Diplomatie et relation internationale

L'ambassadeur d'Israël convoqué à Ankara pour les propos d'un général israélien


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Dimanche 15 Février 2009

L'ambassadeur d'Israël convoqué à Ankara pour les propos d'un général israélien
L'ambassadeur d'Israël a été convoqué samedi à Ankara pour se voir transmettre une note officielle de protestation contre des propos d'un haut responsable de l'armée israélienne, a annoncé le ministère turc des Affaires étrangères.


La Turquie réclame une "clarification urgente" au sujet de déclarations du général Avi Mizrahi, responsable du quartier général de l'armée israélienne, jugées "inacceptables" par Ankara car elles contiennent des "affirmations et des sottises visant notre Premier ministre et notre pays", selon un communiqué du ministère.


Des médias turcs avaient rapporté vendredi que le général Mizrahi, répondant aux critiques de hauts responsables turcs sur la dernière offensive israélienne contre Gaza, avait déclaré que le Premier ministre Recep Tayeb
Erdogan devrait "d'abord balayer devant sa porte", faisant allusion aux massacres d'Arméniens sous l'Empire ottoman et au problème des Kurdes en
Turquie.


Selon le communiqué d'Ankara, l'armée turque juge les propos du général israélien "excessifs, fâcheux et inacceptables": "Nous attendons de l'état-major israélien, dont nous voulons croire qu'il attache de l'importance aux relations avec les forces armées turques, une clarification à ce sujet", poursuit le texte.


Durant la guerre meurtrière contre la Bande de Gaza, M. Erdogan avait fustigé quasi-quotidiennement l'entité sioniste, ce qui a créé des tensions dans les relations entre les deux pays liés depuis 1996 par un accord de coopération militaire.


Le 29 janvier, à Davos (Suisse), le Premier ministre turc avait tenu tête au président israélien Shimon Perez, qui pendant plus de 25 minutes avait défendu les massacres commis par Tsahal contre les Palestiniens de la bande de Gaza, les incombant au lancement des roquettes du Hamas.

Lui rappelant les massacres perpétrés contre des familles palestiniennes, sans qu'il n'y ait eu aucun lancement de roquette au préalable, puis empêché de continuer par l'animateur du débat, Erdogan a claqué la porte au Forum économique mondial .

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Dimanche 15 Février 2009


Commentaires

1.Posté par dik le 16/02/2009 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette affaire résume en elle-même la situation paradoxale de la prétendue communauté internationale (en fait USA et consorts) qui donne la parole jusqu'à satiété au criminel de guerre et fait taire le défensur de la victime. Ordogan a été l'un des rares hommes d'Etat à avoir eu le courage de dénoncer l'inqualifiable opération contre Gaza. Shimon Perez est l'un des rares chefs d'Etats à avoir tant de crimes à son palmarès; son équivalent est encore Ariel Sharon condamné, lui, au silence!

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires