ALTER INFO

L'intrusionite aiguë, la maladie chronique occidentale


Dans la même rubrique:
< >


Timothy Bancroft Hinchey
Samedi 1 Décembre 2007

L'intrusionite aiguë, la maladie chronique occidentale


La Pravda, Par Timothy Bancroft Hinchey, le 28 novembre 2007


​​​​Dans l'équation de l'histoire des civilisations, l'intrusion dans les affaires des Nations et des États souverains par les puissances occidentales est une constante. Les récentes déclarations du Président des États-Unis d'Amérique et de la Commission Européenne, sur la situation démocratique et la liberté d'expression en Russie, montrent une fois de plus la morgue avec laquelle certains éléments occidentaux se comportent dans leurs relations avec Moscou.


​​​​George Bush et José Barroso préfèrent, au raisonnement et à l'intelligence, faire des petites phrases du genre « profondément préoccupé » et « particulièrement troublé. » Ils déversent ce genre de stupidités, en faisant allusion à l'absence de « liberté d'expression, » chaque fois qu'une manifestation illégale est dispersée en Russie... mais les deux oublient la poutre plantée dans leur œil.


​​​​Pour commencer, on pourrait rappeler à Jose Barroso qu'il faisait partie d'un gouvernement (PSD) au Portugal, il n'y a pas de si nombreuses années que ça, durant une période au cours de laquelle se déroulaient des scènes de violence policière contre des manifestants (le 25 avril et au pont de Marinha Grande, pour donner juste deux exemples). Nous lui rappelons que la Russie n'a pas avancé un seul mot pour ce qui est de l'absence de liberté d'expression ou de démonstration au Portugal, même lorsque la police anti-émeute a violemment tabassé des hommes, des femmes et des vieillards.


​​​​S'agissant du « profondément préoccupé » George Bush, que percevait et ressent le monde à propos de l'existence, encore au 21ème siècle, de camps de concentration à Abu Ghraib et à Guantanamo ; des actes de torture profondément alarmants perpétrés par les forces armées étasuniennes, dont George Bush est le commandant en chef ; des viols de femmes irakiennes profondément sinistres par la soldatesque étasunienne.


​​​​Profondément préoccupant est le choix de cibler les structures civiles avec l'armement militaire (crimes de guerre) ; profondément préoccupant est l'attribution de contrats milliardaires sans appel d'offres public de la part de Washington ; profondément préoccupant est l'état de la société irakienne aujourd'hui. Profondément préoccupant sont les actes de meurtre de masse et de violence gratuite et volontaire, l'héritage du régime Bush.


​​​​La majorité des membres de la communauté internationale sont profondément préoccupés par les attaques de civils par les forces armées étasuniennes en Iraq et en Afghanistan. Une profonde angoisse est aussi provoquée par le fait que ces deux dirigeants parlent d'une manière aussi évaporée que s'ils étaient deux femmes de boulangers chez le coiffeur, ou deux apprentis coiffeurs à la boulangerie. Il est gravement tracassant que ces deux-là, qui ont donné leur soutien à l'un des plus colossales erreurs de l'histoire des relations internationales, l'Irak, tiennent l'attitude qu'ils affichent. La seule différence est que l'un est soit trop stupide soit trop arrogant pour admettre ses erreurs, et que l'autre est assez roublard pour tenter de faire allusion au fait qu'il ne maîtrisait pas tous les faits à l'époque de la prise de décisions, quand il a rejoint à Bush, Blair et Aznar dans l'Axe du Mal.


​​​​Comme dans n'importe quel pays du monde, des lois existent en Russie. Il y a des règles claires pour organiser des manifestations, et celles qui sont dûment enregistrées se déroulent à travers le pays chaque semaine, comme n'importe où ailleurs. Comme dans n'importe quel pays du monde, en Russie, il existe des clowns, et l'un de ces clowns est Garry Kasparov, un Azéris juif d'Azerbaïdjan ayant sa résidence à New York, qui pense de manière mégalomane avoir quelque importance pour la Russie.


​​​​Son « Autre Russie » n'est rien de plus qu'une horde de ratés en marge de la société russe, et dans les prochaines élections, elle devrait obtenir entre zéro et cinq pour cent des voix, dans un vote libre et équitable, alors que Russie Unie (une formation politique proche du Président Poutine), devraient recevoir entre 60 et 75% d'approbation. Le fait que des loustics comme Bush et Barroso soutiennent un zigoto comme Kasparov, et son troupeau d'anciens bolcheviks et de fascistes, soulève en premier lieu des questions quant à leurs choix politiques et leur perspicacité, et pose d'autre part la question de leur aptitude à occuper leur Présidence respective.


​​​​Ce week-end, le peuple russe dira très clairement avec qui il est. Il sera intéressant d'entendre les jérémiades des Bush et Barroso, regrettant profondément que les élections n'étaient pas libres et équitables, comme d'habitude, comme si quelqu'un en Russie prêtait quelque attention à leurs déclarations. Permettez leur d'être très préoccupés par leur propre pays, car ils ont plus qu'il n'en faut de problèmes à résoudre.



Original : http://english.pravda.ru/opinion/columnists/28-11-2007/101911-intrusionwesternillness-0
Traduit au mieux dans l'esprit par Pétrus Lombard pour Alter Info



NDT : Timothy Bancroft Hinchey ne semble pas savoir que Bush n'a jamais été élu démocratiquement. C'est dommage, ça aurait été beaucoup plus rigolo.




Samedi 1 Décembre 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires