Politique Nationale/Internationale

L'exécution des proches de Saddam Hussein contraire aux normes internationales de la justice (ONU)


On a déploré lundi à l'Organisation des Nations Unies la mise en application des arrêts de mort contre Barzan al-Tikriti, ancien chef des services de renseignement de l'Irak, et Awad al-Bandar, ex-président du tribunal révolutionnaire irakien.


Mardi 16 Janvier 2007

L'exécution des proches de Saddam Hussein contraire aux normes internationales de la justice (ONU)
NEW YORK (Nations Unies), 15 janvier - RIA Novosti.

"Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon déplore que, malgré ses maints appels au gouvernement de l'Irak, la peine de mort a été mise en application", a déclaré lundi lors d'un point de presse Mme Michèle Montas, porte-parole du secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

Et d'ajouter que Mme Louise Arbour, Haut commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, a exprimé, elle aussi, ses profonds regrets suite à l'exécution de deux acolytes de Saddam Hussein.

Selon Louise Arbour, le jugement du Haut tribunal pénal irakien n'a été ni juste ni impartial.

Elle a souligné que la punition sous forme de peine capitale à l'issue d'un jugement qui n'avait pas satisfait aux normes internationales d'un procès équitable était une violation du droit fondamental de l'Homme qu'est le droit à la vie.

"Je suis opposée à la peine capitale quelles que soient les circonstances. Dans ce cas particulier, non seulement il s'agit d'un acte irrémédiable à l'égard des personnes exécutées, mais c'est aussi et surtout un acte qui pourrait également rendre plus difficile une mise à jour plus complète d'autres crimes également horribles commis en Irak," lit-on en substance dans une déclaration du Haut commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme.

"Ceux qui sont responsables de violations sérieuses des droits de l'Homme doivent être traduits en justice et cela est d'une importance cruciale pour que la réconciliation nationale soit effective", a souligné Louise Arbour. "Mais, pour être crédible et durable, la lutte contre l'impunité doit être fondée sur le respect des normes internationales des droits de l'Homme et de l'Etat de droit et ne pas se faire à leur dépens", a-t-elle affirmé.

Barzan al-Tikriti et Awad al-Bandar ont été pendus lundi matin à Bagdad. Les représentants officiels de la direction irakienne ont confirmé le fait de leur exécution, tout en précisant que l'arrêt de mort a été mis en application conformément à la loi.

Avec l'ex-président irakien Saddam Hussein, Barzan al-Tikriti et Awad al-Bandar avaient été condamnés à mort le 5 novembre dernier par le Haut tribunal pénal de l'Irak. Tous les trois avaient été accusés de justice sommaire sur 148 musulmans chiites dans le village irakien de Doujail en 1982.

Saddam Hussein a été pendu à Bagdad le 30 décembre 2006.

RIA-Novosti


Mardi 16 Janvier 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires