Palestine occupée

L’offensive d’Israël à Gaza n’en est qu’à sa première phase, prévient Olmert



Mardi 30 Décembre 2008

L’offensive d’Israël à Gaza n’en est qu’à sa première phase, prévient Olmert
L’offensive en cours d’Israël dans la bande de Gaza contre le Hamas est "la première phase parmi plusieurs" déjà approuvées par le cabinet de sécurité, a affirmé mardi le Premier ministre Ehud Olmert.
Les opérations aériennes et maritimes lancées par l’armée israélienne constituent "la première phase parmi plusieurs autres déjà approuvées par le cabinet de sécurité", a déclaré M. Olmert lors d’une réunion avec le président Shimon Peres.
Par la suite, le ministre des Infrastructures Binyamin Ben Eliezer a ajouté qu’ Israël n’était "pas intéressé à ce stade par un cessez-le-feu avec le Hamas dans la bande de Gaza".
"Il n’y a aucune raison pour que nous acceptions un cessez-le-feu", a déclaré à l’AFP le ministre qui est membre du cabinet de sécurité.
"S’il y a un cessez-le-feu, cela permettra au Hamas de reprendre des forces, de retrouver ses esprits, et de préparer une attaque plus dure contre Israël", a-t-il estimé.
A New York, lundi, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a qualifié l’escalade de la violence d’"inacceptable". "Israël et le Hamas doivent cesser leurs actes de violence et un cessez-le-feu doit être déclaré immédiatement", a-t-il souligné.
Les attaques aériennes visant à mettre au pas le Hamas ont fait au moins 360 morts depuis samedi, alors que les forces terrestres israéliennes se tenaient prêtes mardi pour intervenir à Gaza.

La marine israélienne intercepte un bateau humanitaire

Un navire de la marine israélienne a intercepté un petit bateau transportant de l’aide humanitaire destinée aux habitants de la bande de Gaza, annonce un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.
Le bateau, parti de Chypre lundi, transportait trois tonnes et demie de fournitures médicales et comptait 16 personnes à son bord dont des Européens et des Américains, militants du Mouvement pour Gaza libre.
Refusant de répondre aux appels qui lui étaient lancés à la radio, il a été intercepté par un bâtiment de la marine israélienne à environ 70 milles au large des côtes de Gaza, a précisé le porte-parole.
Les occupants du bateau ont affirmé que des coups de feu ont été tirés par les Israéliens, information démentie par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
Intercepté et endommagé sur le flanc gauche de sa coque, le bateau a ensuite été reconduit sous escorte vers les eaux territoriales chypriotes.
Il tente maintenant de rejoindre le port de Saïda au Liban, a précisé une photographe de l’agence de presse chypriote qui se trouve à bord.

Gaza : au moins 360 morts, Israël prêt pour une opération terrestre

Les forces terrestres israéliennes se tenaient prêtes mardi pour intervenir à Gaza, où les attaques aériennes visant à mettre au pas le Hamas ont fait au moins 360 morts depuis samedi.
"Les forces terrestres sont prêtes à agir. Tout le monde est en place sur le terrain", a déclaré la porte-parole de l’armée, Avital Leibovitz.
"L’option existe. Elle peut être appliquée, mais pour l’instant nous ne frappons que par les airs et par la mer", a-t-elle précisé.
Depuis le début de l’offensive samedi, Israël a frappé la bande de Gaza essentiellement par les airs et épisodiquement par la mer, tout en agitant la menace d’opérations terrestres.
Les raids aériens se sont poursuivis dans la nuit et mardi matin.
Deux soeurs, âgées de 4 et 11 ans, ont été tuées dans le dernier raid en date, mardi matin, qui a visé une charrette tirée par un âne à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, selon des sources médicales.
Dans le secteur de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, un Palestinien a été tué et deux autres blessés dans un raid aérien contre une position de la police du Hamas, selon les mêmes sources.
Au moins 360 Palestiniens, en majorité des membres du Hamas, ont été tués et quelque 1.700 autres blessés dans les attaques israéliennes depuis samedi, selon le chef des services d’urgence à Gaza Mouawiya Hassanein.
Il a affirmé que des dizaines de civils figuraient parmi les morts, dont 39 enfants et 13 femmes.
Dimanche soir, cinq soeurs d’une même famille ont été tuées lorsque une mosquée s’est effondrée sur leur maison à la suite d’un raid israélien.
En dépit des attaques israéliennes massives, le Hamas a continué de tirer des roquettes en direction d’Israël.
Ces tirs ont fait quatre morts en Israël, trois civils et un soldat, depuis samedi. Selon l’armée, plus de 200 roquettes et obus de mortier ont été tirés.
Les dirigeants israéliens affirment que l’opération "plomb durci", d’une violence inédite depuis l’occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967, vise à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays de la bande de Gaza, contrôlée depuis juin 2007 par le Hamas.
Le vice-Premier ministre Haïm Ramon, numéro deux du gouvernement, est toutefois allé plus loin lundi en affirmant que le but de l’opération était "de faire tomber le régime" du Hamas.
Dans ce contexte, le vice-ministre israélien de la Défense Matan Vilnaï a affirmé mardi qu’Israël était prêt à se battre pendant "des semaines".
"Nous sommes prêts à un conflit prolongé et à des semaines de combat", a déclaré M. Vilnaï à la radio.
"Le Hamas dispose encore de centaines de roquettes, mais il faiblit de jour en jour, et nous voulons apporter un changement fondamental à la situation sécuritaire dans le sud d’Israël", a-t-il dit.
"Le Hamas doit comprendre qu’il doit cesser ses tirs (...). Nous voulons que ces tirs stoppent totalement pour des années et nous allons poursuivre cette guerre jusqu’au bout", a ajouté le ministre des Infrastructures Binyamin Ben Eliezer.
Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a pour sa part affirmé que les opération en cours étaient "la première phase parmi plusieurs autres déjà approuvées par le cabinet de sécurité".
Par ailleurs, une vedette de la marine israélienne a heurté un bateau transportant des militants propalestiniens qui tentaient mardi matin de briser le blocus imposé à la bande de Gaza.
Le Free Gaza Movement, qui affrète le bateau, a assuré que les dégâts subis par le "Dignity" ne l’empêchaient pas de naviguer. Il a été contraint de rebroussé en direction du Liban.
Israël, qui a mobilisé 6.500 réservistes, a déployé lundi des renforts d’infanterie et de blindés à la lisière de la bande de Gaza, selon des photographes de l’AFP.
L’armée israélienne a aussi décrété le secteur frontalier du territoire palestinien "zone militaire fermée", une mesure qui pourrait préluder à une attaque terrestre imminente.
Marquant clairement son soutien, la Maison Blanche a affirmé comprendre qu’Israël "doive agir pour se défendre", et estimé que l’Etat hébreu ne voulait pas reprendre le contrôle de Gaza.
La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a discuté avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et des dirigeants du monde pour tenter de restaurer un cessez-le feu entre Israël et le Hamas, selon le Département d’Etat.

Gaza : deux fillettes tuées dans un raid aérien israélien

Deux soeurs, âgées de 4 et 11 ans, ont été tuées mardi dans un raid aérien israélien dans la bande de Gaza, ont indiqué des sources médicales palestiniennes.
Lama et Haya Hamdan ont péri dans l’attaque qui a visé une charrette tirée par un âne à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, ont précisé ces sources.
Dans le secteur de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, un Palestinien a été tué et deux autres blessés dans un raid aérien contre une position de la police du Hamas, selon les mêmes sources.
Au moins 360 Palestiniens, en majorité des membres du Hamas mais aussi plus de 50 civils, ont été tués depuis samedi dans l’offensive aérienne israélienne contre le mouvement islamiste à Gaza.
Dimanche soir, cinq soeurs d’une même famille ont été tuées lorsque une mosquée s’est effondrée sur leur maison à la suite d’un raid israélien.

Gaza : Israël prêt à des semaines de combats pour écraser le Hamas

Israël a averti le mouvement islamiste Hamas qu’il était prêt pour des combats de plusieurs semaines, au quatrième jour de son offensive à Gaza qui a fait au moins 360 tués Palestiniens et quatre morts côté israélien.
"Nous sommes prêts à un conflit prolongé et à des semaines de combat", a déclaré le vice-ministre israélien de la Défense Matan Vilnaï à la radio publique.
"Le Hamas dispose encore de centaines de roquettes, mais il faiblit de jour en jour, et nous voulons apporter un changement fondamental à la situation sécuritaire dans le sud d’Israël", a-t-il dit.
Les raids aériens israéliens sur la bande de Gaza, qui se sont poursuivis dans la nuit de lundi à mardi, ont fait depuis samedi au moins 360 morts Palestiniens, alors que se profile la perspective d’attaques terrestres.
Au moins 10 Palestiniens ont été tués et une quarantaine blessés lors des derniers raids, a indiqué à l’AFP le directeur des urgences pour le territoire, Moawiya Abou Hassanein.
Le Dr Hassanein a estimé à au moins 360 tués et 1.690 blessés le bilan des attaques aériennes israéliennes depuis le lancement samedi de l’opération "plomb durci". La majorité des morts appartiennent au mouvement islamiste Hamas.
Des dizaines de raids israéliens, au moins une quarantaine, ont visé des bâtiments, notamment des installations de ministères ou des services de sécurité, a-t-on appris de sources du Hamas et de témoins.
Parmi les cibles de cette nouvelle nuit d’attaques, pour la plupart concentrées dans la ville de Gaza, figurent le siège du Premier ministre, les ministères de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances, l’Université islamique déjà frappée la veille, et un club lié au Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, selon des responsables du Hamas et des témoins.
Ces attaques n’ont pas empêché de nouveaux tirs de roquettes depuis le territoire palestinien. Dernière victime en date, un soldat israélien a été tué lundi soir par un tir de mortier contre sa base près de la bande de Gaza.
Cinq Israéliens au total ont été tués par des tirs palestiniens depuis le début de l’opération lancée samedi par l’Etat hébreu contre le Hamas dans la bande de Gaza.
"Notre offensive a pour objectif d’améliorer la situation sécuritaire à long terme de la région bordant la bande de Gaza", a indiqué à l’AFP le capitaine Benjamin Rutland, porte-parole de l’armée israélienne.
Il a ajouté que les opérations en cours visent aussi à "renforcer les capacités dissuasives de l’armée".
Après une série de raids nocturnes, dont certains menés par des bâtiments de guerre au large de Gaza, l’aviation israélienne avait lancé de nouvelles frappes lundi, détruisant notamment le bureau du Premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh.
Douze Palestiniens ont été tués et 30 blessés dans deux raids aériens israéliens menés en début de soirée à Beit Lahya et Beit Hanoun, deux localités dans le nord du territoire.
"Si les tirs criminels contre Israël et ses citoyens ne cessent pas totalement, Israël aura recours à tous les moyens et tous les types d’actions légaux dont il dispose pour faire en sorte que l’ennemi mette un terme à ses agressions illégales", a affirmé dans un communiqué le ministre de la Défense Ehud Barak.
Plus tôt, M. Barak avait estimé au Parlement que les Israéliens étaient "engagés dans une guerre sans merci contre le Hamas et ses alliés".
Le vice-Premier ministre Haïm Ramon, N.2 du gouvernement, a affirmé que "le but de l’opération est de faire tomber le régime" du mouvement islamiste, alors que le chef d’état-major adjoint israélien, le général Dan Harel, assurait qu’"après l’opération, il ne restera plus aucun bâtiment du Hamas debout à Gaza".
Jusque-là, les dirigeants israéliens affirmaient que l’opération "plomb durci", d’une violence inédite depuis l’occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967, visait à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays depuis la bande de Gaza, contrôlée depuis juin 2007 par le Hamas.
Laissant planer la menace d’une offensive terrestre, Israël, qui a mobilisé 6.500 réservistes, a déployé lundi des renforts d’infanterie et de blindés à la lisière de la bande de Gaza, selon des photographes de l’AFP.
L’armée israélienne a aussi décrété le secteur frontalier du territoire palestinien "zone militaire fermée", une mesure qui pourrait préluder à une attaque terrestre imminente. Marquant clairement son soutien, la Maison Blanche a affirmé comprendre qu’Israël "doive agir pour se défendre", estimant que l’Etat hébreu ne voulait pas reprendre le contrôle de la bande de Gaza.
La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a discuté avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et des dirigeants du monde pour tenter de restaurer un cessez-le feu entre Israël et le Hamas, selon le département d’Etat.
Christopher Gunness, porte-parole de l’UNRWA, l’agence de l’ONU d’aide aux réfugiés palestiniens, a fait état de 57 morts civils dont 21 enfants et au moins sept femmes selon des sources hospitalières.
Des blessés palestiniens ont pu emprunter lundi le terminal de Rafah, rouvert par l’Egypte afin de permettre également le passage de l’aide alimentaire et médicale vers la bande de Gaza, selon un journaliste de l’AFP.
Le Hamas a rejeté la proposition du président palestinien Mahmoud Abbas qui entendait "procéder à des consultations avec tous les partis palestiniens, y compris le Hamas", sur l’opération israélienne.
Dans le sud d’Israël, des roquettes tirées lundi depuis la bande de Gaza ont fait quatre morts et 14 blessés. Samedi, une Israélienne avait déjà été tuée par un tir de roquette. Selon l’armée, plus de 200 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël depuis samedi.
A Londres, sept personnes ont été arrêtées lundi lors de heurts avec la police devant l’ambassade israélienne, au cours du deuxième jours de manifestation contre les raids israéliens.

Israël prêt "à des semaines de combat" contre le Hamas

Israël est prêt à se battre pendant des semaines contre le Hamas, a affirmé mardi le vice-ministre israélien de la Défense, au quatrième jour de l’offensive israélienne dans la bande de Gaza.
"Nous sommes prêts à un conflit prolongé et à des semaines de combat", a déclaré Matan Vilnaï à la radio publique israélienne.
"Le Hamas dispose encore de centaines de roquettes, mais il faiblit de jour en jour, et nous voulons apporter un changement fondamental à la situation sécuritaire dans le sud d’Israël", a-t-il dit.
Interrogé sur la radio de l’armée israélienne, le ministre des Infrastructures, Binyamin Ben Eliezer, a de son côté affirmé : "Nous voulons qu’une nouvelle réalité soit créée dans le sud d’Israël et que ses habitants puissent accompagner leurs enfants à l’école et se rendre au travail sans craindre des tirs de roquettes".
"Le Hamas doit comprendre qu’il doit cesser ses tirs (...). Nous voulons que ces tirs stoppent totalement pour des années et nous allons poursuivre cette guerre jusqu’au bout", a ajouté M. Ben Eliezer.
Il a cependant tenu à préciser que "ceux qui pensent que le Hamas peut être liquidé se trompent".
Quatre Israéliens ont été tués par des tirs de roquettes depuis le déclenchement samedi d’une offensive aérienne d’Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.
Selon le dernier bilan fourni par les urgences dans la bande de Gaza, les attaques israéliennes ont fait depuis samedi au moins 360 morts et 1.690 blessés.

Israël : un soldat tué par un tir de mortier

Un soldat figure parmi les quatre Israéliens tués par des tirs de roquettes ou de mortiers palestiniens depuis le début de l’offensive israélienne contre le Hamas dans la bande de Gaza, a-t-on indiqué mardi de source militaire israélienne.
L’armée israélienne a annoncé mardi matin que l’un des tués dans un tir de mortier lundi soir contre le kibboutz de Nahal Oz, dans le sud du pays, était un militaire.
"Un soldat israélien a été tué hier (lundi) dans un tir d’obus de mortier qui a touché sa base près de la bande de Gaza", a indiqué le porte-parole militaire israélien.
Une Israélienne atteinte par un tir de roquette palestinienne lundi soir à Ashdod (sud) a succombé à ses blessures, avait-on appris auparavant de source hospitalière.
Cette victime est la soeur du ministre de l’Intérieur Meir Shetreet, ont indiqué les médias israéliens.
Quatre autres Israéliens ont été blessés par ce tir sur Ashdod, ville située à une trentaine de kilomètres au nord du territoire palestinien.
En tout, quatre (bien quatre) Israéliens ont été tués par des tirs palestiniens depuis le début de l’opération lancée samedi par l’Etat hébreu contre le Hamas dans la bande de Gaza.

L’offensive à Gaza pourrait profiter à Tzipi Livni

L’offensive de l’armée israélienne sur la bande de Gaza pourrait profiter à la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, en vue des élections législatives du 10 février qui l’opposeront au favori des sondages, Benjamin Netanyahu.
Livni, au même titre que le ministre de la Défense Ehud Barak, a fait un pari sur sa carrière politique en lançant une attaque d’envergure contre le Hamas dans le territoire palestinien, estiment des analystes.
De l’issue de cette offensive - et du nombre de victimes civiles et militaires israéliennes - dépendra en grande partie la capacité de Livni à devancer Netanyahu lors des élections.
"Si (Livni et Barak) n’avaient pas agi, ils auraient été finis sur le plan politique", affirme Shmuel Sandler de l’université Bar-Ilan, près de Tel Aviv.
Pour l’heure, la population israélienne réagit favorablement à l’offensive qui vise à faire cesser les tirs de roquettes des activistes palestiniens sur le sud d’Israël. Plus de 80% la soutiennent, selon un sondage de la télévision.
Livni, 50 ans, qui a succédé au Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert à la tête du parti Kadima (centre), semble d’ailleurs déjà tirer profit de l’offensive.
La plupart des sondages continuent de donner Netanyahu en tête mais l’avance de l’ancien Premier ministre et chef de file du Likoud (droite) s’est réduite ces derniers jours.
Une étude publiée dimanche soir par la télévision Channel 10, au lendemain du lancement de l’offensive israélienne, ne lui donne plus que deux sièges d’avance à la Knesset.
Ce sondage crédite également Ehud Barak, 66 ans, chef des forces armées et premier ministrable du Parti travailliste (centre-gauche), d’une hausse de quatre points.
Les observateurs estiment toutefois que l’impact de l’offensive sur le scrutin, quoique non négligeable, ne sera pas décisive, l’élection n’ayant lieu que dans une quarantaine de jours.
"Nous savons que l’effet immédiat se traduit par une progression de la cote de popularité de Livni et Barak. Nous ne savons pas combien de temps cela va durer", estime Mark Heller, politologue à l’université de Tel Aviv.
Pour Shmuel Sandler, "Livni pourrait mordre sur l’électorat de Netanyahou mais il est trop tôt pour dire si elle va le battre".
De nombreux experts pensent que la décision du gouvernement de déclencher l’offensive a été motivée par la pression de la population, exaspérée par les tirs de roquettes, plutôt que par des visées électoralistes.
"Je ne pense pas au final que des considérations électoralistes soient entrées en ligne de compte. Israël ne pouvait plus subir le feu nourri des roquettes et devait agir", commente Michael Oren, analyste à l’Institut Shalem, un groupe d’experts de Jérusalem.
Quelles qu’en soient les motivations, le timing de l’offensive - entre les vacances de Noël, la transition politique aux Etats-Unis et la crise économique - ne pouvait être meilleur pour Israël, selon Sandler.
"Le Hamas n’a pas compris qu’il était tombé dans un piège, entre le fait que Washington ne ’fonctionne’ pas à Noël et que tous les yeux soient braqués sur la crise économique mondiale", dit-il.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon appelle Israël et le Hamas au cessez-le-feu

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé lundi Israël et le Hamas au cessez-le-feu immédiat, leur enjoignant de prendre toutes les mesures pour épargner les civils.
M. Ban a exhorté les dirigeants du monde, en particulier les ministres de la Ligue Arabe qui se réuniront en urgence mercredi au Caire, à "agir de façon rapide et résolue pour faire cesser" les violences. Car jusqu’à présent, a-t-il déploré au cours d’une conférence de presse au siège des Nations unies à New York, "les partenaires régionaux et internationaux n’en ont pas fait assez".
Le secrétaire général de l’ONU a de nouveau condamné lundi "l’usage excessif de la force par Israël". Il a invité l’Etat hébreu et le Mouvement de la résistance islamique à "cesser leurs actes de violence et prendre toutes les mesures pour éviter les victimes civiles".
"Un cessez-le-feu doit être proclamé immédiatement. Ils (Israël et le Hamas) doivent aussi réfréner leur escalade rhétorique d’escalade. Le dialogue pourra alors seulement commencer", a-t-il dit. D’après le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas, 364 Palestiniens ont été tués depuis le début des bombardements israéliens dans la bande de Gaza et plus de 1.400 personnes ont été blessées. Selon l’ONU, 62 femmes et enfants figurent parmi les victimes décédées. Dans le sud d’Israël, quatre Israéliens ont été tués depuis samedi par des tirs de roquettes du Hamas.

Gaza : réunion mardi à Paris des ministres des Affaires étrangères de l’UE

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se réuniront mardi à Paris en urgence pour se concerter sur les efforts de règlement du conflit entre Israël et le Hamas, a annoncé lundi le ministère français des Affaires étrangères.
"Les ministres évoqueront la contribution de l’Union européenne au règlement de la crise actuelle, en liaison avec les efforts de la communauté internationale, notamment ceux du Secrétaire Général des Nations unies", a précisé le quai d’Orsay dans un communiqué.
La réunion se tiendra à 18H30 au siège du ministère et sera suivie d’un dîner de travail. Elle réunira également le haut représentant de l’Union pour la politique extérieure Javier Solana et la Commission européenne.
La France exerce jusqu’à jeudi la présidence tournante de l’UE. Elle passera ensuite le relais à la République tchèque.
Paris a fait savoir lundi que l’Union était prête à accroître son aide humanitaire aux populations de Gaza. "La France et l’Union européenne qui sont déjà les principaux soutiens humanitaire et économique des populations de Gaza sont prêts à amplifier leur aide pour répondre à l’urgence", a indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal.
Mais la France a réaffirmé que la priorité doit être un retour à la trêve entre Israël et le Hamas. Une trêve de six mois, arrivée à échéance le 19 décembre, n’a pas été reconduite par le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.
"Notre priorité immédiate est l’arrêt des violences et le retour à la trêve. C’est la demande exprimée par la présidence du Conseil de l’Union européenne dès la fin de la trêve et par le Conseil de sécurité des Nations unies samedi soir", a précisé le porte-parole.
Le président Nicolas Sarkozy s’est, de son côté, entretenu au téléphone avec son homologue égyptien Hosni Moubarak pour discuter des "modalités envisageables d’une sortie de crise" à Gaza, a annoncé la présidence.
Israël a attaqué lundi des cibles du mouvement islamiste pour la troisième journée consécutive dans la bande de Gaza où ses raids ont fait 345 morts dont 57 civils, alors que se profile la perspective d’attaques terrestres. Cette opération israélienne, déclenchée samedi, est une riposte à des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza sur des localités israéliennes.
"Si les tirs criminels contre Israël et ses citoyens ne cessent pas totalement, Israël aura recours à tous les moyens et tous les types d’actions légaux dont il dispose pour faire en sorte que l’ennemi mette un terme à ses agressions illégales", a affirmé le ministre israélien de la Défense Ehud Barak.
Deux civils ont été tués en Israël par des tirs venus de Gaza depuis le début des raids israéliens.

(Mardi 30 décembre 2008 - 12h30 - Avec les agences de presse)

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=5250 http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=5250



Mardi 30 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 30/12/2008 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ehud Hitler le Führer de sion et ses nazis, des lâches pourritures !!!!

2.Posté par Daniel Milan le 30/12/2008 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

REVEILLONS LES CONSCIENCES

LIEN ET VIDEO A ENREGISTRER ET A DIFFUSER

3.Posté par isaLoL le 30/12/2008 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour redk.

Le nombre de 400 morts va être atteint, en 4 jours !!!
Sarko fait quoi ?!?
Ou sont les sanctions international contre Israel ?!?

4.Posté par Daniel Milan le 30/12/2008 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BONJOUR A TOUS,

SARKO COMME OBANA SOUTIENNENT LES CRIMINELS

5.Posté par redk le 30/12/2008 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour isa,Daniel,

Frédéric Bourdin tu en a !!!! oui comme tu dis, si un autre pays aurais fait ces atrocités sur eux , la une intervention militaire et tout le berzing serais mis en place, mais non le "peuple élu" a tout les droits même génocidé qui ils veulent !!!

6.Posté par Z.Abdelaziz le 30/12/2008 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est grand temps que tous les pays du monde, et non seulement les pays arabes et musulmans, interrompent leurs relations avec cette ignoble entité de sionistes et lui imposer l'arrêt immédiat de ce génocide de Gaza qui prélude "la solution finale" , comme dit leur chef de file..
Si la société internationale est à ce point faible, complice et incapable de mettre ces meurtriers de sionistes en place, alors au diable la terre et tout ce qu'elle renferme de morale ou de justice !

7.Posté par tigen-91 le 30/12/2008 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pendant le conflit avec la georgie ce connard de sarko a directement réagi et s'est déplacé en russie en quelques heures ou jour je sait plus breff en tres peu de temps mais la on l'entend moin sa grande gueule Sale hypocrite

8.Posté par SORAVARDI le 30/12/2008 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour a tous

"La fin d'israel pourrait coincider avec la fin des dictatures arabes.Comprendra qui voudra".


9.Posté par ferdoil le 30/12/2008 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut qu'israel devienne une pierre pesante pour toutes les nation,c'est ce qui est ecrit dans la parole de dieu est c'est ce qui commence a arriver personne n'y peut rien c'est comme ca,il y a des choses bien plus grave encore qui doivent arriver car ce que dieu dit cela arrivent inevitablement...

10.Posté par kerozen le 30/12/2008 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

...

11.Posté par dootjeblauw le 30/12/2008 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On entend plus cet excité de Kouchner demander le "droit d'ingérence" cette fois-ci. Normal c'est un juif slave. Et les pays arabes limitrophes, combien ont-ils recu pour ne pas réagir?

12.Posté par stopgenocide le 31/12/2008 03:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lres français ne peuvent rien dire car sous le chantage des sionistes qui leur resortent comme d'habitude le spectre de la Shoah, mais personne dans ce monde n'a les couilles pour faire stopper le génocide des Israëliens, depuis des années et des années qu'ils se foutent de la gueule des palestiniens !!

13.Posté par liberezlapalestine le 31/12/2008 03:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jeudi la criminelle de guerre va venir souiller le sol français, il faudrait manifester devant l'élysée pour stopper ce charnier !

14.Posté par dootjeblauw le 31/12/2008 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE PEUPLE JUIF N'EXISTE PAS !

L'historien Shlomo Sand explique que la terre promise est une légende et l' invention du peuple juif de leur l'exil, un mythe chrétien du XIIIe siecle. Voir la video!

http://www.dailymotion.com/video/k5xDrZTtzohlEnTxrB

15.Posté par Claude le 31/12/2008 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Palestiniens du Fatah et du Hamas sont des pleutres qui se cachent dans les maisons des civils (complices) pour bombarder Israël, se déplacent dans les ambulances et envoient leurs enfants jeter des pierres sur les soldats de Tsahal : voilà leur courage ! Personne ne proteste chez les arabes quand le Hamas bombardent Israël.

16.Posté par Claude le 31/12/2008 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le budget de la Palestine est du principalement à l'Europe et les USA. Les faux-frères arabes des monarchies pétrolières ne donnent quasiment rien et ne se précipitent pas pour accueillir les Palestiniens chez eux car ils n'en veulent pas ! Par ailleurs, historiquement la Palestine est une terre juive et il y a un pays la Jordanie qui est la vraie terre des Palestiniens arabes et musulmans.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires