FRANCE

L'infamie française : le Barzoï à l’Académie.


Dans la même rubrique:
< >

Alain Finkielkraut exécute pour la France la sale besogne que ses « âmes bien installées » ont décidé froidement sans pour autant se salir les mains. La reléguant par mépris à ce « tirailleur philosophe polonais » considéré d'extraction dignitaire moindre. Dès lors sa réception à l’Académie française est en guise d'infamie un os à chien jeté à un vieux Barzoï dans une chasse à courre aristocratique alors que ses canines sont encore rouges de sang du gibier couru, à savoir l'Arabe et le Musulman.


Cide
Samedi 23 Janvier 2016

Pourtant, on avait bien deviné que nous sommes dans un petit siècle français. Que nous vivons le début d'un déclin, hélas, irrémédiable. Que Sarkozy était une profanation de l’Élysée. Que Manuel Valls l'est pour Matignon, la Gauche et même pour les valeurs républicaines. Seulement on espérait que cela s'estompe.

Que ce processus s'inverse. Après tout l'espoir fait vivre. Voire survivre. Or la profanation de l’Académie française est venue au point nommé pour abattre toutes nos fragiles espérances.

Tant elle est en effet le signe irréfutable que, pas seulement ce déclin est irréversible, mais qu'il est surtout décidé, décrété et entretenu. Comment expliquer autrement l'intronisation en académicien d'un esprit malade, obscur et haineux que celui d'Alain Finkielkraut ?

Au nom de quoi, au juste, est-il reçu dans cette auguste assemblée ? L'est-il au nom de ses travaux philosophiques connus et reconnus de par le monde ? Ou l'est-il en revanche au nom de sa contribution inestimable à la marche des hommes voire à la Civilisation humaine ?

Puis, en parlant des hommes, lesquels précisément ? Les Noirs, les Arabes, les Musulmans ? Et quelle civilisation pour un homme qui, dans ses élucubrations racialistes, en compte autant que d'étoiles les nuits d’Été ?

Comment souiller ce haut lieu du savoir humain, honoré jadis par des sommités tels Chateaubriand, Lamartine, Hugo, Vigny, Musset, Poincaré ou Pasteur en y accueillant aujourd’hui ces vils et grossiers tenants du racisme de comptoir? De Choc des civilisations ? Ou, plus vulgaire encore, des races ? Puis quel habit de lumières siéra-t-il à un être aussi obscur que Finkielkraut ?

La vérité est que sa réception à l’Académie française n'est pas seulement une souillure de tout ce qui fut grand et noble en France mais elle est surtout une rétribution faite à une profanation permanente du jadis glorieux temple français de la Philosophie et des Humanités.

Un os bien garni et démérité jeté de haut, en somme, à un vieux Barzoï dans une chasse à courre aristocratique alors que ses canines sont encore rouges de sang du gibier couru, à savoir l'Arabe et le Musulman.

En fait, personne ne doute désormais que Finkielkraut ne fait qu'exécuter pour la France la sale besogne que, par divers calculs, ses « âmes bien installées » ont décidé froidement sans pour autant, noblesse oblige, se salir les mains. La reléguant par mépris à d'autres considérés d'extractions dignitaires moindres.

Qui de mieux alors que ce migrant d'Europe centrale, peu catholique pour un sou, dans ce moins alléchant rôle du « tirailleur philosophe polonais », psychologiquement fragile sur le bord? Surtout que, de ces tirailleurs-là, la France produit de nos jours en abondance. Signe inquiétant qu'elle a, une fois encore, une infamie en gestation.
Quoiqu'il en soit la situation en France est aujourd’hui plus que critique. Confrontée à une économie défaillante, la Société française est en lambeau compartimentée en plusieurs catégories selon la race, l'origine et la religion. Un triste retour aux ages antérieurs dans lesquels le peuple se scinde en chasseurs et chassés et entre les deux s'active une meute de chiens de chasse décidés à en tirer profit et faire saigner tout le monde. Et c'est justement ce projet de Société que la France semble entériner dans sa grande majorité par le biais de l’Académie française.


Samedi 23 Janvier 2016


Commentaires

1.Posté par Jacques Abel le 24/01/2016 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, mais, en même temps Cide, vous semblez rivaliser avec votre phénomène polono-philo-tirailleur, car pour vous le sujet de la race reste encore incompris, puisque vous n'hésitez pas à nous décrire le gibier de vos chasseurs comme étant de la race des musulmans ou des arabes. Ce qu'il vous faudra comprendre, c'est que c'est le travail en amont de leurs prédécesseurs qui crée cette ambigüité dans votre conception et perception de la réalité, qui est toute simple en vérité.

Un cheval arabe, je sais ce que c'est comme race, une architecture musulmane, ça me parle. Mais, de grâce, évitez d'affecter aux gens ce qui qualifie, les choses. Votre propos n'en sera que plus clair.

Je salue toutefois cette prise de conscience, tardive, quant à cette vérité qui fait qu'à l'Académie se côtoie le pire qui soit en matière d'intelligence et volonté pour la France. D'ailleurs, si vous avez l'ignorance de croire que le catholicisme français serait un rempart pour les ennemis des Français, c'est que vous n'avez pas bien regardé et étudié ce qui se trame quai Conti.

Qu'un énergumène de la sorte, cette denrée avariée fielcrotteuse soit reçu à cet endroit, qu'importe aux Français, tous ces endroits que sont ces Palais où croupit l'ennemi qui s'engraisse ne sont que des reichstags qui n'ont pas encore subi le sort qu'ils méritent, le moment venu, conserver ou pas les symboles pour de futurs occupants devrait être une question vite résolue.

Ne soyez pas offusqué de constater aujourd'hui ce qui hier déjà était si évident, qu'il suffisait pour s'en détourner, de faire figurer sous les yeux un pitoyable moricaud, de qui l'on disait qu'il avait fait ce que diable lui-même aurait réfléchi à deux fois avant d'agir.

C'est ainsi que c'est construit le racisme dans notre pays, ceux qui n'avait vu de moricaud de leur vie du fin fond de leur campagne, les avaient en horreur, et les mêmes n'auraient pas eu la moindre peine à se faire témoins du martyr juif si on le leur demandait.

Entre ce qui est inné et acquis, savons-nous bien faire la différence?

Quand on parle de la France, il n'y a qu'une seule référence qui s'impose, ces grands noms qui sont hissés au-dessus de l'ensemble, n'y aurait-il rien à redire là-dessus qui puisse faire évoluer le débat, car avec toujours le même postulat de départ il me semble qu'il y a peu de chance que l'on voit d'autres conclusions que celles toujours récurrentes s'imposer.

Le vrai problème de notre pays est plus à chercher dans la claustration citoyenne, nous ne sommes pas divisés en réalité, il n'y a tout simplement aucun vrai meneur loyal à nos intérêts qui ait pris la tête de notre état de lassitude manifeste, voilà tout.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires