Proche et Moyen-Orient

L'impératif israélo-américain: masquer l'échec!


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?


Le sous-Secrétaire d'Etat américain, au Liban


Alter Info
Dimanche 6 Août 2006

Apparament, il y a du "rififi" au pays de George W. Bush. Alors que le soutien à la poursuite de l'offensive sioniste contre le Liban y faisait l'unanimité, il y a, encore, quelques jours, la ligne officielle semble se fissurer, pour cause de divergences internes. Vendredi, tard, dans la soirée, le numéro deux de la diplomatie américaine, David Welsh, est arrivé, en catimini, au Liban, pour discuter "vraisemblablement" des modalités d'une trêve. Face au refus de Beyrouth d'accueillir Condoleeza Rice, celle qui, indifférente à l'hétacombe des civils, a osé qualifier la guerre d'une nouvelle "chance" pour "l'Amérique" et pour le "nouveau Moyen-Orient", il fallait que quelqu'un fasse office de médiateur. Mais s'agit-il d'une vraie médiation? Plus de trois semaines d'appui logistique et diplomatique infaillible de Washington à la folie meurtrière d'Israël nous permettent d'en douter. En effet, ce revirement peut tout signifier, sauf un soudain retour à la raison des dirigeants américains, si soudés, par ailleurs, autour de la nécessité de mettre au pas le Hezbollah. Plus réaliste serait de voir, dans cette "timide ouverture", le début d'une opération de sauvetage, non en direction du peuple sans défense libanais, jeté, si cruellement, en pâture aux généraux criminels de l'armée sioniste, mais en direction de cette même armée, dont le mythe d'invincibilité est en passe de s'effondrer. La résistance héroïque du Hezbollah a ébranlé les bases d'une conception surévaluée de la puissante armée du régime sioniste. L'onde de choc du "séisme", perçu, d'ailleurs, comme tel, par l'opinion musulmane, a, déjà, gagné les Etats Unis et Israël, où politiques et militaires se crêpent le chignon, sur une issue peu humiliante de la crise. Mais ce séisme sera-t-il assez puissant, pour briser, une bonne fois pour toutes, ce "défaitisme arabe", qui fait d'Israël l'ennemi imbattable, aux caprices de qui on ne peut que se soumettre?

IRIB


Lundi 7 Août 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires