Diplomatie et relation internationale

L'affaire Sakineh Mohammadi-Ashtiani au regard des relations irano-occidentales


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Garry Kashkash
Dimanche 15 Août 2010

L'affaire Sakineh Mohammadi-Ashtiani au regard des relations irano-occidentales
Cette semaine, la presse occidentale s'est particulièrement intéressée au cas d'une citoyenne iranienne, Sakineh Mohammadi-Ashtiani, 43 ans. Jugée en 2006, à Tabriz, cette mère veuve de 2 enfants avait, dans un premier temps, été condamnée à 99 coups de fouet pour "relations illicites" bien que ce crime - puisque c'est ainsi que l'adultère est considéré en Iran- aurait été commis alors que son mari était mort - ce qu'a remis en cause la Justice iranienne-. Mohammadi-Ashtiani a par ailleurs été condamnée pour un autre chef d'inculpation; celui du meutre de son mari et pour lequel elle a fourni des aveux télévisés dont certains soupçonnent qu'ils aient été obtenus sous la contrainte. Elle risquait jusqu'à il y a quelques semaines la lapidation, ce à quoi elle a échappé grâce à une campagne internationale qui a poussé les autorités iraniennes à postposer puis à modifier les conditions initialement prévue de son exécution. Le sort de cette iranienne est actuellement toujours en suspens.
 
 Je ne souhaite pas revenir en détails sur cette affaire qui recouvre, par ailleurs, des éléments assez complexes et des zones d'ombre que ni les nombreux articles d'officines occidentales non-gouvernementales de défense des droits de l'homme, ni ceux de la presse internationale n'ont permis d'éclaircir.
 
 Ce qui est plus intéressant en revanche c'est le rôle que peut avoir une telle affaire dans le jeu actuel des relations entre l'Iran et les pays occidentaux. Cela n'aura échappé à personne, ces relations sont plus que jamais tendue et ont pour objet principal celui du nucléaire qui est en réalité l'avatar de l'émergence de l'Iran comme puissance régionale, ce qui n'est pas sans déplaire à Washington et à ses Etats-clients. Dans un tel contexte, toutes les occasions sont bonnes pour stigmatiser la République Islamique. Des déclarations prétendument "antisémites" et négationnistes de son président à sa réélection contestée, il y a un peu plus d'un an, chacunes des dérives ou des faiblesses du "régime" - comme il est très objectivement d'usage de qualifier le gouvernement iranien- est scruté, disséqué, analysé scrupuleusement par les médias occidentaux afin de servir comme armes de diabolisation.
 
 Le cas de Sakineh Mohammadi-Ashtiani intègre bien ce modèle. Ce travail médiatique, qui consiste à émouvoir l'opinion internationale du sort de cette "mère de 2 enfants", permet de renforcer encore l'image injuste d'une "dictature sanguinaire" qui mérite plus que jamais sa place dans "l'Axe du Mal" établi par l'ancienne administration néo-conservatrice américaine.
Hillary Clinton s'est, par ailleurs, dite "profondément concernée" par l'affaire et a appelé l'Iran "à respecter les libertés fondamentales".
Elle n'a pas tort, la peine de mort n'est pas acceptable et je me permets à ce titre de m'émouvoir du sort de Linda Carty, 59 ans, femme de citoyenneté britannique, vivant aux Etats-Unis et condamnée à mort par injection léthale alors qu'elle n'a cessé de crier son innocence.
 
 http://punicafides.posterous.com



Dimanche 15 Août 2010


Commentaires

1.Posté par Marion le 15/08/2010 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons bien remarqué qu'ici en France, nous n'avions en fait d'informations que des faits divers, du foot, natations, infanticides, des cadavres dans les congélos, et pour la partie exotiques nous avons voyagé en Iran avec cette malheureuse femme et le vilain état iranien ... de l'ingérence jusque dans les faits divers

Quand à nous en France nous sommes très inquiets de la suite qui sera donné à ce pauvre criminel Eric Woert dont la listes des griefs n'arrête pas de grossir

Qui sommes nous pour donner des leçons ?

2.Posté par nabs le 16/08/2010 07:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais quelle hypocrisie! ils se foutent litteralement du sort de cette iranienne!
eli-sabette badinter..taslima nasreen..etc.. les flinguées de service sont en
mission.........tout est dit!!

3.Posté par rachi le 16/08/2010 08:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Notre Botul national vient d'initier une pétition en faveur de cette iranienne, mais pourquoi ne se mobilise-t-il pas pour dénoncer l'attitude des autorités françaises contre nos compatriotes gens du voyages et contre les Roms citoyens européens ????


4.Posté par Séphir le 16/08/2010 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la race de Satan fait mine de s'émouvoir du sort de cette Iranienne, alors qu'ils n'en ont rien à cirer.
Quelle bande d'hypocrites, prets à toutes les calomnies pour salir l'Iran.
J'attends toujours des dossiers dans la presse qui parleraient de la traite des blanches, une des spécialités de la mafia israelienne.

Quant à cette iranienne, je ne donnerais pas d'avis, les Iraniens sont souverains chez eux , et personne ( surtout les occidentaux) n'est assez blanc pour donner des leçons.

5.Posté par Nabil de Bruxelles le 16/08/2010 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà des amants diaboliques qui mettent au point -- ensemble -- l'assassinat de "l'époux dérangeant" pour mieux assouvir leur relation illégitime au regard du droit iranien. La Justice iranienne se prononce sur le sort de ces deux meurtriers et condamne ces derniers à la peine la plus sévère.

A présent, voilà donc l'Occident versé des larmes de crocodiles -- il est vrai que l'émotion et l'indignation de champions des droits de l'homme auto-proclamés est à géométrie variable -- sur le sort tragique de cette pauvre femme qui a cédée à ses pulsions criminelles. Il est vrai que la République Islamique est sans pitié pour les assassins. Chez eux ce n'est pas le gazage ou la charge électrique comme chez l'Oncle Sam par lesquels sont châtiés les coupables qui s'avèrent souvent être des innocents. Manifestement "ces pratiques barbares d'un autre siècle" -- reprenons le vocable de l'ennemi -- ne mettent pas en ébulliSION les âmes (trop) sensibles comme Bernard-Henri Botul et consorts.

Etrange que le philosophe milliardaire ne s'acharne que sur des Nations indépendantes qui sont dans le collimateur de l'Oncle Sam(uel). Pourquoi n'a-t-il jamais estimé nécessaire de fixé son long nez pointu sur des régimes féodaux épouvantables comme le royaume saoudien -- centre mondial de l'extrémisme religieux -- qui excelle dans les exécutions arbitraires à l'endroit des plus faibles. Là bas, les coupeurs de tête et de mains bénéficient d'une notoriété publique et sont considérés comme des héros. J'ai vu un bourreau se vanter dans une chaine satellitaire saoudienne d'avoir tranché je ne sais combien de cafetière. Mieux, il initie son fils à l'art du métier!

Alors pourquoi le régime saoudien rétrograde et corrompu des doubles zéro -- en référence aux deux ficelles qui servent d'attaches à leur turban -- est épargné par les champions des droits de l'homme et de la démocratie? Pourquoi cette obsession maladive botulienne contre la Nation iranienne ouverte, tolérante et progressiste en dépit de ce qu'en disent les médias dominants.

Etrange que ce soudain élan de générosité larmoyant à l'endroit d'une meurtrière iranienne intervient dans un contexte de pression USraélienne sans précédente dans le dossier du nucléaire civil iranien.

Etrange que cette campagne de diabolisation et de mobilisation de l'élite, sûr de lui et dominateur pour reprendre l'expression du Général ne s'est pas manifestée lors de la sauvagerie indicible du régime sioniste contre Gaza en janvier 2009. Des milliers de civils palestiniens dont beaucoup de femmes et d'enfants ont été massacrés et enterrés vivant sous les bombes à fragmentation et au phosphore! Ou étaient toutes ces pleureuses professionnelles occidentales à géométrie variable qui gangrènent nos écrans lorsque la folie meurtrières israélienne se déchaina contre un peuple désarmé et affamé en Palestine occupée?

On sait que cette jeune femme a été reconnu coupable d'avoir, avec son amant, assassiné son mari. Mais quel était le crime de ces femmes et de ces enfants pour avoir subit un tel châtiment? A oui, le philosophe milliardaire se manifesta à l'époque que pour,,,,,,,,,,soutenir le bain de sang de l'armée la plus morale du monde!

6.Posté par Nabil de Bruxelles le 16/08/2010 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le plus significatif dans cette affaire d'ingérence étrangère vis-à-vis d'un Etat souverain comme la République Islamique d'Iran c'est cette compassion caractéristique de "nos élites dirigeantes" envers les coupables, les criminels en tout genre et cette indifférence totale, ce mépris abyssal à l'endroit des innocents notamment des femmes et des enfants en Palestine occupée!

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires