Politique Nationale/Internationale

L'Union pour la méditerranée : nouveaux espoirs et vieux défis



Mardi 15 Juillet 2008

L'Union pour la méditerranée : nouveaux espoirs et vieux défis
Le sommet qui a réuni à Paris, à l'initiative du président ‎français Nicolas Sarkozy, les dirigeants de 43 pays européens, ‎africains et arabes, ainsi que le Premier ministre du régime ‎sioniste, a mis fin à ses travaux avec l'émission d'une déclaration ‎finale. L'objectif du sommet de Paris était de baptiser l'Union pour ‎la Méditerranée, formulée dans la déclaration finale sous trois ‎aspects différents : le renforcement de la paix, le développement de ‎la démocratie et la compréhension commune dans les domaines ‎humaines, sociales et culturels. Les participants au sommet de ‎Paris se sont mis d'accord également sur la réunion des ministres ‎des Affaires étrangères de 23 pays de la Méditerranée en novembre ‎pour choisir le siège du secrétariat de l'Union pour la ‎Méditerranée, parmi quatre pays candidats : l'Espagne, le Maroc, ‎la Tunisie et Malte. Malgré les vastes propagandes de Nicolas ‎Sarkozy qui voulait faire du sommet de l'Union pour la ‎Méditerranée une victoire diplomatique pour Paris, il paraît qu'il ‎existe des contradictions dans les objectifs annoncés du sommet. ‎En ce qui concerne les gouvernements européens, ils prétendent ‎défendre la civilisation, la démocratie et les droits de l'homme ‎dans le monde entier, mais sur le plan pratique, ce ne sont que des ‎instruments utilisés par les mêmes gouvernements pour assurer ‎leurs intérêts. Par ailleurs, il suffit d'examiner de près la structure ‎des pays du nord de l'Afrique pour se rendre compte que les ‎systèmes politiques de ces pays ne sont pas du tout conformes avec ‎les normes et les standards européens, d'autant plus que la plupart ‎de ces pays dépendent directement ou indirectement du soutien ‎politique et économique de l'Occident. Selon les analystes, le ‎projet de l'Union pour la Méditerranée ne serait, en fin de compte, ‎qu'une occasion pour Paris de poursuivre ses ambitions en Europe ‎et dans la zone méditerranéenne. Dans le même temps, Nicolas ‎Sarkozy veut profiter de cette occasion pour normaliser les ‎relations du régime sioniste avec les gouvernements arabes, dans le ‎cadre de l'Union pour la Méditerranée. En tout état de cause, il ‎paraît que pour la France de Nicolas Sarkozy, la réussite ou l'échec ‎du projet de l'union pour la méditerranée pourrait être une question ‎secondaire par rapport aux objectifs que paris poursuit au-delà de ‎la création de cette union régionale.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mardi 15 Juillet 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires