ALTER INFO

LA CONSPIRATION DE SAMARRA


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


22 février 2007-

La conspiration de Samarra :

Il y a un an, jour pour jour, le 22 février 2006, « Les 72 000 plaques d’or de la coupole du sanctuaire chiite Al-Askariya de Samarra ont été pulvérisées par deux explosions successives mercredi 22 février vers 6h40 du matin (heure d’Irak). Des suspects ont été arrêtés, mais les véritables auteurs du forfait courent toujours. Ils ne seront sans doute jamais retrouvés. Leurs commanditaires non plus, bien que tout les désigne » écrivait Gilles Munier : lire la suite de son excellent article


tunisielibre@yahoo.fr
Vendredi 23 Février 2007

LA CONSPIRATION DE SAMARRA


Il était clair depuis les premières heures, que l’attentat ne pouvait être le fait des groupes de résistance sunnite puisqu’ils l’avaient tous condamnés, y compris celui de Zarkawi et qu’il s’agissait plutôt d’un coup tordu de « forces spéciales ». En tout cas, c’était du pain béni pour les escadrons de la mort du ministre de l’intérieur de l’époque, Bayane Jabr Soulagh et les milices Badr et Sadr, pour basculer l’Irak dans une guerre civile dont il n’est pas prêt d’en sortir.

Près d’un an après, l’Ayatollah Sistani, aurait « lavé » les sunnites de toute implication dans la destruction du mausolée, lors d’une réception, la semaine dernière, d’une délégation gouvernementale conduite par le vice-président Irakien Hachemi. Aveu bien tardif puisque son compatriote et supérieur hiérarchique, l’ayatollah Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique iranienne, avait accusé Israël, au lendemain de l’attentat, d’en être l’auteur et avait demandé aux chiites de ne pas se venger sur les sunnites, car la Sharia interdit aux musulmans d’aider les ennemis de l’islam ».
L’indiscrétion d’un officier Kurde !
Et voilà qu’une indiscrétion d’un officier Kurde vient relancer la polémique sur les auteurs et les commanditaires de l’attentat.

Albasrah.net/ 17/02/07
Par Ragheb Karim :

Rongé par le remord et torturé par sa conscience, un jeune officier de renseignements Kurde, à peine la trentaine et ne parlant pas l’arabe, a révélé à ses proches, qu’il était présent lors de l’explosion du mausolée et qu’il faisait la garde dans les alentours.
Il raconte : « Nous avons été désignés pour suivre une formation de deux semaines au Kurdistan. Nos formateurs étaient juifs et la formation consistait à protéger les édifices publics. Au bout de 15 jours, on nous a transportés dans des voitures au sud du Kurdistan. J’ai compris que nous allions à Bagdad, mais je ne savais pas où exactement. Nous sommes arrivés vers 20 heures dans une ville et, c’est à peine si j’ai aperçu le dôme orné d’or de ce que je croyais être une mosquée. A l’entrée de la ville, on nous a répartis à nos postes selon le plan prévu à l’avance en nous intimant l’ordre de ne laisser passer personne dans ces rues. Nous sommes demeurés en place jusqu’au matin à surveiller les lieux, à tour de rôle. Je croyais personnellement qu’il y avait une réunion importante à l’intérieur, de responsables irakiens et américains ».
« Le lendemain, vers 7 heures du matin, nous avons été surpris par une violente déflagration qui nous a terrorisés, surtout que nous ne sommes pas habitués à ce genre d’explosion au Kurdistan. Nous avons tous sauté sur nos armes et pris des positions de combat. Un soldat m’appela et me dit de regarder derrière : d’épaisses fumées se dégageaient de l’endroit du mausolée et la coupole a disparu. J’ai crié alors spontanément : fils de putes, vous avez détruit la mosquée ? Je me suis senti alors très abattu et j’ai compris que les juifs nous avaient trahi et qu’ils avaient signé un marché quelconque avec le gouvernement impotent du Kurdistan. Je n’étais pas très croyant, mais je n’ai jamais participé auparavant à la destruction d’une mosquée ». Fin du témoignage de l’officier Kurde.
Trois heures après l’explosion maudite, les manifestations de vengeance partirent de tous les coins de Bagdad, attaquant les mosquées sunnites et tuant et enlevant des gens. J’ai été surpris par la vitesse avec laquelle les manifestants s’étaient rassemblés, par leur parfaite organisation et surtout comment ils avaient ciblé des mosquées et des quartiers bien précis. J’ai vu de mes propres yeux les hésitations et même la complicité des forces de police. Franchement, je n’ai pas eu le courage de leur parler, mais en mon for intérieur, j’étais dégoûté de ce que je voyais.

Le sang avait coulé à flots tout au long de cette journée du 22 février 2007. Une chose me tracassait cependant. Je disais souvent à mes amis que les « sunnites » allaient se faire écraser parce qu’ils n’ont pas dénoncé les attentats contre les chiites. Après l’explosion de Samarra, j’étais sûr que c’est nous (les chiites) qui allons nous faire écraser, tant les injustices contre les innocents étaient flagrantes.

Les gens qui avaient procédé aux attaques vengeresses avaient des visages de fous, les yeux rouges de colère et il n’était guère facile de les empêcher de commettre ces méfaits. Je m’étais dit que la violence allait se poursuivre un ou deux jours au plus et je ne me suis jamais imaginé qu’elle allait se poursuivre durant toute une année. Aujourd’hui, je suis complètement abattu et je m’attends de plus en plus à une sanction humaine ou divine.
Je m’étais attendu, au cours de cette journée maudite, à entendre une parole de la part des dignitaires religieux « chiites », mais j’ai vite compris qu’ils avaient le couteau sur la gorge et qu’ils étaient incapables de prononcer cette parole tant espérée. J’avais noté la position politique opportuniste chiite et celle provocatrice des sunnites et j’ai dit Banco ! Qu’est-ce qu’on veut: une conspiration judéo américaine, des partis de la coalition qui savent et se tenaient prêts, les Kurdes qui avaient ouvert un œil et fermé l’autre, le courant Sadr provocateur, les bandes criminelles qui avaient touché leur dû…et communs des mortels sont les derniers à le savoir…
Le plus curieux est que mon ami de la Cité Sadr , m’a envoyé un SMS à 14 heures 45 pour me dire : les attaques d’aujourd’hui ont été organisées par les forces Badr avec la participation du Hezbollah ! C’est lui qui assume la responsabilité de ces informations et je garde le message dans mes archives.
Par Ragheb Karim

Traduit de l’arabe par : Ahmed Manai.tunisitri.net/




Vendredi 23 Février 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires