leur présentant le supplicié sanglant et couronné d’épines, il chercha de nouveau à satisfaire les Juifs, qui enhardis par ce qu’ils avaient déjà obtenu, s’écrièrent: "Il doit mourir, parce qu’il s’est fait Fils de Dieu". #Joh 19.1-7 Cette parole redoubla la crainte superstitieuse de Pilate. Une fois encore, il interrogea Jésus en privé et chercha de nouveau à le délivrer (v. 8-12a). Les Juifs, connaissant l’ambition politique du gouverneur, l’accusèrent de soutenir un rival de l’empereur et d’être déloyal à César. Cette calomnie l’emporta sur les hésitations de Pilate. Il eut la sombre joie d’entendre les Juifs proclamer leur entière soumission à Tibère (v. 12b-15), et il livra le Nazaréen à ses ennemis. Bien qu’innocent, Jésus avait donc été condamné, et sans procédure légale. Sa mort fut vraiment un assassinat juridique.
4 soldats l’exécutèrent (Jn. 19.23) sous la surveillance d’un centurion. 2 brigands furent menés au supplice en même temps que Jésus. D’ordinaire, les condamnés portaient eux-mêmes les 2 pièces de leur croix, ou seulement la partie transversale. Au début, Jésus porta, semble-t-il, la croix entière #Joh 19.17 puis on contraignit Simon de Cyrène à s’en charger #Mt 27.32; Mr 15.21; Lu 23.26 Le lieu de crucifixion se trouvait hors des remparts, à peu de distance de la ville. Le condamné était d’habitude cloué à terre sur les poutres, puis on plantait la croix dans le trou creusé à l’avance. Le crime du coupable était indiqué sur une tablette, fixée au-dessus de la tête. Pour Jésus, l’inscription était en hébreu (araméen), en grec et en latin C’est Jean qui la donne sous sa forme la plus longue: "Jésus de Nazareth, roi des Juifs" (19.19).

Marc relate que "c’était environ la 3e heure" #Mr 15.25 c.-à-d. 9 heures du matin. Si nous nous souvenons que le sanhédrin l’avait fait comparaître au point du jour #Lu 22.66 il est possible que la mise en croix ait eu lieu vers 9 heures, ce qui concorde avec la hâte des Juifs dès le début du drame.

- En rapport avec la crucifixion, les Evangiles rapportent des épisodes dans le détail desquels nous ne pouvons entrer. Certains suppliciés restaient vivants plusieurs jours sur la croix, mais le corps déjà épuisé de Jésus n’endura pas une si longue agonie. A la 9e heure (donc à 3 h. de l’après-midi) après que le pays eut été plongé durant 3 heures dans l’obscurité, le Christ expira en poussant un grand cri. Les paroles prononcées du haut de la croix prouvent qu’il fut conscient jusqu’à la fin, et qu’il savait parfaitement la signification de tout ce qui arrivait. Un très petit nombre de personnes assista à ses derniers instants. La foule, qui avait d’abord suivi le cortège, était rentrée en ville. Les prêtres sarcastiques s’étaient aussi retirés.

Quelques disciples et les soldats sont les seuls dont les Evangiles attestent la présence jusqu’à la fin. Les dirigeants ne furent donc pas informés de la mort du Christ. Pour que les corps ne restent pas suspendus aux croix pendant le sabbat, les Juifs demandèrent à Pilate qu’on rompît les jambes des suppliciés. Mais quand les soldats s’approchèrent de Jésus pour le faire, ils s’aperçurent qu’il avait déjà expiré. Voulant s’en assurer, l’un des soldats lui perça le côté avec sa lance. Jean, qui était présent, vit du sang et de l’eau sortir de la blessure. #Joh 19.34-35. Jésus avait donc bien un corps humain. La mort de Jésus paraît avoir été provoquée par la rupture du coeur. Joseph d’Arimathée, disciple secret malgré sa condition d’homme riche et de membre du sanhédrin, n’avait pas acquiescé à la condamnation du Maître. #Lu 23.51 Il réclama le corps de Jésus. Accompagné de quelques personnes, Joseph s’en fut le déposer en un tombeau neuf qu’il s’était fait tailler dans le roc de son jardin.

- 10. Résurrection et Ascension.
Il est certain que l’arrestation et la fin soudaines de leur Seigneur déconcertèrent et accablèrent ses disciples. Les Evangiles mentionnent qu’au moins en 3 occasions solennelles il leur avait prédit sa mort et sa résurrection le 3e jour; malgré cela, les disciples étaient trop écrasés par leur chagrin pour garder aucun espoir. Ceux qui ont connu l’abattement et l’amertume d’une totale désolation, ne s’étonnent point du comportement des disciples ni ne doutent du récit évangélique. Les Evangiles ne prétendent pas donner une relation complète des faits, ni un catalogue de preuves de la résurrection. Ils en attestent la réalité par le témoignage des apôtres, auxquels Christ apparut tant de fois. #1Co 15.3-8 Les Evangiles ont retenu les faits présentant un intérêt intrinsèque ou susceptibles d’édifier les croyants.

- L’ordre des apparitions du Ressuscité fut probablement le suivant: De grand matin, le 1er jour de la semaine, 2 groupes de ferventes Galiléennes allèrent au tombeau pour y oindre le corps de Jésus, en vue de son ensevelissement définitif. Les 1res étaient Marie de Magdala, Marie mère de Jacques, et Salomé. #Mr 16.1 Jeanne et d’autres femmes anonymes se trouvaient sans doute dans le 2e groupe; le passage de Lc. 24.10 mentionne le récit fait par toutes les femmes à la fois.

- Le 1re groupe vit la pierre roulée loin du sépulcre; Marie de Magdala pensa que le corps avait été enlevé et courut le dire à Pierre et à Jean #Joh 20.1, 2 En entrant dans le sépulcre, les autres femmes virent un ange qui leur annonça la résurrection de Jésus et les chargea d’en porter la nouvelle aux disciples. #Mt 28.1-7; Mr 16.1-7 Nous présumons qu’en se hâtant d’aller les rejoindre, elles rencontrèrent l’autre groupe de femmes et revinrent avec celles-ci au tombeau, où 2 anges leur répétèrent solennellement que Jésus n’était plus parmi les morts, mais parmi les vivants. #Lu 24.1-8 Quittant le sépulcre, elles coururent vers Jérusalem pour y annoncer ces nouvelles. En chemin, Jésus lui-même se présenta à ces femmes. #Mt 28.9, 10 Pendant ce temps, Marie de Magdala avait informé Pierre et Jean que le tombeau était vide; les 2 disciples s’y précipitèrent et le trouvèrent tel. #Joh 20.3-10 Marie de Magdala les avait suivis. Ils quittèrent le jardin, mais elle y resta et Jésus lui apparut à elle aussi (v. 11-18).

Finalement, toutes les femmes rejoignirent les disciples et leur rapportèrent la merveilleuse nouvelle. Mais la foi des disciples en la résurrection de Jésus ne devait pas se fonder seulement sur le témoignage de ces femmes. En ce 1er jour de la semaine, le Seigneur apparut à Simon Pierre #Lu 24.34; 1Co 15.5 puis à 2 disciples se rendant au village d’Emmaüs #Lu 24.13-35 le même soir, Jésus se présenta aux apôtres, en l’absence de Thomas #Lu 24.36-43; Joh 20.19-24 Cette fois, il mangea devant eux, pour leur prouver la réalité de sa résurrection corporelle.

Les disciples restèrent encore à Jérusalem, tandis que Thomas persistait à ne pas croire. Le dimanche suivant, Jésus leur apparut de nouveau et donna la preuve de sa résurrection à l’apôtre incrédule. #Joh 20.24-29 C’est alors, semble-t-il, que les apôtres se rendirent en Galilée. L’Evangile parle de 7 d’entre eux qui pêchaient dans la mer de Tibériade, lorsque le Seigneur leur apparut. (Jn. 21) Il leur avait aussi donné rendez-vous sur une montagne de Galilée; c’est là qu’il leur confia leur grande mission, leur promit sa puissance et les assura de sa présence perpétuelle #Mt 28.16-20 Les 500 disciples dont parle 1Cor. 15.6 assistèrent très probablement à cette solennelle délégation d’autorité. Plus tard, le Seigneur apparut aussi à Jacques (v. 7), mais nous ne savons pas où. Enfin, Jésus ramena les apôtres à Jérusalem, et les conduisit sur le mont des Oliviers à un endroit d’où l’on apercevait Béthanie #Lu 24.50, 51 de là, il fut enlevé au ciel et une nuée le déroba à leurs yeux. #Ac 1.9-12

Le N.T. mentionne donc 10 apparitions du Sauveur ressuscité, auxquelles Paul ajoute celle qu’il eut sur le chemin de Damas (1Cor. 15.8). Mais d’autres apparitions sans doute n’ont pas été rapportées. Selon Act. 1.3, "après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant 40 jours". Cependant, il n’était plus constamment en contact avec ses disciples comme auparavant; il se manifestait à eux en certaines occasions. #Joh 21.1

Les 40 jours entre la résurrection et l’ascension furent une période de transition, destinée à former les disciples en vue de leur ministère futur. Il fallait que Jésus démontrât clairement, à maintes reprises et de diverses manières, qu’il fût bien ressuscité. Ces preuves, il les a amplement données, nous venons de le constater. Le Seigneur devait compléter son enseignement sur la nécessité de sa mort et le caractère de l’Eglise qu’il allait établir grâce à leur ministère. Il devait aussi montrer aux disciples combien son oeuvre accomplissait les Ecritures; c’était le seul moyen de leur faire comprendre que la nouvelle dispensation était la continuation même de l’ancienne.

Avant la mort de Jésus, les siens n’étaient pas prêts à recevoir un tel enseignement; il leur fut donné durant ces 40 jours, ainsi que les textes le mentionnent plusieurs fois #Lu 24.44-48; Joh 20.21-23; Ac 1.3-8 Enfin, les expériences de ces quelques semaines habituèrent les disciples à penser que leur Maître absent était pourtant vivant, et très proche d’eux, bien qu’invisible; qu’il était parvenu à une vie nouvelle et avait un corps rappelant celui qu’ils avaient aimé et qui cependant, était désormais glorifié. Malgré son élévation, les siens le reconnurent et furent dès lors prêts à proclamer partout la divinité du Fils unique, véritable Roi d’Israël, mais aussi Homme de Nazareth et Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde.

- Sur ces entrefaites, les Juifs déclarèrent que les disciples avaient enlevé le cadavre. Le jour de la crucifixion les chefs avaient demandé à Pilate de faire garder le tombeau par des soldats, de peur que l’on ne dérobât le corps. Quand la résurrection se produisit, accompagnée de la descente d’un ange qui roula la pierre du sépulcre #Mt 28.1-7 les gardes furent terrifiés, puis ils s’enfuirent. Païens et superstitieux, ils ne furent sans doute guère plus touchés par ce qu’ils avaient vu que ne le sont d’ordinaire des gens ignorants qui pensent apercevoir des fantômes. Les chefs des Juifs affectèrent de croire à une supercherie de la part des disciples, et expliquèrent de cette façon l’assertion des soldats, qu’ils soudoyèrent pour les réduire au silence sur la résurrection de Jésus. Ainsi se répandit le bruit que le corps avait été soustrait pendant le sommeil de la garde. #Mt 28.11-15 Le jour de la Pentecôte, les apôtres commencèrent à témoigner de la résurrection de Jésus; le nombre des croyants augmenta rapidement. (Act. 2) Les chefs des prêtres s’efforcèrent alors, non par des arguments, mais par la violence, de faire taire ce témoignage et d’écraser la secte naissante #Ac 4.1-31 Pourtant, 2 faits demeurent inébranlables.

1. Jamais personne ne fut capable de produire le cadavre de Jésus. Les Juifs y auraient eu le plus grand avantage, car ils auraient ainsi fermé définitivement la bouche des disciples. Si les chrétiens d’autre part avaient été en possession du corps, ils n’auraient pu s’empêcher de l’embaumer, et de l’entourer d’un véritable culte. Rien de pareil ne s’est produit.

2. Si les disciples avaient faussement affirmé la résurrection de leur Maître, ils n’auraient jamais été par milliers jusqu’au martyre pour soutenir une consciente imposture. L’Eglise primitive a été totalement convaincue du fait de la résurrection. Toute la transformation des apôtres et le dynamisme inouï des premiers chrétiens ne peut s’expliquer psychologiquement-et spirituellement-que de cette manière.

- Cet article n’a pas cherché à exposer l’enseignement de Jésus, mais à présenter le cadre extérieur et l’esquisse historique de son existence terrestre. Les Evangiles nous révèlent graduellement la physionomie de Jésus, et son message. Cette révélation même constitue l’une des preuves les plus solides de la véracité des récits qui sont à la base de notre information. Par son humanité, Christ se situe sur le plan historique, et dans un milieu particulier. Sa vie se déroule tout naturellement, sans arrêt, jusqu’à un but précis. Cette existence authentiquement humaine appartient à l’histoire, mais Jésus déclare clairement qu’il est plus qu’un homme (cf. p. ex. Mt. 11.27; Jn. 5.17-38; 10.30; 17.5, etc.); il s’est révélé peu à peu à ses disciples, qui furent frappés de sa dignité souveraine. #Mt 16.16; Joh 20.28 Puis, à la clarté de l’Esprit, la réflexion et l’expérience leur dévoilèrent toujours plus sa divinité. Celui des apôtres qui survécut le dernier devint le 4e Evangéliste. Retraçant la carrière terrestre de son Seigneur, il le présenta comme l’incarnation de celui qui est la Parole de Dieu. Mais Jean n’a jamais négligé ni dissimulé l’aspect humain de Jésus. Il nous fait, de ce Maître incomparable, un portrait parfaitement exact. "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu". #Joh 1.1 "La Parole a été faite chair et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père" (v. 14). -"Ces choses ont été écrites, afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom" #Joh 20.31


Jeudi 6 Décembre 2012


Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

71.Posté par VIRGILE le 08/12/2012 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ 68.Posté par KADIRI le 08/12/2012 13:02

Bonjour et Salam à toutes et à tous.

Votre post est trop long et je prendrais le temps de le lire afin de vous éclairer sur quelques points fondamentaux (car le diable s'occupe des détails !). Cependant, le survolant, j'ai pris une phrase à la volée et voici ce que vous osez écrire !

: Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome, sont inventés par les Grecs

D'où tenez-vous cet ineptie particulièrement blasphématoire ???
La Révélation a été premièrement écrite par Moïse (Les quatre premiers Livres). C'est environ vers - 1200 avant J.C. selon les théologiens. Puis cela a été scellé à la sortie de la déportation à Babylone au IVème siècle avant Jésus Christ sous forme de Torah écrite et reliée. Ce qui fait que cela a été révélé bien avant la culture Grecque. Et vous prétendez que cela a été écrit par les Grecs !!!. C'est aussi blasphématoire que si j'affirmais que le Coran a été écrit au siècle dernier !!!

Je ne rentrerais pas dans tous les détails. Cependant, si vous avez RÉELLEMENT lu la Bible, de la Genèse à l'Apocalypse (soit les 66 livres canoniques), vous vous apercevrez que :
1. Elle est cohérente car chronologique. La Révélation se fait progressivement afin que l'homme puisse l'assimiler en cosncience et par l'Esprit Saint.

2. Toutes les prophéties concernant l'annonce et l'avènement du Messie se sont réalisées dans la Nouvelle Alliance. Pour leur malheur, nombre de Juifs n'ont pas cru en Yeshua de Nazareth, Roi d'Israël et des Juifs, jusqu'à ce jour. Cela atteste de l'authenticité de la Bible, Parole fiable et véridique.

3. La Bible n'est pas seulement écrite de l'homme. ELLE EST TOTALEMENT INSPIRÉE PAR DIEU ET SON SAINT ESPRIT. C'est donc un blasphème que de remettre en cause son authenticité. A votre décharge, il existe hélas des Bibles falsifiées (Mormon, Témoin de Jéhovah, etc.). C'est la raison pour laquelle je vous ai gratuitement proposé la superbe version OSTERVALD, issue des Textes reçus et Révélés.

4. Entrainé, vous pouvez lire la Bible seul, en priant le Père. Mais Dieu nous recommande de faire des études à plusieurs et cela pour trois raisons:
a) Dieu nous le demande: "Persévérez dans l'enseignement des Apôtres". Les étude se font en groupe afin de partager et de s'édifier les uns les autres. ( deux ou trois au minimum).

b) Lorsque "deux ou trois personne prie dans le nom de Jésus", l'Esprit Saint est parmi nous et il nous ouvre le coeur aux secrets de l'Evangile.

c) Tout le monde n'a pas la mémoire et les facultés nécessaires pour comprendre la Bible tout seul et cela risque même d'induire des erreurs d'interprétation funestes.

5. La Bible a été écrite avant le Coran et l'Evangile est la suite logique et Révélée du dessein de Dieu pour l'Humanité. Dieu est Esprit, Dieu est Amour, Dieu est Lumière, Dieu est Père, Créateur de tout ce qui existe, etc.

6. Quand on lit la Bible, il faut faire abstraction de toutes nos connaissances et priez Dieu pour qu'il nous révèle sa Volonté. Ainsi, vous trouverez toutes les hérésies qui pullulent dans le monde, oeuvres de la Chair et du Diable, parfaitement décrites dans les Proverbes, les Psaumes et l'Evangile.

Cher @ KADIRI, je vous conseille de lire ou d'étudier la Bible avec un frère aimant, qui ne juge pas et qui désire vous partager le spectaculaire et puissant amour de Dieu pour sa Créature dont il est le Père.

@ BAB
Bonjour frère, toujours sur la brèche ! Je t'en remercie.

Je reprécise que l'article que je vous soumets n'avait que l'intention de vous partager la vie de Jésus Christ, sans pour autant rentrer dans le coeur de la Doctrine (Amour, Vérité, Grâce, Miséricorde, Pardon, Conversion, Vie Éternelle, etc.).

Au-delà des différences, je vous remercie pour tous vos commentaires. Cela prouve que vous aimez Dieu et que vous cherchez des réponses "fiables". C'est un signe de bonne santé spirituelle et être en "veille" permet de ne pas s'endormir dans ce monde aux prises à des esprits et hommes occultes, démoniaques, comme les Talmudistes babyloniens et Francs-Maçons.

BIEN A VOUS TOUS. JE RESTE A VOTRE AIMABLE DISPOSITION.

70.Posté par BAB le 08/12/2012 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@KADIRI

Votre trop longue communication est également bourré de mensonges et de contre-vérités.

Les chretiens certes ne sont pas parfaits mais les musulmans ont aussi plein de défauts et n'ont pas de leçons à donner aux autres.

69.Posté par BAB le 08/12/2012 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Maicha

Certes le concept de la Trinité ne se trouve pas dans le Coran et pour comprendre il ne faut pas avoir d'à priori.

Mais vous êtes absolument certaine de connaître la Vérité et que tout se trouve dans le Coran, alors plus aucune discussion n'est possible..

l

68.Posté par KADIRI le 08/12/2012 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le 8 décembre 2012.
@ Virgile
Le 22 décembre 1993 le pape Jean Paul II reconnaît que le 25 décembre est une fête païenne. Il déclara : "Chez les païens de l'Antiquité, on célébrait l'anniversaire du soleil invincible, ce jour-là afin qu'il coïncide avec le solstice d'hiver. Il a semblé logique et naturel pour les chrétiens de remplacer cette fête par celle du seul Soleil véritable : Jésus-Christ ".
Dans votre article vous reprenez, les mêmes slogans, les mêmes faux arguments, les mêmes justifications erronées, publiés, par les religieux prosélytes, qui organisent des campagnes de propagandes dans le but de discréditer les musulmans et les juifs , en faisant l’apologie de Jésus, qui n’a pas été capable d’accomplir sa mission, limité juste aux fils d’Israël. Dieu n’a pas chargé Jésus d’aller conquérir la Chine, mais, juste une petite intervention auprès d’une petite communauté dissimulée au sein de peuplades différents en Palestine.
Les musulmans sont choqués lorsqu'ils constatent, que les chrétiens continuent toujours de dissimuler la vérité et de cautionner les mensonges volontairement diffusés pour concrétiser l’entreprise des fraudeurs- faussaires. Par ces agissements, les complices, interviennent, dans les tribunes, dans les forums, dans les conférences, pour tenter de nous faire croire, que Jésus, est le seul sauveur de l’humanité. C’est une injure impardonnable, inacceptable et inadmissible. A vous croire, Jésus, s’est sacrifié pour nous sauver et sauver toute l’humanité toute entière. Mais de quel péril, l’humanité serait-elle menacée plus que les génocidaires occidentaux qui ont assassiné plus de 500 millions, depuis la mort de Jésus.
Si telle est votre vérité, il doit y avoir un problème au niveau de Dieu. ? Dieu se serait-il trompé en envoyant Mohamed (ç) après Jésus, comme messager, et sceaux des prophètes ?. Pouvez-nous affirmer, que Dieu s’est trompé sur la mission divine de notre prophète Mohamed (ç) le messager pour l’humanité, alors que Jésus sa mission consistait, essentiellement, à faire réintégrer la petite communauté israélite pervertie par le culte du schisme païen. Jésus n’est pas un Dieu, n’est pas le fils de Dieu, n’est pas le prophète comme miséricorde pour l’humanité, seul le prophète Mohamed, possède ses titres pour propager la religion de Dieu. Mohamed (ç) n’est pas le fondateur d’une doctrine religieuse, il est le prophète messager, pour accomplir une mission universelle et Dieu ne peut se tromper de son choix divin sur les hommes élus pour exécuter ses commandements divins. Mohamed à parfaitement accompli sa mission jusqu'à sa mort et il fut supérieur à tous les prophètes et ce dans tous les domaines. Dieu a de quoi être satisfait de lui et de sa mission qui continue par tous les musulmans et par tous les croyants, les futurs convertis sincères à cette sublime religion authentique, véridique, divine et triomphante jusqu'à la fin de monde. Nous sommes contre les mensonges, uniquement contre les mensonges. Les judéo-chrétiens, inventent les mensonges sur Dieu et sur ses prophètes. Jésus, n’a jamais dit, qu’il était le fondateur du christianisme, il n’a jamais entendu parler du christianisme. IL n’a jamais dit, que le christianisme est la seule et unique religion, et qu’il n’y aurait plus jamais aucune religion après le christianisme. IL ne savait rien sur la rédaction et la composition des évangiles, il ignorait, que 3 siècles, après sa mort, les hommes guidés par Satan, spéculeraient sur sa mission pour le déclarer Dieu, fils de Dieu. ? Les complices des fraudeurs continuent de nous harceler quotidiennement pour nous rappeler, que Jésus est ‘’ Dieu’’. Pour nous Musulmans, c’est un Blasphème, et ceux qui soutiennent ces injures sont des pervers et des impies. Jésus est un prophète, encore sa naissance est moins miraculeuse, que le Premier prophète Adam, créé sans père et sans mère, il en est de même pour sa femme qui n’a ni père ni mère. Alors cessez de nous raconter des histoires à dormir debout. Les évangiles ne sont pas paroles de Dieu, et par conséquent, vous pouvez dire ce que vous voulez, personne n’est dupe pour y croire à vos histoires débiles. L’Islam, est la seule religion révélée, et non inspirée, le Coran est parole de Dieu, Mohamed (ç) est le sceaux des prophètes. C’est lui qui clôture la fin des prophètes, la fin des religions, la fin du message divin, l’Islam, est la religion par excellence, divine, protégée par l’Eternel, Seigneur des mondes, Dieu créateur de l’Univers.
Nous savons, que le Christianisme, est apparu comme une secte du judaïsme juif. Si nous allons analyser les origines des livres de l’Ancien Testament, et les livres du nouveau testament. Ces livres sont faux, contrairement à ce que vous affirmez, sur l’authenticité des évangiles. ? Ces livres ne sont pas divins, ils n’ont pas été écrit de la main de Jésus, il n’a pas assisté à leur compilation, il n’a été vivant lors de cette fraude doctrinale. Alors, tout ce qui a été dit, par les quatre, ce ne sont que des témoignages de témoins anonymes ? Le seul dissident, qui pouvait en témoigner Paul, le sanctifié, na pas connu Jésus, et Jésus, n’est pas né le 25 décembre, et il n’est pas de Nazareth, ville qui n’existait pas à l’époque de Jésus et tout l’édifice du christianisme s’écroule, il n’ y a pas un seul récit véridique, que des mensonges et plus grave, vous attribuez vos mensonges à Dieu et à son élu prophète Jésus, qui n’a rien écrit et qui parlait l’araméen et non l’hébreu. !
l’Ancien Testament contient 39 livres, (bible juive) et selon Joseph F. ils étaient 22 livres à son époque. ? Le Nouveau Testament contient 27 livres (bible chrétienne) Cependant, vous dites, que la bible est composée de 66 livres. C’est juste, mais, c’est la bible des protestants, elle se limite à 66 livres, et la bible des Catholiques, est de 73 livres. Elle a retenue 7 livres, pour prouver, que les Catholiques, sont plus croyant que les juifs au culte du judaïsme, puisque, les juifs ne reconnaissent pas les 7 livres, que vous connaissez. Aussi, l’Ancien Testament, qui est composé de 39 livres, les 5 premiers livres sont des rouleaux, du Pentateuque ( Loi ) ; qui comprend : La Genèse, l’Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome, ces cinq livres sont attribués arbitrairement au prophète Moïse. Le Pentateuque, est un titre qui a été donné par les Grecs, ce n’est pas un nom divin, comme le Coran. Les noms des cinq livres : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome, sont inventés par les Grecs. Les livres de la Bible pour leur accorder une place prépondérante, ils sont déclarés, livres sacrés . Les mensonges des Juifs sur l’origine des livres considérés comme sacrés, étaient protégés par les Rabbins, contre toute attaque ou critique et ce silence, fut maintenu, plus de 18 siècles. ? Personnes, n’osait écrire et remettre en cause La véracité des livres sacrés. Hormis, quelques hommes courageux, qui ont prouvé par des travaux de recherches, que ces livres étaient truffés de mensonges et d’erreurs et la critique s’est mobilisée pour briser les secrets et les mystères de cette entreprise de fraudeurs, de faussaires et de falsificateurs notoires. Des spéculateurs malfaiteurs. ? La bible, ne date pas de l’époque du Prophète Moïse, mais environs une cinquantaine d’années avant notre monde, par Hillel et Chaumai. Entre Moïse et Hillel, plus de onze siècles se sont écoulés, et le Mosaïsme de Moïse a vécu de l’époque de Moïse à la fin de Salomon, puis, ce fut le schisme jusqu'à cette époque de la déportation vers Babylone. C’est plusieurs siècles après, que les juifs Pharisiens, se sont mis à écrire l’histoire des juifs (voir le livre du professeur de l’université de Tel-Aviv, Shlomo SAND, auteur du livre intitulé «Comment fut inventé le peuple juif.» Grâce aux efforts des chercheurs, nous connaissons la vérité de la composition de la bible par des écrivains inconnus, des anonymes, des narrateurs fraudeurs et faussaires. Cette bible a débuté à l’époque de Hillel, une cinquantaine année avant la naissance de Jésus et fut achevée par les juifs Massorètes, vers le 14 è siècle de notre ère. La dernière copie, de cette bible que nous avons entre nos mains, date du 1009,
IL est prouvé par tous les spécialistes juifs, chrétiens, athées et musulmans, que le Pentateuque, n’a jamais été écrit par Moïse, que le Pentateuque, n’est pas la Thawrat, inspiré à Moïse et que la Thawrat, n’est pas le Pentateuque. Plus de 11 siècles séparent les deux œuvres. La Thawrat inspirée à Moise est d’origine divine, et le Pentateuque, n’est qu’une compilation humaine, artificielle, mensongère sur Dieu et sur son prophète élu Moïse. De plus, à l’époque, de Moïse, la langue hébreu, n’existait pas, ni son écriture. Alors, la bible passe sous silence, le dialogue entre l’Ange de Dieu et Moïse au Sinaï. En quelle langue fut réalisé cet entretien. ? Et les deux tables écrites supposées par Dieu. ? En quelle langue. ?
Nous sommes au cœur des mensonges. Les fils d’Israël, étaient esclaves, ils n’avaient ni école, ni culte religieux, ni Dieu, ni aucune instruction, même, si Dieu avait écrit les deux tables, les fils d’Israël, auraient été incapables de déchiffrer le message divin. Donc, la bible ne dit pas toute la vérité. Le mot, Thawrat, n’existe, que dans le Coran. Le mot Bible, n’existe nulle part dans les 39 livres de l’Ancien Testament. Car le mot Bible, n’est pas divin. Depuis l’époque de Hillel, jusqu’ à l’occupation de la Palestine, par les sionistes, les juifs, ne disaient jamais du Pentateuque. ? Pourquoi donc. ? Les fils d’Israël étaient opposés aux slogans des juifs affiliés au Judaïsme artificiel, refusaient de cautionner ces mensonges, entre la Thawrat et le Pentateuque et les Massorètes, ont trouvé, la solution pour partager, les deux antagonistes, en désignant le Pentateuque, comme ‘’ Loi ’’et pour ne pas envenimer les relations entre les vrais descendants des fils d’Israël et les juifs Khazars, venus des pays européens. ? Le Pentateuque, était désigné comme ‘’ Loi’ et non comme Thawrat. Après l’occupation de la Palestine. Les sionistes, ont décidé, de faire inclure le mot de Tahwrat, à la place, à la place de Loi. Dans le but évident de faire croire à l’opinion mondial, la terre promise’’ un mythe fabriqué de toute pièce, par les juifs pour s’accaparer de la Palestine Arabe. Si bien, que tous les juifs ont suivi le mot d’ordre pour appeler le Pentateuque, de tora, écrite par Moïse. Voila un grand péché et un mensonge impardonnable, attribué à Moïse, qui n’a jamais écrit un seul récit des cinq livres. Le faussaire A .Chouraqui, dans sa traduction de la Bible, s’est distingué, comme étant le premier fraudeur, faussaire, en remplaçant volontairement le mot livre, par le mot de thora. Voila comment, ils procèdent aux révisions de leurs écritures supposées saintes et sacrées. ? La folie de la diffusion, il n’existe pas une seule bible, comme le Coran, mais 73 livres pour les catholiques ; 66 livres pour les protestants, et des centaines de versions, des copies de copies, et ils ne possèdent jamais l’original, pas même les juifs ne possèdent plus aucune trace des manuscrits originaux. Les spécialistes qui ne sont pas dupes, estiment, que c’est voulu, la bible est une bibliothèque de livres, d’auteurs différents, écrite pendant plus de 13 à 15 siècles, elle contient, plus de 250.000 erreurs et des milliers de lacunes, de contradictions et d histoires obscènes immorales. Dieu, ne peut pas nous raconter des histoires abominables, de viols, des récits sur les actes d’adultère, d’incestes, et de relations contre nature !. Je peux vous citer, quelques récits dans lesquels, ce fameux Chouraqui, faussaire à fait remplacer le mot livre par tora !. Livre de l’Exode, chapitre 12 ‘’ la tora et l’ordre que j’ai écrit pour les enseigner’’. Dans le livre Lévitique, chapitre 14 :2 « Ceci sera la tora du galeux. IL fait suivre, ce chapitre par un sous-titre : ‘’La tora du galeux. Dans le livre du Deutéronome, chapitre 1 : 5 « Moshè se résout à clarifier cette tora pour dire : Au chapitre 4 : 44 : un titre : ‘’ Telle est la tora ‘’ et Chapitre 4 :44 « Voici la tora que Moshè met en face des Benéi Israël. Je vous défie de me prouver le mot de Tora dans la Bible juive. ? Voulez-vous que je vous indique quelques récits des 5 cinq livres du Pentateuque attribués à tort et arbitrairement à Moïse. Un mensonge flagrant et indigne des religieux qui font propager les mensonges sur Dieu. Dieu ne peut pas être menteur et nous tromper par des mensonges que malgré la faiblesse de notre esprit, nous ne pouvons y croire à certains mensonges débiles et incompatibles avec l’histoire universelle de l’humanité.
On lit au chapitre 2 : 11 « tout le pays de Hawila, ( région d’Arabie) où il y a l’or, et l’or de ce pays est bon » à cette époque, l’or n’existait pas. ! Au chapitre 4 :17. « Caïn connut sa femme ; elle conçut et enfanta Hénoch. Comme il bâtissait une ville, il appela la ville du nom de son fils, Hénoch». la ville est inconnue, elle est imaginaire. Comment un seul homme pouvait construire toute une ville, sans les habitants. ? La bible passe sous silence le nom de cette femme. ? Et il manque, toute une explication, comment, a-t-il pu rencontrer cette femme, alors qu’il n’existait pas d’humains dans ce monde à cette époque. ? Ce sont là toute une série de mensonges, et les juifs ne sont pas conscients pour cesser de faire l’éloge de la bible et de cesser d’insister et de tenter de nous convaincre que la Bible est parole de Dieu, à moins que le dieu des juifs soit un dieu débile, comme les dieux locaux de Babylone, et non du vrai Dieu ‘’ Allah’’. L’histoire des deux frères Caïn et Abel. ( Gn 4 :1-17 ) Après la mort de son frère, Caïn, est parti loin dans un autre pays Nod, (pays inconnu, pure invention des narrateurs bibliques) au récit 4 :17 Caïn connut sa femme ; elle conçut et enfanta Hénoch . ? Où a-t-il pu trouver une femme. ? A son époque, il n’y avait pas une seule femme, dans le monde, hormis sa mère Eve. ? Au chapitre 4 du livre de la Genèse : 4 :22 « Silla de son côté, enfanta Toubal-Cain, le père de tous ceux qui travaillent le bronze et le fer. Le Bronze et le fer n’existaient pas à cette époque et Moise ne pouvait pas écrire ces histoires à dormir débout. Nous poursuivons, l’interprétation des récits mensongers de la Bible.
Je passe sans m’arrêter aux récits du déluge, il faudrait plus qu’un livre pour montrer, que ce montage de l’Arche est un mauvais scénario de mensonge plus grand que l’Arche, des récits imaginaires, qui ne correspondaient pas au vrai évènement du déluge, il est impossible de croire certains passages, racontés par des narrateurs complètement débiles. Ce sont ces mensonges qui confortent la conviction des Athées, de la non existence de Dieu, car Dieu, ne peut pas nous raconter de fausses histoires invraisemblables et inimaginables. IL faut cesser de prendre les croyants pour des tubes digestifs pour avaler toutes les conneries racontés par des fraudeurs pour le triomphe d’une cause au profit d’une tribu et non pas pour le triomphe de Dieu, car Dieu n’a pas besoin de nos mensonges pour le triomphe de sa Gloire divine. IL est au dessus de ces spéculations malhonnêtes et indignes de gens qui se respectent. Les récits mensongers sur l’itinéraire d’Abraham, depuis son départ d’Ur, jusqu'à son voyage en Egypte. :
– Abraham : On lit dans li livre de la Genèse, chapitre 11 :28-32, et 15 :17 « à Ur en Chaldée, ce récit est faux, Moise ne pouvait pas écrire un tel récit, car, la dynastie chaldéenne, n’existait, ni à l’époque d’Abraham, ni à l’époque de Moïse, ni à l’époque d David. Cette dynastie a fait son apparition en 612 à Babylone. ? On lit dans le même livre, chapitre 13 :7 « Les Cananéens et les Phérésiens habitaient alors dans le pays. » Moïse, ne pouvait pas écrire ce récit, les Cananéens étaient toujours en Palestine et même à l’époque de Moïse, les Cananéens vivaient toujours dans ce pays. Au chapitre 13 :18 Hébron, cette localité n’existait pas à l’époque d’Abraham. ? Au chapitre 14 :15 « Dan » n’existait pas à l’époque d’Abraham, ni de l’époque de Moïse. ? Au même chapitre 14 :16 « Damas » ville n’existait pas à l’époque d’Abraham. ? Au chapitre 23 : 2 et Au chapitre 23 :19 « Hébron » qui s’appelait kirjath-Arba, n’existait pas à l’époque d’Abraham, ni à l’époque de Moïse. ? Au chapitre 12 : 16 chameaux, Au chapitre 24 :10- 11-24-31-32-36-46-47 ? ‘’ les chameaux,’’ n’étaient pas encore domestiqués à l’époque d’Abraham, ni à l’époque de Moise. ? On lit au chapitre 26 :8 « les Philistin. ? Les Palestiniens n’étaient pas encore en Palestine à l’époque d’Abraham, ni de l’époque de Moïse et ce dernier, ne pouvait pas écrire sur un peuple, qui n’existait pas à son époque. ? On lit au chapitre 24 : 10-11 « la Mésopotamie » ce mot de Mésopotamie n’existait pas, ce sont les Grecs qui ont invente, cette bande entre les deux fleuves en Irak, le Tigre et l’Euphrate. On lit au chapitre 25 :18 « l’Assyrie » cette dynastie n’existait pas à l’époque d’Abraham, ni de moïse, ni de David. Ce récit est un mensonge flagrant. On lit au chapitre 12 : 14-18-20, « Pharaon » ce titre, n’existait pas à l’époque d’Abraham, ni d’Isaac, ni de Jacob, ni de Joseph, qui a vécu chez les rois Hyksos et qu’à cette époque, les rois, étaient des rois et non des Pharaons. Tous les récits écrits sur Joseph sont faux (plus de 78 fois le mot Pharaon a été écrit par les narrateurs écrivains anonymes, qui ne savaient rien sur l’Egypte ancienne. Je peux vous inonder par tant de récits faux, relevés dans les livres du Pentateuque, Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome. Ces livres du Pentateuque, n’ont pas été écrit par Moïse et nous avons des milliers de preuves tangibles irrécusables, que cette œuvre n’est pas l’ouvre de Moïse, mais de narrateurs fraudeurs et faussaires.
Le vrai Dieu à Inspiré au prophète la thawrat originelle, divine, qui ne dépassait pas deux chapitres. Elle était transmise aux fils d’Israël, comme guide et comme enseignement du Mosaïsme. Cette religion fut appliquée de l’époque de Moïse jusqu'à la mort de Salomon. Puis vint le Schisme, l’abandon du Mosaïsme divin, pour rejoindre les païens, qui adoraient les idoles et les dieux locaux. Et ce jusqu'à l’époque d’Esdras, le prêtre, qui avait inventé le Judaïsme, comme doctrine religieuse, une doctrine sans liens avec le Dieu Elohim, le Dieu des fils d’Israël. Ces juifs Pharisiens, ont alors, décidé d’écrire l’histoire du peuple juif, par la fondation artificielle du judaïsme, et par la composition de la Bible (Ancien Testament) et par l’invention d’un nouvel dieu ‘’ Yahvé ‘ à quatre chiffre ‘’ YHWH’’ le Tétragramme ( Adonaï), pour ne plus évoquer le nom d’Elohim. Que l’on trouve, dans les premiers chapitres du livre de la Genèse. L’Identification des sources documentaires, des principaux courants compositeurs de la Bible, J = Yahviste (Judaïsme) ; E= Elohiste (Mosaïsme), P = Sacerdotal, prêtres (Rabbins juifs) et D= Deutéronomiste, un courant indépendant. Aujourd’hui, les Juifs qui occupent la Palestine n’ont aucun lien avec les Benou- Israila, lesquels tentent par les mensonges, de trouver une brèche pour s’intégrer dans la communauté israélite, en faisant croire à l’opinion mondiale, qu’ils sont de confession juive de la doctrine du Judaïsme, et Héritiers légitime de la terre promise. ? Le mot du Judaïsme ne se trouve nulle part, ni dans la Bible, ni dans le Coran. Ni dans les documents des pays qui ont conquis la Palestine. C’est une pure invention des juifs fraudeurs sionistes sanguinaires.
- Christianisme : Nous savons par le Coran, que le prophète Jésus, a été inspiré par l’Injil, ‘’ l’Evangile’’ au singulier, et non les évangiles artificiels fabriqués par les fraudeurs- faussaires. Ce livre inspiré n’a jamais été écrit par Jésus, et Jésus, parlait l’Araméen, et non l’hébreu. Dans la recherche des preuves, les Evangiles, ne sont pas la parole de Dieu, mais des livres de témoignage de témoins ayant entendu les dires d’un prophète qui prêchait la voie de Dieu et que ces prêches, n’étaient du goût des juifs Pharisiens fanatiques. Le christianisme est une secte au départ, du Judaïsme, sans le judaïsme, le christianisme, n’a aucune base doctrinale religieuse et ce sont les prêtres chrétiens qui l’affirment et qui s’inspirent des livres de l’Ancien Testament. Les évangiles ne sont pas des versets au sens moderne et scientifique, mais des récits colportés des témoignages, le plus souvent indirects, pour susciter ou justifier la foi en la rattachant à des faits historiques contestables et réfutables. Les récits reflètent simplement la pensée et la croyance des communautés primitives. Ceux qui avaient connu Jésus, ceux qui en avaient entendu parler ont raconté, écrit, écoutant l’un, écoutant l’autre, et se sont transmis des petits récits. Comme l’explique l’exégète X. Léon-Dufour, des petits recueils de faits et de sentences servent d’aide-mémoire aux prédicateurs, qui y puissent au gré de leurs préférences et des besoins des auteurs, les des miracles les autres les sentences, ou un épisode de la vie publique, etc.. Des collections se forment, et ces notules sont rassemblés trente à quarante ans plus tard en de nombreux recueils ; parmi eux, on retient les quatre évangiles, dont les manuscrits se succèdent, à partir de 70 à 80 et un peu plus tard pour le texte de Jean, puis se complètent, se transmettre oralement. Dans les communautés on ne cessait de se transmettre oralement les paroles de Jésus, dit-on dans les milieux religieux, en même temps les récits.IL faut aussi préciser que de nos jours, on emploierait le style indirect pour rapporter des paroles prononcées depuis longtemps. Au premier siècle, on avait l’habitude d’employer le style direct, plus expressif. Mais il ne faudrait pas conclure que les mots ont été prononcés tels quels par jésus : on avait pensé un moment qu’il y avait une quinzaine de paroles absolument authentiques, appelées pour cela « les ipsissima verba ».On pense de plus en plus n’être absolument certains d’aucune. Quel est le chrétien de culture moyenne qui n’a eu ou n’a encore de la difficulté à se défaire de l’habitude ancrée par tout l’enseignement reçu jusqu’à un passé récent, de croire que les évangiles sont sortis directement et mot pour mot de la plume de l’évangéliste, sous l’inspiration immédiate de l’Esprit saint. ? Une telle conception autorisait les interprétations les plus littérales, dans le respect admiratif et inconditionnel de la Parole divine transmise à qui de droit. Hélas ! Les fraudeurs interviennent pour dénaturer le sens des paroles et abuser de la confiance des croyants. Grâce aux travaux considérables et sans cesse renouvelés de critique scientifique des textes, un ensemble de certitudes acceptées universellement se dégage sur l’historicité des événements racontés par les évangiles. IL ne fait plus aucun doute, que les quatre auteurs, Matthieu, Marc, Luc et Jean, ne sont pas les vrais narrateurs des évangiles. Ce que les chrétiens cachent aux croyants, c’est la conservation des manuscrits, pendant plus de Deux siècles entre la composition des évangiles et le concile de Nicée, personne ne sait qui avait la garde des manuscrits. Où étaient-ils. ? Chez qui, puisque les premiers chrétiens étaient persécutés par les Romains. Pendant, plus de trois siècles, ces manuscrits ont été modifiés, complétés, remaniés, révisés et soigneusement adaptés pour favoriser l’intégration des chrétiens au sein de l’empire Romain-byzantin. Et soudain, les païens qui étaient majoritaires décident, de la divinité de Jésus. Il n’est plus un homme, mais un Dieu, fils de Dieu, car c’est écrit et ceux qui ne partageaient pas cette théorie, seront poursuivis et exécutés comme hérétiques ennemis de dieu. Dans la hâte et la précipitation, certains fraudeurs se sont mis à fabriquer plusieurs généalogies, deux ont été retenues, celle de Matthieu et celle de Luc, ces deux généalogies sont fausses et contradictoires, en tout cas aucune ne concerne Jésus ni sa mère Marie. Ci-dessous les deux généalogies de Jésus. Généalogie présentée par Matthieu : ( Mt 1 :1-17 ) :
- Jacob engendra Juda ; Juda engendra Pharès(1) et Zara sa belle fille Tamar ; Jacob engendra joseph (2)
Généalogie présenté par Luc : ( Luc 3 :23-38 ) : Quand il commença sa mission, Jésus avait environ trente ans, il était à ce que l’on croyait, joseph,(3) issu de Helli, de Matthat,de Levi, de Melchi, de Janné, de joseph, de Matti .
(1) La généalogie présentée par Matthieu, est une reproduction de la généalogie tirée de la Bible juive, elle comporte des erreurs de noms omis et il donne une précision capitale, que Juda fils de Jacob, engendra Pharès et Zara, les deux bâtards, enfants incestueux. Voir le livre de la Genèse, les relations sexuelles entre Juda et sa belle fille Tamar. Pharès, est par excellence, l’ancêtre de David, de Salomon et de Jésus. C’est la Bible qui le mentionne. Il suffit de consulter le la Bible juive= Genèse, et les deux évangiles, de Matthieu et de Luc. Aussi, les deux généalogies sont contradictoire, il suffit de vérifier les noms, les deux listes ne sont pas identique.
(2) Pour Matthieu, ce n’est pas la généalogie biologique de Jésus, mais la généalogie de Joseph le charpentier fils de Jacob, le fiancé de sa mère Marie. ?
(3) Par contre, Luc, prétend, que Joseph est fils d’Helli, et non de Jacob. ?
Comment peut-on expliquer, que Jésus, est homme et les fraudeurs lui fabriquent une généalogie au nom du fiancé de sa mère Marie, Joseph. ? Dans d’autres récits, il est Dieu. Je vous cite, un autre exemple, remarquable de la révision des récits dans les évangiles, par les fraudeurs. On lit au chapitre 8 de jean : 8 :40 « Or vous cherchez à me faire mourir, un homme qui vous dit la vérité que j’ai entendu d’Elohim ; Dans toutes les bibles, le mot ‘’ homme ‘’ existe, mais depuis quelques années, les nouvelles éditions, le mot ‘’ homme ‘’ a été volontairement supprimé, faire concrétiser le pouvoir de la trinité satanique. Nous avons relevé des milliers d’erreurs dans les évangiles. Pour conclure. Les évangiles, ne sont que des témoignages de personnes, ayant vécu à l’époque de Jésus. Jésus lui-même, n’a jamais dit, qu’il avait reçu, directement, l’Injil,(l’évangile) par inspiration. IL n’a jamais écrit cet Injil (évangile au singulier), il n’a jamais laissé un testament écrit, pour demander à ses apôtres de consigner ses paroles par écrit. Les quatre évangiles, ne sont pas des livres divins, ils sont l’équivalent de nos faibles hadiths. Imaginez, si Les Musulmans, n’avaient pas reçu, le Coran, nos Hadiths Sahih de Boughari et de Muslim, seraient considérés comme œuvre humaine faibles, la parole d’un prophète, n’est jamais aussi divine et véridique que la parole de Dieu. !
Votre intervention, n’est pas innocente, vous faites de la propagande, et de l’apologie en faveur des évangiles. Vous dites :
Vous avez écrit : « Dieu est amour. Il l'a prouvé en livrant son propre Fils à la Croix de Golgatha où Christ a intensément souffert pour que nous soyons purifiés de nos péchés et nous donnant ainsi accès gratuitement à la Vie Éternelle. ».
Citez nous vos source. ! Qui a dit, que Dieu à livré son propre fils à mort pour sauver l’humanité. ? Vous parlez de ce dieu qui a ordonné le massacre de tous les peuples pour fixer quelques tribus des fils d’Israel. ? L’humanité n’a jamais autant souffert, que depuis que l’Occident, domine le monde, L’Ancien Président du Sénégal. L. S Senghor (chrétien) a révélé, que plus de deux millions ont été massacrés par les occidentaux, c’est le plus grand génocide de tous les temps. Depuis, que les chrétiens, dominent le monde, le monde n’a jamais connu la paix, les colonisations, les massacres lors de l’inquisition, les déportations massives des populations noires vers l’Amérique, loin de leurs pays, l’esclavagisme impitoyable et féroce, contre les captifs, les souffrances infligées aux peuples qui luttaient pour leurs indépendance, toutes les conquêtes ont été faites avec la bénédiction de l’Eglise et vous le savez bien. Donc la mort de Jésus, n’a pas été planifiée par Dieu, pour sauver l’humanité. Effacer deux villes au Japon, plus de 400.000 milles victimes en une minute, sans compter les massacres de personnes, lors de la première et la deuxième guerre mondiale, c’est par ces génocides que l’Eglise appelle, sauver l’humanité. Israël, menace tous les pays voisins d’une guerre nucléaire. ? Eux, ses voisin, n’ont pas le droit de disposer de bombes, ils doivent le savoir la supériorité doit être conservé par les occidentaux, les maitres de la misère mondiale. Jésus, selon certains documents explosifs qui sont entre les mains des Israéliens (Israël fait du chantage au Vatican) sous peine de rendre public, les documents découverts et qui attestent, que Jésus n’a jamais été crucifié, ni mort sur la croix. Les documents détenus par les israéliens confirment les versets du Coran lequel, affirme, que Jésus n’a pas été crucifié. ?
Vous dites, aussi, que les chrétiens sont plus que deux milliards. Si vous compter tous les habitants qui vivent dans les pays occidentaux, et les enfants baptisés, vous n’obtiendrez jamais ce chiffre de 2 milliards. Vous voyez, dans les pays musulmans, la tolérance est de rigueur et je peux vous en citer des exemples tangibles et irréfutables. IL n’existe dans aucun pays arabe et musulmans, une législation, qui impose aux garçons et aux filles, un âge limite pour la prière et l’observation du dogme intégral. Les parents n’obligent jamais leurs enfants à faire contre leur gré, la prière, tout se fait par l’éducation, la plus souple, la plus tolérante et allez dans un pays musulmans, il y a des jeunes qui n’ont jamais pris la direction d’une mosquée et ils ne sont ni blâmés ni contraints de pratiquer la prière sous la contrainte. Vous avez un autre cas extraordinaire. Dans les pays musulmans, il existe, comme chez nous en Algérie, de couvents qui sont gérés directement par les sœurs catholiques ( sœurs blanches), elles vivent au sein de notre société et personne, pas même les voyous, ne tentent de les déranger ou de les agresser. Elles sont respectées et elles ne sont pas sous protection des services de sécurité, mais le peuple veuille. En revanche, si nos sœurs musulmanes, avaient les couvents implantés un peu partout dans les grandes villes en Europe, croyez-vous, que les jeunes, respecteraient ces religieuses et qu’ils éviteraient toute provocation et toute agression. ? . Elles ne passeraient pas plus de six mois pour se faire violer et même tuées.
Quand à vos 2 milliards de chrétiens, je ne sais, d’où vous avez obtenu ces chiffres, pouvez-vous, nous communiquer vos sources. Ce que nous déplorons, l’Eglise abuse du droit des enfants mineurs. A –t-on le droit d’obliger un enfant de 5 ans à se faire convertir au christianisme, sous la contrainte de leurs parents complices ; alors qu’un enfant de cet âge ne possède ni les facultés, ni la capacité, ni la maturité pour savoir ce que voulait dire une telle cérémonie religieuse maquillée. Puisque vous êtes un bon chrétien, et c’est à votre honneur, voila un sujet qui mérite, d’attirer l’attention des parents qui usent et abusent de leurs droits parental, de conduire par la contrainte des petits enfants mineurs, à subir un baptême religieux forcé ; ce serait un grand article, susceptible de protéger le droit de l’enfant et de stigmatiser ces cérémonies qui constituent une grave atteinte au droit de l’enfant ? Le Baptême doit se faire, qu’après la majorité de l’enfant et sur demande expresse de la personne, qui doit manifester son désir et sa volonté loyale et sincère. Nous savons, que les enfants dès qu’ils quittent leurs parents, plus de 96 % ils cessent d’y croire au christianisme.
Lorsque l’Eglise respectera les droits des enfants, et cesse de les exploiter, par la contrainte, et que les prêtres n’abusent pas des enfants innocents (abus de pédophilie) alors, l’église pourrait espérer sortir du joug de Satan qui la domine. Je vous dis clairement, que le Bible, n’est pas la parole de Dieu, que les évangiles, sont des carnets de témoignages, de témoins obscurs, puisque les auteurs des évangiles, ne citent aucun nom célèbre, aucune source crédible. Aussi, je vous défie de me prouver, que la Ville de Nazareth existait, à l’époque de Jésus. Si vous parviendrez à prouver son existence à cette époque, alors vos quatre évangiles sont authentiques. Chiche !
Nazareth
Les évangélistes ayant trouvé dans la bible juive ou dans l'ancien testament (Juges XIII, 5-7 ; 1 Samuel I, 11 etc ), la définition du "Nazaréen", ils imaginèrent une ville qui n'existait pas. Et ils l'appelèrent Nazareth. C'est donc à Nazareth, suivant nos évangiles, que le mythique Jésus né à Bethléem, a vécu jusqu'à son baptême dans le Jourdain avant sa vie publique. Or Nazaréen signifie "consacré au Seigneur".
Les croisés ne trouvèrent pas Nazareth en 1090 et ce sont les Chevaliers de la Croix qui, au 13e siècle, fondèrent le village de Nazareth
Précisons que pour l'évangile dit de Luc ( rédigé après l'an 150 comme les autres évangiles), Jésus est né sous Hérode, mais à l'époque du recensement de Quirinius ( Luc II, 2). Il s'avère que Quirinius n'était pas en Syrie du temps supposé de la "naissance" de Jésus. Il ne figure pas sur la liste des gouverneurs de la Syrie. C'était Quintilius Varus qui était proconsul d'Asie et gouverneur de la Syrie. A l'époque, il n'y a pas eu de recensement en Judée sur l'ordre du gouverneur de Syrie. Le premier recensement en Judée a eu lieu en l'an 7 de notre ère, et encore était-ce un recensement des biens et non des populations. Jamais lors des recensements les gens n'ont été obligés de se rendre dans leur pays d'origine. Les recensements se sont toujours déroulés sur le lieu d'habitation. La "vierge" Marie, Joseph et Jésus n'avaient pas besoin de se déplacer pour le recensement. Le récit de l'évangile dit de Luc ne tient pas. Cela prouve que les évangiles sont truffés d'erreurs historiques (autres exemples : L'affaire de Salomé et de saint Jean Baptiste... ). A bon entendeur Salut. j. KADIRI.
- ________________________________________





67.Posté par Maicha le 08/12/2012 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Bab encore(suite)=La dernière révélation (Le Coran) est venu rectifier ce concept de trinité et le fait qu'on associe à Dieu un fils.C'est répété à maintes et maintes reprises=Dieu est Seul ,Unique ,Il n'a ni fils ,ni filles.Il n'enfante pas et n'est pas enfanté.Il y a même une question posée à Jésus(psl):"Est ce toi ,demande Dieu ,qui a dit que tu étais mon fils?" Et Jésus(psl) répond:"Si j'avais dit une chose pareille ,tu l'aurais su car tu es l'Omniscient, et je n'ai dit que ce que tu m'avais dit de dire,de transmettre

66.Posté par Maicha le 08/12/2012 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Bab :C'est vous qui avez parlé d'abstraction la première!J'ai essayé de vous démontrer qu'une entité qu'on ne peut pas voir reste de toute façon et quelque soit le nom qu'on lui donne ,une abstraction tout comme plein de choses dont on connait le nom mais qu'on ne peut pas voir(l'infiniment petit ou les ondes ,par exemple)

Quant aux Evangiles ,comme je l'ai écrit dans un de mes post ,je les ai lus et relus et sans vouloir être blessante ,non merci;ils n'ont rien éveillé en moi.

Pour moi ,il y a Dieu ,au dessus de tout ,le Créateur de toutes choses ici bas et dans les Cieux et il y a ses prophètes(psl).C'est clair ,concis.Pas de Père ,ni de fils ,pas de trinité : un concept que j'ai du mal à comprendre malgré toute ma bonne volonté.

Si on donne un fils à Dieu ,c'est qu'on l'assimile à un être humain or Il est au dessus de tout ce qu'on peut imaginer,Il est Lui ,l'Unique et je me retrouve très bien dans cet immanence qui me semble etre l'essence même de Dieu.

Maintenant ,comme je l'ai dit aussi par ailleurs ,chacun ses croyances.Je n'oblige personne à croire en ce que je crois.

Ma conviction intime et même plus que ça que je ne dévoilerai pas ici m'assurent que je suis dans le bon chemin.

65.Posté par Mehmet le 08/12/2012 01:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Virgile, pourquoi n'embrassez-vous pas l'Islam ? Qu'est-ce qui cloche dans cette religion d'après vous ?

64.Posté par BAB le 08/12/2012 01:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La meilleure traduction du mot " mouchrikin." semble être "polythéiste" voulant dire par là tous qui ne sont pas monothéistes.....


63.Posté par BAB le 08/12/2012 00:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir dawud POST 60

Interressante question.
Il me semble qu’il s’agit des judéo-nazaréens. Il s’agit d’une confession d’origine juive qui reconnaissait en Jésus le Messie attendu tout en niant sa divinité.

62.Posté par BAB le 08/12/2012 00:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Maicha POST 60

Bonsoir Maicha et merci pour votre interessante réponse.

Vous avez conclu :
« Donc ,dans tous les cas"Il n'y a de Dieu que Dieu" ,Allah ,Hachem ,Yahvé ,Notre Père ou quelque soit le nom qu'on Lui donne ,il reste une abstraction ,il reste l'Inconnu,le Caché ».

Je ne suis pas d’accord.
Justement Dieu n’est pas du tout une abstraction mais une personne, c’est notre Père spirituel à tous et et à toutes et il est bien vivant et il veut qu’on l’aime, comme on aime un père biologique.

Et justement, c’est Jésus qui nous fait mieux connaitre notre Père, car en connaissant le Fils on peut connaître le Père.

Oublions la Bible, Saint Paul et tout le reste.

Si pour vous Dieu est une abstraction je vous conseille alors de vous focaliser sur les quatre Evangiles officiels , de les lire entièrement et de les méditer . Ils nous permettent de ressentir en nous-mêmes l’amour de Dieu pour nous et de mieux le connaître.

61.Posté par dawud le 08/12/2012 00:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi j'ai une question: qui sont les yahooud et les nasaras dans le coran...car je doute fort pour ces derniers que se soient des chretiens.... qui pour moi sont les mouchrikin.....

ALLAH ouarlem

60.Posté par Maicha le 07/12/2012 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

. @Bab:

Tu écris:Quand on dit :"Il n'y a de Dieu que Dieu" pour moi ça ne veut rien dire.
C'est tout a fait impersonnel comme les maths.
C'est une abstraction. On ne peut aimer une abstraction."

Réponse:Il n'y a de Dieu que Dieu ,cela veut dire qu'il n'y a qu'UN SEUL DIEU,ni 2 ni 3 ni 10 ou plus et si tu connaissais l'arabe ,tu comprendrais mieux car ce n'est pas vraiment la traduction.Toute traduction comporte une trahison du sens premier.

Tu écris aussi:"Par contre quand on dit que Dieu est notre Père à tous, pour moi c'est parlant.
On comprend bien mieux pouquoi Dieu veut qu'on l'aime. On peut aimer un Père. "

Réponse:Oui ,Dieu est notre Père à tous puisque c'est Lui qui nous a crée.

Tu dis "On peut aimer un père".Certes ,quand on le connait comme on connait notre père biologique mais connait on Dieu?On ne le connait que par ce qu'Il a bien voulu nous faire savoir de lui,Il reste abstrait, que l'on appelle Père ou Dieu oude n'importe quel nom ,il reste abstrait.

Donc ,dans tous les cas"Il n'y a de Dieu que Dieu" ,Allah ,Hachem ,Yahvé ,Notre Père ou quelque soit le nom qu'on Lui donne ,il reste une abstraction ,il reste l'Inconnu,le Caché.

59.Posté par Avicenne le 07/12/2012 23:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Seraphin

Je veux dire que par ses écrits et sa façon de prêcher il a lancé les bases d'un culte de Jésus Christ (as), ce qui a entrainé plus tard la conceptualisation de la trinité.


Je vais en profiter pour te donner quelques incohérences dans les écrits de Paul.

1. Au moment de sa rencontre avec l'esprit de Jésus.

Les hommes qui l'accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne. Actes 9:7

Ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n'entendirent pas la voix de celui qui parlait. Actes 22:9


2. Il rend licite le mensonge.

Et si, par mon mensonge, la vérité de Dieu éclate davantage pour sa gloire, pourquoi suis-je moi-même encore jugé comme pécheur ? Romains 3:7


3. Un autre extrait qui en dit gros.

Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. Galates 1:11-12


4. Jésus (as) ordonne d'observer la loi, alors que Paul rejette la loi.

Jésus (as):
17 »Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.
18 En effet, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre n'auront pas disparu, pas une seule lettre ni un seul trait de lettre ne disparaîtra de la loi avant que tout ne soit arrivé.
19 Celui donc qui violera l'un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire de même sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera aux autres, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Matthieu 5:17-19

Paul:
24 Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.
25 La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue. Galates 3:24-25


Salam

58.Posté par BAB le 07/12/2012 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Frioul POST 52

Je suis tout à fait d'accord avec toi.
J'apprecie VIRGILE beaucoup aussi à cause de ses grandes connaissances de la Bible.

Je suis aussi d'accord avec toi concernant la foi et le bon comportement des musulmans mais je trouve tres dommage qu'ils suivent une voie erronnée.

Quand on dit :"Il n'y a de Dieu que Dieu" pour moi ça ne veut rien dire.
C'est tout a fait impersonnel comme les maths.
C'est une abstraction. On ne peut aimer une abstraction.

Parcontre quand on dit que Dieu est notre Père à tous, pour moi c'est parlant.
On comprend bien mieux pouquoi Dieu veut qu'on l'aime. On peut aimer un Père.

57.Posté par Ahl ul bayt le 07/12/2012 21:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ virgile

Salut cher chrétien

Il faut vraiment arrêter d'appeler Jesus (as) par fils de Dieu ou Dieu le père,de Jésus (as).
Le choix du vocabulaire est inapproprié.
Pour qu'il y ait un fils il faut deux êtres (parents).
C'est comme si Dieu avait une compagne et ensemble auraient eu Jesus (as) en tant que leur fils...

Mais si c'est dans le sens de fils de Dieu (création de Dieu) ok, donc toute créature sont fils ou filles de Dieu.
Mais tout de même ce mot (fils) est vraiment inapproprié pour qualifier Jésus (as) qui n'est qu'un ambassadeur de Dieu, le Dieu Unique Absolu la voie par laquelle on va vers le Dieu. De plus Jésus (as) n'est qu'une création de Dieu tandis que Dieu Absolu est incréé et Eternel.

Dieu est bien au dessus de ce que vous Lui attribuez comme conjectures.

Et

@Bab et virgile

Et Inshallah, si l'occasion se présente, je vous parlerai de l'"Evangile de Judah le 13ème Disciple de Jésus et non Judas le traître parmi les 12!
Mais le Judah (le Louangé en hébreux!)
Celui qui est mort à la place de Jésus (as)!
Ayez l'Ouverture d'Esprit
et surtout apprenez à écouter les autres.
C'est la voie vers la sagesse.

Paix sur vous

56.Posté par SERAPHIN le 07/12/2012 21:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Avicenne
Pour information nous devons le terme "Trinité" à Tertullien.

55.Posté par Sir Conflexe le 07/12/2012 20:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Virgile,mon frère.......notre frère.....
Il n'existe point de versions dans le Coran,depuis plus de 14 siècles il n'y eut ,il n'y a et il n'y aura qu'un seul Coran...quand vous dites "3 versions" ,vous faites certainement allusion aux traductions qui différent peu-être,car DIEU (swt) l'a révélé en langue arabe...la richesse et la subtilité de la langue en font qu'on trouve d'énormes difficultés à traduire le sens littéral ou réel de tel ou tel Verset.Déjà les exégètes (dans la langue originelle) mettent des mois,sinon des années pour arriver à donner une explication de ce que veut dire tel ou tel verset.
Effectivement,le prophète Mouhammad (saws) cite les prophètes qui l'ont précédés ,dont ceux que vous avez cités,mais certainement pas à ce dont vous faites allusion,c'est à dire les évangiles....Déjà le fait de dire LES EVANGILES,cela suppose qu'il y en eut plusieurs...50,60 ou 80,ou plus....et chacun y est allé de sa propre version des faits...le Concile de Nicée n'en a gardé que 4,les autres étant considérés apocryphes .
La Thora et l'Evangile ont été altérés,donc il eut été impossible au Prophète Mouhammad (saws)de s'y référér......quans vous dites nous sommes monothéiste cela implique que vous ne croyez qu'en un Seul DIEU,alors pourquoi Lui associer une autre divinité?pire encore,Lui attribuer un ..fils?
Est-ce que dans les évangiles,il est dit que la fin du monde aura lieu un Vendredi?et que Adam fut créé un Vendredi?non....donc,le prophète Mouhammad (saws) n'a pu puiser ces récits de la Bible....C'est un prophète,et comme tout prophète il y est instruit,par la volonté de Celui qui Détient le Royaume des Cieux et de la Terre...
Que Son Nom Soit Exalte et Glorifié......
Salam.

54.Posté par Avicenne le 07/12/2012 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam

Ce que je sais, c'est que Luc et Marc sont des disciples de Paul. Que Paul c'est proclamé 13e apôtre de Jésus alors qu'il ne l'a jamais rencontré de sa vie et aussi que ce même Paul est l'initiateur de la trinité. Donc il faut faire attention à tout écrit venant de ces trois personnes, même s'il peut y avoir du vrai, la majeur partie est du faux dissimulé dans du vrai.

53.Posté par BAB le 07/12/2012 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans ce forum tout le monde, sauf VIRGILE et moi-même, sont musulmans militants absolument certains de detenir la verité, rien que la vérité et toute la vérité, et donc certains que tous les autres sauf eux-mêmes, sont dans l'erreur.

Dans ces conditions la discussion est elle encore possible ??

52.Posté par Frioul le 07/12/2012 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Virgile pour cet article et vos interventions toujours tres inspirées. Je suis Chretien comme vous et je sui aussi tres admiratif de la sagesse des vrais musulmans, lezur pratique






Cher VIRGILE@ Merci pour ce récit passionnant de la vie de Jesus de Nazareth. Vos interventions sont toujours tres inspirées et vos analyses souvent interessantes. En tant que Chretien, je suis parfois admiratif devant de vrais musulmans qui pratiquent leur Foi avec une Ferveur et une exigence que beaucoup de chretiens ont (comme moi) plus ou moins délaissé , ce qui m'amène à croire que ce qui plait à Dieu c'est d'avantage que le Culte, un comportempent et une discipline que l'on se doit d'adopter face aux autres. Je suis bien loin d'etre un modèle dans le genre, mais c'est vraiment ce à quoi j'aspire; et je ne désespère pas d'y parvenir ..un jour (?).







51.Posté par Maicha le 07/12/2012 20:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Virgile .Je repose mes questions:

Qui est ce Christ spirituel dont tu parles et qui aurait crée les cieux et la terre?

Tu écris:"Dieu est amour. Il l'a prouvé en livrant son propre Fils à la Croix de Golgatha où Christ a intensément souffert pour que nous soyons purifiés de nos péchés et nous donnant ainsi accès gratuitement à la Vie Éternelle"

.Ma question est:"Les êtres humains ont ils été purifiés de leurs péchés ?Comment le savoir?Seulement parceque c'est dit quelque part?Est ce que TOUS les êtres humains sont purifiés depuis la nuit des temps jusqu'à aujourd'hui et si c'est le cas ,ils peuvent donc faire ce qu'ils veulent ,bien ou mal ,rien n'est comptable puisque quelqu'un est venu les dédouaner de leurs actes!

Franchement ,ça tombe sous le sens et tu dis aussi:"nous donnant ainsi accès gratuitement à la Vie Éternelle". Grâce à cette purification , TOUT le monde a droit à la vie éternelle?????Ce qui voudrait dire que les notions de Paradis et d'Enfer sont fausses.TOUT le monde a droit à la vie éternelle qui est supposé être un lieu de délices et ce ,qu'il soit un tueur ,un athée ,un débauché ,un polythéiste , un saint ou je ne sais trop quoi grâce à Jesus(psl) qui a souffert pour toute l'humanité!!!!

Comment croire à des choses pareilles?Et si on y croit ,alors ,on s'autorise tout et les notions même de liberté individuelle ,de liberté de conscience ,de choix de vie,de libre arbitre deviennent vaines!

50.Posté par VIRGILE le 07/12/2012 19:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ Sir Conflexe

Houla ! comment se référait-il à la bible alors qu'il était ILLETTRE...??

Cher frère, j'ai trois versions du Coran chez moi, sans compter celles disponibles en "ligne". Bien que ILLETTRE, le prophète Muhammad cite Adam, Abraham, Moïse, Salomon, Jésus, etc. Cela procède autant de la révélation que de la transmission orale des "traditions" abrahamiques. Vous le savez aussi bien que moi puisque je suis également vos posts !

Salam à tous.

49.Posté par VIRGILE le 07/12/2012 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ Maicha
Je vous ai bien répondu, lisez bien !
@ Virgile:lire "La Bible dévoilée "d'Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman;Editions Folio histoire

J'ai bien lu cette saloperie et j'ai même le film en DVD. Regardez bien qui l'a produit. Vous trouverez un Rotshild. Alors nous savons que les Rotschild dont des juifs talmudiques réformés dont la vocation est de détruire la foi sur terre. Je vous renvoie également au Protocole des Sages de Sion. Vérifiez bien qui l'applique à la lettre et vous comprendrez tout !

Si Dieu a des "enfants" ,s'Il a des fils ,ce ne peut être que dans un sens symbolique ,nous sommes tous les fils et les filles de Dieu et c'est en ce sens que je comprends"Jesus(psl) ,fils de Dieu.Ce sont les hommes qui en ont distordu le sens

Je suis d'accord avec vous. Cependant juifs et chrétiens savent qu'ils sont des enfants de Dieu.
Salam

Cher @ SERAPHIN

J'ai résumé: voici le texte complet en Matthieu 28:
Matthieu 28. 19-20 "Allez donc et instruisez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
20 Et leur apprenant à garder tout ce que je vous ai commandé; et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Amen!



48.Posté par SERAPHIN le 07/12/2012 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Virgile, en Mathieu 28, il ne vous ai pas commandé de baptiser les nations, ( vérifiez ) Après le sabbat,à l'aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l'autre Marie allèrent voir le sépulcre etc.... Vos écrits : le but est de liquider avec douceur le paganisme et amener à l'amour de Dieu. Prendriez-vous Dieu pour un imbécile? ou avez-vous oublié la puissance de Dieu.

47.Posté par Maicha le 07/12/2012 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Virgile:lire "La Bible dévoilée "d'Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman;Editions Folio histoire

46.Posté par Maicha le 07/12/2012 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Virgile:j'ai lu la Bible et les évangiles ,en long ,en large et en travers parceque j'avais besoin de comprendre et de faire des comparaisons..... et je suis revenue à ma religion d'origine parceque je trouve que c'est la plus crédible.

Ceci dit ,tu n'as pas répondu à mes questions sur mes deux posts.Dois je en conclure que tu ne sais pas?

Si le Coran fait référence à CERTAINS PASSAGES de la Bible ,il nous dit aussi que bien d'autres ont été falsifiés.Bien des versets nous disent que Dieu est l"Unique et qu'Il n'a pas d'enfants.Il n'a pas été enfanté et Il n'enfante pas ;Il lui suffit de dire que quelque chose ou quelqu'un soit et cette chose ou cette personne est , existe......tout comme il a crée Adam et Eve.Sont ils pour autant divins?

Si Dieu a des "enfants" ,s'Il a des fils ,ce ne peut être que dans un sens symbolique ,nous sommes tous les fils et les filles de Dieu et c'est en ce sens que je comprends"Jesus(psl) ,fils de Dieu.Ce sont les hommes qui en ont distordu le sens

Maintenant ,comme dit le Coran :à chacun sa religion.Je ne suis pas forcée de croire en ce que tu crois ,ni toi ,forcé de croire en ce que je crois.Dieu nous départagera le jour de la résurrection selon le Coran car l'ultime révélation(le Coran) est descendue

Il n"empêche que seul l'Islam reconnait et croit en tous les prophètes envoyés sur terre.

45.Posté par Sir Conflexe le 07/12/2012 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

.Posté par VIRGILE le 07/12/2012 18:13 |
Bonsoir,salam......
"""""..........alors que le prophète Muhammad se réfère régulièrement à la Bible, notamment avec la vie des Patriarche. """""

Houla ! comment se référait-il à la bible alors qu'il était ILLETTRE...??je crois qu'on est en train de tourner en rond,depuis plusieurs article vous persistez et maintenez;mordicus,à la "déïté" de jésus (paix sur lui).
Dés lors que vous persistez encore à le déïfier,il ne reste pas grand-chose pour établir un vrai dialogue...
Vous nous en voyez navrés,cher Virgile...
Paix sur vous.
Salam et bonsoir à tous (tes) les amis (es).........

44.Posté par BAB le 07/12/2012 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Chrétiens Orthodoxes fêtent officiellement la naissance de Jesus le 7 janvier, ce qui donne l'occasion pour ceux habitant la France de faire le fête pendant quinze jours, du 25 decembre au 7 janvier. C'est tres chouette..

43.Posté par VIRGILE le 07/12/2012 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ Maicha

Merci pour ton intervention. Je maintiens qu'il est impossible de fixer la date de naissance du Christ. Elle ne peut être qu'approximative. Mais en réalité, ce n'est pas un problème, à quelques jours près. Et qu'importe si le 25 décembre se substitue aux Saturnales païennes. En Matthieu 28, il nous est commandé de baptiser les nations au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. C'est ce que je fais depuis des années en m'appuyant exclusivement sur les 27 lettres de l'Evangile. Le but est de liquider avec douceur le paganisme et amener les goïm à l'Amour de Dieu !

Comme pour les musulmans que je respecte, ils s'attachent à l'enseignement du prophète, ni à sa naissance ou sa mort !!!

Pour ma part, je respecte l'intégralité de la Bible. Elle n'est pas de moi mais elle est directement inspirée par Dieu et son Esprit. Je te demande donc de t'en tenir à celle-ci tout comme je respecte votre Coran. Pour comparer, je t'invite objectivement de la lire et arrêter, je vous prie, de faire passer le Saint Livre pour des documents falsifiés, alors que le prophète Muhammad se réfère régulièrement à la Bible, notamment avec la vie des Patriarche.

Maran thA !

42.Posté par Maicha le 07/12/2012 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Virgile:tu écris:"Concernant la date du 25 décembre. Vous avez raison; personne ne peut dire, à partir des Ecritures, la date exacte de la naissance du Christ. L'Evangile n'en fait pas référence. Le 25 décembre est un consensus afin de proclamer, d'honorer, la naissance du Sauveur de toute l'Humanité. Mais l'Evangile va plus loin parce qu'il affirme que tout fut créé par la Parole et que Jésus est la Parole de Dieu. L'Evangile atteste que les Cieux et la Terre furent créés par le Christ Spirituel. Cela transcende sa nature humaine et Christ est bien divin."

Puis dans ton article:"La célébration de Noël le 25 décembre n’apparaît qu’au IVe s. et il n’y a pas moyen de démontrer que cette date est exacte. On peut cependant l’admettre comme approximativement juste, et fixer la naissance de Christ vers le 25 décembre de l’an 5 av. J.-C."

Dans ton post ,tu donnes raison à sinouhé l'artiste alors que dans ton article,tu écris"ON PEUT CEPENDANT L'ADMETTRE COMME RELATIVEMENT JUSTE"!!!!! Alors qu'il est sur aujourd'hui que comme l'a dit Sinouhé l'artiste ,c'est une fête rapportée,qu'elle s'est substituée à une autre fête paienne et ce ,dans le but d'amener les paiens à ne plus féter LEUR fete mais celle de la supposée naissance de Jésus(psl) et par la meme de les amener à la conversion.

Aujourd'hui ,il est communément admis et connu que le naissance de Jésus se situe en Avril et non en Décembre.

En outre ,qui est ce Christ spirituel dont tu parles et qui aurait crée les cieux et la terre?

Dieu a crée les cieux et la terre et point barre.

Je respecte les chrétiens et excuse moi de te dire ça mais le christianisme est trop compliqué.Il n'est ni logique ni simple et ne résiste pas à l'analyse.Je pense que le vrai message de Jésus(psl) ,le message initial s'est perdu et ce qu'il en est resté a été distordu par ceux qui l'ont rapporté et par les différents conciles qui ont essayé de fixer la foi chrétienne, fixer justement parceque rien n'était clair.

A t on besoin de fixer quand tout est clair,net??????

41.Posté par BAB le 07/12/2012 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher VIRGILE,

Tu n'as pas a t'excuser car on est quand même amis.

Qui plus est tu as tout à fait raison d'écrire que sur cette terre on est tous frères et soeurs.
Jésus n'a t'il pas dit d'aimer son prochain comme soi même?

Le prochain étant toute personne qu'on peut rencontrer sur cette Terre sans exception.

40.Posté par VIRGILE le 07/12/2012 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ Rargatata

Le tutoiement est une expression fraternelle car je suis persuadé que nous sommes tous frères et sœurs sur cette terre, selon la volonté de Dieu. La prochaine fois je vous vouvoierais !

Je réponds aux commentaires car je suis l'auteur de cet article et c'est bien un minimum que de répondre aux questions ! Par ailleurs, vous parlez de manipulation mentale ! En simple chrétien, je ne fais qu'exprimer ma foi, sans prosélytisme, car j'aime partager ce que j'ai reçu. Par ma foi, j'aime aussi les musulmans, tout comme les VRAIS juifs de la Torah.

Néanmoins, ne trouvez aucune offense dans le "tu" et je respecterais votre volonté de vouvoiement, bien que je sois certainement plus âgé que vous !

Chers @ sherazad
Bien à toi. Je ne manquerai pas de lire ton lien sur "la magnifique histoire de Souleyman al Farsi". Tu es un ange !!! C’est une très belle histoire !
http://www.sajidine.com/vies/compagnons/salman_al_farisi.htm

Cher @ BAB
Effectivement, j'avais cru reconnaître un ami d'après ton langage. Encore mes excuses ! Que Dieu te et nous bénisse !

39.Posté par VIRGILE le 07/12/2012 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ sinouhé lArtiste

Je vous laisse à votre foi et croyance car vous êtes libre en France tout comme moi !

Concernant mon article, tout est scrupuleusement tiré des Evangiles et j'ai introduit une multitude de versets pour attester de cette chronologie. Volontairement, je ne suis pas rentré dans le coeur de la doctrine chrétienne afin de respecter les croyances des alterinfonautes.

Concernant la date du 25 décembre. Vous avez raison; personne ne peut dire, à partir des Ecritures, la date exacte de la naissance du Christ. L'Evangile n'en fait pas référence. Le 25 décembre est un consensus afin de proclamer, d'honorer, la naissance du Sauveur de toute l'Humanité. Mais l'Evangile va plus loin parce qu'il affirme que tout fut créé par la Parole et que Jésus est la Parole de Dieu. L'Evangile atteste que les Cieux et la Terre furent créés par le Christ Spirituel. Cela transcende sa nature humaine et Christ est bien divin.

Encore une fois, mon intention était de présenter la vie de Jésus-Christ extérieurement, chronologiquement et non pas de rentrer dans des doctrines ou faire un quelconque prosélytisme. Tout ce que j'ai écrit procède de la Bible, ligne par ligne. Je défit n'importe quel exégète de me donner une erreur par rapport à l'Evangile.

Nous vous laissons libre de croire ou non. Je vous demande juste de respecter les (vrais) chrétiens, tout comme je vous respecte, amicalement.
Salam - Maran tha !

38.Posté par BAB le 07/12/2012 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprends plus rien à tous ces textes tres longs et compliqués qu'on nous presente maintenant dans ce forum.
Je ne suis pas specialiste.
Ne pourrions nous pas débattre normalement dans ce forum avec des réponses plus spontanées?

37.Posté par sinouhé lArtiste le 07/12/2012 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La presque totalité du texte présenté dans votre article est une pure fable... La raison veut que la vérité soit dite .
Jésus est un personnage historique qui n'est certainement pas né un 25 Décembre . Le 25 Décembre est la date du Solstice d'hiver date anniversaire de Mithra.
Le culte de Mithra, La Natalis Invicti, la nativité invincible ou soleil invaincu était célébré autour de l’actuel solstice d’hiver à Noël,  le vingt cinq décembre, ce qui correspondait dans la Rome antique aux Saturnales qui commençaient aux alentour du dix sept décembre jusqu’au Calendes de janvier, premier jour du calendrier romain.  Mithra représentait la lumière et la pureté, la chasteté contre les forces obscures.
La naissance de Mithra : Dies Natalis Solis Invicti se célébrait par le sacrifice d’un jeune  taureau, dont la tauromachie (la corrida) selon certain pourrait  être une lointaine survivance déformée, ainsi que la religion Minoenne de Crête . Toutes ces croyances sont bien antérieure aux fables de la religion catholique qui n'est qu'un aspect du Christianisme...


Jésus était hébreux vivant sur les terre de canaan la terre promise en compagnie d'autre tributs Sémites.... Le terme Juif n'est apparu que plusieurs centaines d'année après ces événements. … Il était d’autant plus hébreu, qu’il était de lignée davidique c’est à dire légitime prétendant au trône d’Israël sous occupation Romaine à cette époque . Nous étions là dans une situation comparable à la France sous occupation NAZI, au actuellement sous emprise de la dictature de L'UE . Les collabos de l’époque étaient les pharisiens et les saducéens complices de l’arrestation de Jésus sur le mont des oliviers. Jésus était de fait un Zélote résistant et initié aux plus hautes connaissances ésotériques et magiques de l’époque de part sa ligné et son grade. Le fils du charpentier peut être traduit par: le fils du mage . En hébreux charpentier à également la signification de mage… Le 1er temple n’a t’il pas était construit par son aïeul avec l’aide de IRAM ?Les musulmans parlent d’une aide des Djnns sous les ordres de Souleymane autrement dit Salomon….
Jésus était surtout le garant de la religion de Moïse qui était assurément un Egyptien fidèle à la première religion monothéiste de l'histoire... la religion de Akhénaton . Les lévites était les véritables acteurs de l'exode avec à leur tête Moïse . Ce même Moïse qui introduit la circoncision chez les Hébreux, le même qui est issu d'une haute lignée Égyptienne et grand initié du culte de ATON le dieu solaire dans une version hautement spirituelle . C'est encore ce Moïse fuyant les persécutions suite à l'assassina du pharaon Akhenaton qui se réfugie auprès des tribut Hébreux vivant aux abords du territoire Egyptien. C'est là que Moïse convertie ce peuple à la religion du dieu unique et que l'exode commence pour la terre promisse. la suite est dans la Bible . Cependant, il n'y est pas dit réellement que Moïse a été assassiné pour les mêmes raison que Akhenaton . Il n'y est pas dit clairement non plu qu'une fusion entre la religion de Moïse et une autre religion païenne celle du dieu YHWH à eu lieu pour satisfaire toutes les instances à l'origine de la religion Monothéiste qui à donné toutes les autres par la suite.
Il faut donc comprendre que les religion monothéistes ne peuvent se passé d'une de leurs sources principale qui est la religion autrement spirituelle du pharaon Akhenaton . Il est clair que l'origine de l'affaire à été arrangé u fils des écritures pour satisfaire les tenants du pouvoir a chaque époques. Il en a été de même avec le nouveau testament qui à été imposé sous la forme dite canonique 400 ans après les fait et après avoir subit un toilettage en règle et des traductions aléatoires...

C'est là que nous revenons a notre Jésus historique . dans lequel nous trouvons 2 aspect bien distinct. D'un côté il y à celui qui dit:

" Si ta main t'est un objet de scandale, coupe ta main" et "De peur qu'en arrachant l'ivraie vous n'arrachiez aussi le froment."
S'agit t'il du même qui dit:
"Je veut la miséricorde et non point le sacrifice"
Celui qui dit:
"Celui qui n'est pas avec moi est contre moi" et " Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur terre. Je suis venu apporter non la paix mais l'épée"
S'agit t'il de celui qui dit: « Je vous donne un commandement nouveau :
Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés,
vous aussi, aimez-vous les uns les autres. »
Et encore:
"Je suis venu mettre la division entre le fils et le père" est totalement contraire avec: " Dieu a donnée ce commandement: honore ton père et ta mère et que celui qui maudira son père soit puni de mort".

Manifestement dès le départ il y a deux écoles... Qui est le plus proche des paroles du christ ?
Là encore il est facile de retrouvé d'un côté les parole issu de la religion de Akhenaton d'une haute porté humaine et en parfaite résonance avec la nature de l'homme non violant et porteur de paix et d'amour entre les êtres .
D'un autre il y a les parole qui corresponde à celle du dieu YHWH un dieu belliqueux guerrier et prompt a en découdre. C'est également le dieu des volcans .....
Nous avons là la plus parfaite illustration du Yin et du Yang . Pour le Christianisme nous avons là encore 2 message pour le prix d'un...


Jésus était donc un résistant de haut vol comme nous le sommes actuellement face à un gouvernement mondial cherchant à installé sur le monde une nouvelle forme d’empire mondial calqué sur le modèle de l’empire romain . Voyez vous qu’il y a là une incohérence non? Vous n’ignorez pas que l’église Catholique Apostolique et Romaine n’est rien d’autre que la transmutation de l’empire romain devenu Chrétien après les avoir persécutés ,devenant ainsi l’ église de Jésus fils de David et roi du peuple Hébreux , devenu fils de dieu venu au monde pour le rachat de nos pêchers mort sur la croix ressuscité le 3e jours ect .
En résumé , un Empire Romain devenant une Eglise Catholique, devenant un Empire mondial par le truchement d’une multitudes d’inter connexion qui dépassant largement le cadre de l’église elle même ….. Si vous voulez mon avis ceux qui brandissent Jésus comme instrument de la paix universelle sont des politiciens et non des fidèles à la notion de résistance porter par Jésus . Voyons plus clair et comprenons que des factions opposés se disputent la domination du monde…laissons aux vielles femmes les histoires merveilleuses destinées à séduire les enfants, les longues soirée d’hivers…
Jésus était un être d’exception vénéré par les Hébreux de son époque en tous cas par ceux qui voulaient rendre à Israël "ISIS RA EL " sa liberté. Les occidentaux n’étaient pas au programme et la dimension universelle de la croyance du Jésus de l’histoire l’était dans la reconnaissance d’un dieu unique , le dieu de Moïse nous l'avons vu . Jésus n’était pas un hippies mais un résistant. Les occupants Romain n’avait rien à faire des croyances des autres , car leurs méthodes d’occupation consistait à laissé aux peuples conquis leurs vénérations respective dans la mesure où cela ne contrariait pas leurs occupations pour la mise en oeuvre de la PAX ROMANA et de SOL INVICTUS né lui aussi un 25 Décembre, comme Mithra , Apollon et bien d’autre encore nous l'avons vu . Aujourd’hui ce sont les mêmes qui peaufine en coulisse la nouvelle religion mondiale qui sera un mix de ce que les religions du monde ont engendré de pire…le fait nouveaux c’est qu’au merveilleux ils rajouterons la contrainte chimique et informatique.
D’une certaine manière les résistants actuel sont des zélotes donc des héritiers de Jésus et des hérétique au regard de l’église catholique . Mais Jésus était bien le roi du peuple hébreu comme Pilate l’avait indiqué sur la croie d’infamie .Il y a donc dans l’exécution de Jésus une dimension politique de second plan car dans le cas d’une exécution pour des idées politiquement subversives il aurait été crucifier la tête en bas… C’est d’ailleurs dans cette position que Pierre à été crucifier et pas à ROME, d’autre part l’implantation de l’actuelle basilique du Vatican est en fait un ancien lieu de culte Mithraïque très en vogue chez les Romains. … Ce n’est donc pas par l’ aspect Messianique de Jésus qui à été retenue dans le rapide jugement à l’issu du quel pilate se lave les mains , mais plutôt pour ses actes liées à sa résistance.
Rappelons également que des centaines d’opposant à la domination romaine ont eu un sort équivalent a celui de Jésus avant pendant et après. Les Romains fondateur de l’église catholique apostolique et romaine n’avait pas pour habitude de faire dans la dentelles… le tribunal de l’inquisition par la suite n’avais rien à leurs envier vous en conviendrez. Toutes forme de tortures et de contrainte ignoble et inhumaine comme les crucifixion son des actes monstrueux , et faire subir de telle choses à un être vivant sont indigne de la nature humaine. Dans le cas de l’église catholique il est curieux de prendre l’exemple d’un tel châtiment pour perduré le souvenir d’un pareil supplice…Le souvenir n’est pas suffisant pour nous convaincre d’une telle coutume…les premiers Chrétiens avaient pour symbole le poisson plus en accord avec l’ère du poisson qui est venue avec le Christianisme. Quel est le lien antre le Christianisme et l’adoration d’un homme sur une croix ????
Jésus était donc un résistant comme nous le sommes actuelle face à un gouvernement mondial cherchant à installé sur le monde une nouvelle forme d’empire mondial dépourvue d’une quelconque légitimité et totalement inhumain de surcroît.
 Ou est le beau slogan ? : Aimez vous les uns les autres.
Cela dit l’ églises catholique a dans son sein de véritable initiés à la fois Chrétienne ce qui n'a rien a voir avec la mémoire de Jésus . Des confréries digne du plus grand respect comme par exemple les Bénédictins, les Cisterciens sont des adeptes des plus hautes considérations quand au devenir de l’homme dans le respect des plus lointaines tradition hermétiques .
L’église orthodoxe d’Orient qui n’a jamais conduit la moindre persécution envers qui que se soit est parfaitement respectable et juste dans son rôle de porteuse de la fois Chrétienne vous en conviendrez… beaucoup de vrai Humain sont à l’origine d’un rayonnement juste de l’expression de la Chrétienté de par le monde. Ce n’est pas la propriété de l’église catholique seule, d’autre courant sont également porteur de la force du VERBE … tout comme actuellement un nouveau courant vient dissoudre les vielles trames qui ont mis le fils de l’homme sur la croix d’infamie…
Médité sur les dernières parole de Jésus Sur la croix:
 » Eli! ElOIm!LAMA ASTAGNA TANI »
Si vous cherchez bien vous trouverez les raisons qui ont conduit à l’anéantissement du temple et de Jérusalem rasé en 70 par Titus au point ou plus rien n’était reconnaissable de la ville antique. Viendra ensuite la domination arabe de Jérusalem , les croisades et les Templiers , et enfin le retour des Juifs sur leurs terre….2000 ans après ces paroles de Jésus sur la croix …..
Il y a de quoi avoir le vertige.
Mais au fait Jésus était t’il Chrétien ?


Il n'y à pas plus égaré que celui qui croit encore en des promesses que même un enfant de 3 ans ne croit plus...

Il y à ceux qui croit en la personne humaine d'un dieu venu pour le rachat des péchés du monde, ceux la même qui perpétuent la mémoire du supplicié par la reproduction a l'infini de l'image du supplice . Il y a les autres qui pensent que l'ère du Christ est celle qui conduit l'homme sur le chemin du libre arbitre avec la conscience de sa nature divine par son âme immortelle .... Ceux là croie au sacré coeur qui renferme la particule divine en chacun de nous en cela nous sommes tous les fils de l'homme, car la manifestation est l'oeuvre du VERBE et l'homme EN est le gardien.

Pensé que l'orque que fêterez Noël vous fêterez aussi le dieu Mithra celui des Romain sanguinaires prototype des maître du monde actuel dans leurs volonté de contrainte la planète à leurs pouvoir démoniaque.

Pensé que depuis des milliers d'années des êtres sont venu pour invité les hommes a voir en l'autre son frère et non son ennemis... Pensé a des êtres comme Akhenaton qui ont tout remis en question pour espérer un salut prochain des hommes... Un des Jésus était bien le Christ porteur de ce message , comme aujourd'hui d'autre arrive pour porter le nouveau message de la nouvelle ère...

Bon Solstice à tous.... Avec la foi en l'homme .... et en l'alchimie cosmique qui l'anime...

36.Posté par Maicha le 07/12/2012 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Virgile:tu écris:"Dieu est amour. Il l'a prouvé en livrant son propre Fils à la Croix de Golgatha où Christ a intensément souffert pour que nous soyons purifiés de nos péchés et nous donnant ainsi accès gratuitement à la Vie Éternelle"

.Ma question est:"Les êtres humains ont ils été purifiés de leurs péchés ?Comment le savoir?Seulement parceque c'est dit quelque part?Est ce que TOUS les êtres humains sont purifiés depuis la nuit des temps jusqu'à aujourd'hui et si c'est le cas ,ils peuvent donc faire ce qu'ils veulent ,bien ou mal ,rien n'est comptable puisque quelqu'un est venu les dédouaner de leurs actes!

Franchement ,ça tombe sous le sens et tu dis aussi:"nous donnant ainsi accès gratuitement à la Vie Éternelle". Grâce à cette purification , TOUT le monde a droit à la vie éternelle?????Ce qui voudrait dire que les notions de Paradis et d'Enfer sont fausses.TOUT le monde a droit à la vie éternelle qui est supposé être un lieu de délices et ce ,qu'il soit un tueur ,un athée ,un débauché ,un polythéiste , un saint ou je ne sais trop quoi grâce à Jesus(psl) qui a souffert pour toute l'humanité!!!!

Comment croire à des choses pareilles?Et si on y croit ,alors ,on s'autorise tout et les notions même de liberté individuelle ,de liberté de conscience ,de choix de vie,de libre arbitre deviennent vaines!







35.Posté par Al-muriid le 07/12/2012 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

NOTRE MAÎTRE, LE PROPHÈTE-MESSAGER JÉSUS (^IISÀ) FILS DE MARIE ^ALAYHI S-SALÀM N’EST NI CRUCIFIÉ NI MORT !



An -Nasà’yy rapporte de Ibnu ^Abbàs, l’exégèse par excellence du Coran : «^Iisà ^alayhi s-salàm était avec douze de ses Compagnons dans une maison, et il leur a dit : " L’un d’entre vous me reniera après avoir cru en moi "; puis il continua et dit : " Qui d’entre vous voudrait avoir mon aspect physique pour se faire tuer à ma place être [en échange] mon Compagnon au Paradis ? " Alors, un jeune homme, le plus jeune d’entre eux se leva et dit : " Moi ", mais ^Iisà ^alayhi s-salàm lui dit : " Assieds-toi "; il demanda ^alayhi s-salàm de nouveau, et le jeune homme se leva, alors ^Iisà ^alayhi s-salàm lui redit : " Assieds-toi" .



À la troisième reprise, ^Iisà ^alayhi s-salàm lui dit : " Ce sera toi. " Alors, le jeune homme eut l’apparence de ^Iisà ^alayhi s-salàm. Ainsi, le jeune homme a été crucifié après que ^Iisà ^alayhi s-salàm a été élévé au ciel, en passant à travers une lucarne de la maison.»

Cela est rapporté d’après une chaîne de transmission sûre. Et contrairement à ce qui est raconté, la personne tuée à la place de ^Iisà ^alayhi s-salàm n’était pas le chef des juifs.

Cela est rapporté d’après une chaîne de transmission sûre. Et contrairement à ce qui est raconté, la personne tuée à la place de ^Iisà ^alayhi s-salàm n’était pas le chef des Juifs. Le traître dont a parlé ^Iisà ^alayhi s-salàm se nomme Yahuudha (Juda).

L’endroit d'où a été élevé notre maître ^Iisà, existe encore, c'est une petite pièce qui a été longtemps utilisée comme salle de prière. Mais elle est actuellement fermée ; elle se trouve à environs 300 mètres du tombeau de Maryam qui n’a pas vécu longtemps après l’ascension au ciel de ^Iisà ^alayhima s-salàm .


Donc, c’est un gros mensonge de dire que Maryam ^alayha s-salàm a été élevée au ciel.



QU’EST-CE QU’EST DEVENU L’ISLÀM APRÈS L’ELEVATION AU DEUXIÈME CIEL DE ^IISÀ ^alayhi s-salàm (JÉSUS FILS DE MARIE)?


À SUIVRE ‘IN CHÀ’ ALLÀH

34.Posté par Al-muriid le 07/12/2012 07:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA NAISSANCE DE ^IISÀ(JÉSUS) ^ALAYHI S-SALÀM.


Ensuite, l’Ange Jibriil ^alayhi s-salam lui a insufflé l’âme de ^Iisà ^alayhi s-salàm à travers l’encolure (al-jayb) de son habit. Selon certains savants (Al-^Ulamà’), la grossesse a duré une heure ; pour d’autres elle a duré un jour voire un mois.

Donc, il y a beaucoup de versions. Nous savons que Dieu n’a pas précisé, dans le Coran, la durée de la grossesse.
Le Prophète Muxammad ^alayhi ç-çalàtou wa s-salàm n’a pas précisé sa durée. Par égard au Prophète ^alayhi ç-çalàtu wa s-salàm, il convient- et c’est l’avis du savant (Al-^àlim), du Saint(Al-waliyy), du Mujaddid de ce siècle Chaykh ^Abdu l-Làh Al-Harariyy, raxiimahu l-Làh - de ne pas préciser cette durée.


Quand ce fut le moment de l’accouchement, Maryam se trouvait à côté d’un palmier sec.


Lorsqu’elle a mis au monde ^Iisà ^alayhi s-salàm, elle a commencé à se demander comment l’affaire allait être prise par ses proches ; elle souhaita sa propre mort, par gêne des gens. l’Ange Jibriil ^alayhi s-salàm l’appela, la rassura et l’a informa que Dieu a fait qu’y ait une petite rivière dans l’androit où elle se trouvait.

Ensuite, l’Ange Jibriil ^alayhi s- salàm lui demanda de secouer le palmier afin que des dattes tombent.
Ainsi, elle a pu boire et manger.(cf.Versets 22, 23, 24, 25 et 26 de la Sourate n°19)

Et à ce moment-là, Dieu, Lui Qui est très vénéré, lui a inspiré de faire un vœu pieux (an-nadr) qui consiste à ne pas parler aux gens, et de ne répondre qu’en désignant du doigt le nouveau-né, si elle était questionnée.


En retournant auprès des siens, Maryam ^alayha s-salàm, s’est vu accusée d’avoir commis la fornication par certains d’entre eux. Il a été dit qu’un de ses cousins l’a accusée d’avoir forniqué. En fait, ce cousin-là l’avait demandé en mariage, mais, elle avait refusé.
Pour avoir mis au monde ^Iisà ^alayhi s-salàm, Maryam a été accusée de fornication. Sur ce, elle a désigné ^Iisà ^alayhi s-salàm, avec son doigt. Les gens ont dit [ V. 29; S. n°19] ce qui signifie: « Comment allons-nous parler avec un nouveau-né qui est encore dans son berceau ?! ».

C’est alors que Allàh ta^àlà a fait parler ^Iisà ^alayhi s-salàm qui a dit [V. 30; S. n°19] ce qui signifie: « Je suis l’esclave de Allàh... »


Maryam décida de partir en Égypte avec son fils ^Iisà ^alayhi s-salàm. Car elle craignait pour lui la nuisance des mécréants parmi des Fils de ‘Isrà'iil (Banii ‘Isrà'iil). Il a grandi en Égypte, et il était un enfant plein de bénédictions.Il a été rapporté qu’un jour il était en compagnie d'un groupe de personnes qui soufraient de soif et qui allaient mourir s'ils ne trouvaient pas d'eau. C'est alors que ^Iisà a frappé avec son bâton sur le sol, et de l’eau a jailli permettant à tous de boire et d'être sauvés.

Notre maître ^Iisà ^alayhi s-salàm ne possédait pas de maison dans ce bas monde, il dormait là ou la nuit le trouvait, il mangeait ce qui poussait à la surface de la terre, ce qui poussait comme plante. Il convient de savoir que notre maître Muxammad ^alayhi s-salàm était plus ascète, il était donc plus détaché de ce bas monde que notre maître ^Iisà ^alayhi s-salàm.


Le Prophète Muxammad çalla l-Làhu ^alayhi wa sallam est le sceau des Prophète ; il excelle ^alayhi ç- çalàtu wa s-salàm dans tout ce que Dieu a doté ses autres frères prophètes.


NOTRE MAÎTRE, LE PROPHÈTE-MESSAGER JÉSUS (^IISÀ) FILS DE MARIE ^ALAYHI S-SALÀM N’EST NI CRUCIFIÉ NI MORT !

À SUIVRE ‘IN CHÀ’ ALLÀH

33.Posté par Al-muriid le 07/12/2012 07:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA NAISSANCE DU PROPHÈTE ^IISÀ(JÉSUS) ^ALAYHI S-SALÀM, LE FILS DE LA SAINTE MARYAM (MARIE) ^ALAYHA S-SALÀM.


Dieu dit dans le Coran honoré :


• [V.151 à 152 ; S. n°4] ce qui signifie : «Certes, ils disent dans leur mensonge151)) : "Allàh a engendré ", mais ce sont certainement des menteurs !(152)»


• [V. 3; S. n°112] ce qui signifie: « Il( Dieu) n’a jamais engendré et Il n’a pas été engendré non plus.»


• [V. 3; S. n°3] ce qui signifie: « En vérité notre Seigneur-qu’Il soit exalté- n’a ni de compagne ni d’enfant.»

La mère de Maryam ne pouvait avoir d’enfant. Un jour, elle vit un oiseau qui nourrissait ses petits. Alors, elle demanda à Dieu, Le Très Miséricordieux, de lui accorder un enfant. Elle fit un vœu pieux (an-nadr) qu’elle mettra cet enfant, si c’est un garçon, dans la Mosquée Al-‘Aqçà à Jérusalem (Al-Quds) , à côté des autres adorateurs, pour qu’il y adore Dieu.
Mais, ce fut une fille qu’elle nomma Maryam. Le Prophète de Dieu, Zakariiyyah ^alayhi s-salàm l’a prise en charge, suite à un miracle que Dieu lui a accordé devant les adorateurs de la Mosquée Al-‘Aqçà, qui eux aussi souhaitaient -par recherche de l’agrément de Dieu- la prendre en charge, chacun en ce qui le concerne.
Le Prophète de Dieu, Zakariiyyah ^alayhi s-salàm lui enseignait la religion de l’Islàm ; et c’est ainsi qu’elle a grandi en étant pieuse et vertueuse jusqu’à ce qu’elle devienne une sainte (waliyyah).

LA GROSSESSE DE MARYAM ^ALAYHA S-SALÀM.


Un jour, Maryam ^alayha s-salàm est sortie de la Mosquée Al-‘Aqçà, pour une raison quelconque. Il a été dit que c’était pour faire ses besoins tout comme il a été dit qu’elle avait ses menstrues. En tout cas, elle est sortie de la Mosquée pour se rendre du côté Est. Et là, elle aperçu un homme qui venait vers elle. C’était l’Ange Jibriil ^alayhi s-salàm. Il convient de savoir que les Anges ^alayhimu s-salàm n’ont pas de sexe. Chez eux, il n’y a pas de mâles et de femelles. Ils ne se reproduisent pas, ils ne mangent pas et ne dorment pas. Mais, il peut arriver qu’un ange prenne l’apparence d’un être humain, mais c’est sans les parties intimes ou génitales.



En le voyant, elle dit [V. 18; S. n°19] ce qui signifie: « Je recherche la protection du Très Miséricordieux contre toi si tu es taqiyy ! »

Le mot « taqiyy » veut dire «pieux», toutefois selon :


• certains savants spécialistes du Tafsiru l-Qur’an(l’exégèse du Qur’àn), à cette époque, il y avait un pervers qui s’appelait Taqiyy . Donc, selon eux, Maryam a dit : « Je recherche la protection du Très Miséricordieux contre toi si tu es Taqiyy !»



• d’autres savants spécialistes du Tafsiru l-Qur’àn (l’exégèse du Qur’àn), la signification du verset est : « Si tu es un pieux, tu ne vas pas me faire du mal ! »


C’est alors que Jibriil ^alayhi s-salàm lui a répondu [V. 19; S. n°19] ce qui signifie : « Je suis l’envoyé de Allàh qui t’annonce que tu vas avoir un enfant. »

Maryam a répondu [V. 20; S. n°19] ce dont le sens est: « Comment pourrais-je avoir un enfant alors qu’aucun mari ne m’a approchée, et que je ne suis ni une prostituée ni une fornicatrice ?! »

Sur ce, Jibriil ^alayhi s-salàm lui répondit [V. 20; S. n°19] ce qui signifie: « C’est comme cela que Allàh l’a prédestiné…»


Autrement dit, si Dieu-Lui Le Tout-Puissant créateur de tout ce qui existe- veut que Maryam ait un enfant, elle aura un enfant même si elle n’a jamais été mariée et n’a jamais été une prostituée. Donc, elle peut avoir un enfant par la volonté de Dieu.

LA NAISSANCE DE ^IISÀ(JÉSUS) ^ALAYHI S-SALÀM.

À SUIVRE ‘IN CHÀ’ ALLÀH

32.Posté par Al-muriid le 07/12/2012 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


LES PROPHÈTES ^ALAYHIMU Ç-ÇALÀTU WA S-SALÀM


À propos des Prophètes ^alayhimu ç-çalàtu wa s-salàm, Dieu dit dans le Coran honoré [V.86 ; S. n°6] ((wa kullan fadddalnà ^ala l ^àlamiin ))

ce qui signifie :« Nous les avons tous élevés par rapport au reste des créatures.»


Le Prophète, que les bénédictions de Dieu soient abondantes sur lui, a dit ce qui signifie:

« Les prophètes sont comme des frères de mères différentes. Leur religion est la même [c’est l’Islàm] et leur lois sont différentes. Je professe la même religion que ^Iisà fils de Maryam, et il n’ y a pas de prophète entre lui et moi. »


Les Prophètes ^alayhimu çalàtu wa s-salàm sont les meilleures créatures de Dieu. Le Très miséricordieux les a choisis et élevés parmi les hommes. Dieu les envoie auprès des gens pour qu’ils leur enseignent le bien et leur interdire le mal. Ils ne commettent jamais de mécréance, ni de grands péchés ni de petits péchés de bassesse. Malgré leurs épreuves et les difficultés de leur noble Mission, ils ne se sont jamais rebellés contre l’ordre de Dieu.

S’il leur arrive de commettre un petit péché, ils sont vite avertis par un Ange pour qu’ils s’en repentent, avant que les gens à qui ils sont chargés de transmettre le Message divin de droiture ne s’en rendent compte.



Parmi les Prophètes ^alayhimu çalàtu wa s-salàm, il y en a qui ont un Livre sur les 104 révélés : La Thora pour Moise, l’Évangile pour Jésus, Les Psaumes pour David, et le Coran pour Muxammad. Il faut retenir que tous ces livres- exceptés les Psaumes et le Coran- ont été falsifiés. Donc, les versions actuelles et multiples, le plus souvent contradictoires, rédigées en fonction des intérêts de leurs auteurs, sont de loin différentes des Livres d’origine. D’où l’émergence de croyances comme le Judaïsme, le Christianisme, etc. et des nombreuses sectes qui en dérivent.



Chaque Communauté a reçu l’ordre divin de croire au Message du Prophète de son temps, de s’y attacher en attendant la venue d’un autre prophète envoyé pour confirmer le Message du précédent.



Dieu dit dans le Coran honoré [V.6 ; S. n°61] ce qui signifie :

« Jésus, fils de Marie, dit : (( Ô fils d’Israël ! Je suis en vérité le prophète de Dieu envoyé vers vous pour confirmer ce qui, de la Thora, existait avant moi ; pour vous annoncer la bonne nouvelle d’un prophète qui viendra après moi et dont le nom sera Axmad [autre nom de Muxammad] )) .»

Le Prophète çalla l-Làhu ^alayhi wa sallam nous apprend les paroles du Prophète ^Iiçà ^alayhi s-salàm (Jésus fils de Marie, la sainte que Dieu a honorée à plusieurs reprises dans les Textes coraniques et prophétiques honorés et qui, au Paradis, sera une des épouses du Prophète Muxammad çalla l-Làhu ^alayhi wa sallam) concernant la ‘Ummah, ce dont le sens est :

« Des savants indulgents, bienfaisants et pieux, comme s’ils étaient des prophètes ; et ce grâce à leur connaissance approfondie des lois révélées. »


Toutefois, la Loi peut varier d’une Communauté à une autre. Par exemple, la Communauté de Moise ne pouvait accomplir la prière que dans un endroit exclusivement réservé à la prière, ce qui n’est pas le cas pour la Communauté de Muxammad çalla l-Làhu ^alayhi wa sallam.

Remarquons qu'une partie des interdits de la Loi de Muxammad étaient également illicites dans toutes les autres Lois. Parmi ceux-ci, mentionnons la fornication, la consommation de la maytah (viande d'une bête qui n'a pas été abattue conformément aux règles de la Loi islamique), la consommation du sang et de la viande de porc.

On peut citer d’autres exemples de ce genre.



Le Compagnon pieux et vertueux ^Awf bin Màlik radìya l-Làhu ^anhu a dit :

« Le Messager de Dieu çalla l-Làhu ^alayhi sallam a dit ce qui signifie: (( Al-Yahuud se sont scindés en 71 groupes, un seul ira au Paradis et les 70 iront en Enfer. An-Naçàrah se sont scindés en 72, un seul groupe ira au Paradis et les 71 iront en Enfer.
Par Celui Qui détient l’âme de Muxammad en Sa Puissance, ma Communauté sera scindée en 73, un seul groupe ira au Paradis et les 72 iront en Enfer. )) On a dit : " Yà Raçuula l-Làh, il s’agit de qui ? " Il a répondu : (( Al- Jamà^ah)).

Al- Jamà^ah est le terme prophétique et providentiel qui désigne ‘Ahlu s-Sunnah wa l-Jamà^ah, c’est-à-dire la majorité des Musulmans sounnites qui suivent, conservent et transmettent la Tradition du Prophète çalla l-Làhu ^alayhi sallam.
REMARQUES


• Al-Yahuud (les Juifs): à l’origine, c’est un titre honorifique qui distingue, au sein des Banii ‘Isra’iil- le peuple d’Israël- les Musulmans la Communauté de Muuçà (Moïse) ^alayhi s-salàm. Ce terme signifie d’après la parole de Dieu, dans le Coran : Les repentants. Mais, ce titre n’a plus rien d’honorifique depuis que les Yahuud ne sont plus musulmans.

Ces rappels-entre autres- sont extraits du Coran et de la Sunnah Honorés ; ils sont admis et enseignés par l’Unanimité des savants sounnites de tous les temps et de partout.


C’est ainsi que le Savant (Al-^Àlim), le Saint (Al-Waliyy) Ach-Chariif ^Abdu l-Làh As-Sanuuciyy At-Tleemthàniyy a développé ce thème dans son éminent livre "’Ummu l-Baràhin " (la Source des Preuves) connu également sous le nom de "As-Sanuuciyyah "que le Savant (Al-^Àlim), le Saint (Al-Waliyy) Sëriñ Tuuba- sous le titre "Mawàhibu L-Quduus "(Les dons du Très Généreux et Du Très Pure) - l’a embelli en le mettant en vers (style poétique).

Le Savant (Al-^Àlim) , le Saint(Al-Waliyy), le Mujaddid de ce siècle Ach-Chaykh ^Abdu l-Làh Al-Harariyy lui aussi , tout comme ses deux éminents prédécesseurs, a abordé ce thème dans ses livres " Aç-Çiràtu l-mustaqiim " et " Çariix al -bayàn "

Que Allàh les honore tous ces trois savants (^ulamà’) de ‘Ahlu s-Sunnah wa l-Jamà^ah(Majorité des Musulmans sounnites) !


LA NAISSANCE DU PROPHÈTE ^IISÀ(JÉSUS) ^ALAYHI S-SALÀM, LE FILS DE LA SAINTE MARYAM (MARIE) ^ALAYHA S-SALÀM.


À SUIVRE IN CHÀ’ ALLÀH

31.Posté par Al-muriid le 07/12/2012 07:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bismi l-Làhi r-Raxmàni r-Raxiim


Dans le but de partager un savoir, li l- Làhi ta^àlà, avec ceux qui savent et d’éclairer ceux qui ne savent pas, je poste cette contribution afin de faire certains rappels indispensables au musulman sounnite.

Quant aux non-musulmans qui liront ces lignes qui vont suivre, puissent-elles les éclairer et les guider vers la lumière et la fraternité des Musulmans, afin qu’après avoir été nos frères et sœurs par ‘Àdam ^alayhi s-salàm, ils deviennent nos frères et sœurs en la religion que Dieu agrée, l’Islàm.


Rappel :


Dieu dit dans le Coran honoré :


• [V.56 ; S. n°51] ce qui signifie: « Je n’ai créé les jinns et les humains que pour leur ordonner de M’adorer.»



• [V.19 ; S. n°3] ce qui signifie: « Certes, la religion que Allàh agrée c’est l’Islam. »



• [V.67;S. n°3] ce qui signifie: « ‘Ibràhiim(Abraham) n’était ni juif, ni chrétien, mais il était plutôt musulman. Il n’était pas associateur à la divinité. »

• [V.3 ; S . n°85] ce qui signifie: «Quiconque choisit autre chose que l’Islàm, elle ne sera pas acceptée de lui, et il fera partie des perdants au Jour dernier.»


Le Prophète, que les bénédictions de Dieu soient abondantes sur lui, a dit ce qui signifie:


« La meilleure parole que j’ai dite, moi ainsi que les Prophètes avant moi est : il n’est de dieu que Allàh.»


Autrement dit, l’Islam est la religion de TOUS les Prophètes, que les bénédictions de Dieu soient abondantes sur eux. Par conséquent, ils sont TOUS musulmans.

En effet, Dieu a envoyé 124000 Prophètes dont 313 Messagers ; depuis ‘Àdam, le premier d’entre eux, jusqu’à Muxammad, le dernier à être envoyé, en passant par les plus connus-entre autres- comme Idrìs (Énoch), Nuux (Noé), Ibràhim (Abraham), ‘Ismà^iil(‘Ismaël), ‘Is-xàq (Isaac), Luut (Lot), Suleymàn( Salomon), Muuçà (Moise), Dàwuud(David), ^Iisà (Jésus fils de Marie).


Ils ont tous appelé à adorer un dieu unique Allah,et à ne rien Lui associer ("bañ Ko bokkàle"). Lui Qui est éternel, sans début et Qui est de toute éternité, sans fin. Lui Qui n’engendre pas Qui n’a pas été engendré ; en d’autres termes, Dieu n’a ni père, ni mère, ni fils.


De plus, les Musulmans ne croient pas que l’homme soit à l’image de Dieu, Le Seigneur n’est pas pour nous Musulmans ce que les Juifs appellent « Notre Père, notre Roi » ; non plus que ce les Chrétiens appellent « Dieu le Père ».

Force est de rappeler que Dieu n’est comparable à aucune créature. Lui-même le dit dans le Coran honoré [V.11;S. n°42] ce qui signifie:

« Rien n’est tel que Lui.»

Tout ce qui existe, à savoir les cieux, la terre et ce qui est compris entre eux, le temps sont créés par Dieu ; donc Dieu ne dépend ni du temps ni de l’espace, et comme l’ont dit les Imams Dhu n-Nuun Al-Miçriyy et ‘Axmad, que Dieu les agrée:
« Quoique tu imagines dans ton esprit, Dieu en est différent.»
Par conséquent, c’est de la mécréance de dire et de penser que Dieu se trouve dans le ciel ou dans un quelconque endroit.



LES PROPHÈTES ^ALAYHIMU Ç-ÇALÀTU WA S-SALÀM


À SUIVRE IN CHÀ’ ALLÀH

30.Posté par Rargatata le 07/12/2012 07:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Virgile En effet, il ne faut se fier à aucun homme, comme vous le dites si bien,mais à Dieu seul (sans e) -Il est difficile d'évangéliser? selon vos dires. Commandement : tu ne tueras pas, cela concerne aussi l'Ame. Recevoir gratuitement l'Esprit Saint? Dieu Amour donne et lui seul donne à qui il veut. Vous avez reçu un fleuve d'eau vive? Vous faites de l'Esprit Saint "une adaptation" à la conscience humaine? Vos écrits sont de la manipulation mentale, vous mettez un soin particulier à répondre aux commentaires, votre doctrine n'est pas vérité. Je suis seul juge, à savoir si mon commentaire est amputé. Je n'apprécie guère le tutoiement du bien à toi. Que Dieu vous fasse miséricorde!

29.Posté par BAB le 06/12/2012 23:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci sherazad pour le lien qui répond à ma demande.

Bonne Soirée

28.Posté par BAB le 06/12/2012 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ idem POST 24

Bonsoir,

Ou peut-on trouver cet histoire de Suleiman el farsi .


27.Posté par sherazad le 06/12/2012 23:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Idem

Wa aleik salam

Merci Idem je viens de lire la magnifique histoire de Souleyman al Farsi , pour ceux que ça intéresse voici un lien

http://www.sajidine.com/vies/compagnons/salman_al_farisi.htm

26.Posté par BAB le 06/12/2012 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir VIRGILE,

POST 15 Bien que j'apprécie toujours beaucoup tes articles et communications sur Alterinfo et ton érudition concernant la Bible, je ne connais pas de Cathy alors peut être que tu me prends pour quelqu'un d'autre ?

En tout cas grand merci pour toute ta sympathie.



25.Posté par idem le 06/12/2012 23:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam VIRGILE,
As tu lu le coran, allah dans sa grande mésiricorde nous revele, que issa sas était un méssager, envoyé que pour les béni israél, venu avec un seul livre él-énjil (l évangile) pas deux ou trois ou quatre non , un seul livre, en plus allah nous informe qu'il na pas était crucifier, qu'il manger de la nouriture, buvé, aucun un atribut divain non rien un simple homme comme tout les messagers d allah, mais leur actions les rendes tres spirituels elles élevent au plus pres du digne d etre adoré,
VIRGILE, si tu permets il y a un seul dieu, une seul humanité une seul religion, agrée par allah qui est la meme depuis que l homme a mit les pieds sur terre qui est d etre soumis a des loi d allah, de croire dans l invisible à ses anges, a ses livres,a ses messagers,au jour du jugement dernier , l enfer et le paradis, tout le reste sont les chemin s tortueux du malin
allah seul sait

24.Posté par idem le 06/12/2012 22:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam tout le monde,
Certe issa que la paix d allah soit sur lui était un grand messager d allah, envoyer pour les fils d'israél qui ne sont pas les descendant de jacob, je sais je me répete, mais le coran est d une clarté extrodinaire.

sherazad,VIRGILE,BAB,
Vous devriez regarder d un peu plus pres l histoire de suleiman el farsi, comment il est venu au monothéisme, quel sont les gens qu'il a suivi .
vous aurez la réponse qui sont les vrais chrétiens,
c'était une infime partie qui était pourchassé, par les partisant de paul,
souleiman el-farsi à suivi ces chretiens, pour leur modestie dans la croyance d un dieu unique.
Ces gens se dérigés vers l'arabie, le dernier parmis eux avant de mourir lui dit nous savons qu'il va y avoir un prophete qui sortira de chez les bedoins
ils connaissaient la venu du messager d allah sws, elle est tres interessante cette histoire cela nous ouvres la voix sur ceux qui était chretiens, qui ne faisaient pas de trinité ils étaient mouwahidine adorer un seul dieu.
je ne suis qu un serviteur qui se trompe allah est celui qui connait tout gloire et pureté à lui

23.Posté par sherazad le 06/12/2012 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Virgile

Oh merci Virgile , tu me rassures et du fond de mon cœur Merciiiii pour ton soutien , pour tes paroles de vérité sur les oppresseurs de ce monde , pour le partage de tes connaissances , pour ton Amour des autres......
-----------Que Dieu te garde et te Bénisse Virgile....... et je t'aime beaucoup (^_^)

Paix et Bénédictions de Dieu sur vous tous

22.Posté par VIRGILE le 06/12/2012 21:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chère @ sherazad

Nous t’apprécions tous et le "béni-oui-oui" ne te concernait pas mais bien ces trop nombreux chrétiens qui dans les églises, sont accrochés aux lèvres de leurs prêtres ou pasteurs plutôt que se référer à la Parole de Dieu. Beaucoup de chrétiens (de nom) m'agacent parce qu'ils ne vérifient pas ce qu'ils entendent et cela fait des sectes et des chiismes. Amour que l'Amour réunit tout autour de Lui !

Je te rassure, tu ne m'a pas du tout offensé; au contraire, je sais que tu t'intéresses aux autres et c'est tout à ton honneur.

Amicalement

1 2 3

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires