Sciences et croyances

L'oeil de la Terre


Nous recevrons bientôt de nouvelles informations sur l'Univers si nécessaires à l'homme. La réparation à distance du système de navigation du célèbre télescope orbital Hubble de la NASA s'est achevée avec succès. A présent, les sept astronautes de la navette spatiale Atlantis, dont le lancement aura lieu en février prochain, devront passer 11 jours dans cet observatoire en vue d'effectuer d'autres réparations : remplacer les équipements défectueux. Cela demandera cinq sorties dans l'espace.


Jeudi 13 Novembre 2008

L'oeil de la Terre
Par Andreï Kisliakov, RIA Novosti


Le télescope Hubble d'une masse de 11,6 tonnes a été mis en orbite en 1990 par le vaisseau Space Shuttle. Il aide les astronomes à mieux scruter l'Univers, à observer de nombreux objets spatiaux, en surpassant par ses possibilités tous les appareils terrestres analogues créés à ce jour.

Les particularités de la conception permettent de retirer le télescope de son orbite et de le placer dans le compartiment d'un vaisseau orbital. Les astronautes-ingénieurs peuvent sortir dans l'espace pour réparer ou remplacer les équipements. Si de grandes réparations sont nécessaires, le télescope reviendra sur la Terre dans le compartiment du vaisseau Space Shuttle pour être ensuite remis sur orbite.

Depuis qu'il est en service, Hubble a déjà été réparé trois fois. En 1997, les astronautes effectuèrent un remplacement massif d'équipements et installèrent de nouvelles couches d'isolant. En 1999, ils installèrent six nouveaux gyroscopes et un nouvel ordinateur avec un processeur 20 fois plus rapide que le dispositif précédent d'enregistrement numérique sur la bande magnétique. En 2002, ils installèrent de nouveaux panneaux solaires et une caméra d'observation perfectionnée.

A noter que le prochain lancement de la navette pour la quatrième réparation de ce télescope influe sérieusement sur le programme Space Shuttle dans son ensemble. En effet, selon les plans de la NASA, les navettes spatiales termineront leur mission vers 2010. En attendant, elles devront effectuer plusieurs vols en vue de remplir les engagements internationaux dans le cadre de l'achèvement du déploiement de l'ISS (Station spatiale internationale). Malgré cela, la NASA prévoit d'envoyer une navette pour réparer son télescope. Il ne fait pas de doute que, si un vol supplémentaire est nécessaire, on lui trouvera une place dans le calendrier très chargé.

Le fait est que le télescope spatial n'est pas un satellite ordinaire, bien que très grand. L'information qui parvient de cet observatoire est exceptionnelle, elle permet de simuler sur Terre les processus qui se produisent dans l'espace lointain. Par conséquent, les scientifiques reçoivent la possibilité de prévoir les phénomènes physiques lointains qui peuvent produire une influence fondamentale sur le destin de notre planète.

Depuis son lancement, le télescope a effectué 100.000 révolutions autour de la Terre et franchi 3,84 milliards de km. Hubble a effectué 800000 observations et fourni environ 500000 photos de plus de 25000 différents objets. La NASA a déjà reçu de l'observatoire spatial un volume de données équivalent au quart des informations conservées à la bibliothèque du Congrès américain.

Malheureusement, la Russie ne peut pas encore se vanter d'avoir mis en oeuvre un programme à long terme aussi fructueux de télescopes spatiaux. Cependant, premièrement, des perspectives existent, deuxièmement, dès 1998, l'Institut d'études spatiales de l'Académie des sciences de Russie, conjointement avec l'agence spatiale française, ont élaboré et mis en oeuvre le programme à court terme Granat, dans le cadre duquel a été effectué le lancement d'un télescope Roentgen pour étudier les objets spatiaux lointains.

Le programme national Radiostron prévoit d'étudier quatre trous et les étoiles à neutrons dans notre galaxie à l'aide de l'observatoire spatial Spectre-R conçu par NPO Lavotchkine et le centre astronomique de l'Institut de physique de l'Académie des sciences de Russie.

L'existence active de ce satellite d'une masse de 3,6 tonnes durera au moins cinq ans. Une particularité de ce programme réside dans le fonctionnement simultané aussi bien de l'appareil orbital que d'un réseau de radiotélescopes terrestres. Cela permettra d'effectuer des observations synchrones d'une source de signaux radio par des télescopes terrestres et un télescope spatial sur une fréquence d'une même gamme.

Le lancement du télescope Spectre-R par la fusée porteuse Zenit-2 est prévu pour la fin de 2009.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Jeudi 13 Novembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires