Economie et pouvoir financier

LA BCE DOIT CESSER DE RUINER L AFRIQUE


Dans la même rubrique:
< >

POUR L'ECONOMISTE RENE DUCRET LA BCE DOIT CESSER DE RUINER L'AFRIQUE PAR SON DUMPING MONETAIRE.


PHOTO RENE DUCRET
Mardi 29 Août 2017

LA BCE DOIT CESSER DE RUINER L AFRIQUE
La BCE doit cesser de faire du dumping monétaire pour s'engager dans ce que l'on a appelé «  la guerre monnaies ». Il y a en effet d'autres façons de répondre à la Mondialisation & Globalisation de l'Economie et au Libre Echange. Ceci est tout à l'opposé d'être la bonne.

Elle doit également cesser de faire du dumping sur les taux d'intérêts (Ceci étant à nouveau partie intégrante de ladite guerre monétaire) . Une saine harmonie monétaire et financière mondiale impliquant que les grandes monnaies aient des taux d'intérêt communs.

Qui plus est les différentiels de taux permettent les spéculations. Ce dont a été victime l'Euro en l'an 2000 . Il avait fallu une intervention mondiale concertée pour casser cette spéculation, car la spéculation est un mécanisme infernal sans fin et irrationnel, qui ne cesse pas de lui-même.

Cette double erreur de la BCE se vérifie : D'une part les périodes d'expansion économique ont toujours été des périodes de taux élevés. Celles de récession et de déflation des périodes de taux bas

L'Euro ne peut se permettre d'être moins rémunérateur que le Dollar, monnaie international de référence et d'échanges. Il doit avoir un différentiel plus élevé, pour demeurer attractif et casser toute spéculation éventuelle. Les taux de l'Euro et de la Livre, comme du Dollar Canadien devraient être à parité.

De surcroît les lois économiques connaissent, comme celles juridiques, des effets pervers au delà d'un certain seuil. C'est le cas pour les taux historiquement bas que nous avons actuellement qui sont donc négatifs pour les épargnants, une aberration économique sans précédent.

D'autre part il est totalement illusoire et utopique de penser que faire artificiellement baisser une monnaie est la seule réponse à apporter à la concurrence qu'impose la Mondialisaton et le Libre échange. C'est une erreur.

Pour preuve, la surévaluation historique du Franc Suisse, valeur refuge traditionnelle, qui avait réussi même un temps à dépasser la valeur de l'Euro (il fût un temps où il était à parité avec le Franc Français, et il n'y a pas longtemps encore il valait 1, 80 francs français) a apporté une belle croissance totalement inattendue.

Cela s'explique : Cette surévaluation excessive n'impacte nullement les exportations : Car le Pays paye bien moins cher toutes ses importations, dont celles concourrant à la fabrication du produit.
Cette opération d'import suivie d'export, desdits produits, est donc neutre, quelque que soit la valeur de la monnaie ainsi surévaluée. Il n'y a que sur la valeur ajoutée , sur le produit, que la monnaie locale rentre en jeu. Mais cette valeur est très souvent faible ou marginale, et ne subit aucune fluctuation interne. Et les clients sont prêts à payer une technologie ou une qualité qu'ils ne peuvent trouver ailleurs, preuve en étant que le produit continue à être fabriqué en Suisse.

Avoir une monnaie surévaluée présente de nombreux avantages pour les pays d'Europe, souvent en déficit commercial : Leur importations sont ainsi bien moins chères. Tout comme leurs vacances à l'étranger et leur remboursement d'emprunts, ces pays étant assez endettés. La solidité d'une monnaie attire la confiance des investisseurs, la création d'usines, donc d'emplois, et génère de la crédibilité envers l'Etat.

Mais cette erreur de la BCE a des conséquences bien plus dramatiques pour les Pays d'Afrique qu'elle ruise totalement : Tous ceux de la Zone Franc (donc des parités fixes par rapport maintenant à l' euro).
En effet ces pays, qui ne sont pas industrialisés (car on les a toujours seulement cantonnés au rôle de simple réserve de matières premières bon marché) importent énormément. Ce dumping surenchérit considérablement leurs importations. Les prix étant toujours en dollars. Or, si en 2008 avec 1 euro on pouvait acheter 1, 61 dollars, il y a quelques moi on pouvait en acheter à peine plus d'un. Et seulement 0,85 en l'an 2 000. Des importations ruineuses donc, mais aussi exportations et un pouvoir d'achat très bas, reléguant les pays d'afrique dans le classement des pays mondiaux les plus pauvres par habitant. Une ruine enfin pour ces Pays très endettés qui doivent rembourser en dollars. Ce sont eux les plus exposés qui font les frais de ce dumping monétaire de la BCE.. La situation dans laquelle cela les plonge crée des abus de puissance économique dont ils sont victimes, contraints de brader des matières premières et des concessions dans des conditions inacceptables et léonines. Cela les place à nouveau dans une situation de colonisation, économique cette fois. Quant aux instruments spéculatifs à terme, comme le célèbre LME de Londres, ils achèvent de fausser et déstabiliser ces Marchés, les plaçant à nouveau en situation de dépendance et d'instabilité économiques

Je compte solliciter un siège d'observateur auprès de la BCE pour représenter ces Pays de la zone franc et faire entendre leur voix et leur intérêt.


Mardi 29 Août 2017


Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires