Géopolitique et stratégie

LA LIBERTE D'EXPRESSION EX-PORTABLE


C'est curieux comme les pays trop libres ne se donnent même plus les moyens de préserver leur propre liberté. Alors, leur demander de défendre celle d'autres pays lointains, il ne faut pas y penser.


gillescouturier@orange.fr
Lundi 2 Juin 2008

Notre liberté s'arrête où commence celle des autres, a-t-on coutume de dire, mais encourager la liberté chez les autres peut entraver la douce candeur de notre tranquille plénitude passive...mais provisoire.

Cela est d'autant plus vrai quand la liberté de l'Occident s'appuie pleinement sur l'esclavage des autres continents. Et donc, défendre leur liberté reviendrait à déstabiliser la notre.

C'est donc pour cette raison que, dans tous nos médias, sensés être libres, on n'a pas trouvé grand monde pour soutenir les plus grands défenseurs de la réelle liberté d'expression à l'échelle mondiale.

Si quelques reportages ont suivi la flamme olympique et donc relaté, sans juger, les troubles qui l'ont accompagnée tout autour du monde, il nous est néanmoins plus offert à juger, qu'à comprendre.

Quant aux débats entourant ces images, ils ont été souvent porteurs de jugements sévères envers les défenseurs de cette liberté, à l'origine de ces troubles dans la plupart des pays traversés.

Alors que la plupart d'entre nous possédons un téléphone portable / photo / vidéo, ce qui fait de nous des reporters en herbe, et que nous voyageons à travers le monde, peu d'entre nous s'en servent à cet effet.

En somme, non seulement nous ne faisons pas souvent usage de celui-çi dans cet esprit, pour diffuser les images dont l'on peut être les témoins, mais en plus nous n'accordons pas d'accessit à ceux qui font de cet outil, le meilleur usage.

Si l'on avait soi-même, idée du formidable outil qu'on a entre les mains, si l'on avait bien plus conscience de l'usage optimum que l'on pourrait en faire, l'on accorderait reconnaissance à ceux qui ont cette conscience , qui l'utilisent à cet effet, et surtout s'ils s'en servent pour dénoncer le manque de liberté qui sévit de partout dans ce monde.

Un sondage ces jours-çi sur la multiplication de la vidéo surveillance d'Etatannonce , " oui 19 / non 81 , le 7 mai à 4h33 . Il serait surprenant d'accorder à l'Etat un usage que l'on n'applique pas soi-même. Il est probable que, faisant personnellement un usage quotidien de notre propre outil de surveillance privé, nous l'accorderions par réciprocité.

Moi, personnellement, je veux bien accorder à l'Etat de disposer d'outils de surveillance performants, à la seule condition qu'il m'autorise à y accéder et à en faire usage à titre personnel privé et public, par la wifi, par exemple. Cet outil ne peut pas être au service de la liberté, si le citoyen n'y a pas un droit de regard. Et l'encourager dans cette fonction, peut faire avancer son usage au bénéfice de la transparence, et donc, au détriment du vice caché.

Mais, c'est parce que nous n'avons pas conscience de cet outil fantastique, ni conscience de notre réelle liberté, que nous n'avons pas soutenu R.S.F., les derniers défenseurs libres, de liberté mondiale.

Nous qui n'avons plus la force de descendre dans la rue, alors que toute l'actualité le mériterait, alors que la date s'y prète, nous qui braillons sur Internet, nous ne défendons même pas R.S.F.

Pourtant, ne sont-ils pas les champions du grimpé sous le nez des trois mille maillons de la chaine des empécheurs de liberté...

Ne sont ils pas les records mondiaux du réseau de soutien aux peuples exilés venus imposer leur drapeaux sous le nez des caméras de tous pays...

Ne sont-ils pas les champions olympiques du pied de nez aux autorités du pays le plus peuplé de la planète à qui ils ont montré ce que veut dire « liberté » à la mode de chez nous ...

Ne sont-ils pas les champions du monde olympique du faire savoir au peuple chinois, ce que peut être, la liberté des droits des hommes...

Si nous ne descendons pas dans la rue, et que nous ne soutenons pas ceux qui ont le courage de le faire, c'est parce que nous ne défendons pas la liberté au delà de notre midi à notre porte...Si nous ne défendons pas les derniers courageux défenseurs de la liberté, c'est parce que nous ne soutenons que les grands pourvoyeurs de produits de consommation non conventionnés, nous finançons les producteurs de babioles non homologuées, nous favorisons le recel d'imitations sans certificats de conformité, et nous sommes prèts à consommer des produits à haute valeur ajoutée de chimie à dose non homéopatique...mais surtout...

...c'est parce que nous cautionnons l'esclavage à travers le monde.

Pour mieux préserver notre propre liberté, il faut absolument défendre celle des peuples du monde entier...y compris du plus grand, la Chine.


Lundi 2 Juin 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires