Conflits et guerres actuelles

LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE EST COMMENCÉE !


Fini la guerre commerciale par procuration, la guerre financière et boursière par prise de contrôle hostile, et la guerre militaire par tiers instrumentalisés (Afghanistan, Soudan, Mali, Nigéria, Cameroun, Irak, Lybie, Syrie, Yémen, Daesh, Al Qaida, etc.). Les deux grandes puissances du XXIe siècle se sont trouvées sur les marchés irrigués par « les nouvelles Routes de la soie » (1)


Robert Bibeau
Jeudi 27 Décembre 2018

LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE EST COMMENCÉE !
De la guerre commerciale à la guerre judiciaire, politique et diplomatique

Fini la guerre commerciale par procuration, la guerre financière et boursière par prise de contrôle hostile, et la guerre militaire par tiers instrumentalisés (Afghanistan, Soudan, Mali, Nigéria, Cameroun, Irak, Lybie, Syrie, Yémen, Daesh, Al Qaida, etc.). Les deux grandes puissances du XXIe siècle se sont trouvées sur les marchés irrigués par « les nouvelles Routes de la soie » (1) sur lesquelles la presse occidentale fait l’impasse, mais qui néanmoins se développent en direction des régions sous tensions dont l’Afrique notamment. Ne soyez pas surpris d’apprendre que la France, le Royaume-Uni, l’Italie et les États-Unis ont été chassés d’Afrique et que ces puissances néocoloniales déchues ripostent en multipliant les interventions humanitaires (sic) et soi-disant «antiterroristes», du « Déjà vu » au Moyen-Orient à feu et à sang et dont les USA et les puissances de l’OTAN ont été écartés récemment par la puissante Russie. (2)

Ce sont les États-Unis qui les premiers ont initié la présente escalade comme à chaque étape de cette guerre larvée commencée il y a nombre d’années et qui s’est envenimée depuis l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche. Donald Trump le polichinelle prévisible assigné par le grand capital américain à la mission de renégocier le partage des marchés sur la planète mondialisée, ainsi que nous l’annoncions dans notre ouvrage de 2017 «La démocratie en Amérique ». (3)

Dernièrement, le Département d’État américain a frappé un grand coup en ordonnant aux douanes canadiennes d’arrêter illégalement madame Meng Wanzhou directrice financière de la multinationale chinoise Huawei, un geste de guerre peu banal et d’un retentissement bien plus percutant pour le monde des affaires que le démembrement d’un «journaliste» – porte-serviettes des pétromonarchies du Golfe persique –. (4)

Trump, toujours aussi prévisible, impulsif et indiscret, s’est empressé de dévoiler le pot aux roses en suggérant : «qu'il pourrait intervenir dans l'affaire Meng Wanzhou si cela pouvait mener à la conclusion d'un accord commercial avec la Chine» (…) «Le secrétaire d’État Mike Pompeo a aussitôt insisté sur le fait que la demande d'extradition de Mme Meng n'était pas un levier politique dans les négociations commerciales avec la Chine.» (5) Trop tard, le chat sorti du sac courrait déjà vers Ottawa et Pékin.

Les politiciens canadiens, toujours aussi serviles, ont tenté d’accuser la partie chinoise pour leurs propres malversations: «Ils (les Chinois) essaient de nous donner une leçon et je ne pense pas que l'on devrait le tolérer renchéri Robert Bothwell, historien à l'Université de Toronto. Malheureusement, il faut réduire nos liens avec la Chine. M.Bothwell admet que s'éloigner de la Chine a évidemment des implications économiques. À l'instar des consommateurs aux États-Unis et ailleurs dans le monde, les Canadiens dépendent désormais des importations bon marché en provenance de Chine. » (6)

Cet article est disponible en 5 langues sur le webmagazine http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-troisieme-guerre-mondiale-est-commencee/


À contrario, l’économiste américain Jeffrey D. Sachs, directeur du Center for Sustainable Development de la Columbia University déclare: «Les États-Unis, et non la Chine, constituent la véritable menace à la légalité internationale» (7), indice révélateur que le grand capital nord-américain est divisé sur la manière la plus efficace d’affronter la Chine dans sa conquête hégémonique des marchés mondiaux.

La confrontation autour de Huawei survient à un moment très tendu. Les États-Unis ont imposé des droits de douane de 250 milliards de dollars sur les exportations chinoises en réaction à la volonté de Pékin de défier la domination technologique américaine. Les États-Unis ont accusé la Chine d'utiliser des tactiques de prédation, notamment par le vol virtuel et en contraignant les pays étrangers à renoncer à la propriété intellectuelle de leur technologie à titre de prix d'admission sur le marché chinois. Pékin a riposté avec ses propres tarifs sur 110 milliards de dollars de marchandises américaines.

Par ailleurs, le motif allégué de l’arrestation est totalement illégal au regard du droit international. En effet, la Chinoise Mme Meng est accusée d'avoir violé les lois américaines contre l'Iran. Cependant, considérez son arrestation dans le contexte du grand nombre de sociétés, américaines et non américaines, qui ont violé les sanctions américaines contre l'Iran et d'autres pays. En 2011, par exemple, JP Morgan Chase a payé 88,3 millions de dollars d'amende en 2011 pour violation des sanctions américaines à l'encontre de Cuba, de l'Iran et du Soudan. Pourtant, le PDG Jamie Dimon n'a pas été enlevé d'un avion et emmené en détention. Le professeur Jeffrey Sachs ajoute :

«JP Morgan Chase était loin d’être le seul à violer les sanctions américaines. Depuis 2010, les principales institutions financières suivantes ont payé des amendes pour de telles violations: Banque du Brésil, Banque d’Amérique, Banque de Guam, Banque de Moscou, Banque de Tokyo-Mitsubishi, Barclays, BNP Paribas, Banque Clearstream, Commerzbank, Compass, Crédit Agricole , Deutsche Bank, HSBC, ING, Intesa Sanpaolo, Banque Nationale d'Abou Dhabi, Banque Nationale du Pakistan, PayPal, RBS (ABN-Amro, Société Générale, Banque Toronto-Dominion, Trans Pacific National Bank (maintenant connue sous le nom de Beacon Business Bank) , Standard Chartered et Wells Fargo.» (8)

De façon tout à fait évidente, l'action des États-Unis contre Huawei semble faire partie de la tentative plus générale de l'administration Trump de saper l'économie chinoise en imposant des droits de douane, en fermant les marchés occidentaux aux exportations chinoises de haute technologie et en bloquant les achats chinois de sociétés technologiques américaines, canadiennes et européennes. On peut dire, sans exagération, que cela fait partie d'une guerre économique et commerciale contre la Chine.

Le professeur Sachs conclu : «Lorsque les règles du commerce mondial entravent les tactiques de gangster de M. Trump, les règles doivent disparaitre, et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a avoué la même chose la semaine dernière à Bruxelles: "Notre administration sort légitimement ou renégocie des traités, accords commerciaux et conventions obsolètes ou néfastes pour les intérêts de nos alliés (sic)». Pourtant, avant de mettre fin à ces accords, l’administration les détruit par des actions agressives et unilatérales. (9)

De retour de Chine, le professeur Michel Chossudovsky va encore plus loin et affirme que : «L’actuelle crise entre la Chine et le Canada (et son marionnettiste de Washington) a été préparée de longue main. Les chefs des services de renseignements des Five Eyes (Five Blue Eyes), ce regroupement d’espions anglo-saxons sous l’égide de la CIA, se sont rencontrés à Ottawa en juillet 2018 et en Nouvelle-Écosse avec le premier ministre Trudeau pour planifier la stratégie visant à éliminer l’entreprise de technologie chinoise Huawei de la compétition pour la nouvelle génération d’équipements de communication.» (10)


Les leçons que nous offrent l’histoire de cette saga

Ce que le prolétariat révolutionnaire doit retenir de cette saga interimpérialiste c’est que sous l’économie capitaliste mondialisée la guerre multiforme entre puissances impérialistes (concurrentes ou alliées) est permanente et qu’elle trouve toujours son origine dans l’économie des rapports marchands (le champ où le capital se réalise); puis elle s’étend sous différentes formes à l’instance politique, judiciaire et diplomatique, pour enfin inévitablement se conclure sur le plan militaire par tiers instrumentalisés ou directement. Plus la conjoncture économique et sociale est catastrophique (comme en ce moment), plus les tensions entre puissances sont exacerbées pour le contrôle des marchés et plus les dangers de guerre militaire sont élevés. Le prolétariat ne doit jamais prendre parti pour une « patrie » ou pour une autre, ni pour une alliance de puissances contre une autre. Dans un cas comme dans l’autre c’est lui qui fournira la chair à canon et n’en tirera rien de bon comme l’histoire nous l’enseigne. Il est fort peu probable que la révolution prolétarienne conjure la guerre impérialiste en cours, mais il est fort probable que la guerre commerciale en cours, et qui risque de dégénérer en guerre thermonucléaire, provoquera la première révolution prolétarienne sur cette Terre de misère.


NOTES


1. http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-invites/nouvelles-routes-de-la-soie-lintegration-de-laxe-eurasie-afrique/
2. Adieu le projet « secret » (sic) du «Grand Moyen-Orient» rédigé par le Pentagone à l’intention des complotistes émérites : http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-invites/les-usa-annoncent-leur-retrait-de-syrie-le-contexte/ et http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/les-etats-unis-annoncent-leur-retrait-du-levant-toutes-les-parties-doivent-revoir-leur-strategie/
3. Robert Bibeau. (2017) La démocratie aux États-Unis. L’Harmattan. Paris. http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-democratie-aux-etats-unis-les-mascarades-electorales/
4. http://www.les7duquebec.com/7-au-front/arabie-saoudite-jamal-khashoggi-non-un-parangon-de-la-liberte-de-la-presse-mais-un-pur-produit-de-la-matrice-wahhabite-takfiriste/
5. https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/huawei-la-réaction-de-pékin-soulève-des-craintes/ar-BBQYu12?ocid=spartandhp et https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-the-us-not-china-is-the-real-threat-to-international-rule-of-law/
6. https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-the-us-not-china-is-the-real-threat-to-international-rule-of-law/
https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/huawei-la-réaction-de-pékin-soulève-des-craintes/ar-BBQYu12?ocid=spartandhp
7. https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-the-us-not-china-is-the-real-threat-to-international-rule-of-law/
8. Les États-Unis semblent vouloir cibler Huawei, notamment à cause de son succès dans la commercialisation des technologies de pointe 5G à l'échelle mondiale. Les États-Unis affirment que la société pose un risque de sécurité spécifique en raison de capacités de surveillance cachées dans son matériel et ses logiciels. https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-the-us-not-china-is-the-real-threat-to-international-rule-of-law/
9. «Une récente diatribe contre Huawei dans le Financial Times est révélatrice à cet égard. Après avoir concédé que "vous ne pouvez pas avoir de preuve concrète d'ingérence dans les TIC, à moins d'avoir la chance de trouver l'aiguille dans la botte de foin", l'auteur affirme simplement que "vous ne prenez pas le risque de mettre votre sécurité entre adversaire potentiel. » En d’autres termes: Bien que nous ne puissions pas vraiment indiquer un comportement inapproprié de la part de Huawei, nous devrions néanmoins inscrire la société sur une liste noire.
10. Michel Chossudovsky https://www.mondialisation.ca/les-dessous-de-la-crise-chine-canada/5629695


Jeudi 27 Décembre 2018


Commentaires

1.Posté par YYY le 27/12/2018 14:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La « route de la soie » passera par la Jordanie, l’Égypte et Israël 16/10/2018
https://www.alterinfo.net/La-route-de-la-soie-passera-par-la-Jordanie-l-Egypte-et-Israel_a142177.html

Abbas reçoit l’émissaire du sultan d’Oman à Ramallah 28/10/2018
https://www.alterinfo.net/notes/Abbas-recoit-l-emissaire-du-sultan-d-Oman-a-Ramallah_b27007686.html

A Oman, Israël présente son projet ferroviaire la "voie de la paix régionale" 07/11/2018
https://www.alterinfo.net/notes/A-Oman-Israel-presente-son-projet-ferroviaire-la-voie-de-la-paix-regionale_b27373400.html

Netanyahu: Oman autorise les avions israéliens à emprunter son espace aérien 10/12/2018
https://www.alterinfo.net/notes/Netanyahu-Oman-autorise-les-avions-israeliens-a-emprunter-son-espace-aerien_b28775075.html

Le gâteau au coulis rouge sang se partage :
La soie rouge sang que l' Homme n'aurait pas du porter.

Trump: les USA pourront utiliser l'Irak comme base pour d'éventuelles actions en Syrie 27/12/2018
https://www.alterinfo.net/notes/Trump-les-USA-pourront-utiliser-l-Irak-comme-base-pour-d-eventuelles-actions-en-Syrie_b29258229.html

Voilà ce qui se trame
(Jah-Buh-Lon "Zébulon est le dieu des franc-maçons et de l'OTO correspondant à Lucifer.", Balthazar et Belzébuth...)
Damas : Russie
Bagdad : Américain
Palestine : État exclusivement Juif
Néom : Arabe

Reste l'Afrique le Veau doux pays de me... qui cache sous terre des trésors...a ''repartager''
Le passage du Fassad sera planétaire.

Le tracé de la Route sera '' sécurisé-gardé '' par des milichiens.

Qui du solliciteur ou du sollicité sollicite...?
Une route de la soie rouge sang pour servir des Gens Jaunes appauvris dans ce monde en désordre ???

2.Posté par Saber le 27/12/2018 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La route de la soie commence à Changai, est-ce un hasard ?

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires