ANALYSES

L’assassinat du président Saddam et sa métaphysique : une nouvelle aventure militaire au Moyen-Orient par la cabale israélo américaine


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »


En assassinant Saddam Hussein, les US pensaient pouvoir briser une ‘’icône’’, l’image de l’homme à la personnalité charismatique et le montrer en lâche, du moins c’était ce qu’ils espéraient. Ils espéraient filmer puis diffuser l’image de Saddam Hussein se comportant comme la majorité des individus face à la mort ; tremblant, peut-être jusqu'à perdre la raison, à s’uriner dessus, à s’évanouir, etc.
Appelez cela comme vous voulez, Dieu, des forces invisibles, ou on ne sait quelle puissance, a fait que le projet des US s’est retourné conte eux, comment ? C’est ce à quoi nous allons essayer de répondre.


Zeynel CEKICI
Vendredi 12 Janvier 2007

L’assassinat du président Saddam et sa métaphysique : une nouvelle aventure militaire au Moyen-Orient par la cabale israélo américaine

Au-delà des moments de joies (chiites) passés en boucles par les media occidentaux et des réjouissances malvenues de certains dirigeants ‘’musulmans’’, dans leur majorité, qu’ils soient Chiites ou Sunnites, les musulmans ont montré une empathie, si se n’est de la sympathie en vers cet homme qui a su resté digne à un moment où peu de personnes pourrait faire autant acte de bravoure. Le courage face à la mort et à ses ennemis, sa dignité et sa seule soumission affichée à son Créateur, on fait de lui, le Saladin - Martyrisé de la lutte contre l’empire. L’image de Saladin qu’il rêvait d’avoir au nom du nationalisme arabe, il l’a eu post mortem ,en résistant pour la défense de sa nation et de sa foi.

Alter Info, jusqu’au jour de l’assassinat du président Saddam, avait toujours affiché et revendiqué son aversion pour le défunt président. La raison principale était sa responsabilité dans le conflit qu’il avait déclenché contre son voisin musulman, l’Iran, et sur ordre des US, avec le soutien – diplomatique et militaire - de l’Europe. Tout le monde ou presque, accepte aujourd’hui l’idée de l’implication occidentale dans cette guerre qui avait fait plus 2 millions de victimes musulmanes, et cela pour le plus grand bonheur ‘’d’Israël’’ et la plus grande satisfaction des marchands d’armes sionistes.

‘’L’invasion’’ du Koweït par l’Irak , la coalition internationale qui s’en est suivie avec la guerre du Golf, démontrent si besoin, l’accord donné de manière implicite par US, voire même de manière plus explicite si l’on se souvient des tromperies de l’ambassadrice US du moment.

C’est uniquement parce que le défunt président était devenu un pantin malgré lui que nous n’avions aucune sympathie pour lui.

Mais depuis plusieurs années déjà, semble t-il, le défunt Saddam se serait repenti… ?

Et, le jour de son assassinat, qu’il ait pu faire preuve d’un tel acte de courage et de dignité, a démontré et contrairement aux attentes US, qu’il était réellement un Homme digne, mais simplement égaré dans le passé par son nationalisme arabe et son idéologie socialiste.

De plus, Son attitude était stoïque face à ses bourreaux/persécuteurs, la force de conviction avec laquelle il a récité sa profession de foi, laisserait à penser que le Créateur dans Son infinie miséricorde, lui ait accordé le martyr ?

Il faut ici apporter quelques précisions précision, que ce soit pour les chiites ou sunnites, il est généralement accepté l’enseignement selon lequel, si un musulman avant sa mort arrivait à dire la profession de foi, toutes ses mauvaise actions seraient pardonné – d’où l’obligation de faire preuve de sincérité dans la pratique de sa foi en Islam…- Puisque des Hadiths rapportés, disent en substance que certains hommes, des plus pieux et adorateurs de Dieu (d’apparence), avant de rendre l’âme, auront un doute et ce doute les empêchera de réciter la profession de foi, le doute fera d’eux un non musulman au moment de la mort...

Il peut aussi arriver, que d’autres hommes peu pratiquants [mais croyants], car ils auront été bons, honnêtes, sincères, et pour d’autres raisons que le Dieu seul sait, avant la mort, ils auront la ‘’chance’’ de faire la profession de foi et avoir une force de conviction comme jamais durant leur vie, et par la Grâce du Créateur, ces hommes ‘’chanceux’’ – sincères- seront épurés de tous péchés.

Cette parenthèse fermée, revenons aux derniers instants du Président et le scénario imaginé par les US.

Les hommes encagoulés, ou devrait-on dire les lâches, on jusqu’à la pendaison, tenté de déstabiliser le défunt afin de l’empêcher de réciter sa profession de foi.

Pour ceux qui comprennent l’arabe, nous leur conseillons de revoir la vidéo censurée par les médias. Ces abjects individus ont tout fait, ils l’ont insulté, ils lui ont dit qu’il irait en enfer, que Moktada Sadir était le nouveau Chef de l’Irak (rappelons que jusqu’à sa mort, ils ne lui ont rien dit sur la situation actuelle de l’Irak) .

Quelle a été sa réaction ?

Au lieu de montrer sa peur ou sa rage, il leur a fait un sourire moqueur, et il ne s’est pas le moins du monde senti abattu, il a su faire preuve de courage jusqu’à la fin. Mais surtout il a gagné le cœur de la majorité des musulmans et des résistants (même non musulmans), nous y compris !

Les salopards encagoulés, ne lui on même pas laisser terminer sa dernière profession de foi… et ils se disent musulmans ?

Les rumeurs selon lesquels les vidéos montreraient un sosie du président défunt…

Ceux qui avaient espéré filmer le président dans le comportement banal, habituel à un condamné à mort devant son exécution, ont été déçu et cherchent à retourner la situation provoquée par leur plan qui a visiblement échoué :

La vidéo censurée et qui a été enregistrée à partir d’un portable, aurait été filmée soi-disant par un diplomate iranien. Cela reste à prouver… ?

Par contre il circule une hypothèse selon laquelle, l’individus aurait été payé 20 000 dollars par les US pour filmer les derniers instant du président Saddam et les envoyer sur la toile pour les objectifs cités plus haut.

Mais jamais les US n’auraient pensé que le défunt puisse se comporter en Homme.

Les traces sur le visage de son cadavre

Les salopards qui espéraient voir Saddam dans tous ses états devant la mort, ont été écoeurés, mais pas une seconde se sont dits que cet homme a peut-être compris la vraie soumission à Dieu et non aux hommes –US- ?

Puisque les encagoulés seraient eux aussi des ‘’musulmans’’, pourquoi ne pas avoir respecté la dignité d’un homme qu’ils ont décidé d’assassiner ?

Les traces sur le cadavre pourraient s’expliquer d’autres manières que par les élucubrations qui circulent sur la toile : Pourquoi ne pas envisager que les encagoulés, aigris et plein d’amertume devant ce qu’il n’attendaient peut-être pas, auraient pu se déchaîner sur le cadavre ? La haine qui aveugle certains hommes, leur fait oubliée la foi, la dignité et le respect, et dans leur démonstration sur la vidéo ‘’pirate ‘’, et les prétendus chiites encagoulés, on réussi à prouver qu’ils en étaient totalement dépourvus !

Il est très difficile aujourd’hui pour les non avertis de séparer l’ivraie du bon grain, les sites dits de résistances sont à profusion, et nombreux sont ceux qui sont victimes d’entrisme et volontairement infectés par de théories les unes plus loufoques que l’autres. Là où on dénonce la version du 11/09, on voit apparaître des théories d’extra-terrestres et on ne sait quelles autres débilités, afin sans doute de brouiller les pistes ?

Et, les théories qui véhiculent des absurdités du genre, c’est le sosie de Saddam qui a été exécuté, relèvent de ce genre de désinformation, c’est une pratique dans laquelle les officines US et sionistes excellent, ne l’oubliez jamais !

Sachez faire preuve de discernement, et n’ayez confiance en personne sous prétexte qu’il dit certaines évidences visibles.

Dans la vidéo ‘’pirate’’ censurée par les médias, d’aucuns disent qu’un des encagoulés serait Moktada Sadir en personne. Si tel fut le cas, cet homme doit encore prouver sa foi en Dieu et sa totale soumission. Contrairement à la conception du Chiisme iranien, normalement inspiré de l’école juridique de l’Imam Djafar, Mouktada et sa secte ont une lecture totalement différente du chiisme issu de l’école Djafarie. Cette école est considérée par les docteurs sunnites comme faisant parti intégrante de la Oumma et la cinquième écoles juridiques.

Moktada Sadir et sa secte, ont des pratiques qui rappellent celles des Alevis de Turquie, et si sa perception de l’Islam est semblable à celle des Alevis, selon ces mêmes docteurs sunnites, il ne peut être considéré comme étant membre de la communauté musulmane.

D’ailleurs, cet individu est trop obscur pour défendre les intérêts des Irakiens et encore moins ceux de la Oumma.

Alter Info et L’Iran, allégeance ?

Notre soutien affiché à la diplomatie iranienne se limite uniquement à un soutien intellectuel et à dénoncer les déclarations insipides et les raisons fallacieuses avec lesquelles l’empire espère se débarrasser de l’Iran. Et, cela uniquement pour servir la cause ‘’israélienne’’, pérenniser et renforcer le régime sioniste dans la région.

Penser que nous serions soumis et aurions fait allégeance à l’Iran, relève de la pure spéculation et d’un constat inique. Notre soutien à l’Iran, peut se résumer à cette adage qui dit, ‘’l’ennemi de mon ennemi est mon ami’’ et l’empire est notre ennemi !

Nous n’avons aucune affinité particulière avec l’Iran, nous ne sommes ni Chiite ni pro iranien, d’ailleurs ni pro de rien !

Dénoncer et combattre ce que nous croyons être juste, tant bien que ce peut et avec nos moyens. Notre volonté est de dénoncer toutes les injustices quelles qu’elles soient et d’où qu’elles viennent, et les combattre avec notre seule arme, celle d’informer, voilà notre seule idéologie !

On accuse Mahmoud Ahmadinejad de mystique révolutionnaire… et d’on ne sait encore quoi comme autres noms d’oiseaux, mais connaissons-nous réellement la personne ?

Que dans son intimité, M. Ahmadinejad ait une vision eschatologique de la géopolitique mondiale que nous ne partageons pas, est une chose et ne diminue en rien la qualité du personnage : humble, modeste et sincère semble t-il.

Jusqu’à présent, il a prouvé sa finesse diplomatique et a réussi à mettre l’Occident face à ses propres contradictions. Il a prouvé à plus d’une fois, l’opportunité de ses choix politiques. Même, si les mass media occidentaux s’amusent à ringardiser cet homme, il n’en demeure pas moins que la portée de certaines de ses décisions sont en train de changer la donne internationale. Evidemment, les US orientés par ‘’Israël’’ vont attaquer ce pays, non pas parce que l'Iran présente des risques de déstabilisations mondiales, mais risque simplement de mettre en branle les plans sionistes concernant la Région. Les projets sionistes qui dépendent d’un Iran sans les ‘’mollahs’’ - expression propagandiste qui en dit long sur les sentiments nourris par les occidentaux et les sionistes à l’endroit des msulmans - .

Que ceux qui reprochent à Ahmadinejad ses propos… même s’ils ont été dénaturés, et ceux qui continuent à l’insulter, à critiquer le choix de l’Iran, se posent ces questions : Quel serait l’attitude d’Israël et par son prolongement celle des US face à l’Iran, si ce dernier venait à renoncer à toutes ces prétentions nucléaires même légitime quant il s’agit du nucléaire civil ?

Pensez-vous sincèrement que le plan d’attaque de l’Iran, qui a été établi bien avant celui de l’Irak, serait abandonné ?

Si oui, ce serait bien méconnaître les motivations réelles des uns et des autres, des acteurs de l’échiquier régional. Même si l’Iran dit la vérité en affirmant ne pas avoir de programme d’armes nucléaires et ne rien vouloir d’autre que le nucléaire civil, Israël déclare: «Tant que l’Iran aura une possibilité d’enrichissement, il représentera un danger pour Israël», et Israël fait pression sur les Etats-Unis pour qu’ils prennent des mesures radicales qui arrange ses projets stratégiques.

Les plans d’attaques sont ficelés, les décisions sont prises depuis longtemps, seul le moment opportun manque. Ce serait une lapalissade de dire que les US et certains Etats Européens font les guerres d’Israël à sa place et ce depuis sa création. Aujourd’hui nous sommes dans une situation internationale inédite, et a l’instar de la colonisation de l’Irak, les intérêts US ou occidentale en générale ne comptent que très peu, seuls les intérêts sionistes orientent la géopolitique de la Région et plus généralement mondiale, et en conséquence de quoi, l’Iran n’y échappera pas.

Bien évidemment à condition qu’un événement majeur ne vienne troubler les plans américano sionistes, comme ce fut le cas avec l’assassinat du président Saddam et son effet contraire sur les masses musulmanes.


L’assassinat du président Saddam et sa métaphysique : une nouvelle aventure militaire au Moyen-Orient par la cabale israélo américaine


Vendredi 12 Janvier 2007


Commentaires

1.Posté par hakim le 12/01/2007 21:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous semblez ignorer l'mplication des iraniens dans certaines des pires atrocités commises contre les irakiens sunnites et chiites qui s'opposent à l'occupation, les scientifiques et universitaires... par l'armée de Sadr, les brigades Badr, l'armée du mahdi..et autres escadrons de la mort, tous ne sont pas judéo-americains. Les iraniens, comme les judéo-américains trouvent leur compte dans la déstruction de l'irak, et attisent la guerre civile entre les irakiens sunnites et chiites. Les déclarations enflammées du président iranien à l'égard de l'entité sioniste ne sont que des paroles. Dans les faits, les échanges économiques entre les deux pays ne cessent d'augmenter; ce qui est une étrange manière de rayer l'entité sioniste. Son opposition au sionisme n'est qu'une strategie à usage externe dans le bras de fer avec l'occident concernant son programme nucléaire, et aussi pour conquérir le soutien des peuples arabes et mettre en difficulté leurs régimes vendus aux sionistes et partisans de la déstruction des instalations nucléaires de l'Iran. Je vous exhorte donc à vous départir de votre angélique soutien à l'égard de l'iran et à étudier plus serieusement la politique de ladite république islamique d'Iran en Irak, laquelle politique n'a rien d'islamique.

2.Posté par modérateur le 13/01/2007 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Hakim,
Ayez l'obligeance de lire ce qui suit, un texte publié par le webmestre du RV qui résume bien ce qui est déjà connu des tous les avertis sur les questions internationales, ce qui ne semble pas être votre cas :

Après lecture de cet article, si vous le souhaitez encore, nous pouvons rediscuter de vos assertions à notre encontre.



Voici le texte qui résume quelques décennies de mensonges véhiculés par les mass média et acceptés par des personnes qui font l'effort de recherche nécessaire avant...

P.S. concernant l'armée du Mahdi et son chef obscur, je vous conseille de relire l'article.

Bonne lecture...




Huit légendes médiatiques sur l’Irak


L’administration Bush a requis les services de cabinets de relations publiques (Hill & Knowlton’s, Rendon Group, etc.) pour répandre diverses allégations à propos de l’Irak et les répéter sans relâche dans la presse. Compte tenu de la multiplicité des canaux de diffusion utilisés et par la seule force de la répétition, ces assertions parviennent au statut d’évidences communément acceptées. C’est ainsi qu’on les retrouve au fil des articles d’actualité ou sur les plateaux de débats télévisés sans qu’aucun journaliste ne prenne plus la peine d’en vérifier l’authenticité. Les plus populaires de ces mythes sont réunis ici.



« En 1991 l’Irak a massacré des Chiites qui s’étaient soulevés contre le régime. Selon les estimations du gouvernement états-unien, de 30 000 à 60 000 Chiites ont été tués. »
Les opposants au régime irakien ont mené une offensive contre le pouvoir en 1991, après la campagne de bombardements de la coalition internationale. Mais, comme en témoigne, entre autres, Jawad Bashara, un proche du Parti communiste irakien et membre du Forum irakien qui réunit des opposants à Saddam Hussein installés à Paris : « En 1991, le soulèvement populaire avait libéré quatorze grandes villes et la moitié de Bagdad, mais les Américains ne voulaient pas d’un pouvoir alternatif dominé par les Chiites, sous prétexte qu’ils pourraient faire une alliance avec l’Iran. Ils ont desserré le blocus autour de la garde républicaine et lui ont permis d’utiliser les armes de destruction massive, les missiles sol-sol, l’aviation, tout ce qui était interdit par les accords de cessez-le-feu, pour réprimer le soulèvement dans le sang. » [1].
La réalité est plus complexe que la propagande. La politique des Etats-Unis dans cette région est dominée, depuis la révolution khomeyniste, par la volonté d’affaiblir les mouvements chiites en général et l’Iran en particulier. C’est pourquoi, les Etats-Unis ont financé et armé le régime de Saddam Hussein pour qu’il attaque l’Iran. puis, après la guerre du Golfe, ils ont continué à instrumentaliser le régime de Saddam Hussein, cette fois pour réprimer les mouvements chiites irakiens.

Objectif : faire de Saddam Hussein un nouveau Staline en lui attribuant la responsabilité exclusive d’une répression de masse.

« Saddam Hussein a gazé plus de 5 000 Kurdes à Halabja en 1988 »
Les seules informations dont nous sommes sûrs est qu’une bataille entre l’Iran et l’Irak a eu lieu dans la zone d’Halabja, que les deux camps ont utilisé des gaz de combat interdits et que des civils kurdes, pris entre deux feux, ont été tués par ces gaz.
Le massacre d’Halabja n’avait pas soulevé de protestation de la communauté internationale, en mars 1988. À l’époque, il était admis que les civils avaient été tués « collatéralement » à la suite d’une erreur de maniement des gaz de combat. Deux ans plus tard, lorsque la guerre Irak-Iran prit fin et que les Occidentaux cessèrent de soutenir Saddam Hussein, le massacre d’Halabja fut attribué aux Irakiens. Un rapport classifié de l’Army War College démontra, en 1990, que cette imputation était peu crédible. Le Washington Post du 4 mai 1990 le résuma en ces termes : « L’affirmation iranienne du 20 mars [1990] selon laquelle la plupart des victimes d’Halabja a été empoisonnée par du cyanide a été considérée comme un élément clé [...]. Nous savons que l’Irak n’utilise pas de gaz cyanide. Nous avons une très bonne connaissance des agents chimiques que les Irakiens produisent et utilisent, et nous savons ce que chacun ne fait pas. »
Récemment, Stephen C. Pelletiere, un analyste politique pour l’Irak à la CIA pendant la guerre Iran-Irak puis professeur à l’Army War College qui participa à la rédaction du rapport, rappela dans le New York Times que le massacre d’Halabja était un crime de guerre, probablement commis par l’armée iranienne, et non un crime contre l’humanité commis par l’armée irakienne. Et, qu’en aucun cas, il ne s’est agit de l’assassinat délibéré de populations civiles (voir le résumé de la tribune libre de Stephen C. Pelletiere dans Tribunes libres internationales).

Objectif : faire de Saddam Hussein un nouvel Hitler en lui imputant des crimes contre l’humanité.

« Bagdad prétend qu’en douze ans l’embargo a causé la mort de centaines de milliers d’enfants et de personnes âgées alors qu’elles ont été victimes du régime de Saddam Hussein. »
Les sujets de presse sur les sanctions infligées à l’Irak commencent souvent par « Saddam prétend que... ». En fait, il existe, en la matière, des rapports précis provenant d’organisme internationaux reconnus.
Dès mars 1996, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publiait un rapport alarmant sur dégradation de la situation sanitaire en Irak (Rapport - Synthèse). L’OMS attribuait directement aux sanctions l’augmentation de 600 % de la mortalité juvéno-infantile depuis 1990.
L’OMS impute également à l’embargo le développement et la réapparition de maladies infantiles qui étaient en voie de disparition. L’Unicef a publié un rapport en août 1999 montrant que les sanctions contre l’Irak ont contribué à la mort de 500 000 enfants.

Objectif : masquer la responsabilité des États-Unis et du Royaume-Uni dans le maintien de l’embargo et occulter que ce maintien est un crime contre l’humanité.

En une occasion cependant, la responsabilité états-unienne avait été reconnue et assumée. On se souvient, en effet, que le 12 mai 1996, Madeleine Albright, alors secrétaire d’État, avait été interrogée sur les conséquences des sanctions par la journaliste Leslie Stahl qui lui demandait :
« Nous avons entendu qu’un demi-million d’enfants [en] sont morts. C’est supérieur au nombre d’enfants tués à Hiroshima. Est-ce que cela en valait vraiment la peine ? »
Mme Albright avait répondu : « Je pense que c’est un choix très difficile, mais nous pensons que cela en vaut la peine » [2].

« Mauvaise foi de Saddam Hussein : il prétend qu’en 1998, les inspecteurs de l’ONU étaient des espions. »
C’est aussi ce qu’affirmait le New York Times à la « Une », le 7 janvier 1999 : « Des officiels états-uniens ont déclaré aujourd’hui que des espions américains ont travaillé secrètement dans les équipes d’inspecteurs des Nations Unies. » [3]
Le 6 janvier 1999, le Boston Globe rapportait, quant à lui, que des agents secrets états-uniens « ont mené une ambitieuse opération d’espionnage conçue pour pénétrer les services de renseignement irakiens et suivre les mouvements du leader irakien Saddam Hussein, selon des sources des États-Unis et de l’ONU ». [4]
Le Washington Post du 2 mars suivant a indiqué en première page que les États-Unis « ont infiltré des agents et du matériel d’espionnage pendant trois ans au sein des équipes d’inspection en armement de l’ONU en Irak afin de surveiller l’armée irakienne, à l’insu des Nations Unies. » [5]
L’information fut mise en doute, mais lorsque la presse demanda un démenti officiel, « les porte-parole de la CIA, du Pentagone, de la Maison Blanche et du Département d’État ont refusé de démentir catégoriquement » (Washington Post du 2 mars 1999). [6]
En septembre 1991 déjà, l’ONU avait adressé une « réprimande publique » à David Kay, un inspecteur états-unien de la commission spéciale de désarmement en Irak, accusé de fournir des informations directement à Washington avant l’ONU [7]

Objectif : faire croire que l’Irak n’a jamais véritablement accepté les inspections.

« Les inspecteurs de l’ONU ont été expulsés par l’Irak, en 1998. »
Informé d’une campagne de bombardement imminente, Richard Butler, le chef des inspections de l’époque, a décidé de retirer son personnel (Opération « Renard du désert » lancée le 16 décembre, 415 missiles de croisière tirés, 600 bombardements).
Relatant ce retour, le Washington Post du 18 décembre 1998 écrit : « Butler a ordonné à ses inspecteurs d’évacuer Bagdad, anticipant une attaque militaire, mardi soir » [8]. Confirmant qu’il s’agit bien d’un départ volontaire et non d’une expulsion, USA Today du 17 décembre 1998 rapporte que « l’ambassadeur russe, Sergei Lavrov, a critiqué Butler pour son évacuation des inspecteurs d’Irak, mercredi matin, sans demander l’autorisation au Conseil de sécurité ». [9]

Objectif : prétendre que Saddam Hussein a volontairement interrompu les inspections pendant plusieurs années pour reconstituer son arsenal à l’abri des regards.

Début 2003, l’Irak dispose de missiles à longue-portée.
Lors d’une rencontre avec Jose Maria Aznar le 22 février 2003, George W. Bush a évoqué les missiles irakiens Al-Samoud 2 comme des missiles à longue-portée. En fait, les missiles incriminés figuraient dans la déclaration de 12 000 pages remise par l’Irak à l’ONU, le 7 décembre 2002. Dans une interview au Monde, Corinne Heraud, une inspectrice française de l’ONU explique qu’en octobre 2002 déjà, Bagdad avait déclaré que certains essais avaient dépassé la limite de 150 km.
Lorsque, à la demande d’Hans Blix, un groupe d’experts a rendu ses conclusions sur les Al-Samoud 2, le 12 février, John Negroponte ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, a qualifié l’information de « découverte » de « missiles violant les résolutions de l’ONU », suggérant qu’il s’agissait d’une trouvaille inédite. Cette mise en scène, sous forme de scoop, a été reprise par de nombreux médias . Ainsi, la RTBF ou RFI entre autres, présentaient le 12 février comme une révélation « exclusive » ce qui n’était que la confirmation officielle de ce que l’Irak avait déclaré plusieurs mois auparavant.
Selon Associated Press, Hans Blix aurait annoncé en janvier que 40 essais avaient été effectués sur les missiles al-Samoud 2. Treize tirs auraient dépassé les 150 kilomètres autorisés par la résolution 687 et seul un tir aurait atteint 182 kilomètres. Le dépassement des 150 km est dû, selon Tarek Aziz vice-Premier ministre irakien, au fait que ces tests ont été effectués avec des vecteurs non chargés (ils peuvent transporter jusqu’à 300 kg de charge) et non équipés de dispositifs de guidage.
L’ambassadeur irakien auprès de Nations Unies, a déclaré le 12 février que son gouvernement souhaitait qu’une commission vienne vérifier la portée réelle des missiles.

Objectif : faire croire que l’Irak représente aujourd’hui une menace pour ses voisins.

« L’Irak n’est pas autorisé à survoler les "zones d’exclusion aérienne" recouvrant les 2/3 de son territoire. »
Les zones d’exclusion aérienne qui comprennent les parties de l’Irak situées au nord du 36ème parallèle et au sud du 32ème parallèle ont été imposées par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, 18 mois après la guerre du Golfe. Depuis, la France est revenue sur sa position et a dénoncé ces zones. Le 3 septembre 1996, les États-Unis ont décidé unilatéralement d’étendre la zone du 32ème au 33ème parallèle.
Au regard du droit international et en vertu de l’article 51 de la Charte des Nations Unies, l’Irak conserve le droit de se défendre sur l’ensemble de son territoire, y compris au dessus des zones déclarées « d’exclusion aériennes » par les États-Unis.

Objectif : donner une apparence de légitimité aux raids aériens britanno-états-uniens contre les positions défensives irakiennes dans les zones d’exclusion aérienne.

« La guerre permettra de désarmer efficacement l’Irak. »
De 1991 à 1998, la première série d’inspections a permis d’éliminer bien plus d’armes que les six semaines de bombardements. En 1994, l’AIEA se déclarait « convaincue que, par suite des mesures de destruction, d’enlèvement et de neutralisation, qui ont été prises jusqu’ici, il n’est matériellement plus possible à l’Iraq de produire des armes nucléaires ou des matières utilisables dans les armes nucléaires ».
Selon l’États-unien Scott Ritter, ancien inspecteur de l’UNSCOM, « depuis 1998, l’Irak est grosso modo désarmé : de 90 à 95 % de ses capacités en armes de destruction massive ont été éliminées, et ce de façon vérifiable »Interview dans The Guardian.

Objectif : justifier l’attaque contre l’Irak.

De nombreuses références reprises dans cet article ont été trouvées sur le site du collectif FAIR« Fairness & Accuracy In Reporting »


3.Posté par ritapitton le 20/01/2007 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Longue vie à alter info et à son directeur ! ne vous laissez pas intimider par les menaces sionistes.
Continuez votre brillant travail d'information qui nous change des informations sionistes de la presse orale et écrite .Saddam Hussein n'était pas un saint mais le CIEL l'a aidé à mourir en brave : sur le gibet il a fait montre d'un courage surprenant exhibant sa soumission à Dieu et non aux sionistes .
Oui Saddam Hussein a été sacrifié sur l'autel des intêrets israéliens; oui , le but ultime de l'invasion de l'invasion de l'Irak était la mise à mort de Saddam Hussein défenseur des Palestiniens . Et maintenant l attaque de l'Iran fait partie des plans américano -sionistes pour écraser les musulmans et renforcer le régime sioniste dans la région . Musulmans soyez unis : dites NON à la domination mondiale sioniste .

4.Posté par zephyrin le 30/01/2007 03:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que dire cet article est instructif.

La pendaison de cet homme a quelque chose de révoltant tout comme celles qui sont patriquées en Iran et dans certains pays. Plus que jamais nous devons nous mobiliser contre cette pratique qui avilit l'homme.

Quant a ceux qui veulent dominer le monde, ils finiront tout comme nous rongés par les vers.

Comme disait l'autre : tout n'est que vanité !


5.Posté par moudjaidin 68 le 23/09/2007 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour , je me suis promener sur votre site et jai ete touchée par la veracités de vos articles qui donne une opinion réellement differentes sur lactualités dans le croissant fertiles qui gagnerais a etre connus du plus grand nombres un frisson ma parcouru et un sentiment de veritée retrouvés un grand respect aux hommes qui ont les yeux ouverts et qui combattent le terrorisme camouflées,sachez que vous n'ete pas seul et que la vérité triomphera inch allah pour ma part je communiquerais cette adresse a toutes mes connaissances que la paix soit avec vous

6.Posté par tareck le 05/11/2008 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre rage antisémite vous fait adopter des positions idéologiques de mauvaises foi : nier les faits au profit d'idées petites chauvines (supériorité de l'islam) (courage face à la mort) et infantiles bèbètes (existence de dIeu) : quelle tristesse. Et dire que certains vous croient. Vous faites votre lard de la faiblesse et de la lâcheté intellectuelle de nombreuses personnes.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires