Palestine occupée

L'histoire revisitée sous le nom 'La question palestinienne', à la place de 'La question indienne' ou 'La question nègre'


Ces derniers mois Gush Shalom, le groupe israélien auto-proclamé "Bloc de la Paix", a parrainé un échange, un débat (1), entre deux juifs israéliens. D'après la charte de Gush Shalom affichée sur son site web (2), nous apprenons que l'organisation soutient le "Droit au retour des réfugiés palestiniens… sur des quotas annuels… sans attaquer les bases d'Israël", ce qui est une façon de déclarer que l'objectif de Gush Shalom est de maintenir Israël en tant qu'Etat juif.

Par William C. Carlotti


Par William C. Carlotti
Mardi 4 Septembre 2007

La famille Kweik : "Sa femme et ses trois enfants sont morts en martyrs et il est détenu depuis 2 ans sans procès"
La famille Kweik : "Sa femme et ses trois enfants sont morts en martyrs et il est détenu depuis 2 ans sans procès"
Le Dr. Ilan Pappe, historien de l'Université d'Haïfa et Uri Avnery, ancien membre de la Knesset, ancien rédacteur en chef de Haolam Hazeh Weekly, et actuellement militant à Gush Shalom, ont discuté de ce qui est maintenant connu sous le nom de "solution à deux-Etats" contre la "solution à un-Etat", périphrases désignant ce que les juifs sionistes israéliens pensent qu'on devrait faire avec la Palestine et les Palestiniens.

Au cours du débat, les participants, pour argumenter leurs positions respectives, ont confirmé avec désinvolture ce que la ligne de conduite génocidaire du gouvernement israélien dirigé par des juifs sionistes a déjà fait, ou est en train de faire, aux Palestiniens et à la Palestine.

Qu'il y ait ne serait-ce qu'un début de discussion, débat ou dialogue sur la ligne de conduite israélienne juive sioniste soutenue par les Etats Unis est inconcevable. Même sur la base du résumé donné par ce débat, il n'est pas question de dire que cette ligne de conduite a toutes les caractéristiques de celle des USA dans l'Acte de Déplacement des Indiens de 1830 qui a mené à l'infame Trainée de Larmes.

Pourtant, la ligne de conduite que suit Israël-sioniste soutenu par les USA est le reflet de l'entreprise US de déplacement des Indiens.

Il n'est guère étonnant que les Etats Unis et Israël aient récemment signé un nouvel accord de défense de 10 ans. Selon ce nouvel accord, les USA transfèreront 30 milliards de $ à Israël sur 10 ans, comparés aux 24 milliards de $ de la décennie passée.

Israël est susceptible de recevoir le premier versement en octobre 2008, d'un montant de 2,550 milliards de $. La somme augmentera chaque année de 150 millions de $, jusqu'à atteindre 3,1 milliards de $ en 2011.
Selon les termes de l'accord, seuls 25% de cette somme pourront être dépensés dans l'industrie d'armement israélienne intérieure. Le reste devra servir à acheter des produits US, vraisemblablement dans le complexe militaro-industriel.

Donc, selon la transcription, voici ce que les juifs israéliens Ilan Pappe et Uri Avnery nous disent avoir été fait ou en train d'être fait aux Palestiniens et à la Palestine.

En bref, le débat a carrément inclus un résumé sommaire du massacre du peuple de Palestine par des moyens alternés allant du "conflit de basse intensité" à une "prédominance à large spectre", auxquels Harold Pinter faisait allusion comme étant la politique des Etats Unis lors de son discours de réception du Prix Nobel de Littérature.

Ilan Pappe :

"La première impulsion fut le désir d'essayer de combattre les vagues des persécutions et harcèlements antisémites… Le mouvement sioniste pensait qu'il était possible de redéfinir le Judaïsme comme une nationalité plutôt que seulement une religion… Pour mettre en application ces deux impulsions sur le sol de la Palestine, où près d'un d'un million de gens vivaient déjà, la réponse s'est transformée en un projet colonial."

"Tous les moyens sont justes pour assurer qu'il y aura une majorité juive, parce que sans une majorité juive, nous ne serons pas une démocratie. Il est même admissible d'expulser les Arabes de manière à ce que nous soyons une démocratie. Parce que le plus important est d'avoir ici une majorité de Juifs."

"(…) onze des chefs du sionisme se sont réunis en 1948 et ont décidé que si vous voulez que le projet sioniste réussisse, c'est-à-dire s'emparer de la plus grande partie possible de la terre de Palestine, et si vous n'avez pas de majorité, et que vous n'êtes qu'un tiers – alors le seul choix est de mettre en oeuvre un nettoyage ethnique, faire partir la population arabe des territoires que vous destinez à l'Etat juif."

"En mars 1948, sous l'égide de Ben Gourion, la direction sioniste a décidé que pour avoir ici un Etat juif démocratique, il était nécessaire d'expulser un million de Palestiniens. Immédiatement après que la décision ait été prise, ils se sont embarqués dans l'expulsion systémique des Palestiniens. Cruellement, ils sont passés de maisons en maisons, de villages en villages, de quartiers en quartiers. Quand ils ont eu fini, neuf mois plus tard, ils ont laissé derrière eux 530 villages vides et 11 villes détruites. La moitié de la population de Palestine avait été expulsée de ses maisons, de ses champs et de ses sources de revenus – plus de 80% de la population dans le territoire qu'ils ont conquis. La moitié des villes et villages de Palestine furent détruits, et sur leurs ruines, on a planté des forêts ou installé des Juifs.

C'était la seule façon de créer un Etat démographique juif – la sorte d'Etat qui soit l'appel de ralliement commun du consensus sioniste, d'alors jusqu'à présent."

"Les Nations Unies avaient proposé de donner 50% de la Palestine. Pour les sionistes, ce n'était pas suffisant et ils ont pris 80% de la Palestine, et il y avait le sentiment que ce serait suffisant pour eux. Mais nous savons que cette fringale territoriale ne s'est pas terminée en 1948. Lorsque l'opportunité historique est arrivée, 100% de la Palestine sont passés sous la règle de l'Etat juif."

"Sous couvert du processus de paix, vous pouvez dire sous couvert du slogan de Deux Etats pour Deux Peuples, les colonies ont été étendues et le harcèlement et l'oppression des Palestiniens ont été accrus. Tellement que les "faits accomplis" ont réduit à rien la zone prévue pour les Palestiniens. La faim sioniste raciste et et ethnique a eu la légitimité de s'étendre sur presque la moitié de la Cisjordanie."

"L'occupation fait partie de la même construction idéologique sur laquelle fut bâti le nettoyage ethniqe de 1948, pour laquelle les Arabes de Kifr Qassem ont été massacrés [en 1956], pour laquelle les terres ont été confisquées à la fois en Galilée et en Cisjordanie, pour laquelle les détentions et les meurtres sans procès sont commis. La manifestation la plus meurtrière de cette idéologie se produit actuellement dans le Grand Jérusalem, et en Cisjordanie. Pour arrêter l'extension de ces crimes de guerre, l'extension de cette conduite criminelle, admettons que nous avons besoin de pressions externes sur l'Etat d'Israël."

"Le désespoir est ressenti par des politiciens qui vendent et commercialisent et revendent encore et encore la solution à Deux Etats depuis 60 ans déjà – et les résultats sont visibles sur le terrain : davantage d'occupation, davantage d'injustices, des violations des droits de l'homme et des droits civiques encore plus systématiques."

"La formule à Deux Etats, qui dit que des colonies peuvent être démantelées, est bien sûr réalisable, mais qui va démanteler Gilo ? Est-ce que quelqu'un va démanteler Gilo ? De quoi parlons-nous ? Et qui va démanteler Ma'ale Adumim ? De quoi parlons-nous ? Quelles colonies vont être démantelées ? Il n'y a pas de "colonies", dans l'esprit du public israélien dont parle Uri. Très profondément dans la conscience de la population, Gilo est une partie inséparable de l'Etat d'Israël, et si Gilo n'est pas démantelée, ce n'est même pas la peine de parler de Deux Etats."

"Voilà ce qu'a fait le sionisme. Il a créé des identités palestiniennes séparées. Comme si une catégorie de Palestinien avec un certain type d'identité pouvait avoir une place seulement dans l'Etat palestinien que Gush Shalom est en train d'offrir, alors qu'une autre catégorie de Palestiniens vivrait dans l'Israël démocratique."

"Il n'y a qu'une seule façon de traiter avec un régime comme le régime israélien, qui est basé sur une idéologie qui crée une séparation entre la population juive et la population locale – une population dont le nettoyage a commencé en 1948 et n'a pas cessé un seul jour depuis lors…

Israël devrait recevoir le même message que celui qui a été envoyé à l'Afrique du Sud : 'Vous resterez un Etat paria aussi longtemps que vous continuerez à commettre ces crimes.'"

Uri Avnery :

"Il ne peut pas y avoir de contestation sur le fait que le sionisme, qui a mis en application un projet historique, a également causé une injustice historique au peuple palestinien. On ne peut pas nier qu'un nettoyage ethnique a eu lieu en 1948."

"Quiconque est enraciné dans la population israélienne juive sait que la plus profonde aspiration de cette population – et là on est en droit de généraliser – de très loin la plus profonde aspiration est le maintien d'un Etat à majorité juive, un Etat dans lequel les Juifs seront les maîtres de leur destin. C'est prioritaire à tout autre voeu et aspiration, cela prend même le pas sur le désir d'avoir un Grand Israël."

"Après la guerre de 1948, lorsque nous avons hissé ce drapeau, nous étions une petite poignée qu'on pouvait compter sur les doigts d'une seule main. Tout le monde nié l'existence même d'un peuple palestinien."

"Ariel Sharon et Ehud Olmert ont prétendu soutenir cette idée ("la solution à Deux Etats") alors que leur véritable intention était d'empêcher que l'occupation soit abolie."

"Ils (les Juifs israéliens) ont une suprématie énorme dans presque tous les domaines : le niveau de vie, la puissance militaire, le niveau d'éducation, les capacités technologiques, le PIB israélien est 25 fois – 25 fois ! – celui des Palestiniens, 20.000 $ par an comparés à 800$ par an."

"Les relations américano-israéliennes sont un sujet important en lui-même, mais ceux qui espèrent que l'attitude des USA envers Israël va changer dans quelques années ne comprennent pas les profondeurs idéologiques de la connexion américano-israélienne.

Les discours nationaux américain et israélien sont parallèles. Il y a le lobby juif. Il y a l'énorme pouvoir des Evangélistes, 80 millions de fanatiques qui croit que nous sommes ici, en Terre Sainte, pour réaliser leurs rêves messianiques. "

"Comment s'est formée une nation palestinienne ici ? Golda Meir avait dit qu'il n'y avait pas de peuple palestinien, et beaucoup l'avaient dit avant. Le Mouvement national arabo-palestinien spécifique a pris forme dans ce pays suite à l'attaque sioniste sur le peuple arabe qui vivait alors dans le pays."

(1) Le débat (en anglais) entre Ilan Pappé et Uri Avnery

(2) La charte (en anglais) de Gush Shalom



Lundi 3 Septembre 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires