Palestine occupée

L'occupation prépare un grand projet danger pour judaïser les lieux saints à Al-Qods



Lundi 17 Mars 2008

L'occupation prépare un grand projet danger pour judaïser les lieux saints à Al-Qods
Le front islamique chrétien pour la défense de la ville d'Al-Qods et des lieux saints a averti que les autorités de l'occupation israélienne préparent un grand projet qui vise à judaïser les lieux saints islamiques et chrétiens dans la ville occupée d'Al-Qods.

Le secrétaire général du front, Dr. Hassan Khater, a souligné que l'occupation a mis les derniers détails du plan de judaïser le premier carré important dans la ville occupée d'Al-Qods et qui comporte la vieille ville et la région située entre le mur d'Al-Bouraq vers la porte d'Al-Sahera ainsi que la montagne d'Al-Zaitoun et 'Al-Thawri vers Eïn Salwan.

Ce carré comporte également la sainte mosquée d'Al-Aqsa et ses allentours dans la région d'Al-Sawana, Al-Ghouthmania, Al-Tour, la porte d'Al-Asbat et le cimetière islamique ainsi que la porte des Maghrébins et les terres des Wakfs.

Dr. Hassan Khater a déclaré que les autorités de l'occupation israélienne tentent déplacer l'identité culturelle, religieuse et la civilisation de la sainte ville d'Al-Qods à travers l'annonce de ce projet où elles ciblent le cœur de la ville et à transformer la sainte mosquée d'Al-Aqsa, l'église de la Résurrection et les autres lieux religieux à petites endroits sur une carte falsifiée.
Il a ajouté que les autorités sionistes ont mis les plans sous le nom "le visage d'Al-Qods" en disant que le front islamique chrétien avertit que ce projet est très dangereux et qu'il travaille pour exprimer ce plan dangereux à tous les leaders et peuples de la nation pour montrer au monde que l'occupation israélienne parle autour la paix aux réunions et conférences seulement, alors qu'elle poursuit la colonisation et la judaïsation sur terre.

Dr. Nasrine Murad
Dr. Nasrine Murad

Sur le chemin de la judaïsation de la Palestine


En 1917, le nombre de Juifs en Palestine ne dépassait les 10% du total de la population. C'était cette année-là que le gouvernement britannique publia la déclaration de Balfour, promettant aux Juifs la constitution d'un Etat national en Palestine.

Malgré toutes les objections palestiniennes, arabes, islamiques et internationales, l'opération dite « Mettre un peuple sans terre sur une terre sans peuple » allait désormais bon train, et une forte immigration juive a débuté.

En 1947, une décision internationale divisant la Palestine en deux parties en a donné aux Juifs une grande partie, au détriment des Arabes. Le refus de ces derniers fit éclater une guerre, l'année suivante. Elle finit par la construction de l'Entité sioniste sur environ 80% des territoires palestiniens.

Avec un fort appui occidental, "Israël" commit, en 1967, une vaste agression et mit la main sur le reste de la Palestine. Et après la guerre de 1973, les Etats-Unis intervinrent avec force pour que l'Egypte signe le traité de Camp David. Ils éviteraient ainsi à "Israël" toute menace venant du plus grand front. Elle se concentre désormais à construire plus de colonies et à freiner davantage toute volonté palestinienne d'épanouissement.

Et pour assurer le front avec le Liban, "Israël" mena, en 1982, une guerre sans merci avec ce petit pays pour en finir avec la résistance palestinienne. En 1991, sous l'égide effective des Etats-Unis et formelle de l'Union Soviétique, la conférence de Madrid mit effectivement fin à la résistance contre l'occupation israélienne.

Désormais, les dirigeants arabes vivent un rêve de voir leurs pays prospérer comme Hong Kong ou le Japon, s'ils marchent avec les politiques américano-israéliennes, sinon, ce serait l'affrontement direct avec les Etats-Unis.

Ces pressions conduisirent à l'accord d'Oslo, en 1994. Les Palestiniens et les Arabes en général firent beaucoup de concessions pour montrer leur bonne volonté, sans contrepartie. Ils reconnurent "Israël". Non seulement gratuitement, mais il firent en plus une grande donation financière ! On leur avait fait croire que la paix avec "Israël" fut une stratégie intouchable.

Le coup de grâce au processus de paix suivant Oslo fut donné par Sharon. De façon humiliante, il visita, en septembre 2000, le sanctuaire sacré d'Al-Quds. Cette visite provoqua l'Intifada d'Al-Aqsa.

Les attaques du onze septembre 2001 à New York fait de la cause palestinienne le centre de l'attaque menée de la part de l'occident contre les Arabes et les Musulmans. Et toutes les tentatives pour reprendre le processus de paix n'étaient que des manoeuvres pour gagner du temps. La mort du président Arafat en 2004 n'arrangea pas les choses.

"Israël" pourrait signer un accord tout en ne respectant rien, ou du moins tout en mettant des bâtons dans les roues de son application. Les exemples en son nombreux. Actuellement, au moment où elle entame des négociations avec des Palestiniens, ses tracteurs besognent à démolir des lieux saints islamiques pour édifier son prétendu « Temple ».

En 2007, et quatre-vingt-dix ans après Balfour, la conférence d'Annapolis ne s'organise que pour pousser les Arabes et les Musulmans à reconnaître l'Entité sioniste comme un Etat juif. Une manière d’anéantir le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Ainsi, les territoires consacrés à un Etat palestinien, derrière les murs, contiendraient pas moins de centaines de milliers de réfugiés. Et ainsi seraient les deux Etats voulus par le président Bush.

"Israël" aura la terre, la sécurité, la paix, l'arme à satiété. L'autorité palestinienne n'aurait cependant que quelques milliards de dollars destinés à taper sur la tête de tous les opposants. Ils sont surtout destinés à déraciner la résistance palestinienne.

Au moment où les Palestiniens s'entretuent, "Israël" continue à judaïser la Palestine, toute la Palestine.

Disons enfin, si la conférence d'Annapolis avait voulu réaliser une paix, il aurait fallu commencer par éliminer tous ces barrages déchirant les territoires palestiniens occupés. Ces points militaires ont l'air de tribunaux d'inquisition juifs qui courent à toute vitesse pour éradiquer un nombre maximum de Palestiniens.

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Lundi 17 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par Mess le 19/03/2008 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La situation au Proche-Orient paraît simple pour tout le monde : les Palestiniens veulent une patrie et les Musulmans veulent le contrôle de
sites qu'ils considèrent comme étant sacrés. Simple, non ?
Et bien, en tant que journaliste Arabe Américain qui s'est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de
commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd'hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas
son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu'ils considèrent sacrés.

Surpris ?
Alors comment expliquer qu'avant la guerre des Six Jours en 1967, il n'y eu aucun mouvement sérieux de revendication d'indépendance palestinienne ?
'Avant 1967 ?' me direz-vous, 'les Israéliens n'occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem'
C'est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n'est pas des mains
des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu'Israël conquît la Judée, la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens ? Est-ce qu'une seule résolution de l'ONU a vu le jour à ce sujet ? Non et non. Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu'Israël ait gagné cette guerre ?

La vérité est que la Palestine est un Mythe !
Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l'an 135 de l'ère
actuelle par l'empereur Romain Hadrien, qui, non content d'avoir éradiqué
la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans !), non content d'avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d'avoir interdit l'accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu'il fallait
annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le
débaptisant au profit d'un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d'ajouter l'insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en 'Alea Capitolina', mais cela ne rencontra pas le même succès.
La Palestine en tant qu'entité autonome n'a jamais existé au cours de
l'Histoire. Jamais ! Le pays fut dominé successivement par les Romains,
par les croisés Chrétiens, par les Musulmans (qui n'ont d'ailleurs jamais
faitde Jérusalem une capitale pendant qu'ils occupaient le pays), par les
Ottomans et, brièvement, par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour, les Britanniques s'étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple Juif afin qu'ils y établissent un Etat souverain.
Il n'existe pas de langue proprement Palestinienne. Ni même de culture spécifiquement Palestinienne. Il n'y a jamais eu de Palestine dirigée par des Palestiniens. Ces derniers sont des Arabes, et sont indissociables des Jordaniens (la Jordanie étant elle aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les Britanniques). Mettez-vous bien en tête que le monde Arabe contrôle 99.9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que O,1% de la superficie régionale !
Mais cela est déjà trop pour les Arabes. Ils veulent tout. Et c'est précisément là que se situe le nœud du conflit qui les oppose à Israël.
Avidité. Fierté. Jalousie. Convoitise. Toutes les concessions que pourrait faire Israël n'y suffiront pas.


Qu'en est-il des lieux saints de l'Islam ?

Il n'y en a tout simplement aucun à Jérusalem. Cela vous choque ? Vous pouvez l'être. Je suis persuadé que vous n'entendrez jamais cette vérité brutale de la part d'aucun média international. C'est politiquement incorrect.
Je sais que vous me direz : ' la Mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher à
Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l'Islam', après la Mecqueet Médine.
Et bien, sachez que c'est faux ! En réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais (inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah !). Il n'existe aucune preuve historique que le prophète Mohamed se soit rendu à Jérusalem.
Alors comment Jérusalem est-il devenu le troisième lieu saint de l'Islam ?
Les Musulmans, aujourd'hui, se réfèrent à un vague passage du Coran, la 17ème Sourate, intitulée 'le Voyage Nocturne'(1). Il y ait fait état d'un rêve de Mohammed qui fut transporté de nuit 'du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l'enceinte'. Au septième siècle, des Musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant la Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l'Islam et Jérusalem - connexion faite de rêve, d'imagination,
d'interprétations et de mythe. Parallèlement, le peuple Juif voit son enracinement à Jérusalem remonter jusqu'à l'époque du patriarche Abraham.

La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du
Temple, là où se trouvent les fondations du Temple construit par Salomon.
C'est le site le plus saint du judaïsme. Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d'insultes. Je sais à quoi cela
ressemble. J'y étais. Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les Juifs lorsqu'ils sont menacés, lapidés et tenus éloignés du lieu le plus saint
du judaïsme ?
Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient ? Franchement, je ne pense pas qu'un homme aujourd'hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable. Mais s'il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la Vérité. La poursuite des mensonges n'apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de 5,000 ans pour les Juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en les confrontant à de fausses revendications, ne pourra que donner une mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs.

Note
(1) Les musulmans s'appuient sur le Coran pour revendiquer Jérusalem., pourtant Jérusalem n'y est pas mentionnée une seule fois. La 17ème sourate contient une allusion floue à une « Mosquée la plus éloignée ». « Loué soit celui qui a conduit pendant la nuit son serviteur de la mosquée inviolable à la mosquée la plus éloignée ».
Mais existe-t-il une base solide qui prouverait qu'il est ici parlé de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem
La réponse est : Non.

Au temps de Mahomet, qui mourut en 632 après Jésus Christ, Jérusalem était une ville chrétienne du royaume byzantin. Elle ne fut conquise que six ans plus tard par le calife Omar.
Durant cette période, il n'y avait que des églises dans la ville et sur le Mont du Temple se trouvait l'église byzantine de Sainte Marie. Vers l'an
711, soit 80 ans après la mort de Mahomet, l'église fut transformée en mosquée et appelée al-Aqsa afin de donner corps à l'incompréhensible
sourate 17 du Coran. Mahomet ne pouvait donc pas penser à cette mosquée quand il écrivit le Coran, puisqu'elle n'exista que trois générations après sa mort.
D'ailleurs Mahomet n'éprouvait pas de sympathie particulière pour Jérusalem.
Il permit à ces fidèles de prier tournés vers Jérusalem pendant quelques mois, pensant ainsi convaincre les juifs de se tourner vers l'islam. La tentative ayant échoué, il prononça le 12 février 624 ,l'interdiction de prier en direction de Jérusalem.
Cette ville ne fut jamais pour les musulmans un lieu saint.

Francis NADIZI, islamologue

2.Posté par Morgoth le 19/03/2008 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous.

Suite à cet article mensonger de propagande sioniste, voici quelques points à prendre en considération pour tout futur islamologue. Ainsi je me contenterai de démontrer toutes les affirmations de cet hypocrite menteur qu'est l'auteur de cet article.

Le peuple palestinien est un mythe, en fait il s'agit de philistins, trouvez l'erreur!
Pour preuve, la langue palestinienne n'existe pas, finalement ils parlent arabe, ainsi aux dires de monsieur on peut affirmer que les marocains, algériens, syriens, irakiens ou encore les égyptiens n'existent pas.

Jérusalem n'est pas un lieu saint de l'Islam. L'auteur nous donne pour preuve quelques versets du Coran dont il ne retient que ce qui l'intéresse. Ainsi la sourat 17 - Al-Isra - Dieu, Exalté soit-il, dit : "Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Muhammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C'est Lui, vraiment, qui est l'Audient, le Clairvoyant."
Quels sont donc les lieu bénis sur terre?
Faut il aussi rappeler que lors du voyage, terrestre puis vers les cieux, du prophète, Paix et Bénédiction sur lui, la prière fut ordonnée pour les musulmans vers la mosquée Al-Aqsa (Jérusalem). Cela provoqua même quelques incompréhensions de la part des musulmans, que se voyaient prier vers le saint des saint juif. Personne ne contesta alors l'emplacement de la mosquée Al-Aqsa, même pas les juifs.

L'auteur dit : "Mahomet ne pouvait donc pas penser à cette mosquée quand il écrivit le Coran, puisqu'elle n'exista que trois générations après sa mort."
En plus, d'avoir précisé plus bas que les musulmans ont priez vers la mosquée Al-Aqsa (Jérusalem) pendant un temps, l'islamologue proclamé nous fait savoir que le messager de Dieu, Paix et Bénédictions sur lui, qui était un illettré a en fait écrit le Coran!

Il dit aussi : "D'ailleurs Mahomet n'éprouvait pas de sympathie particulière pour Jérusalem"
Ceci est un mensonge, Dans un autre Hadith concernant l'importance de la prière dans ces trois Mosquées, le Prophète, Paix et Bénédictions sur lui, dit : « Une prière dans la Mosquée Al-Harâm (à la Mecque) équivaut à 100 000 prières, une prière dans ma Mosquée (à Médine) équivaut à 1000 prières et une prière dans la Mosquée Al-Aqsâ équivaut à 500 prières ». (Al-Bazzar et At-Tabarânî).

Il dit aussi : "Il permit à ces fidèles de prier tournés vers Jérusalem pendant quelques mois, pensant ainsi convaincre les juifs de se tourner vers l'islam. La tentative ayant échoué, il prononça le 12 février 624 ,l'interdiction de prier en direction de Jérusalem."
L'auteur interprète les fait à sa manière sans aucune preuve ni base historique, des faits qui étaient traités en long, en large et en travers dans le monde musulman.

Ainsi, après analyse sommaire de ce post, l'incompétence et l'inconsistance de l'auteur est très claire et ne fait aucun doute. Islamologue dit-il?

A bon entendeur.

3.Posté par Becks le 19/03/2008 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A premier vu Mess en lisant ton texte on sent que ce que tu avance sur la ville de "Jerusalem" à l'air fondé d'un point de vu historique et religieux. Maintenant ta dis une phrase qui à faussé toute ta théorie sur ce sujet :"Mahomet ne pouvait donc pas penser à cette mosquée quand il écrivit le Coran", sache pour ta gouverne que dans l'islam le prophete Mohamed (saws) n'as jamais au grand jamais écrit le Coran. Se sont des paroles divine que seul Dieu à transmis à l'ange gabriel qui lui même l'es a transmiss à notre prophete (saws), seul Dieu savait se qui allait se passé dans les prochains sielcles il Est Omniscient et Connaisseur de tout. A bonne entendeur salut...

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires