Sciences et croyances

L’astronomie n’a pas grand chose à célébrer en 2009 !



Lundi 19 Janvier 2009

Galilée et les quatre grandes lunes de Jupiter qu’il découvrit avec son télescope. Tableau de Justus Sustermans, peint en 1636. Jupiter et les satellites galiléens : NASA/JPL.
Galilée et les quatre grandes lunes de Jupiter qu’il découvrit avec son télescope. Tableau de Justus Sustermans, peint en 1636. Jupiter et les satellites galiléens : NASA/JPL.

Holoscience, Wallace Thornhill, 15 janvier 2009


      Pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué, nous sommes dans l’« Année Internationale de l'Astronomie (IYA2009). » Elle concernera 135 pays et occasionnera des milliers de commémorations aux quatre coins du monde. Elle marque la célébration du 400ème anniversaire de la première utilisation d’un télescope astronomique par Galileo Galilei.


      Les astronomes n’ont pourtant guère de choses à célébrer en 2009. Ils ont usurpé le rôle de l'Église et rejeté le Galilée des temps modernes !


      Refusant d'admettre ce que leur montrent les télescopes, les astronomes ont répété l’erreur de l'Église Catholique Romaine à l’époque de Galilée. La peur est la même : voir leur dogme favori balayé, et avec lui leur autorité. Il semble qu’il soit dans la nature des autorités de nourrir et de perpétuer des mythes égoïstes.



Halton « Chip » Arp prenant la parole lors d’une réunion interdisciplinaire en 2000. C’est un astronome étasunien, connu pour son Atlas of Peculiar Galaxies (Atlas des galaxies étranges) de 1966. Il est aussi connu comme critique de la mythologie du Big Bang et pour son soutien à une cosmologie non standard tenant compte du redshift intrinsèque des quasars. Photo : W. Thornhill.


      Le Dr Halton Arp est un « Galilée » parmi nous. Considéré en chef de file des jeunes astronomes au début de sa carrière, il a fait la mauvaise démarche pour sa situation de prouver que le Big Bang ne s’est jamais produit. À l'instar de Galilée, il a fait cela grâce à des observations consciencieuses. Il a montré que l'intuition d’Edwin Hubble sur la nature de l'Univers est simple et juste :

      Avant tout, si le redshift n’est pas dû à une vitesse de déplacement, le tableau est simple et plausible. … Il n'y a aucune preuve d'expansion, ni de limitation de l'échelle de temps, aucune trace de courbure spatiale, et rien ne limite les dimensions de l’espace. Edwin Hubble, Observational Approach to Cosmology, Oxford 1937.



Edwin Powell Hubble 1889-1953. En 1923-25 il identifia des céphéides variables dans des « nébuleuses » et prouva de façon concluante qu’elles étaient en dehors de notre galaxie, démontrant ainsi que celle-ci n'était pas l'Univers. Hubble mesura la distance des galaxies en 1929 et publia la relation entre la vitesse et la distance, considérée comme la preuve de l’expansion de l’Univers à la base de la cosmologie du Big Bang.


      Toutefois, depuis l'époque d'Einstein la physique théorique a l’air d’avoir développé un penchant pour la religiosité (voir « la face de Dieu » dans une équation ou dans le rayonnement micro-onde du fond cosmique). Nous sommes censés croire en l’existence de ce qui ne peut être détecté. Des termes et des expressions vides de sens (tissu de l'espace-temps, Big Bang) ponctuent le nouveau catéchisme laïque. Et au cœur de la cosmologie moderne réside le conte miraculeux de la création. La « théorie » du Big Bang n'appartient pas à la science.


      Certaines trouvailles de l’observation cosmologique jettent un doute décisif sur les bases de la cosmologie standard tout en laissant béats la plupart des astrophysiciens. Des modèles cosmologiques différents du Big Bang ont été publiés et défendus par des scientifiques hétérodoxes, mais la plupart des astrophysiciens n’en tiennent pas compte. Peut-être est-ce parce que la théorie standard est correcte et que toutes les autres idées et critiques sont fausses, mais c’est aussi en grande part dû à des phénomènes sociologiques comme l’« effet boule de neige » ou la « pensée de groupe. » On peut se demander si la cosmologie, l'étude de l'Univers dans son ensemble, est une branche scientifique de la physique comme les autres ou tout simplement une idéologie dominante. Lopez-Martin-Corredoira, astrophysicien.


      L’astrophysicien Michael Disney écrit dans The Case Against Cosmology (Procès contre la cosmologie) : « ... le mot cosmologiste devrait être retiré du dictionnaire scientifique et renvoyé à l’église à qui il appartient. »


      Mais, transférer la cosmologie de la prêtrise astronomique au ministère religieux ne résoudrait rien. Ils n’ont jamais vraiment été séparés. Par exemple, des physiciens comme Paul Davies, auteur de God and the New Physics and The Mind of God (Dieu et la nouvelle physique et l'Esprit de Dieu), ont reçu le million de livres sterling du Prix Templeton. Jusqu’à 2001, le nom de ce prix était Prix Templeton pour le Progrès en Religion ! La fable miraculeuse de la création du Big Bang vient de Monseigneur Georges LeMaître, un Belge, prêtre catholique et scientifique. La théorie de l’Univers Électrique soutient que, si nous voulons de vraies réponses, la cosmologie doit emboîter le pas des distingués scandinaves Kristian Birkeland et Hannes Alfvén, et être entre les mains raisonnables des ingénieurs électriciens et des expérimentateurs du plasma, et non de théoriciens en mathématiques. Et, depuis que l’Univers Électrique est une synthèse interdisciplinaire, comportant des observations du ciel remontant à la préhistoire, nous découvrons l'origine du clergé astronomique. Dès que ce sera assimilé par notre conscience collective, nous aurons une base rationnelle pour la cosmologie et la spiritualité.


      Comme celle du temps de Galilée, la cosmologie d'aujourd'hui est une entreprise contrôlée par l'État. Le résultat est le même : dominance de la science, de sa politique et de son enseignement par une poignée de « cardinaux » de la science dogmatiques. Ainsi, malgré des réussites techniques, l'astronomie en 2009 est en proie à un « âge des ténèbres » moderne, reflété avec ironie par des termes dénués de sens physique, comme « matière noire », « énergie sombre » ou « trous noirs. » Il est grand temps d’allumer la lumière électrique !


***



L'histoire se répète



Le document « Galaxies compagnes au bout des bras spiralés » de Arp a été présenté au prestigieux Astrophysical Journal. Le rédacteur en chef, Subrahmanyan Chandrasekhar à l’époque, a griffonné ses observations [Ça dépasse mon imagination] dans le coin du document de Arp. La photo de la grande galaxie spirale active, NGC 7603, avec sa compagne reliée par un pont de matière à l’un de ses bras spiralés, est en arrière-plan. Le redshift de la plus grande galaxie équivaut à la vitesse de récession de 8.700 km/s et de 17.000 km/s pour sa compagne. Selon l’équation redshift-distance, la galaxie compagne devrait être un objet très lointain à l’arrière-plan, sans lien possible avec NGC 7603. Depuis lors, deux petits quasars dotés de redshifts bien plus discordants ont été découverts dans le pont entre les deux. Et dans un autre exemple célèbre, un quasar supposé lointain a été trouvé devant une galaxie opaque bien plus proche.
Crédit : photo du document : Universe: The Cosmology Quest DVD, 2003 ; photo de NGC7603 : M. Lopez-Corredoira et CM Gutierrez, Two emission line objects with z > 0.2 in the optical filament apparently connecting the Seyfert galaxy NGC 7603 to its companion.


      Quand on regarde cette photo, l’enseignement supérieur universitaire ne peut se substituer à un bon jugement, en fait, il pourrait sans doute être un obstacle. Halton Arp, Seeing Red (Voir rouge).


      Chandrasekhar n'a pas eu la courtoisie d'envoyer le document de Arp à des arbitres indépendants. Manifestement, « imagination » est le mot de code de Chandrasekhar pour « croyance, » car les observations de Arp d’objets connectés dotés de redshifts discordants dans l'espace lointain s’attaque à la croyance en l’hypothèse d’une relation entre le redshift et la distance. Les observations de Arp montrent que, comme le pensait Hubble, l'Univers est essentiellement statique, éternel et infini. Le miraculeux big bang n'a jamais eu lieu. En dépit de tout l'orgueil démesuré et du battage publicitaire, nous sommes ignorants de la façon dont l'Univers est arrivé à exister.


      Chandrasekhar, décrit par Arp comme un « théoricien incompréhensible, » a reçu le prix Nobel de physique en 1983 pour son œuvre fantaisiste sur l’effondrement gravitationnel stellaire. De cette envolée dans l’imaginaire des mathématiques, basée sur le modèle stellaire simpliste de la gravitation au sein des gaz, a surgi une ménagerie de science-fiction : étoiles à neutrons, étoiles à quarks, étoiles de matière bizarre et trous noirs. Une théorie invalide et inintelligible constitue la base de la cosmologie gravitationnelle moderne, mais elle obtient le prix Nobel.


      La plus grande erreur à mon avis, et celle que nous ne cessons de faire, c'est de laisser la théorie guider le modèle. Après un temps ridiculement long, il m’est finalement apparu que l'establishment scientifique fonctionne en réalité sur la croyance que les théories vous disent ce qui est vrai et pas vrai ! Halton Arp, Seeing Red.


      Étant donné l’ignorance de ce qu’est une étoile électrique et de ce que sont vraiment la gravité et ses relations avec la structure électrique de la matière, il est absurde de penser qu’une étoile peut s'effondrer. Pour des raisons inconnues, la Nature a trouvé le moyen d’avoir des unités de charges, positive et négative, portées par des particules (respectivement protons et électrons) dont la masse gravitationnelle diffère d'un facteur proche de 2000. Sur cette simple différence se développe la merveilleuse complexité du comportement du plasma et de l’Univers Électrique. Entre autres choses, cela signifie que, dans un champ gravitationnel, la matière neutre manifestera le comportement du dipôle électrique qui contribue à la séparation des charges et résiste à l'effondrement gravitationnel.



L'énorme différence entre les forces électrique et gravitationnelle se voit dans cet exemple. Malheureusement, les étudiants diplômés en astrophysique apprennent que la force électrique attractive entre charges opposées est si grande que le plasma spatial doit avoir une charge neutre. L’observation montre qu’il en est ainsi seulement approximativement. L'exemple ci-dessus montre que, même la plus petite déviation dans la neutralité de la charge peut avoir un effet significatif ! Diagram: Department of Physics & Astronomy, Georgia State University.
Résumé de la légende : Le fait d’enlever un électron de la sphère du haut procurerait une charge suffisante pour soulever cette sphère, en surmontant la gravité de la Terre entière.


      Comme autrefois à l'époque de Copernic, un choix se présente entre un univers fini, étrangement petit, et un univers raisonnablement infini en plus d'un nouveau principe pour la nature. Edwin Hubble, conclusion de The Problem of the Expanding Universe. American Scientist, Vol. 30, N° 2, avril 1942.


      Il n'y a pas de choix ! La preuve de la stabilité (non-expansion) de l'univers est disponible depuis des décennies. Le « nouveau principe de la nature » de Hubble n'est pas nouveau. Mais il exige de « laisser-aller » certaines choses que nous « savons, » ce que l’on ne fait tout simplement pas. La lumière des quasars n’est pas faible, décalée vers le rouge et semblable à celle des étoiles parce qu’ils seraient très distants et s’éloigneraient rapidement de nous. Arp a montré que les quasars sont des galaxies naissantes, nées dans le noyau central ou dans le « ventre » de la galaxies active voisine. Ils sont nés à grande vitesse avec une lumière faible et fortement décalée vers le rouge. À mesure qu'ils vieillissent, leur luminosité et leur masse augmentent, leur redshift intrinsèque diminue par étapes quantiques, et leur vitesse baisse jusqu'à devenir une galaxie compagne de leur mère.


      Le redshift intrinsèque est assez distinct de la « lumière fatiguée » ou en interaction avec des particules intermédiaires. La diminution quantifiée du redshift de la lumière d'un quasar montre que l’augmentation de la masse se produit par résonance au niveau des particules subatomiques. (Einstein a deviné correctement par intuition, je crois, que le comportement quantique nécessite une structure de résonance dans les particules subatomiques). Cela fait ressortir nettement comment la croyance en la fixité universelle de la masse du proton et de l'électron peut entraver le progrès. Pourtant, on a permis à ce dogme de prospérer alors qu’on ne connaît pas la relation entre la masse et la matière. L’Homo sapiens sapiens se révèle être l'Homme pensant inculte !


      Heureusement pour le progrès, cette observation générale sur l'humanité souffre quand même d’exceptions. Je considère que la remarque suivante d’Arp s'avérera prémonitoire : « ... s’il s'avère qu’à l’origine la masse est un phénomène de fréquence, cela signifie que l'on peut la modifier par le truchement d’ondes et de résonances subtiles. Si nous vivons dans un Univers Machien [Marchian], les atomes de notre corps sont en communication avec l’Univers lointain. Si notre substance s’est matérialisée à partir d’un état antérieur diffus, nous portons l'information d’un modèle extrêmement complexe qui est en quelque sorte relié à tout le reste. » Halton Arp, Seeing Red.


      Dans un Univers Électrique, nous ne sommes ni isolés, ni déconnectés, ni seuls.



Extrait de la lettre barrant l'accès aux télescopes à Arp, écrite par le comité d’allocation du télescope.
Crédit : DVD Universe: The Cosmology Quest.
Légende : Le comité estime qu’il n’est plus raisonnable d’allouer du temps pour Arp, pour qu’il poursuive ses recherches visant à établir des associations entre les quasars et les galaxies proches.


      Dans son livre Seeing Red, Arp fait savoir que sir Martin Rees a soutenu le triste dossier de l’Astronomie Royale en niant et en contrecarrant énergiquement toute innovation.


      Les observateurs sont maintenant convaincus que nous vivons dans l’univers du big bang, et, en conséquence, tous leurs moyens pour comprendre les choses sont adaptés à cela et ils n’entrent pas en pensant qu'il peut exister d’autres hypothèses. Geoffrey Burbidge, DVD Universe: The Cosmology Quest.


      Un dernier mot de Arp à ce sujet :

      Une leçon de tout cela, qui semble évidente, c'est que les scientifiques doivent être absolument honnêtes et francs avec le public qui paye leur salaire. Leur principale obligation morale est de rapporter les faits et de rendre disponible tout l’éventail des interprétations. Il n’y a pas d'excuse paternaliste à garder du public les « malentendus » ou les « frayeurs. » S’ils ne peuvent expliquer un problème en faisant en sorte que le profane puisse le comprendre, ils ne le comprennent pas eux-mêmes et ne devrait pas cacher la vérité sur cette importante situation. Halton Arp, Seeing Red.


      L’astronomie semble prête cette année à éprouver d’autres surprises et à publier encore de la science-fiction.


      Pendant ce temps-là, l'Univers Électrique a beaucoup de choses à célébrer en 2009.



Original : www.holoscience.com/news.php?article=bqx15w21
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



Lundi 19 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par schwarthenigger le 19/01/2009 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et bien ils sont courageux, aller contre le système ! Mais au moins ceux qui sont intéressés par la vérité, rien que la vérité auront du grain à moudre avec cette théorie pour le moins intéressante. Je laisse au tenant de l'astronomie classique leur enfermement dans leurs dogmes, dire que c'est ce genre de va-nu-pieds qui insultent les fanatiques religieux.
Et bien je suis content qu'il y ait encore des scientifiques qui méritent leur nom, tels que Velot, Bourguignon et combien d'autres qu'on veut obliger à la fermer. Il est clair que la théorie de l'univers électrique ouvre de nouvelles perspectives et ouvre l'imagination, ce qui gêne on sait qui et on sait pourquoi. Contrôler l'imaginaire de l'humanité est pour eux une question vitale. Ils doivent tout contrôler avant que ne s'amène l'imposteur final, le grand séducteur. Si les humains en savent trop ce n'est pas bon pour lui. Qu'il fasse ce qu'il veut, mais on ne peut pas tromper tout le monde, tout le temps.

2.Posté par blackhole le 19/01/2009 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En reprenant les citations:

Depuis l'époque d'Einstein la physique théorique a l’air d’avoir développé un penchant pour la religiosité (voir « la face de Dieu »):
- Il n'y a plus de sciences mais que des croyances: la physique relativiste, quantique, la théorie des cordes, la matière noire, l'énergie noire, ...

La plus grande erreur à mon avis, et celle que nous ne cessons de faire, c'est de laisser la théorie guider le modèle:
- Aujourd'hui, si une expérience ne répond pas au modèle, c'est l'expérience qui est fausse et non pas le modèle!

S’ils (les scientifiques) ne peuvent expliquer un problème en faisant en sorte que le profane puisse le comprendre, ils ne le comprennent pas eux-mêmes et ne devrait pas cacher la vérité sur cette importante situation:
- il n'y a plus que des mathématiciens psychopathes à bord du vaisseau de la physique d'aujourd'hui. Pour exemple, il n'y a même pas de consensus sur une explication/interprétation de la physique quantique vieille de près de 100 ans
---
Que du bon sens tout cela... Non...
La Physique va bien mal. Ou plutôt est très mal orientée...
Pendant ce temps les militaires s'amusent depuis 100 ans avec les "découvertes" de Tesla et autres...
---
Le monde déraille dans TOUS les domaines!

3.Posté par Intellecterroriste69 le 20/01/2009 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Blackhole,

aurais tu de la lecture concernant tes théories stp, car depuis un moment je te vois te lever contre l'establishment scientifico-mystique, mais mes connaissances sont un peu limitées pour arriver à saisir la portée de ces observations (je ne suis que DUT génie électrique). Je serais particulièrement intéressé par "la théorie" de l'univers électrique (à défaut "d'élégant" ;-) et surtout par les "découvertes" de Tesla!!!

Tu sembles avoir un niveau suffisamment élevé pour expliquer avec clarté quelques points sombres de ces histoires, et j'en serais heureux!

Merci d'avance,

Amicalement

4.Posté par We Are Star Stuff le 20/01/2009 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un petit résumé de l'Univers Electrique pour ceux que cela intéresse : http://www.techno-science.net/forum/viewtopic.php?t=5706&start=0&postdays=0&postorder=asc&highlight=

Etant totalement ignare en astrophysique mais fasciné par ce sujet, j'aimerai qu'un défenseur de la théorie du Big Bang et de la cosmologie gravitationnelle m'explique simplement d'où, d'après lui, provient l'énergie qui a provoqué ce fameux Big Bang.
A Blackhole, comme Intellecterroriste je suis preneur de lecture sur ce sujet, si possible accessible au commun des mortels. Merci d'avance.

5.Posté par le voyageur le 21/01/2009 21:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo
passionnant

6.Posté par Joël Col le 28/01/2009 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Conférences. Galilée.

Astronomie 2009.
Galilée honoré, mais toujours pas réhabilité.
Un homme qui voyait loin...

Je publie un ouvrage que j'ai intitulé "Entre Galilée et l'Église : la Bible" et dans lequel je reviens sur les événements historiques de l’époque et sur les diverses déclarations de Galilée et de l’Église. Cette étude se poursuit par une étude sémantique des versets utilisés par l’Église, versets qui se trouvaient en désaccord avec la nouvelle thèse du savant.
Or, dans cette étude je démontre, verset après verset, que si les traductions de la Bible avaient été fidèles aux Textes originaux hébreux et grecs, Galilée n’aurait pas été condamné pour “avoir tenu et cru une doctrine fausse et contraire aux saintes Écritures”.
Je présente cette étude depuis un an et demi. Et, tout récemment, les 8 et 9 décembre, j’ai tenu deux conférences à l’Université du Temps Disponible des villes d’Aix-en-Provence et de Marseille. En mai dernier, j’ai également présenté cet ouvrage en anglais, à Marseille.
L’année 2009 va être principalement consacrée à l’étude des astres. Cependant, je souhaite qu’au cours des diverses manifestations une place soit réservée à l’astronome dans le but de faire avancer sa réhabilitation qui tarde toujours. Mais on ne pourra mettre un terme à ce conflit - si l’on veut véritablement réhabiliter le savant - qu’en revenant sur le motif erroné de sa condamnation et en en tirant la conclusion qui convient. C’est aussi ce à quoi je m’applique.
Ne serait-ce pas également - vis-à-vis de toutes les Nations qui participeront à cet événement 2009 - une bonne occasion de manifester la reconnaissance que l'on doit à ce grand savant ?
Je me tiens à la disposition des Organisations, Associations et Médias pour répondre à toutes les questions que suscite cet article.
Bien cordialement,

Joël Col

[

7.Posté par blackhole le 29/01/2009 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour trouver des articles sur la gravitation vs l'électromagnétisme, faites des recherches sur les sujets suivants:
- antigravitation.
- éloctrogravitation
- électromagnétisme scalaire, ondes scalaires ou ondes longitudinales.
et surtout
- Nikola Tesla (sujet inépuisable) et tout à fait d'actualité (énergie libre, courant éléctrique gratuit et non poluant, ...)

Il ne s'agit pas de forces opposées à la masse (comme les trains à sustentation magnétique) mais bien de "masse" qui acquiert un caractère répulsif par rapport à une autre masse !!!

Vous découvrirez qu'il n'y a probablement pas de conflit entre univers électrique et "gravitationnel" car la gravitation est -peut-être- un effet caché de l'électromagnétisme.

Rem: des quatre forces fondamentales (présumées), on a découvert les vecteurs d'interaction de 3 forces (photons, bosons intermédiaires, gluons) mais pas le fameux graviton! Etrange non!

Rem: je suis de formation initiale plutôt mécaniste et donc plutôt gravitation que électricité mais il est clair que tout ce que l'on m'a appris pue l'incompétence et l'endoctrinement

Il n'y a pas de crise de l'énergie et de la science, il n'y a qu'une crise de l'ignorance, la rigidité de l'esprit et de la cupidité!

Pour rappel, les armes psychotroniques, electromagnétiques, à antimatière et les "avions" volant à Mach 6...10 (Aurora, Ajax) sont en service....

8.Posté par micalef le 11/11/2009 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Félicitations pour le contenu de cet article que je partage à 100% surtout la critique de la théorie de l'effondrement qui est assez rare ( c'est la première fois que j'en lis une ! ) Vous trouverez une critique encore plus féroce ( car très détaillée) sur ma page : http://pagesperso-orange.fr/jean-jack.micalef/theme_45.html ( et suivants pour l'astrophysique)

Sur mon site, il y a une théorie alternative qui se veut une réponse à la théorie académique. je serais heureux d'en débattre avec vous
Cordialement
JJ Micalef

9.Posté par Micheline le 14/05/2010 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ceux que ça intéresse, il y a un film en préparation sur l'astronomie, ça s'appelle "L'oeil de l'astronome", c'est un film historique sur les 10 nuits qu'a passé Kepler a étudié les étoiles avec un des premier téléscopes créés.
y'a pas mal d'info sur le site touscoprod
http://www.touscoprod.com/pages/projet/fiche.php?s_id=5097&s_wbg_menu=4

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires