Conflits et guerres actuelles

L’armée turque, un retrait contesté


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:25 Lorsqu’Alep sera tombée...



Mercredi 5 Mars 2008

L’armée turque, un retrait contesté
Le bélier turc se serait-il brisé les cornes contre les murailles de Qandil ou Ankara aurait il décidé d'en retirer ses troupes, sous les pressions américaines ? Sans aucun doute, aucun, une réponse ou une ébauche de réponse sera donnée au monde, un jour ou l'autre. Sauf qu'en attendant, ce retrait précoce a provoqué une véritable onde de choc au sein du macrocosme militaire turc, où d'augustes têtes risquent de tomber sous peu : à commencer par celle du Chef d'état major interarmes, le puissant Général Yaçar Buyuk Anit, qui a juré, le lundi 3 mars, devant la presse nationale réunie au complet, qu'il « quitterait ses habits de militaire, si jamais une quelconque preuve venait confirmer le rôle des Etats-Unis », dans ce que d'aucuns se complaisent, désormais, à qualifier de « honteuse reculade ». Et de reculade, ce retrait en a effectivement tout l'air : le 21 février dernier, l'armée turque envoie ses soldats à l'assaut du Kurdistan irakien, avec la promesse d'en finir, une bonne fois pour toutes, avec les séparatistes du PKK, qui infectent, selon ses termes, « toutes les régions frontalières ». Elle y combat, non sans un certain succès, la guérilla, parvient même à marquer des points et à progresser jusqu'à quelques-unes de ces bases d'où le PKK lance ses attaques, avant de renoncer à tout et de rebrousser chemin, et ce, pendant une visite « éclair » du Secrétaire américain à la Défense, à Ankara. Rappelons que de cette visite, les analystes ont retenu, surtout, le ton menaçant de Gates, qui recommandait à son hôte- et le mot n'est pas assez fort- de mettre fin à son offensive, bien que, tout au long de l'offensive, l'Amérique ait été le seul Etat au monde à soutenir, avec vigueur, la Turquie. Pour une opinion turque particulièrement sensible aux évolutions des relations Ankara-Washington, ce changement de cap équivaut à une ingérence, ingérence, que ses dirigeants auront sacrément du mal à justifier, à moins de s'avouer être pris dans un piège à double entrée, un piège où ils sont tombés par et pour les Américains.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 5 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par Alfeanor le 05/03/2008 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout cela est je pense très strategique, peut-être en relation avec les elections americaines ?
J'ai rarement vu une attaque massive non suivi d'une occupation , ou alors le general turque il avait lu sa carte à l'envers puis il s'en est apercu :)
On devrait faire une quete pour envoyer des gps à l'armée turque.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires