Opinion

L'élection présidentielle iranienne, ou la révolution reportée


Dans la même rubrique:
< >


Piotr Gontcharov, RIA Novosti
Vendredi 19 Juin 2009

L'élection présidentielle iranienne, ou la révolution reportée
L'opposition iranienne conteste les résultats de l'élection présidentielle annoncés par les autorités, et les rassemblements se poursuivent dans le pays. Selon certains médias, l'opposition a durci ses mots d'ordre. Des inscriptions telles que "A bas le dictateur!" et même "A bas Akmadinejad!" font leur apparition dans la capitale : en persan, le remplacement du "d" par un "k" sonne de façon obscène, et donc offensante. A l'Université de la science et de l'industrie de Téhéran, où le président nouvellement élu, Mahmoud Ahmadinejad, docteur ès sciences techniques, perçoit toujours son salaire de professeur, l'inscription suivante remplace sa photo sur le tableau d'honneur : "A bas le dictateur, qu'il soit shah ou docteur".
L'apparition du mot "shah" dans les mots d'ordre a suggéré à de nombreux experts une analogie avec la révolution islamique de 1979 en Iran. Cette révolution avait également été accomplie par les étudiants. Soit dit en passant, l'actuel président figurait alors parmi les militants.
De nombreux experts estiment que c'est précisément grâce à son obsession révolutionnaire que Mahmoud Ahmadinejad, un provincial, a pu devenir d'abord maire de Téhéran, puis président du pays. Mais, même après son élection à la présidence, Mahmoud Ahmadinejad s'est toujours positionné, tant en paroles que dans ses actes, comme un leader "issu du peuple". Ce qui, du reste, n'a nullement réduit la tension qui existe entre lui et les étudiants actuels.
La situation en Iran présente les signes d'une révolution, mais "verte' : l'opposition a choisi la couleur verte comme "symbole de la lutte contre l'emprise du régime". Mais il n'y aura pas de révolution : ni "verte", ni, à plus forte raison, "orange". La révolution est reportée... par l'imam Khamenei, leader spirituel (à vie) de l'Iran.
Pourquoi? En Iran, il n'est pas permis que puisse être mise en doute la réputation d'un "juste". La Constitution l'interdit. Selon la Constitution, tout le monde a le droit de participer aux élections, mais seuls les "justes" ont le droit d'être élus. Et, naturellement, on élit le plus "juste" des "justes". A ce jour, nul n'est plus "juste" en Iran que Mahmoud Ahmadinejad. Il l'a déjà prouvé. C'est pourquoi il doit être le garant de l'intangibilité du régime des ayatollahs qui déterminent le degré de "justesse" de chaque Iranien croyant.
Personne, du reste, n'a besoin actuellement d'une révolution en Iran. Sauf les Iraniens eux-mêmes, naturellement. Elle ne ferait que perturber la situation autour du problème majeur de notre époque que constitue le programme nucléaire iranien. Une situation devenue habituelle pour tous les opposants à ce programme. C'est, du moins, ce qui ressort de leurs propos.
Barack Obama a déclaré, par exemple, qu'il ne voyait pas de grande différence entre Ahmadinejad et Moussavi. Israël est allé plus loin. Comme l'a déclaré Meir Dagan, le patron du Mossad (Service de renseignement israélien), il vaut mieux pour Israël avoir Ahmadinejad comme président de l'Iran. La victoire de Mir Hossein Moussavi n'aurait fait qu'aggraver le problème nucléaire iranien. Au cours du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui s'est tenu à Ekaterinbourg, la Russie et la Chine se sont associées aux autres participants, qui ont félicité Mahmoud Ahmadinejad, réélu pour un second mandat avant d'arriver à ce sommet en qualité d'observateur.
Et après? A l'intérieur du pays, le régime des ayatollahs renforcera certainement la pression sur ses adversaires politiques. Une certaine correction en faveur de la libéralisation de l'économie du pays devrait intervenir. L'économie est le point le plus faible de toute la présidence d'Ahmadinejad. L'inflation galopante et la montée du chômage obligent le régime à engager des réformes.
Il en va autrement de la politique étrangère. Dans ce domaine, tout est subordonné à la volonté du chef spirituel suprême. Il est peu probable que Khamenei accepte d'assouplir la position de Téhéran à l'égard d'Israël et qu'il renonce à l'enrichissement de l'uranium. L'un et l'autre sont des choses sacrées pour le régime. La politique à l'égard d'Israël a été léguée par Khomeiny lui-même, et son programme nucléaire fait de l'Iran une puissance régionale.
Pour ce qui est des liens que l'Iran entretient avec le Hamas et le Hezbollah, Téhéran tirera probablement des conclusions de l'échec du Hezbollah aux élections législatives libanaises. Mais, naturellement, elles iront dans le sens d'un renforcement de ces liens.
Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/



Vendredi 19 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par Rocketman le 19/06/2009 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce lien donne accès à une liste de numéros téléphoniques pour des hommes politiques et des membres du gouvernement iranien http://tinyurl.com/mbu434 Appelez-les pour exprimer vos soucis, quoi qu’ils soient, concernant les elections présidentielles. NE PAS APPELER SI VOUS ETES EN IRAN !

Rocketman

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires