Propagande médiatique, politique, idéologique

L'ennemi


Il est regrettable de constater que le mot "sémite" est aujourd'hui employé à tord et à travers sans jamais être défini par ses auteurs. Ce n'est pas un hasard. Pourquoi de nos jours les esprits sont-ils obnubilés par le dit "antisémitisme" ? Ne se trompe t-on pas?
Le terme sémite se définit par "qui appartient à un des peuples originaires d'Asie occidentale, que la tradition fait déscendre de Sem, fils de Noé" selon le dictionnaire Hachette- édition 2007.


classleila@hotmail.com
Jeudi 5 Mars 2009

L'ennemi
En réalité, il existe une forme de totalitarisme de la pensée qui ressemble étrangement à ce que l'on qualifie vulgairement "d'antisémitisme". La peur du musulman. Il n'y a encore pas si longtemps en Allemagne on appréhendait les "Hébreux" ou dit "juifs" (je ne saurais qualifier une communauté justement, puisque nommer une diversité par un simple terme tend forcément à la stigmatiser) comme une menace. En effet, partout planait cette haine du pseudo "juif" l'ennemi de tous. La victime : s'était l'enfant blond aux belles boucles dorées. Voici les propos révélateur de Hitler dans Mein Kampf « l’art de tous les vrais chefs du peuple de tous les temps consiste surtout à concentrer l’attention du peuple sur un seul adversaire, à ne pas la laisser se disperser. […]. L’art de suggérer au peuple que les ennemis les plus différents appartiennent à la même catégorie est d’un grand chef. [A]ussitôt que la masse se voit en lutte contre beaucoup d’ennemis, elle se pose cette question : est-il possible que tous les autres aient vraiment tort et que, seul, notre mouvement soit dans son droit ? (…) C’est pour cela qu’il faut toujours mettre dans le même tas une pluralité d’adversaires des plus variés (…). Cela fortifie la foi dans son propre bon droit et augmente son exaspération contre ceux qui s’y attaquent. ».
Aujourd'hui il se produit le même phénomène mais d'une façon différente (bien sur). L'histoire ne se répète jamais deux fois ou jamais de la même façon. Le peuple nommé "juif" n'est plus entendu comme une menace, bien au contraire, on lui accorde le privilège d'être considéré comme la victime de tous les maux de l'histoire de l'humanité (peut être à juste titre). D'ailleurs cette communauté est largement vu comme richement dotée des plus grands érudits du 20ème siècle (à juste titre).
Cependant, il existe un peuple, une ethnie, une religion qui connait la pire qualification qu'il puisse exister de nos jours. Le sémite Arabe, Musulman ou Perse est toujours associé à des bizarreries linguistiques telles que : intégriste (ne veut rien dire), extrémiste (de même), terroriste(trop vaste), anti-sémite (l'accusé étant la plupart du temps lui même sémite)ou encore islamiste (mais qu'est-ce dont?). Oui, le sémite arobo - perso-musulman est la dite "menace" du 21ème siècle. Il est la cible de tous les médias, il fait faire des cauchemars à une population apeurée, c'est le monstre incarné. Lorsque l'on stigmatise des victimes cela inclut implicitement de stigmatiser un ennemi.
Pourquoi tout ceci? Carl Schmitt l'a dit : il faut un ennemi. Un ennemi qui justifiera surement des massacres. IL faut l'avouer, c'est d'une tristesse immuable. Regrettable que d' éminents intellectuels passent encore à coté de la réalité. Ils seront certainement incapable d'arrêter ce qui se prépare. Au contraire, on donne une légitimité chaque jours aux atteintes portées contre l' Humain et l'on conduit l'humanité à s'entretuer, de nouveau...
Bien à vous


Jeudi 5 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par Intellecterroriste le 05/03/2009 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien vu, mais dommage qu'il n'aborde pas le fond! "Pourquoi anti-sémite"?

C'est très simple! Herlz a été le pionnier en ce qui est de l'introduction d'une "race" juive! Incroyable n'est ce pas!? Car c'est aussi cet argument qu'a repris Hitler!

Or depuis, il a été démontré que les races n'existaient pas! Pourtant Israël continue à chercher un marqueur génétique propre aux juifs!

Et voilà comment on tord l'Histoire! Car si l'on avait choisi le mot judéophobie, on s'en prenait alors, au sens littéral du terme, à la croyance juive! Avant de s'en prendre au juif lui même!

Au contraire, anti-sémite sous entend qu'être juif c'est faire partie d'une race! Comme le racisme, particulièrement en France, est très mal vécu et surtout très mal vu, il fait de facto tomber une chape de plomb sur la question! Evidemment, puisque le racisme n'est rien d'autre que la xénophobie pour idiots! Eh oui, avoir peur de son voisin qu'on ne connait pas, spéculer sur ses intentions et modes de vie cachés, c'est de la xénophobie, de la peur de ce qu'on ne connait pas!

Surfez ensuite sur le devoir de mémoire, interdisez à quiconque de remettre en cause le décompte officiel de personnes de confession juive décédées, plutôt massacrées pendant la WW2, et enfin érigez un racisme à part, dont personne ne remet en cause la légitimité puisque paumés et culpabilisés, et voilà comment on exclue toute personne non juive du débat israélien! Puisque c'est de l'anti-sémitisme...

La force de la propagande...

Amicalement

2.Posté par ROGSIM le 05/03/2009 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je vais essayer de soumettre une explication, ce n'est pas facile mais cela peut nous éclairer en reprenant des faits historiques.

Le terme antisémitisme a toujours été appliqué aux Juifs, pour caractériser la haine à leur égard. Il n'a jamais qualifié l'hostilité à l'égard d'un autre peuple, et équivaut donc à "judéophobie" ou "haine des Juifs".
Le terme "antisémitisme" a été inventé en 1879 par le journaliste allemand Wihelm Marr pour signifier la haine "non-confessionnelle" envers les Juifs et le judaïsme prôné au sein du parti politique "la ligue antisémite".
Le mouvement, qui s'est ensuite étendu à l'Empire austro-hongrois, la Russie et la France' était une réaction à l'émancipation des Juifs et à leur entrée dans la société non-juive.
Il prétendait ne pas être hostile aux Juifs d'un point de vue religieux mais pour des raisons sociales, économiques, politiques ou raciales.
A la fin du 19è siècle, l'hostilité religieuse envers les Juifs était considérée par de nombreux intellectuels comme obscurantisme et rétrograde. D'où la nécessité, pour signifier la haine des Juifs, de trouver un nouveau paradigme plus "scientifique" qui corresponds à l'esprit des Lumières.
L'antisémitisme de l'époque se concentre donc sur des traits prétendument permanents chez les Juifs en tant que groupe ethnique, afin de délégitimer leur statut d'égalité.

Le terme "antisémitisme" n'a jamais visé les Sémites en tant que tels. Le terme 3sémite" désigne d'ailleurs un groupe de langues de la même famille, comme l'hébreu, l'arabe, l'araméen, le babylonien, l'assyrien ou l'éthiopien.
Il ne désigne pas une groupe ethnique. De même, le terme "aryens", qui lui est souvent opposé, s'applique à la branche indienne des peuples parlant le sanskrit et des langues sémites, mais jamais les Allemands ou les Scandinaves.

Quoi qu'il en soit, à la fin du 19è siècle, ces absurdités pseudo-scientifiques sont devenues très respectables, même parmi les élites intellectuelles, et la distinction entre "aryen" et "sémite" s'est substituée à la plus ancienne opposition entre "chrétien" et "juif".
Pour cette raison, le terme illogique "antisémitisme", qui n'a jamais signifié la haine des Sémites (par exemple les Arabes), mais uniquement la haine des Juifs, est entré dans l'usage général pour recouvrir toutes les formes d'hostilité à l'endroit des Juifs et du judaïsme à travers les siècles

3.Posté par Esther LA REINE le 05/03/2009 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On apréhende quelque chose ou quelqu’un qui est plus fort que nous, mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose, une mauvaise personne. On craint à juste raison également quand on est soi-même pas en ordre, en général par rapport à la Loi Divine universelle.

Le Peuple Juif est un peuple saint. Le monde qui ne veut rien avoir à faire avec le Créateur cherchera aussi à se débarasser des Juifs ou le surnommer ou le qualifier de ce qu’il n’est pas pour qu’il soit méprisé. Attention je parle de Juifs, non des sionistes ou autres personnes qui auraient une origine Juive qui pour le reste commettent des crimes ou bouffent du cochon ou agissent malhonnêtement.

Ce qui est clair de nos jours, c’est que c’est l’Islamophobie qui dirige le monde. L’Oummah Islamique subit aujourd’hui ce que les Juifs ont subi lors de leurs différentes persécutions. Il faut absolument déconcer cette Islamophobie inculquée par les médias dirigés par le lobby sioniste. Pourquoi est-ce si difficile à retirer le HAMAS de la liste des organisations terroristes ? Je vous propose une excellente intervention de Michel Collon (avec deux L) concernant le rôle des médias et l’UE : http://www.mediane.tv/.

Nous tous victimes de l’antisémitisme, qui concernent autant les Musulmans que les Juifs, agissons ensemble contre notre ennemi commun. L’ennemi du Musulman n’est pas le Juif, et l’ennemi du Juif n’est pas le Musulman. C’est le Chaïtan qui orchestre l’animosité des uns envers les autres. Rejoignez le Centre Zahra de France où une Alliance amicale et stratégique entre Islam et Judaïsme contre le sionisme a débuté le 17 juillet 2008. http://www.centre-zahra.com/. En voyant de plus près comment vivent pratiquement les authentiques Juifs de Thora et authentiques Musulmans de Qur’aan, de nombreux préjugés tombent.

4.Posté par Roland le 05/03/2009 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"intégrisme" veut dire quelque chose, mais il y a toutes sortes d'intégrisme, et pas tous religieux, par exemple il y a maintenant des intégristes de l'écologie (ceux qui veulent qu'on extermine les ibis qui se sont implanté dans le Morbihan ou qui étaient scandalisés qu'on nourisse au biberon l'ourson abandonné du zoo de Berlin, etc).
Terrorisme, est un concept bien précis et clair, par exemple le bombardement de Dresde en 1944 est un cas typique de terrorisme.
Mais bien sûr dénoncer les dangers des machine à voter néerlandaises n'était pas du terrorisme (contrairement à ce que voulait faire admettre la firme qui les fabriquait!) pas plus qu'interdire le port de signes religieux ou d'enlever Blaise Pascal du programme n'est pas de la laïcité, au contraire !
extrèmiste est assez clair, mais ne peur en aucune manière être considéré comme un défaut, ça peut être ne qualité, ça dépende dans quel domaine et devant quel problème on prend ou pas une posotion extrème ! à moins que comme Descartes dans sa morale provisoire, on aconsidére que "il faut de la mesure en tout", mais alors il faut de la mesure dans la connerie aussi !
La persécution actuelle du tabac est devenue l'extrémiste. à moins que ce ne soit plutôt de la malhonnéteté et de la sournoiserie (en effet ça semble bien une mesure de diversion, ou bouc émissaire pour empêcher les gens de voir les VRAIES causes de l'épidémie de cancers depuis ... 1947, qui est san doute due aux toxiques agricoles et aux retombées nucléaires !
Et bien sûr les anti-arabes sont très précisément des anti-sémites, forcément !
(Mais pas les anti iraniens, puisque'ils sont aryens)
Bref, vocabulaire ! que de cafouillage et de malhonnêtetés ne te fait-on pas !

5.Posté par Intellecterroriste le 05/03/2009 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ ROGSIM,

Merci pour cette excellente précision!

Quoi qu'il en soit, ce terme, malgré une histoire riche, reste donc une aberration sur le plan intellectuel! Il ne sert alors, aux vues de ces précisions, qu'à alimenter un trait commun chez tous les êtres humains: la xénophobie!

Car quand bien même il n'a jamais visé les Sémites en tant que tel, c'est pourtant bien ce que signifie littéralement l'expression! Il crée alors une sorte "d'état d'exception" ayant pour but d'entretenir le doute, et c'est fabuleux! Car cela entretient aussi bien l'idée fausse chez certains juifs d'appartenir, ou d'être réduit (selon le pt de vue) à une ethnie ou un groupe social distinct, et chez certains esprits xénophobes la facilité de faire d'un cas une généralité!!! Ce sera sans parler des Rockefeller et autres Kissinger que l'on associe à tort au Judaïsme pour des raisons qui me dépassent d'un point de vue éthique...

Finalement cela confirme mon impression de départ: que, quand bien même c'est ce qui est généralement admis, on ne peut plus, si l'on veut s'extirper de cet état d'exception, associer judéophobie et antisémitisme! Ça n'est plus tenable, ni même soutenable moralement!

Voire les juifs en tant que groupe social à part, responsable des maux de la société relève bel et bien de la xénophobie, dans la mesure ou la plupart du temps ceux qui se laissent aller à ce genre d'inepties ne connaissent rien du mode de vie des juifs français, si tant est qu'ils répondent tous aux mêmes critères!!!

Néanmoins ce mot a ce pouvoir extraordinaire de justifier deux états d'esprits antagonistes mais qui se rejoignent sur un point: aussi bien la judéophobie que le sionisme (comme état d'esprit, qui dépasse le caractère nationaliste) entretiennent la "peur de l'autre"!

C'est pourquoi je pense qu'il est vraiment temps, par souci de rigueur intellectuelle, d'abolir ce non sens qu'est l'antisémitisme...

Amicalement

6.Posté par Muku le 06/03/2009 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si le terme obscur "antisémite" a été inventé récemment, l'idée que les adeptes de la "Loi de Moïse" (loi qui ne provient d'ailleurs vraisemblablement pas du personnage éponyme mythique, mais de scribes ayant vécu plusieurs siècles après la disparition des Israélites en tant que peuple) étaient haïs de tous et de tous temps est déjà largement présente dans la "littérature" judaïste. La Torah présente tous les peuples comme les ennemis des adeptes de la doctrine du peuple-race "placé [Par Dieu] au dessus des nations et au dessus des royaumes pour les chasser, et les terrasser et les détruire" (livre de Jérémie).

Si cette secte n'a pas fondu dans l'humanité - comme l'ont fait tous les peuples - c'est parce que leur doctrine leur interdit la bienveillance à l'égard de ceux qui n'ont pas reçu la Loi. Cette doctrine relaie des mensonges historiques comme l'exode, que les archéologues réfutent presque unanimement ; la captivité à Babylone et la destruction de cette dernière, qui semble être du même acabit que l'épisode de l'exode ... Cette habitude de déformer l'Histoire pour en incarner le barycentre est typique du judaïsme et se trouve juqsu'à aujourd'hui dans les revendications fantaisistes concernant la "Shoah".

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires