Croyances et société

L'islam et le Coran : Deux phénomènes, une confusion !


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 10 Septembre 2017 - 09:40 L'Imamat (Réfutations)


Personne, n'aura à l'esprit en parlant du christianisme ou du judaïsme de se référer à la Bible ou à l'Ancien testament. Contrairement à l'islam dont les adeptes sont considérés comme une masse homogène d'un magma uniforme essentialisé ainsi à outrance en remontant facilement à ses origines, son histoire, son prophète et surtout son Coran. C'est toujours en effet ce dernier qui se trouve régulièrement convoqué pour expliquer tout et son contraire. Or, disons-le, le Coran n'est pas l'islam. Et inversement l'islam n'est pas le Coran. Et bien que les deux phénomènes soient, certes, convergents et cohérents, il n’empêche cependant qu'ils sont radicalement différents l'un de l'autre.


Cide
Jeudi 29 Juin 2017

Quand on évoque une religion, il est de bon ton de se référer uniquement à ses expressions visibles et admises de tous. Car, après tout, une religion comme son nom l'indique, représente d'abord ce lien solide et vivace qui lie ses adeptes par une pratique commune, dans un lieu précis et en un moment fixe. Ainsi, même pour le novice en la matière, le christianisme est la messe du dimanche, noël et les fêtes chrétiennes. Et le judaïsme, le sabbat, la circoncision et la synagogue. Personne, de bonne foi du moins, n'aura en effet à l'esprit en parlant de ces deux religions de se référer à la Bible ou à l'Ancien testament. Ni à comparer le christianisme, ou le judaïsme, d'un endroit avec un autre. Or cette approche saine s’évapore subitement quand il s'agit d'une troisième religion. L'islam.

Cette religion dont les adeptes sont considérés comme une masse homogène d'un magma uniforme se trouve de ce fait essentialisée à outrance et réduite au premier malfaisant se réclamant d'elle.

Et pour ainsi dire se donner bonne conscience on remonte facilement à ses origines, son histoire, ses peuples, son prophète et surtout son Coran. C'est toujours d'ailleurs ce dernier qui se trouve régulièrement convoqué pour expliquer tout et son contraire. Et tout le monde se permet de s'en référer avec autorité et aisance. Or, disons-le, le Coran n'est pas l'islam. Et inversement l'islam n'est pas le Coran. Et bien que les deux phénomènes soient, certes, convergents et cohérents, il n’empêche cependant qu'ils sont radicalement différents l'un de l'autre.

Dans la mesure que l'islam est tout simplement un ensemble des pratiques fixes bien codées sur lesquelles les deux milliards des musulmans de par le monde sont unanimes. A savoir les professions de foi, les prières, jeûne du mois de ramadan, l’aumône religieuse et le pèlerinage à la Mecque. Voilà en effet ce qu'est l'islam. Le Coran lui est tout autre chose. C'est un océan de savoir, des valeurs, d'ordres et des récits qui ne sont pas accessibles à tous.

Surtout pas au musulman ordinaire qu'il lui est interdit de le commenter ou l'expliquer. Cet océan varie pour cause de l’évident que tout un chacun peut comprendre comme « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les serviteurs en votre possession, car Allah n'aime pas, en vérité, le présomptueux, l'arrogant »[1] au beaucoup moins évident si ce n'est pas assez mystérieux et dont l'explication peut varier du plus simple au plus complexe, selon l’exégète et surtout selon son époque et qui s’éclaircit le temps avançant au point d'englober, par exemple, les dernières découvertes scientifiques, quatorze siècles plus tard, liées notamment au réchauffement climatique et aux fontes de la banquise comme « Au contraire Nous avons accordé une jouissance [temporaire] à ceux-là comme à leurs ancêtres jusqu'à un âge avancé. Ne voient-ils pas que Nous venons à la terre que Nous réduisons de tous côtés? Seront-ils alors les vainqueurs?» [2] ou « Ne voient-ils pas que Nous frappons la terre et que Nous la réduisons de tous côtés? C'est Allah qui juge et personne ne peut s'opposer à Son jugement, et Il est prompt à régler les comptes »[3] pour aboutir enfin au sens méconnu que personne ne s'aventure, du moins jusqu'à nos jours, à expliquer comme les nombreuses introductions de sourate commençant par ces très énigmatiques lettres de l'alphabet arabe « Alif, Lâm, Mim. »[4] et « Kâf, Hâ', Yâ', 'Aîn, Sâd » [5].

En fait la différence entre ce que l'on appelle l'islam et le Coran est que le premier est connu et bien défini, explicable en quelques instants à tout un chacun tandis que le second est en réalité un océan mouvementé et périlleux exigeant beaucoup de savoir et de piété pour s'y aventurer.


(A suivre)

[1] Sourate Les femmes, verset 36.
[2] Sourate Les prophètes, verset 44.
[3] Sourate Le tonnerre, verset 41.
[4]Sourate La vache Verset 1
[5] Sourate Marie verset 1


Jeudi 29 Juin 2017


Commentaires

1.Posté par Karim le 30/06/2017 00:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les dons du Coran sont continus et ne s'épuisent jamais. Il est toujours en avance sur l'humanité et à chaque époque il réserve les dons qui lui conviennent.Le Coran, c'est le miracle qu'Allah a donné à Mohamed, paix et salut sur Lui, un miracle éternel, alors que les Prophètes qui l'ont précédé, paix et salut sur eux tous, ont eu droit à des miracles temporels.Les merveilles du Coran ne s'épuisent jamais. C'est le seul livre qu'on peut lire chaque jour, sans se lasser.
" 82. Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants.
Cependant, cela ne fait qu'accroître la perdition des injustes." Coran:Le Voyage Nocturne

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires