Palestine occupée

L’appel à l'unité nationale, lancé, par le Premier ministre palestinien


Suite à l’escalade des violences entre les mouvements du Fatah et du Hamas, le Premier ministre palestinien, Ismaël Haniyeh, a demandé la fin des tensions et des affrontements intérieurs et le renforcement de l’unité nationale.


Mardi 30 Janvier 2007

Lors de la tenue de la réunion ministérielle urgente, Haniyeh a appelé, dans un message, tous les Palestiniens, à maintenir, dans la situation délicate actuelle, leur unité nationale. En effet, les affrontements intérieurs de la semaine dernière, dans les territoires palestiniens, ont suscité la vive inquiétude des milieux internationaux et régionaux. Dans la foulée, l’Organisation de la Conférence islamique a publié un communiqué, pour exprimer ses préoccupations, quant aux affrontements entre les Palestiniens, tandis que la Ligue arabe a demandé aux groupes palestiniens de reprendre les négociations nationales, afin de mettre un terme aux tensions actuelles.

Indubitablement, ce qui se passe, actuellement, dans les régions palestiniennes, est dans l'intérêt du régime sioniste et des Etats-Unis. Un an s’est écoulé, depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement issu du Hamas, année, durant laquelle, les autorités israélo-américaines ont déployé d’intenses efforts, illustrés, entre autres, par des sanctions politiques et économiques sur le gouvernement du Hamas et des incitations à des conflits civils, afin de renverser ce gouvernement. Parallèlement, la Maison Blanche, en adoptant une position en faveur du Fatah et de son Chef, Mahmoud Abbas, s’est efforcée de créer des différends et de semer la discorde entre ce mouvement et le Hamas. Les responsables du Hamas estiment que l’unité Fatah-Hamas pourrait aplanir le terrain à la restauration des droits bafoués du peuple palestinien. A ce propos, le Premier ministre Haniyeh a fait savoir: « J’ai dit, à maintes reprises, à Abou Mazen, que, s’il nous avait rendu la main, aucune sanction n’aurait été imposée contre nous et la nation palestinienne. » L’expérience infructueuse des Chefs du Fatah, dans les négociations de paix du Moyen-Orient des années 90, a renforcé, encore une fois, cette idée, chez les Palestiniens, qu’on ne peut arriver à rien, par le biais des négociations politiques.

Ceci dit, les Palestiniens ont voté, le 25 janvier 2006, en faveur de la résistance palestinienne du Hamas, pour qu’un gouvernement de résistance et un Parlement de résistance soient formés, après 58 années d’occupation, aplanissant le terrain à la formation d’un Etat palestinien indépendant. Dans de telles circonstances, le Fatah, compte tenu de son grand échec historique, face au Hamas, aux élections de 2006, s’est dressé devant le Hamas. Il est clair que les Chefs du Fatah, en répétant l’expérience de Yasser Arafat, leader défunt des Palestiniens, ne parviendront à aucun résultat, sur les scènes politiques, surtout, lorsque l'on sait que le Chef de la diplomatie israélienne a dit au Président de l’Autorité autonome palestinienne, au cours du Forum économique mondial de Davos, qu'un Etat palestinien devrait être formé, dans la Bande de Gaza, et que les Palestiniens devraient renoncer à la Cisjordanie, ainsi qu’à Beitolmoghadas est. Certes, les propos de Madame Tzippi Livni doivent inciter les Chefs du Fatah et, notamment, Mahmoud Abbas, à être plus vigilants, à ne pas perdre de temps et à empêcher la mise en application des complots communs israélo-américains.

IRIB


Mardi 30 Janvier 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires