ALTER INFO

L'affaire des T-shirts terroristes


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



tropique [tropique@cablenet.com.ni]
Vendredi 4 Janvier 2008

Emblématique, cette affaire des « tee-shirts terroristes » qui vient de connaître son épilogue devant la justice de Copenhague après avoir défrayé la chronique durant plus de trois mois ! Un marchand de saucisses de 56 ans, un enseignant, un fonctionnaire, un vendeur de photocopies, un passionné d'informatique et deux étudiants ont été accusés d'avoir voulu financer le terrorisme. Diable !


L'affaire des T-shirts terroristes

Jean-Marie Dermagne avocat.dermagne@skynet.be
Membres de l'association « Fighters + Lovers » , les sept Danois avaient eu l'idée de promouvoir, via Internet, l'achat de tee-shirts garnis des logos du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) ou des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Lorsque chacun d'eux a vu, un beau matin, débarquer à son domicile les Rambos de la lutte antiterroriste, ils avaient déjà vendu 600 tee-shirts à la déco révolutionnaire. Mais les mouvements palestinien ou colombien n'avaient pas encore pu recevoir quoi que ce soit. Et l'argent récolté de même que le stock restant de tee-shirts furent saisis sur le champ, comme produits du crime ou comme pièces à conviction. Traînés devant un tribunal, ils ont expliqué que, sur le prix de vente de chaque pièce décorée, 5 euros étaient destinés à financer l'achat de matériel logistique (comme des émetteurs pour des stations de radio). Résultat des courses : le parquet danois a requis leur condamnation pour « financement d'activités terroristes » . Le procès fut palpitant : le tribunal entendit des experts et des témoins, cités par l'accusation et par la défense, sur la question de savoir si le FPLP et les FARC étaient des mouvements terroristes ou, au contraire, des organisations de résistance légitime à l'occupation israélienne ou au régime qualifié par beaucoup de dictatorial en place à Bogota. Les juges danois furent ainsi obligés, vu la volonté du parquet de criminaliser la vente des tee-shirts « diaboliques », de se pencher sur des questions de géopolitique on ne peut plus brûlantes, comme la légalité de l'occupation des territoires palestiniens par Israël ou le caractère démocratique du gouvernement colombien !

Au même moment, se déroulait à Anvers (Belgique) le nouveau procès des militants ou sympathisants belges (ou résidents) du DHKP-C turc. Sans qu'on ne leur reproche une quelconque action violente où que ce soit, une poignée de militants de gauche - dont les figures de proue sont Ferhye Erdal et Bahar Kimyongür - ont été détenus préventivement , puis condamnés chacun à plusieurs années de prison par le tribunal correctionnel de Bruges, d'abord, puis par la Cour d'appel de Gand, pour soutien à une organisation terroriste . La condamnation a été annulée par la Cour de cassation, d'où un nouveau procès à Anvers avec un arrêt annoncé pour le 20 décembre puis reporté au 19 janvier. Bahar Kimyongür risque gros car le parquet fédéral en fait une espèce de tête pensante du DHKP-C . Son crime ? Avoir traduit dans nos langues encore nationales des communiqués du parti turc d'extrême gauche dont il se déclare sympathisant et que l'Etat turc veut anéantir sans que ses membres ne puissent trouver asile nulle part.

Traduction de textes appelant à la résistance ou à la lutte armée , d'un côté. Vente de tee-shirts aux logos révolutionnaires, de l'autre. Le parallélisme est aisé autant qu'inquiétant. Depuis que Che Guevara est au Panthéon de tous les adolescents du monde , qui n'a pas vendu, distribué ou acheté des vêtements ou des objets à l'effigie du bouillant révolutionnaire argentin abattu par la C.I.A. américaine ? Imaginez qu'il soit encore vivant, Ernesto Guevara, qui n'avait pas une stratégie différente des FARC, du FPLP, ou du DHKP-C, serait nécessairement considéré comme terroriste par les nouveaux Mc Carthy qui, aux U.S.A. et chez tous leurs satellites, font la chasse aux sorcières vertes, noires et rouges... Résultat : tous les boutonneux rêvant de prendre le maquis aux côtés du Che pour combattre un monde injuste tomberaient dans les casseroles sécuritaires que l'on fait bouillir un peu partout depuis un certain 11 septembreŠ

En toute chose, il faut raison garder. Hé bien c'est ce que les juges danois ont fait ! Le 13 décembre dernier, ils ont acquitté les sept « combattants + amoureux ». Le « ouf » de soulagement est planétaire et sort des poitrines de tous les partisans de la liberté d'expression et de tous les militants du monde. Frappé au coin d'un gros bon sens, le jugement danois ne dit rien de l'occupation des territoires palestiniens par Israël, ni du degré de démocratie du régime colombien. Il se contente de constater que les vendeurs de tee-shirts combattants et amoureux n'ont pas eu « l'intention de déstabiliser la société »Š Reste à Bahar Kimyongür et à tous ceux qui veulent que chacun puisse exprimer des idées, même si elles choquent, dérangent ou effraient, à espérer que les juges anversois auront la même placidité lucide que leurs homologues danois !

Jean-Marie DERMAGNE

Avocat, Bâtonnier du Barreau de Dinant

 
 


Vendredi 4 Janvier 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires