EUROPE

« L’UE est une forme moderne du colonialisme »- Des Dalton, adversaire irlandais du Traité de Lisbonne, explique pourquoi il fait campagne pour un deuxième NON le 2 Octobre

Référendum sur le Traité européen en Irlande


Dans la même rubrique:
< >


Florian NIEDERNDORFER
Mardi 29 Septembre 2009

« L’UE est une forme moderne du colonialisme »- Des Dalton, adversaire irlandais du Traité de Lisbonne, explique pourquoi il fait campagne pour un deuxième NON le 2 Octobre

Alors que les sondages indiquent que les Irlandais se préparent à voter oui au Traité de Lisbonne, le Mouvement pour le NON appelle à bloquer une seconde fois par voie référendaire le processus  de réforme de l’UE. Des Dalton, vice-président du parti irlandais Republican Sinn Fein explique dans une interview accordée au standard.at pourquoi il résiste à la pression en faveur du OUI.

Artikelbild
Des Dalton est depuis sa dix-huitième année membre du Republican Sinn Fein (Sinn Fein républicain,  RSF), une scission du Sinn Fein. Le RSF se définit comme «le  véritable représentant du républicanisme irlandais » et exige un État irlandais socialiste et fédéral. Officiellement, le RSF a toujours nié les liens qu’on lui prête avec le CIRA (Continuity  Irish Republican Army), groupe paramilitaire dissident de l’IRA.



derstandard.at : Au plan économique, il n’est guère de pays qui ait autant profité de l’UE que l’Irlande. Comprenez-vous les gens qui veulent exclure votre pays de l’UE s’il retarde encore la réforme européenne ?



Des Dalton : La campagne en faveur du OUI tente de faire passer le référendum sur le Traité de Lisbonne pour une suite logique de l’appartenance à l’UE, ce qui n’est bien sûr pas le cas, puisque les traités en vigueur restent valables quoi qu’il arrive.  Mais surtout il faut mettre en balance avec les subventions reçues par l’Irlande le coût de son entrée dans l’Union, par exemple la mort de la pêche irlandaise et les retombées sur l’agriculture. Depuis l’entrée dans l’Union en 1973 des milliers de paysans ont perdu leur terre. Si l’on parle des retombées positives, il ne faut pas oublier les conséquences négatives



derstandard.at : Mais pensez-vous que l’Irlande doive quitter l’UE, si elle vote NON une seconde fois ?



Des Dalton : Selon le Republican Sinn Fein, l’Irlande n’aurait jamais dû entrer dans l’UE. Pas seulement à cause  de la situation en Irlande même, mais surtout à cause de la structure  profondément antidémocratique  de l’UE. Nous sommes pour un commerce et une coopération entre nations libres, mais sous forme d’une collaboration  et non d’une union politique. Et si l’Irlande dit NON une deuxième fois, cela ne la marginalisera pas. Tant il est vrai que la Tchéquie et  la Pologne doivent encore ratifier le Traité, et le Parlement allemand aussi donner son accord. Un NON irlandais ouvrirait la voie à des scénarios entièrement neufs.



derstandard.at : Selon un sondage du Sunday Business Post, 62% des Irlandais pensent voter OUI. Tous  ceux-là sont aveuglés ?



Des Dalton : Ce que je peux dire pour le moment, c’est que le Traité est un document identique à 90 ou 95% à celui qui a été rejeté par les Français, les Néerlandais et les Irlandais.  Si le Traité de Lisbonne est rejeté maintenant pour la quatrième fois, les Européens verraient qu’on ne veut pas d’un super-État européen.  Ce qu’il faudra alors est un changement radical dans la manière de penser l’Europe  à l’avenir.



derstandard.at : Vous avez ébauché une image du super-État européen. Dans le contexte d’une Irlande divisée, qu’a de si horrible une Europe sans frontières ?



Des Dalton : Cette question ramène aussi à celle d’une démocratie qui fonctionne et à la manière dont elle doit fonctionner. Non seulement l’histoire irlandaise, mais toute l’histoire européenne nous enseigne que la démocratie fonctionne d’autant mieux qu’elle est plus proche de sa base.  Des décisions qui concernent directement les gens devraient être prises par des personnes ou des structures très proches des gens concernés et sur qui on peut compter. L’histoire irlandaise a été sanglante et largement déterminée par l’oppression et la domination étrangère. Je ne vois pas l’intérêt d’ôter le contrôle sur l’Irlande à Westminster [Parlement du Royaume-Uni à Londres, NdT] pour le remettre à Bruxelles. Nous considérons l’UE comme une forme moderne du colonialisme, profondément antidémocratique et qui ne sert que les intérêts des États les plus grands. C’est vouloir résoudre la quadrature du cercle que de vouloir à la fois faire entrer de force 500 millions de gens issus de nations différentes, avec des cultures et des langues différentes dans un super-État et prétendre œuvrer  pour la démocratie. Nombre de défenseurs du OUI sont assez honnêtes pour l’avouer aussi.



derstandard.at : Vous voulez régionaliser la prise de décision dans l’UE. Comment cela pourra-t-il fonctionner pour des questions comme la protection du climat ou la crise économique actuelle, qui est mondiale ?



Des Dalton : Nous n’excluons pas la collaboration internationale. Elle a toujours existé et existera toujours. M      alheureusement, au cours des siècles, elle n’a pas toujours servi les intérêts des populations. Il est évident qu’il faut aborder la protection du climat au niveau mondial, mais pourquoi les gouvernements ne pourraient-ils pas collaborer sans passer de manière antidémocratique par-dessus la tête de leurs administrés ?



derstandard.at : Dans votre discours à Vienne vous avez traité l’UE de « projet impérialiste ». Croyez-vous que les Slovaques ou les Roumains soient vraiment de votre avis ?



Des Dalton : Il faut avoir une vision à long terme , et voir notamment à quel prix les pays d’Europe de l’ Est profitent aujourd’hui de l’Union. En outre, nombre d’aspects de la crise actuelle sont le résultat du laissez-faire de l’Union européenne. Les Européens de l’Est doivent se demander  quel prix ils paieront pour l’abandon de leur contrôle sur leur démocratie, leur économie et leur place dans le monde. Toutes les fois où la base a été interrogée sur l’UE, elle a dit NON.





Source : derStandard.at - "Die EU ist eine moderne Form des Kolonialismus"

Article original publié le 21/9/2009

Michèle Mialane et Fausto Giudice sont membres de
Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8818&lg=fr


Mardi 29 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par JBL le 29/09/2009 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est tout de même scandaleux que l'on refasse voter les Irlandais après qu'ils aient dit NON une première fois.
J'espère qu'ils diront NON une seconde fois. Qu'ils démontrent qu'ils en ont...
"La dictature c'est : Ferme ta gueule ! - La démocratie c'est : cause toujours !"
Putain, mais arrêtons de se faire enc.... et de payer la vaseline en plus.
Perso j'aime pas ça et j'ai jamais aimé ça. Mais merde, si on est si cons que cela, et bien tant pis pour nous.

2.Posté par ras le bol le 29/09/2009 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Puisque JBL parle de se faire enc..., c'est exactement ce qu'ils font, mais avec finesse et délicatesse, centimètre après centimètre. Donc tant qu'on ne braille pas , ils continuent. A nous de nous retourner et de leur éclater les " balloches" pour bien leur faire comprendre que c'est fini de passer pour des cons. Dans leur intérêt il vaut mieux que ce soit le plus tôt possible car plus la rancœur s'accumule plus le retournement sera violent.

3.Posté par piegeacons le 29/09/2009 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avec tout mon soutien a mes amis IRLANDAIS ET SURTOUT EN SOUHAITANT QUE LE VOTE NE SOIT PAS BIAISE ...une fois de plus ...

4.Posté par Cedric le 29/09/2009 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des colonisés linguistiques en masse, attendez-vous d'être chômeurs si vous ne parlez pas parfaitement l'anglais.

5.Posté par xray le 29/09/2009 20:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Une population malade est une population soumise.
Les Européens doivent voter quand on leur dit et comme on leur dit.
On leur donne le choix entre la Droite ou la Gauche.
On ne peut faire plus simple !

Les Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ».
Ils sont soumis à :
- Une monnaie d’occupation ;
- Des journalistes d’occupation ;
- Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ;
- Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe, les Américains, ou le Vatican ?

Drogue, SILENCE !
http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/16/drogue-silence.html

Le Grand Guignol politique
http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/


6.Posté par brigitte le 29/09/2009 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut qu'espérer qu'ils redisent NON.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires