Palestine occupée

L'arrestation des parents, une autre manière sioniste pour déchirer la famille palestinienne


Dans la même rubrique:
< >


Lundi 21 Avril 2008

L'arrestation des parents, une autre manière sioniste pour déchirer la famille palestinienne

Il est naturel que l'arrestation d'un membre d'une famille sème un état de panique et d'attente dans leur maison. Quel sera cependant l'état de cette maison, lorsque toute la famille sera arrêtée ?

Des pères derrière les barreaux

La famille a pris plusieurs nominations. Une fois, c’est la famille immigrée. Une autre fois, elle est réfugiée. Et aujourd'hui, c’est la famille emprisonnée.

Fawad Al-Khafach, directeur d'Ahrar, centre de recherches sur les captifs, confirme que lorsque le père est arrêté, la mère prend le rôle de chef de famille. Elle rassemble les enfants autour d'elle et essaie d'amoindrir l'effet de l'absence de leur père. Mais que feront les enfants lorsque et le père et la mère sont emprisonnés, chacun dans une prison différente ? La famille vivra dans des conditions très difficiles, difficilement imaginables pour beaucoup de sociétés.

Accouchement dans la prison

Al-Khafach parle aussi du cas de Madame Khawla Zitawi, originaire du village Jama'ai. Elle a été arrêtée le 25 janvier 2007. C'est dans la prison militaire de Hacharoun qu'elle a mis au monde sa petite fille Ghada. Son mari Mohammed Saïd Abou Omar avait été arrêté peu de temps avant elle, le 7 décembre 2006. Il est enfermé dans une autre prison sioniste. Ni elle ni leur petite Ghada ne peuvent le voir. Quant à leur fille Salsabile, âgée de quatre ans seulement, elle n'a plus la tendresse de sa mère, ni la présence de son père. Sa vie est déchirée entre la maison de sa grand-mère et celles de ses oncles.

Mère de sept enfants

Le directeur d'Ahrar parle aussi de l'histoire de la captive Nora Al-Hamchlmoun. Elle avait été emprisonnée il y a deux ans de cela, ainsi que son mari. Depuis le premier moment de leur arrestation, ils ont entamé plusieurs grèves de la faim. L'importance de cette histoire, c’est que ces deux parents laissent derrière eux sept enfants. Aussi intentionnée soit-elle, la grand-mère ne pourra les remplacer.

Un autre couple

Al-Khafach parle également de la captive Attaf Alayyan. Elle a passé les meilleures parties de sa jeunesse en se déplaçant d'une prison à une autre. Il en est de même pour son mari, l'écrivain Waleed Al-Hodli. Ils souffrent de cette fameuse « détention administrative ». Leur petite, Ayha, avait vécu avec sa mère avant qu'elle ne sorte et vive avec sa grand-mère, loin de ses parents.

Des histoires inimaginables

Les histoires de ces captifs palestiniens sont à peine croyables et imaginables. Et elles n'ont pas l'air de diminuer en nombre. Qui peut décrire, dit Al-Khafach, à titre d'exemple, les sentiments et les souffrances de cette mère qui se réveille un matin pour voir ses cinq garçons interpellés, incarcérée et dispersés sur cinq prisons sionistes. Ils sont été condamnés à des durées inimaginables. 2600 ans pour Moath. 150 ans pour Othman. Abada a été mieux chanceux avec sa peine de 10 ans ! Leur père est mort sans pouvoir les voir. Leur mère implore Dieu de ne pas avoir la même fin.

Cette prière devient fréquente chez les mères palestiniennes. C’est encore pire pour madame Fazea Sawafta. Les Sionistes lui ont interdit de jeter un dernier regard sur le corps son fils qu'ils avaient tué, confisquant son corps ! Ils ont aussi emprisonné ses trois frères que leur mère espère voir avant de faire ses adieux à ce bas monde.

A la fin de son rapport, Al-Khafach confirme que ces histoires ne donnent qu'une image très simpliste des souffrances et du déchirement que la famille palestinienne endure sous une occupation des plus inhumaines.


L'arrestation des parents, une autre manière sioniste pour déchirer la famille palestinienne
La campagne européenne : Le blocus sioniste menace d'une catastrophe humanitaire à Gaza


La campagne européenne pour la fin du blocus sioniste imposé contre Gaza a lancé un appel d'aide urgent pour sauver la vie des malades et des blessés palestiniens dans la bande de Gaza qui sont exposés à la mort dans les heures prochaines après la fin du carburant, à cause du blocus sioniste continuel contre la bande de Gaza, depuis plus de dix mois.

Dans un communiqué de presse dont le Centre Palestinien d'Information a reçu une copie, la campagne européenne a dit, ce dimanche 20/4, à Bruxelles, que la coupure du carburant de la Bande par les autorités de l'occupation et son insistance à interdire l'entrée des médicaments et des matières médicales dans la Bande et à interdire aux malades et aux blessés d'aller se soigner à l'étranger menacent d'une grande catastrophe humanitaire au sein des habitants de la bande de Gaza. Les victimes se compteront par centaines, surtout du fait du grand nombre de malades qui a atteint plus de 1200 malades palestiniens et de la suspension du carburant pour les hôpitaux.

La campagne européenne a souligné que les agressions sionistes continuelles contre la bande de Gaza ainsi que les menaces sionistes de lancer une vaste opération sous l'ombre du blocus vont mettre la vie des blessés en danger de mort

L'arrestation des parents, une autre manière sioniste pour déchirer la famille palestinienne
Rapport juridique : L'occupation a enlevé 65 mille palestiniens durant l'Intifada d'Al-Aqsa


Un rapport juridique a affirmé que les forces armées de l'occupation sionistes ont arrêté 750 mille palestiniens depuis 1967, ce qui correspond à 25% de la totalité du peuple palestinien qui habite dans les territoires occupés en 1967. Parmi eux, 65 mille personnes ont été kidnappées durant l'Intifada d'Al-Aqsa seulement.

À l'occasion du jour du captif, le ministère des affaires des captifs et des libérés a publié un rapport, tirant la sonnette d'alarme sur les escalades des arrestations par les forces armées sionistes contre les citoyens palestiniens.

Le rapport a indiqué que les pratiques criminelles des arrestations sionistes ont enregistré une augmentation de 62% durant l'année 2006 par rapport à l'année 2005, alors que l'année 2007 a témoigné d'une progression de 34,2%, enregistrant un accroissement de 118% durant l'année 2007 par rapport aux arrestations de 2005.

Au sujet des captives, les troupes armées de l'occupation ont arrêté plus de dix mille citoyennes palestiniennes depuis 1967, dont 750 captives durant l'Intifada d'Al-Aqsa, au moment où 97 citoyennes souffrent jusqu'à cette heure dans les prisons de l'occupation dont des jeunes filles âgées moins de 18 ans, des mères, des étudiantes, ainsi que la député Mariam Salah. 5 captives sont en détention administrative.

Le rapport a souligné que quatre captives ont accouché dans les prisons de l'occupation et souffrent actuellement avec leurs bébés dans leurs cellules, sous des circonstances inhumaines et insupportables avec notamment des négligences médicales.
Ce rapport juridique a montré que le plus petit captif au monde dans les prisons sionistes est le bébé Youssef, qui est âgé de moins de trois mois.

Le mouvement féministe organise un Sit-in massif en protestation contre le blocus

Le mouvement islamique féministe dans la ville centrale, a organisé le dimanche, le 20/4, un immense Sit-in, bien massif, en protestation contre le blocus de Gaza, avec une participation des grandes responsabilités dans la ville.

Le député du conseil législatif palestinien, du bloc "changement et reforme", le Dr. Salam Salama a appelé lors de son discours devant les participants, à la patience et la résistance face à la continuation du blocus criminel et illégal qui frappe tous les domaines de leurs vie, tout en saluant les compétences des résistants d'Al Qassam qui ont donné des leçons aux soldats sionistes qui fuient la bataille.

Pour sa part, la députée Hoda Na'im a qualifié le blocus imposé contre Gaza résulté des complots de certains cotés européens, arabes et palestiniens, tout en confirmant que le peuple palestinien ne va jamais abandonner ses droits à cause du blocus.

http://www.palestine-info.cc/ http://www.palestine-info.cc/



Lundi 21 Avril 2008


Commentaires

1.Posté par RESISTANCE le 21/04/2008 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Malheureusement cette pratique existe depuis toujours, sauf qu’elle n’est pas relayée par les médias "occidentaux", cela dit, c’est la nature même de la culture sioniSStes, attaquer des populations vulnérables…sans humanité…voici les valeureux soldats de tsahal !!

Et pourtant, de part le monde des voix s’élèvent contre cette "buSSherie", sans que la "communauté internationale" ne soit sensible à cette situation, sauf dans le silence !!
Quelle Honte cette communauté, d’ailleurs, quand on parle de communauté internationale, de qui parlons-nous ??
Si ce n’est que des puissances qui défendent leur propre intérêt, qui, est basé parfois sur le génocide et le crime !! ...Il y a tellement d’exemple !!

A les écouter ces politiques ainsi que ces médias, les palestiniens vivants à Ghaza ne sont que "des terroristes, des activistes, des djihadistes, des fondamentalistes, des islamistes radicaux, des intégristes…." Sauf des être humains assoiffés de liberté !!
Il y en à tout un chapelet de termes dans les mémos des sioniSStes…A longueur de journée, les ondes radio, les chaines de télévisions sont tous d’accord sur les termes employés…donc, il est normal que ces populations soient emprisonner. Tant que les médias continuerons à employer des termes comme " terroristes, activistes, djihadistes, fondamentalistes, islamistes radicaux, intégristes…." Alors, ils permettront de légitimer les massacres de tsahal.
Hé oui, la France est devenue comme çà, malheureusement !!
Et pourtant les médias ont un devoir d'objectivité bla bla bla bla bla ....Quelle objectivité !!
Pays des droits de l’Homme et du Citoyen !!
Doté d’une grande liberté d’expression, attention !!

Sauf pour la flamme olympique qui est plus importante que les Palestiniens !!
Et pourtant, le président français, Nicolas Sarkozy, à réinvité l'handicapée Jin Jing, symbole pour les Chinois du fiasco de la flamme olympique lors de son passage en France.
Il à dit : "Je veux vous dire que j'ai été choqué par les attaques dont vous avez été l'objet le 7 avril à Paris et pour le courage que vous avez montré, j'ai un profond respect envers vous et le peuple dont vous venez".
Quand je dis qu’on ne partage pas les mêmes valeurs !!

Et, il y a de part le monde des personnalités de tout horizon et qui ont eu à tenir différentes responsabilités sortent de leurs réserves et ne supportent plus, ce silence INHUMAIN de cette « communauté "blanche" internationale ».
Le dernier en date est Monsieur Jimmy Carter ancien président des Etats-Unis d’Amérique qui a rencontré des leaders du Hamas venus de Ghaza, il a fait une intervention à l’Université américaine du Caire, où il a été accueilli par un public très nombreux et tout aussi chaleureux.

A un étudiant américain, qui reprenait les mêmes termes du reproche de Condoleezza Rice, à savoir « rencontrer des terroristes "en parlant du Hamas" qui tuent des civils innocents », Jimmy Carter a eu une réponse qui a suscité une pluie d’ovations : « En sept ans, il y a eu 13 personnes tuées par les roquettes, et je considère que tuer des civils innocents est du terrorisme, mais ces roquettes sont rudimentaires, et si tu vivais toi à Ghaza, tu verrais que pour un Israélien tombé sous les roquettes palestiniennes, 30 à 40 Palestiniens sont tués par les militaires israéliens, ce qui, selon moi, relève aussi du terrorisme. »

L’ex-président américain a également affirmé que tous ses efforts sont consacrés à faire lever le siège sur Ghaza. Un siège qui, a-t-il précisé, est le résultat d’une « stratégie américaine et israélienne qui vise à vouloir accentuer la différence entre la vie en Cisjordanie et à Ghaza, mais qui aboutit au résultat contraire du but escompté et renforce la popularité du Hamas au détriment du Fatah ».
Ce qui se passe à Ghaza à cause du blocus israélien, a-t-il ajouté, « est une atrocité perpétrée en guise de punition contre la population, réduite à mourir de faim… c’est un crime… j’estime que c’est une abomination que cela continue. »

Avant de partir, un jeune étudiant égyptien a d’ailleurs tenu à clamer au micro : « Monsieur Jimmy Carter, je me lève pour vous dire que je suis un parmi les 70 millions d’Egyptiens qui vous portons dans notre cœur »… Rarement un homme politique américain ne s’est entendu dire un compliment égyptien aussi sincère.

Et, c’est ce que beaucoup d’organisations humanitaires clament haut et fort sur la réalité du terrain à Ghaza sans que cette soit disant "communauté internationale" ne bouge le petit doigt.
D’ailleurs n’attendez rien des médias (détenue par des multinationales dirigés par des sioniSStes) qui ont l'obligation de les protéger et de les défendre, c’est pour çà qu’ils sont payés ces journaleux....!!

Vive la RESISTANCE

TAHYA FALESTINE

2.Posté par hélène le 21/04/2008 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


ces journaleux sont des criminels, au même titre que les criminels israéliens, c'est leur silence sur ces crimes, c'est leurs desinformation à propos des victimes palestiniennes qui sont le fer de lance de l'impunité des criminels, de la continuation des crimes.
.ils sont la fabrique des monstres.
les journalistes français sont des criminels et pas seulement des collabos
nous nous en souviendrons..

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires