Palestine occupée

L'ingérence américaine dans la formation du nouveau gouvernement libanais



Vendredi 6 Juin 2008

Les sources médiatiques libanaises ont fait état de l'ingérence de Washington dans la formation du nouveau cabinet. La chaîne Al-Manar a annoncé que le sous-secrétaire américain à la Défense Eric Edelman et le commandant de l'armée des Etats-Unis David Petraeus ont demandé à Fouad Siniora de choisir Elias Al-Mor au poste de ministre de la Défense. En réaction à cette ingérence ouverte Hossein Al-Haj, député du Hezbollah a déclaré que selon l'accord de Doha, on devrait empêcher toute ingérence étrangère et notamment américaine dans les affaires libanaises. Cette affaire montre que les Etats-Unis cherchent toujours leurs intérêts même au sein du gouvernement libanais. Le sous secrétaire d'Etat américain David Welsh a prétendu après la signature de l'accord de Doha qu'il ne pourra pas régler la crise et à présent les Américains cherchent à priver le Liban d'un gouvernement indépendant. Sans nul doute un grand pas a été franchi à Doha, et les Libanais en mettant de côté leurs divergences, ont réussi à mettre fin à la vacance du pouvoir dans leur pays par l'élection d'un président. Puis la reconduction de Fouad Siniora dans son poste pour former le nouveau cabinet a laissé présagé un avenir clair pour sortir de la crise. Mais, jusqu'à présent, aucun accord n'a été conclu sur la composition du cabinet. A Doha la majorité et l'opposition se sont mises d'accord sur le fait que la majorité détienne 16 portefeuilles ministériels, l'opposition 11, alors que le Président de la République nommera 3 ministres. Le Premier ministre Siniora prétend que les consultations se poursuivent dans une ambiance amicale, pourtant vue les ingérences explicites de Washington, la prolongation de la formation du cabinet a créé une nouvelle fois des inquiétudes. A présent les divergences éclatent parmi les chrétiens au sein du courant du 14 mars et certaines personnalités de ce groupe négligent même les intérêts de leur pays, sous l'influence des Etats-Unis. Les acquis de la réunion de Doha sont en danger, et selon le chef de la diplomatie libanaise Fawzi Salloukh, les rencontres consécutifs des émissaires politiques et militaires américains avec les personnalités libanaises font état de la poursuite des complots de Washington qui cherche toujours à violer la souveraineté libanaise

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Vendredi 6 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par mouemina le 07/06/2008 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’accord de Doha est un coup des très dur pour l’administration de Bush et le régime sioniste ;
Dès lors, ils œuvreront avec acharnement pour déstabiliser cet accord et mettre ce pays dans un état chaotique définitif. Cela permettra au régime sioniste de continuer son génocide en Palestine sous l’œil international et arabe occupés par la situation libanaise.

2.Posté par isa le 07/06/2008 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
T'inquiète les Libanais comme les Iraniens et syriens comprennent a quoi joue Bush-Olmert. Aucun d'eux se laissera faire, en tout cas plus comme avant.
Et Bush qui va offrir a l'état Libanais des voitures policiers, dis toi que les Libanais doivent bien rire, ils sont pas dupe, Bush essaye de les soudoyer afin de se rallier le gouvernement dans un futur proche, d'une guerre en Iran etc.. Sachant maintenant que le hezbollah a un droit de veto..
Le manège US est tellement évident que ca en devient pathétique.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires