ALTER INFO

L'économie occidentale de mal en pire


Dans la même rubrique:
< >


06/12/2008 L'annonce d'une forte hausse du taux de chômage aux Etats-Unis a fait plonger vendredi les marchés européens malgré les baisses de taux d'intérêt annoncées la veille.
Le taux de chômage américain a atteint 6,7%, son plus haut niveau depuis 15 ans, selon le département du Travail: plus d'un demi-million de personnes ont perdu leur travail en novembre dans ce pays, ce qui n'était pas arrivé depuis 34 ans. Les économistes tablaient sur 325.000.


Dimanche 7 Décembre 2008

L'économie occidentale de mal en pire
Leila Mazboudi

Le nombre des chômeurs aux Etats-Unis dépasse désormais les 10 millions. Le ministère en dénombrait 10,3 millions en novembre, soit 2,7 millions de plus qu'au début de l'année.
Depuis le début officiel de la récession aux Etats-Unis, en décembre 2007, le taux de chômage a augmenté de 1,7 point de pourcentage et il faut remonter à octobre 1993 pour retrouver un taux supérieur à 6,7%.
Ces statistiques sont "abominables, tout simplement abominables", commentait à Londres le cabinet Capital Economics.
La Maison Blanche s'est dite "très inquiète", tandis que le président élu Barack Obama appelait à des mesures "urgentes" pour aider les Américains à retrouver un emploi et stimuler l'économie.
En Europe, les Bourses ont réagi brutalement à ces chiffres: la Bourse de Paris a plongé de 5,48% à la clôture pour s'établir sous les 3.000 points, Londres a cédé 2,74%, Francfort 4,0% et l'indice européen Eurostoxx 50 4,92%.
En revanche, Wall Street, qui avait fort mal commencé la journée, a terminé en hausse de 3,09%, le Dow Jones s'inscrivant à 8.635,42 points grâce à une reprise inattendue des valeurs financières. Signe que les mauvaises nouvelles ont totalement anticipées par le marché qui ne s'étonne plus de rien, selon un analyste.
Autre signe de dégradation, les crédits à la consommation aux Etats-Unis ont rechuté en octobre, reculant de 1,6% en rythme annuel, après avoir baissé en août et progressé en septembre.
Le marché du pétrole a aussi accusé le coup des chiffres noirs du chômage américain car une baisse sensible de la consommation de brut est redoutée du fait de l'aggravation de la récession.
Les cours du baril de Brent sont tombés vendredi sous 40 dollars à Londres pour la première fois depuis près de quatre ans.
Les cours ont perdu plus de 100 dollars, soit plus des deux tiers de leur valeur, depuis leurs records du 11 juillet à plus de 147 dollars.
Face à la dégradation accélérée de l'activité, les banques centrales du vieux continent avaient pourtant fortement réagi jeudi. Pour la zone euro, la BCE a ainsi abaissé de 0,75 point de pourcentage à 2,50% son principal taux directeur.
Mais cela n'a pas suffi à convaincre les marchés, pas plus que le plan de relance français de 26 milliards d'euros ou encore les 750 millions annoncés par la Suède vendredi.
"Personne ne s'attend à ce que l'économie européenne a atteint son plancher et commence à rebondir grâce à ces baisses de taux", a jugé Kazuhiro Takahashi, analyste chez Daiwa Securities SMBC.
Les investisseurs semblent avoir surtout retenu les commentaires pessimistes du président de la BCE, Jean-Claude Trichet, qui prévoit un recul du Produit intérieur brut de 0,5% en 2009 dans la zone euro.
Dans la première économie de la zone, l'Allemagne, en récession depuis le trimestre dernier, les perspectives s'assombrissent de jour en jour. La Bundesbank s'attend à un recul du PIB de 0,8% en 2009 et l'industrie a vu le niveau de ses commandes chuter en octobre, avec une baisse de 6,1%.
Autre souci d'inquiétude, la situation des trois constructeurs automobiles américains, General Motors, Ford et Chrysler. Les dirigeants des trois groupes, qui espèrent arracher une aide jugée vitale de 34 milliards de dollars du Congrès, ont été à nouveau auditionnés vendredi par le Congrès.
Le président George W. Bush a estimé que les constructeurs devaient apporter la preuve de leur viabilité à long terme pour obtenir une aide publique. L'argent leur sera versé à condition que "ces compagnies fassent les choix difficiles dans tous leurs secteurs d'activités et prouvent que non seulement elles peuvent survivre, mais prospérer", a-t-il dit.
Le Wall Street Journal a rapporté que Chrysler avait déjà recruté un cabinet d'avocats spécialisé dans les faillites.
La crise du secteur automobile n'épargne personne: les ventes de l'allemand BMW se sont effondrées de 25,4% en novembre sur un an. Et Honda, le deuxième constructeur japonais, a annoncé son retrait de la Formule 1, où il était présent depuis les années 1960.
Premières victimes de la crise automobile, les travailleurs intérimaires.
Le grand syndicat allemand des services, Verdi, s'attend à ce que "dans le pire des cas, 120.000 personnes perdent leur travail" dans le secteur de l'intérim. Et au Japon, quelque 21.000 suppressions de postes par des ouvriers sous contrat à durée déterminée ou intérimaires ont été annoncées dans une quarantaine de grandes entreprises.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Dimanche 7 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par dwiri le 07/12/2008 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmmaaaammmaaa MIA.... A QUAND TOUT GRATUIT ??? comme vu dans le film ZEITGEIST ADDENDUM ??? ... vers la fin du film...

2.Posté par diapason le 07/12/2008 21:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Commençons par arrêter net de consommer de l'inutile.
Achetons nous de bonnes chaussures de marche, c'est ce qu'il y aura bientôt de plus important pour notre confort, car il faudra bien aller et venir...
Si nous regardons autour de nous avec lucidité, nous constatons que rien de fondamental ne manque pour vivre.
Lorsque l'industrie aura cessé de produire des objets inutiles voraces en énergie, nous y verrons beaucoup plus clair dans l'offre disponible, et la notion de valeur se reportera sur l'utilité pure.
Refusons désormais tout progrès qui ne mette pas l'homme au centre. Comprenons que nous ne pouvons être véritablement heureux, alors que d'autres souffrent.
Plus nous ferons spontanément et volontiers le ménage dans nos schémas actuels consuméristes et dans nos attitudes égoïstes, moins la transition sera difficile vers l'économie de frugalité et de solidarité humaine qui nous tend les bras.
Un nouveau système d'échange va se mettre en place entre les hommes, basé sur la reconnaissance. Nous devons nous orienter ou nous reconvertir vers des activités utiles, qui pourront s'échanger dans des systèmes locaux.
Ainsi nous établirons le plus solide rempart contre la concentration du pouvoir et l'avènement de la monnaie et du gouvernement mondial qui nous serons bientôt présentés comme la seule solution, et que la plupart appelleront de leurs vœux.
Notre probable incapacité à reconquérir notre souveraineté d'hommes et de femmes libres par des attitudes intelligentes risque de mener l'humanité au bord d'un gouffre sans fond. Sachons faire preuve d'intelligence, et prendre les devants...
Courage ! L'occasion est unique, et c'est quitte ou double, voire...

3.Posté par Oups le 08/12/2008 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bien joli tout ça, mais ceux qui ont réellement le pouvoir (je ne parle pas des Obama et autres) ne le veulent pas et c'est par leur volonté que nous en sommes là.
Ils préfèrent se construire des abris sous les montagnes à coup de millions de dollars, juste pour le cas où...

Ce fameux mondialisme qui sera réclamé comme le dit diapason, est en fait le but de toute cette catastrophe orchestrée depuis de longues années. Forcer les couillons à le réclamer est quand même fort, faut saluer la réussite du coup de maître.

Courage mis à part, pour moi, on nous fait croire au double, y'a qu'à lire les conneries sur la croissance qu'on nous assène (le mythe de la croissance qui ne stoppe pas dans un milieu où les ressources sont en quantités finies), mais ce sera quitte.
Question de maths de base : sachant que la terre ne peut plus nous nourrir plus que ça, que fera t-on quand on sera 10 miiliards au lieu de 6 ?
Réponse : la guerre, pas l'amour.
C'est con, ça aurait pu être mieux.


4.Posté par blackhole le 08/12/2008 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@DWIRI
Zeitgeist et Zeitgeist addendum sont intéressants et font réfléchir mais il y a deux très grosses critiques par rapport à ces films documentaires:
- l'abolition des religions mais surtout de Dieu
- la toute puissance de la technologie
C'est du marxisme new age, du matérialisme new age.
Derrière Zeittgeist, il y a un certain Jacques Fresco et deux sites internet:
http://thezeitgeistmovement.com/
http://www.thevenusproject.com/
Personnellement, je trouve que ça sent pas bon!

@DIAPASON
Je suis assez en phase avec ton modèle, mais je pense qu'il est déjà trop tard et que les "bien nantis" ne veulent pas voir la vérité en face, préférant leur petit confort quotidien. Il suffit de regarder autour de soi.
De plus, quel est le pourcentage de la population qui se rend vraiment compte de ce qui se passe...Même pas 10% (et je suis optimiste)






5.Posté par stefsuralter le 08/12/2008 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Diapason : "Comprenons que nous ne pouvons être véritablement heureux, alors que d'autres souffrent."

Exact : "Nous avons besoin du bonheur de tous pour être heureux" (Rudyard Kipling)

$tef

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires