Mardi 30 Septembre 2014
17:50
   
 
Sciences et croyances

L’hormonothérapie substitutive repose sur une fraude médicale



David Gutierrez
Vendredi 30 Avril 2010

L’hormonothérapie substitutive repose sur une fraude médicale

Natural News, David Gutierrez, 29 avril 2010


      Décachetés dans le cadre d'une action en justice contre le géant pharmaceutique Pfizer, des documents révèlent comment des compagnies pharmaceutiques ont eu recours à la tromperie et la peur pour inciter les femmes à accepter les dangereuses panacées du traitement hormonal substitutif (THS).


      « Ces informations révélées devant la justice nous aident à comprendre comment l’"effet protecteur" sur le cœur des œstrogènes a pu se répandre comme une traînée de poudre dans la communauté médicale, » a déclaré Jerome L. Avorn de la Harvard Medical School.


      La compagnie Pfizer, qui a acheté Wyeth en octobre 2009, est poursuivie par plus de 13.000 personnes qui disent avoir développé un cancer et d’autres complications de santé après la prise des remèdes du THS. Les plaignantes affirment que la compagnie Wyeth a tout le temps été au courant de ces risques, et les a même minimisé tout en exagérant les avantages du traitement.


      La saga commença en 1966 avec le livre « Féminine pour toujours, » dans lequel un gynécologue masculin soutenait que la ménopause devait être considérée comme une maladie dégénérative et non pas comme un stade naturel de la vie. Au lieu de devenir « flasques, » « enclines à s’émousser, » et « asexuées » dans « l'horreur de cette vie en délabrement, » écrit Robert A. Wilson, les femmes devraient être traitées avec des hormones.


      Les médicaments du THS devinrent populaires, jusqu'à ce que la FDA ait conclu en 1975 qu'ils peuvent être à l’origine du cancer de l'utérus. Au milieu des années 90, présentés comme nouveaux et plus sûrs, ils furent réintroduits. Les documents du tribunal montrent qu’à ce moment, Wyeth entama une campagne qui promouvait ces spécialités pour des effets qui n'avaient jamais été démontrés, tels que la prévention des cardiopathies et de la maladie d'Alzheimer. La compagnie usa de tactiques telles que le recours à des nègres pour écrire des articles dans des revues, la rémunération de médecins pour qu’ils fassent fonction de représentants, et le parrainage de la formation continue des médecins.


      « Mon médecin a dit que, si vous ne remplacez pas les œstrogènes que vous perdez à la ménopause, le risque de certaines maladies liées au vieillissement peut grandir, » racontait le mannequin Lauren Hutton dans un message publicitaire de Wyeth. Un chroniqueur déclarait ensuite aux téléspectateurs que les chercheurs avaient enquêté sur le lien entre la ménopause et les maladies cardiovasculaires, la perte de mémoire et de la vue.


      Les remèdes du THS furent approuvés uniquement pour traiter les symptômes de la ménopause, tels que les bouffées de chaleur et les sautes d'humeur. Par la suite, des études les relièrent à un risque accru de cancer du sein, de maladies cardiaques et de démence.



Les sources de cet article incluent le News York Times :
www.nytimes.com/2009/12/13/business/13drug.html



Original : www.naturalnews.com/028676_HRT_drugs_fraud.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Vendredi 30 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par ll999 le 30/04/2010 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Évitez d'employer le mot nègre qui à été généralisé aux temps des colonies et de l'esclavage pour stigmatiser les africains.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves
30/09/2014

Notre agent au Marais

Hicham Hamza

VIDEO
| 12/09/2014 | 3696 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Hicham Hamza | 12/09/2014 | 5026 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
1 sur 174


Commentaires