Politique Nationale/Internationale

L’Union pour la Méditerranée tourne au casse-tête israélo-arabe pour Nicolas Sarkozy



Vendredi 13 Juin 2008

A près d’un mois du lancement de l’Union pour la Méditerranée (UPM) chère à Nicolas Sarkozy, la France peine toujours à convaincre les dirigeants arabes de participer au sommet du 13 juillet à Paris aux côtés d’Israël, alors que la perspective de la présence éventuelle de Bachar el-Assad au défilé du 14-Juillet provoque des remous.

Réunir les représentants de pays comme Israël, la Libye, la Syrie, l’Autorité palestinienne, le Maroc ou l’Algérie autour de la même table, "c’est extrêmement difficile", reconnaissait déjà le 14 mars dernier Nicolas Sarkozy, avant d’ajouter : "c’est pas une raison pour pas le faire".

La complexité du projet se confirme : Paris tente de convaincre le président syrien Bachar el-Assad ou l’algérien Abdelaziz Bouteflika de venir à Paris, tandis que le libyen Moammar Kadhafi a déjà dit tout le mal qu’il pensait de l’UPM et que la classe politique française s’émeut de la présence annoncée du raïs de Damas au 14-Juillet.

La totalité des chefs d’Etat conviés au sommet de l’UPM -soit une quarantaine de représentants de l’Union européenne et des pays de la rive sud de la Méditerranée- ont été invités à participer aux festivités de la fête nationale le lendemain, et en particulier au défilé sur les Champs-Elysées, selon l’Elysée. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon sera alors l’invité d’honneur de la France.

Mais la présence de Bachar el-Assad à cette occasion fait tousser : c’est "problématique", avait déjà jugé le président du MoDem François Bayrou dimanche. Le Premier secrétaire du PS François Hollande s’était aussi dit lundi très réticent : "pour le 13 juillet, c’est une rencontre de tous les pays méditerranéens, la Syrie est un pays qui compte dans cette région, c’est normal qu’elle y soit, y compris par son représentant. En revanche, le 14 juillet, c’est la fête nationale".

"Donner à ce pays, à ce président, la reconnaissance majeure que représente la présence sur les Champs Elysées le jour de la fête nationale, oui ça me gêne", a également déclaré jeudi l’ancien ministre socialiste Pierre Moscovici sur RTL.

Selon le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, interrogé lundi sur RTL, le président syrien "a dit par téléphone au président Sarkozy, qu’il serait là" le 13 juillet, ce que ne confirmait pas jeudi l’Elysée.

L’enjeu est de taille pour Paris : la présence de Bachar el-Assad contribuerait à lever les réticences des pays arabes à l’égard de la présence d’Israël dans le projet d’UPM. Réunis à Alger le 6 juin dernier, ils ont en effet réclamé des "clarifications" sur ce point.

Quelques jours plus tard, Moammar Kadhafi jetait un pavé dans la mare en rejetant publiquement le projet d’UPM lors d’un mini-sommet à Tripoli. Celui qui avait été reçu pendant cinq jours en grandes pompes à Paris en décembre -et qui a aussi été convié pour le 13 juillet- a exhorté les dirigeants arabes à ne pas adhérer au projet.

C’est dans ce contexte délicat que la visite d’Etat en Israël de Nicolas Sarkozy, programmée du 22 au 24 juin, semblait devenir incertaine jeudi. Un report est possible en raison de la situation politique sur place, a-t-on appris dans l’entourage du président français. "La situation là-bas est compliquée", soulignait-on, en affirmant que la demande émanait des autorités israéliennes. Toutefois, "nous n’avons pas encore pris de décision".

Le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak a annoncé jeudi que son Parti travailliste présenterait le 25 juin un projet de loi en vue de dissoudre le Parlement et provoquer des élections anticipées, accentuant la pression sur le Premier ministre Ehoud Olmert, au centre d’une affaire de corruption. "Pour ce que nous en savons, la visite est prévue pour la fin du mois", assurait-on néanmoins dans l’entourage de M. Olmert. Ce serait la première visite d’un président français en Israël depuis 1995.

Quant au sommet de l’UPM, "les Français nous ont conviés et nous examinons cette demande de façon favorable", expliquait-on de même source. Aucune rencontre Olmert-Assad n’est prévue à Paris, mais "ce serait quand même intéressant d’avoir ces dirigeants ensemble sur la même photo, non ? Les réunir dans la même pièce (...) cela n’arrive pas tous les jours..."

La visite de Nicolas Sarkozy en Israël pourrait être reportée

La visite de Nicolas Sarkozy en Israël prévue fin juin pourrait être reportée en raison de la situation sur place, a-t-on appris jeudi dans l’entourage du président français. "La situation là-bas est compliquée", expliquait-on, sans préciser de combien de temps la visite pourrait être reportée.

Toutefois, "nous n’avons pas encore pris de décision", soulignait-on de même source.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Vendredi 13 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par machiavel le 13/06/2008 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si l'UMA (organisation censée regrouper les pays du Maghreb) est en panne depuis sa création en 1989 a cause du conflit maroco-algérien, comment voulez-vous que l’UPM qui devrait théoriquement regrouper en plus des pays de l'UMA, la Syrie et Israel, puisse fonctionner ?

2.Posté par erpilu le 13/06/2008 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Notre Sarko-nazy national s'enlise lui aussi.

De quelle pirouette va t-il nous gratifier cette fois pour ce sortir de cet entonnoir ?

3.Posté par obs le 13/06/2008 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui à L'UPM à condition qu'Israel "normalise" ses relations avec la Palestine(1967 au mininimum).

4.Posté par realpolitique le 13/06/2008 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi n'a t-on pas prévu de consulter par des sondages l'avis des populations des pays concernés par ce projet d'union? Kadafi a eu le mérite d'avoir exprimer clairement son avis a ce sujet. D'autres citoyens concernés par ce projet n'ont pas ce privilege. Ou est la démocratie?

5.Posté par Népios le 14/06/2008 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout ce qu'entreprend la p'tite créature est nébuleux, boiteux, fait de bric et de broc, à la limite de l'insensé... Il ose tout...! Il va en chier, pendant 4 ans encore (et la France avec...) s'il persiste dans ses projets et idées simplistes. Laissons le s'empatouiller.

6.Posté par marie le 14/06/2008 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un dialogue entre le Président Français et ses administrés afin de comprendre un peu mieux, pour gerer ses ambitions grandioses dans la région de la méditerranée, de réaliser un rêve refoulé de dominer cette partie du monde qui avait échapée à Philippe le Bel, à Napoléon Bonaparte, aux sept présidents qui lui ont succédé depuis la 5ème république, ect.....
Le président: Je vois que les deux rois jeunes qui ont succédé à leurs père celui du Maroc et l'autre le mi-anglais de la Jordanie, ont bien compris nos messages et nos bonnes attentions, et cet amour que nous portons au fond de nos coeurs pour leur pays, ont bien accepté de jouer le jeu, pourquoi ce fou, de la Syrie se fiche de notre gueule et ne fait qu'à sa tête, n'ayant pas pu de le ramener à la raison, et à la soumission totale, pourtant il est issu de la même générations de ces deux génies?
Un de ses administré: Le problème reside dans deux facteurs majeures:
1- Il n'est pas Roi,
2- Il n'était pas tellement préparé à nos jeux, et pas du tout rodé quant aux nos différents projets de Génie.
Pourquoi donc, pourtant il est élu président à vie, quesqu'il le différencie d'une monarchie, cependant, j'aimerais bien être à sa place?
L'administré:
1- C'est vrai, être un président ou bien Roi, cela ayant la même tonation auprès des peuples, mais ce fauteuil avait été reservé pour un de ses frères, qui était très bien rodé par son defunt père, mais avait perdu la vie dans un accident, alors, le père l'a designé comme étant son successeur, mais le pauvre, il avait un beau métier, Docteur en Ophtalmologie, avisé en visionnaire n'aimait pas toutes cette démagogie, refusait ce poste qu'il considérait qu'il n'était pas fait pour lui?
Le président:
Et quesqu'il lui a fait changé d'avis?
L'administré:
L'obéïssance!
Le président: Je ne vois pas la différence entre soumission et obéïssance?
L'administré:
Monsieur le Président, comme je comprend votre reflexion, elle est fondée, vous qui n'avez jamais su distingué ce que c'est 'un Dieu' et un 'Père', d'où la confusion. En méditerranée, ils se soumettent tous à 'Dieu' même si l'appélation varie selon la région, la communauté, certains l'appelle 'Allah' dautres vont l'appeler 'Rab' encore certains ne le mentionne même pas, ils se satisferont par dire 'Lui' la haut, mais un père, est un Patriarch, l'obéïssance lui est louable pour que le plus Haut pardonne leur actes.
Le Président: Alors, pourquoi cela marché mieux avec son Patriarche, Père appelez le comme vous voulez?
L'administré:
Le père était un bon Initié et Renseigné, dans son temps, il maîtrisait en grand Maître à qui veut entendre et donner la parole, et vers qui il allait l'interdire et la refuser, il considérait ce monde Profane, dans son silence sage savait comment les ignorer, mais le pauvre fils, lui en Ignorant, il voulait un peu plus liberer la parole refoulée!
Le Président:
On va lui envoyer Le Président Egyptien pour lui apprendre comment bailloner la parole, et lui informer du comment nous procédions pour soutenir un pays qui coopère, en changeant la donne auprès de l'opinion publique, dans nos pays civilisés, où nous démontrions un Dictateur en Homme d'état consciencieux, et comment nous nous transformions un Président qui voudrait remplir ses fonctions avec soins devenir un peu plus réaliste, disons plus flexible à l'égard de nous comme une vieille institution moderne, et pour terminer de nous faire confiance, s'il coopère à 100% à nos projets, je ferai en sorte pour que l'amalgame soit levé auprès des Européens, mais je vais encore plus loin, je dresserai de lui un portrait acceptable par toute la société des Nations.
Puis le président s'est retiré pour une pause, plus tard il reprendra la discussion sur le cas Kadafi, qu'il n'arrive plus à cerner l'homme, trop important, pour les pays Africains, et trop tordu pour les moyens orientaux, où il n'avait jamais fini de les narguer.

7.Posté par chai'mah le 14/06/2008 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Bien vu obs post.3 , merci à vous de l'avoir dit ...!

8.Posté par chai'mah le 14/06/2008 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


"Réunir les représentants de pays comme Israël, la Libye, la Syrie, l'Autorité palestinienne, le Maroc ou l'Algérie autour de la même table, "c'est extrêmement difficile", reconnaissait déjà le 14 mars dernier Nicolas Sarkozy, avant d'ajouter : "c'est pas une raison pour pas le faire".

Un pot- pourri qui sent très mauvais , j'espère que les malheureux dirigeants arabes se comporteraient pour une fois comme des adultes responsables , en renonçant à y aller ... Mais , qu'est-ce qu'ils vont gagner en échange , que du Mépris...!
Sinon ça va être le Carnaval sur les Champs- Elysées , un 14 juillet .



9.Posté par jade le 15/06/2008 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@obs
De normaliser les relations avec Israël?
L'objectif abyssal d'Israël est une main mise sur toute la région méditerranéenne, mais l'ambivalence exercée par les grandes puissances occidentales, pour mettre à genoux les regimes Arabes, où Chïmah fait très bien allusion là dessus, ce pot pourri qui sent très mauvais, nous savons très bien que les armes utilisées lors des guerres, ne se limitent uniquement aux machines et canons, il existe aussi une arme efficace, et y est vieille comme l'origine du monde, le 'blackmail' chantage, qui se répercutue d'une façon profitable sur le long terme, afin de réaliser les buts à atteindre.
Je crois aussi que et en observant les différents comportements et allucutions des responsables Arabes des pays du Golfe, nous assistions à des images avides, où leurs visages blêmes, des discours qui se relèvent du presque de galimatias, et que nous nous puissions pauser les questions salutaires quant à leur mutisme, n'est-il dû à toutes sortes des intimidations tout court?
Un vieil ami anglais me disais souvant "At the end everything will be clear", tout ce que nous espérons que cette fin est proche, afin de liberer le monde entier de cette pression inhumaine et barbare, car celà dure et perdure depuis plusque 60 ans.
Pour terminer, le projet d'union de la méditerranée, que le President Français essaie de réaliser à l'arrachée, n'est là que pour concretiser un souhait datant depuis la vieille empire.
Mais on oubli un point important, que l'époque n'est plus la même, et les charlatans sont comme un voyant et de sa magie n'est qu'un moyen pour impressionner en un super extralucide, vers un vulnérable où son esprit pénétrable une fois devenu un malade, fragile.

10.Posté par machiavel (le prince) le 15/06/2008 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Jade
Bien parlé.

11.Posté par chai'mah le 15/06/2008 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De normaliser les relations avec Israël?
L'objectif abyssal d'Israël est une main mise sur toute la région méditerranéenne, mais l'ambivalence exercée par les grandes puissances occidentales, pour mettre à genoux les regimes Arabes..." post. 9

Telle est ma crainte , celle d'assister à la fatale démission des Chefs d' Etat arabes ...!
Comment vaincre une phobie qui les nargue depuis des décennies , leur faiblesse qui vire à la lâcheté face au "Géant Israélien" , qui en réalité n'est qu'un tigre de papier . En plus du" coup de main" de Sarkozy au "Monstre" et , c'est la panique générale
Mais voyons , ils sont condamnés à vaincre leur peur irrationnelle , à apprendre à se maitriser et à se battre pour se défendre s'ils veulent un minimum de rspect de la part de leurs multiples adversaires ...Et, NON , à sourire en guise de riposte...!
.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires