Propagande médiatique, politique, idéologique

L'anticynisme d'Anna Politkovskaïa



Andrei Kolesnikov
Mardi 10 Octobre 2006




par Andrei Kolesnikov, RIA Novosti

La mort d'Anna Politkovskaïa se situe sur le même plan que les assassinats scélérats d'autres journalistes russes : de Dmitri Kholodov à Paul Khlebnikov. Un fait unit ces événements tragiques : les assassins visaient presque toujours des journalistes d'investigation. Anna Politkovskaïa était une journaliste d'investigation avec un nom, des textes et des sujets éveillant des résonances profondes. Son sujet était la Tchétchénie.

L'investigation est un travail audacieux, d'autant plus s'il s'agit d'un territoire jadis séditieux, mais cette profession devient de plus en plus risquée. L'assassinat d'un journaliste témoigne nettement que tout n'est pas aussi parfait en Tchétchénie, comme le pensent ceux qui estiment que la guerre a pris fin, que c'est du passé. Anna Politkovskaïa n'a pas seulement été assassinée par un tueur à gages : elle a été tuée à la guerre en "temps de paix". Cette guerre continuera encore longtemps à tuer ses participants actuels et anciens. L'inertie s'est avérée trop forte.

La journaliste Anna Politkovskaïa était aussi militante des droits de l'homme, donc, elle avait une sensibilité ardente. La défense des droits de l'homme suppose une grande ardeur, de la sensibilité pour les destins décrits et défendus par le journaliste. Ce journalisme peut être naïf et pathétique, parce qu'il est exempt de cynisme. Il refuse de comprendre les intérêts des instances supérieures et de se résigner au cours des événements inéluctable et injuste.

Dans un de ses derniers articles consacrés non pas à la Tchétchénie, mais à la politique russe, Anna Politkovskaïa a employé le terme d'"anticynisme". L'absence de cynisme et la lutte contre ce dernier étaient au centre de son journalisme, ce qui explique le contenu de ses articles et leur style.

Le meurtre d'une personnalité publique est toujours la démonstration de quelque chose, démonstration destinée à certains et visant à faire de l'événement la une des journaux. Ces assassinats recèlent toujours beaucoup de mystères. Ils ont un grand retentissement et le cercle des suspects est toujours très large. Ces assassinats sont objectivement difficiles à élucider : aussi bien pour des raisons purement criminelles que, parfois, pour des considérations politiques, ce sur quoi comptent leurs commanditaires.

Il serait le plus facile d'accuser le pouvoir actuel de la Tchétchénie et personnellement le premier ministre de la République Ramzan Kadyrov qui était la cible de nombreux articles d'Anna Politkovskaïa. Mais une autre conclusion logique découle directement de l'analyse élémentaire de la situation : ce crime profite à ceux qui voudraient "compromettre" cet homme qui est, en fait, l'actuel chef de la Tchétchénie.

Il y a déjà beaucoup de versions, d'autres s'ajouteront évidemment. Mais, selon toute probabilité, l'enquête n'aboutira pas. C'est triste, parce que la vie humaine, c'est bien trop cher pour un simple rappel des problèmes de la société russe : politiques, sociaux et, ce qui est essentiel, moraux.


Mardi 10 Octobre 2006


Commentaires

1.Posté par Ben le 11/10/2006 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam
Je suis d'accord avec A. Kolesnikov. Je pense que la journaliste était entièrement vouée à cette mission qui consiste à dénoncer tous les excès et exactions du pouvoir russe. Mais, à mon avis, ce n'est pas l'actuel président de la Tchétchénie qui est le commanditaire d'un tel acte lâche et abjecte, c'est l'ex KGB avec les mêmes méthodes.
BO

2.Posté par Hartemisse le 11/10/2006 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam BO,
Je n'ai pas l'intention de salir la mémoire d'une personne défunte. La journaliste Politkovskaïa comme l'a déclaré Poutine, était certes une opposante à son régime, mais ses articles et ses enquêtes avaient une portée toute relative. ‘’Sa mort est plus déstabilisante pour la Russie que tous ses écrits de son vivant’’.
Entre nous, il n'a pas tort ?

Regardons ensemble les effets de cet assassinat abjecte, que l'on soit bien d'accord, dans ma critique je ne fais pas l'apologie de l'assassinat de quiconque, personne ne doit être inquiété pour ses idées et encore moins être assassiné.
Rien ne peut justifier le meurtre et l’assassinat et certainement pas celui d’un journaliste.

Les officines de déstabilisations et de propagandes américaines ont des méthodes qui ne sont pas toujours connues du grand public, parmi elles, c’est l’assassinat d’hommes politiques et de journalistes travaillant pour le propre compte des US.
Pourquoi me diras-tu, tuer un journaliste qui travaille pour soi ?
Tout simplement, certains morts peuvent faire plus de dégâts que de leur vivant. Et, avec la journaliste Russe j’ai la vague impression que c’est bien ce scénario, les services US ne doivent pas être étranger à ce crime.

Que dires de toutes les déclarations après l’assassinat ?
En quoi Georges Bush devrait-il se sentir concerné par la mort de cette journaliste, d’autant plus qu’il est vraiment mal placé pour donner des leçons à qui que ce soit, ce fasciste à la con, se permet d’appeler Poutine et de lui demandé des comptes (dans le langage diplomatique) ?

Que dire des déclarations de RSF, et de son président Ménard. ‘’Reporters sans Frontières’’ est aussi une organisation dont les relations avec les US sont troubles et une partie de son financement provient de la CIA. Alors que cette organisation qui est censée travailler pour aider les journalistes emprisonnés et opprimés par le pouvoir politique, RSF à prouvé à plus d’une fois que les journalistes qui condamnent les USA ne sont pas bon a défendre. On peut citer quelques journalistes musulmans dont la souffrances et la maltraitance ne semble pas intéressée RSF et son président R. Ménard toujours prompt à dénoncer ‘’les injustices’’, on peut citer ainsi le journaliste soudanais sami al-haj, Tayssir Alouni qui sont les plus connus et que RSF ne se souci peu !

Voici quelques liens d’articles publiés sur Alter Info :
Reporters sans frontières et ses contradictions
Le financement de Reporters sans frontières par la NED/CIA
Enivré par l'odeur des $, RSF a 'égaré' un journaliste

RSF : Les Fonds gouvernementaux ternissent l'objectivité d'une organisation
RSF et le journaliste martyr de Guantanamo
RSF, Giuliana Sgrena et l'US Army
(Clique sur le titre pour lire le sujet)
Et, bien d’autres articles qui viennent étayer la thèse d’une organisation corrompue concernant RSF.
Souvient toi, quand je disais que pour celui qui cherche les vérités et qui n’en a pas trop les moyens (manque de temps, d’outils, d’informations), il y a une méthode infaillible : quant les médias dominants disent Blanc, il faut chercher dans le noir ou le gris…
Aujourd’hui, tous ceux qui n’ont absolument rien à foutre de la misère et des souffrances des plus faibles, c'est-à-dire ceux qui sont aux service de la propagande américano-sionistes d’une même voix, condamnent (et à juste titre) l’assassinat de la journaliste, mais au-delà de cette condamnation unanime, on vise Poutine et la Russie que l’on aimerait voir se ranger derrière la clique de néo-cons.

Je ne reviendrai pas sur la question Tchétchène, mais là aussi les choses ne sont pas aussi simples.
Fraternellement.
Zeynel

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires