MONDE

L'Oeuf du serpent


Réflexions sur notre ère actuelle, dite « Nuremberg ».

Voici ce que pose comme problèmes et ce que révèle pour notre état actuel, le fameux « Tribunal militaire international » (TMI) de Nuremberg de 1945, tribunal qui a établi la validité du génocide des juifs par les nazis, et qui a ordonné l’exécution des responsables nazis.


dakarmichel@yahoo.fr
Dimanche 27 Mai 2007

Réflexions sur notre ère actuelle, dite « Nuremberg ».


Voici ce que pose comme problèmes et ce que révèle pour notre état actuel, le fameux « Tribunal militaire international » (TMI) de Nuremberg de 1945, tribunal qui a établi la validité du génocide des juifs par les nazis, et qui a ordonné l’exécution des responsables nazis.






Le Tribunal militaire international (TMI) de Nuremberg était l’instance judiciaire officielle chargée de rechercher et d’exposer la vérité concernant les crimes nazis, à l’encontre principalement des juifs européens.

C’est le TMI qui a établi la réalité du génocide des juifs d’Europe par les nazis.

Le génocide nazis des juifs d’Europe est le principal crime de masse qu’on reproche aux nazis, secondairement, les nazis ont été déclarés coupables par le TMI, du génocide des tziganes, des homosexuels, des malades mentaux, et du massacre de Katyn en Pologne, d’une partie de l’élite sociale polonaise, soit de 15 000 officiers de l’armée polonaise. Ce massacre de masse a été depuis sans conteste attribué aux soviétiques, dont l’un des représentants siégeait comme juge au TMI. Il est toujours risqué de dire la vérité sur Katyn, car on peut être condamné pour contestation de crime de guerre, en France, en application de la loi dite Gayssot, Gayssot étant toujours maire d’une commune du sud de la France, et député communiste. Gaussot est un ancien ministre communiste du temps de Mitterrand.

Le génocide des juifs d’Europe par les nazis est un crime de masse qui se caractérise par la volonté et l’ordre donné par Adolf Hitler d’exterminer physiquement l’intégralité des juifs présents en Europe, par divers procédés d’exécution, dont principalement par celui des chambres à gaz cyanhydrique, situées dans des camps de concentration où ont été déportés les juifs européens, et par le nombre des victimes juives, soit 6 millions. Le principal camp d’extermination des juifs par les chambres à gaz était situé à Auschwitz en Pologne, et il a reçu à lui seul, selon les données officielles, plus de 3 millions de juifs.







1 - Le caractère dépendant des juges du TMI (Tribunal militaire international) de Nuremberg (1945).



L’une des principales caractéristiques juridiques du TMI était d’être, comme son intitulé l’exprime, une juridiction militaire, ce qui contredit radicalement le principe d’indépendance de toute cour de justice en charge de rechercher la vérité, puisque le caractère militaire ôte toute indépendance à ses juges, puisque tout militaire par sa nature même, obéit à la hiérarchie militaire, et donc, que les juges sous statut militaire du TMI étaient soumis à leur hiérarchie, et dépendants, obéissants aux ordres de cette hiérarchie (l’exemple évident était le juge soviétique qui a établi comme responsables du massacre de Katyn, les nazis).







2 - Le caractère partial des juges du TMI.



Le TMI était composé de juges issus du camp des vainqueurs, soit issus des appareils soviétiques, américains, anglais et français, c'est-à-dire que les vainqueurs jugeaient les vaincus, les nazis, c'est-à-dire que cette cour était à la fois juge et partie, ce qui est radicalement contraire à un autre principe essentiel qui préside à l’établissement de toute cour de justice en charge de rechercher la vérité, celui d’être non lié aux faits, ce qui seul permet l’impartialité.







3 - Le caractère subjectif des juges du TMI.



Toute cour de justice en charge de rechercher la vérité est soumise à un autre principe essentiel, qui est celui de l’objectivité, soit de se prononcer à partir uniquement de faits prouvés, ce qui signifie que la détermination première de toute cour de justice est de rechercher des preuves. Les statuts du TMI l’exonéraient de ce principe de recherche des preuves (articles 19 à 21), ainsi que de devoir entendre les témoins à décharges des nazis. Cette exonération de rechercher les preuves et d’entendre des témoins, est unique dans toute l’histoire judiciaire de tous les lieux et de tous les temps.







4 - Le caractère hors le droit du TMI.



Par nature partial, subjectif et dépendant, le TMI cumulait l’intégralité des caractéristiques qui en font une anti-cour de justice, et pour parfaire cette dénomination d’anti-cour de justice, il lui fallait appliquer l’anti-droit, soit la négation du droit, dont le principe essentiel est la non-rétroactivité. Une cour de justice ne peut appliquer vis-à-vis d’un crime, qu’un droit qui existait au moment où ce crime a été commis. C’est le principe fondamental qui fonde le droit, dans le monde entier et de tous les temps, car le droit n’existe qu’à partir du moment où il existe, soit à partir du moment où on l’a pensé, formulé et rendu public, mis à la connaissance de tous (Cela apparaît à l’article 2 du Code civil français : « La loi ne dispose que pour l’avenir ». Cet article 2 est le socle du droit). C’est toute la différence qui existe entre une société fondée sur le droit, et une société fondée sur le non-droit, soit une société qui ne connaît pas de règles, ou bien dont les règles peuvent être changées à tout moment, selon le bon vouloir de ceux qui commandent. C’est le règne de l’arbitraire, de la force pure, de la violence, du non-respect, de l’insécurité.

Le TMI a été affranchi de cette règle fondamentale du droit, soit celle de la non-rétroactivité, puisque le TMI a appliqué aux nazis le concept de « crime contre l’humanité imprescriptible», « crime contre l’humanité imprescriptible» qui est un concept de droit qui a été créé pour le TMI, « crime contre l’humanité imprescriptible» qui n’existait pas avant la mise en place du TMI, au moment où les nazis opéraient leurs crimes. Le TMI était donc une juridiction radicalement hors le droit.

D’évidence radicalement hors le droit, partial, subjectif et dépendant, le TMI marque l’entrée du monde occidental dans ce qui se révèle maintenant être sa période manifeste de non-droit, de violence pure.







5 - Au nom du « plus jamais ça ».



Ainsi, au nom du « plus jamais ça », soit plus jamais de génocide, on assiste depuis à une pléthore ininterrompue de génocides, Rwanda, Palestine, Irak, aux génocides de multiples peuples dits « primitifs » du Tiers-monde, qui ont la malchance d’exister là où se trouvent des ressources naturelles (forêts, minerais, pétrole, gaz), et surtout, on assiste au génocide en préparation de toute l’humanité du Tiers-monde, par la transformation de l’ensemble de ses cultures alimentaires en production de carburant dit « bio », surnommé « nécro-carburant », carburant destiné aux réservoirs des précieuses voitures de l’Occident, pour remplacer une toute petite partie de l’ensemble du pétrole qui est entrain de disparaître à grande vitesse, on assiste à un biocide planétaire, par destruction et empoisonnement de masse de toute la faune et la flore, de tout de l’environnement, et de tous les humains, même ceux qui sont dans le mouchoir de poche du confort et de privilège des zones nord de la planète, poche isolée au milieu d'un océan de terreur, de misères et d'hooreurs, dont cette poche est responsable, et on assiste pour finir, à ce qui va se charger d’effacer ce cancer existentiel, cette erreur d'orientation, ce faux pas de l'évolution, cette nécrose qui a commencé à croître et à se répandre sur la planète entière il y a environ deux milles ans, soit au dérèglement climatique, dont les effets ne font que commencer à se faire ressentir, et qui vont sans cesse en s’amplifiant et en s’accélérant.

Le Tribunal militaire international de Nuremberg de 1945 qui a condamné les nazis pour le génocide des juifs européens marque l’entrée de l’Occident dans l’état de crime aveugle, dans l’ordre criminel de cécité absolue, tant ce fameux camp des vainqueurs, dont certains des principaux acteurs étaient au TMI, ne peut supporter de voir ce qu’il est et ce qu’il devient à grand pas, vision de son lamentable échec, de sa ruine inéluctable, qu’il emploie la plus grande part de son énergie à se crever mentalement les yeux, à anéantir sa propre conscience, par l’entretien d’une propagande sans cesse croissante et paroxystique déchaînée, effrénée, pour se réfugier dans un état de schizophrénie de plus en plus hermétiquement coupé du réel, état dont la caricature se trouve en Israël, dont certains israéliens parmi les plus lucides et les plus courageux, décrivent la société comme engagée dans une schizophrénie sans issue et sans retour, un véritable état de folie totalitaire.



Michel DAKAR, Paris, le 27 mai 2007.







Remarque 1 :

Le fond cuturel psychologique de la notion de "crime contre l'humanité imprescriptible".

La notion de "crime contre l'humanité imprescriptible" est surtout remarquable, parce qu'elle est révélatrice du fond culturelle dont elle est issue, qui est le livre "saint" judéo-chrétien, la Bible ou Torah, livre dont le pivot, l'axe, est le dieu unique, dieu qui est en réalité un modèle imposé caractériel d'humain fondé sur la violence, l'arbitraire, la folie dominatrice, dont le principe premier est de faire régner la terreur, par la vengeance sans limite. Ceux qui s'opposent à ce type d'humain, dont le modèle psychologique est défini dans la Bible ou Torah, encourent une châtiment, une vengeance "imprescriptible", sans limite, sans fin. Ce type d'humain conditionné par ce genre de doctrine, d'idéologie, idéologie qui est le contenue du livre "saint" Bible ou Torah, livre dont la fonction est de transmettre ce conditionnement social à la violence, à la haine et à la domination, devient lui-même possédé par la violence pure. Il devient un être dont l'unique vocation est de détruire, de haïr, et en définitive, de se détruire lui-même. Il s'éliminera de lui-même, car il est par sa propre constitution non-viable. C'est un raté de l'évolution. Il ne peut exister que par une fuite inéluctable vers plus et plus de violence et de destruction, jusqu'à ce que la destruction le rattrappe, et que sa propre violence mette fin à sa propre existence.





Remarque 2 :

La clé du conditionnement religieux à l'esprit de domination, se trouve au tout début du livre "saint" Bible ou Torah, dans sa partie dénommée "Génèse", dont voici un extrait :

"Dieu dit : "Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, pour dominer sur les poissons de la mer, sur les animaux domestiques, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre". Et Dieu créa l'homme à son image; il le créa à l'image de Dieu; il les créa mâle et femelle. Et Dieu les bénit, et Dieu leur dit : "Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et soumettez-la, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui rampent sur la terre". Et Dieu dit : "Voici, je vous donne toutes les plantes portant semence partout sur la terre, et tous les arbres qui ont des fruits d'arbres portant semence; ce sera votre nourriture. Et à toutes les bêtes sauvages, à tous les oiseaux du ciel, et à tous les reptiles terrestres qui ont un souffle de vie, je donne toute la verdure des plantes pour nourriture". Et cela fut ainsi. Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait, et voici cela était très bon.



Remarque 3 :

La clé du conditionnement religieux à l'esprit de racisme, de conquête et de génocide, se trouve principalement dans la cinquième partie du livre "saint" Bible ou Torah, partie dénommée "Deutéronome", ou "Décalogue" (Dix lois, ou Dix commandement).

En voici quelques extraits :

Discours de Dieu (Yahweh) au peuple juif :

Passage 7 - 16; "Tu dévoreras tous les peuples, que Yahweh, ton Dieu te livre; ton oeil sera sans pitié pour eux".

Passage 10 - 15; "Et c'est à tes pères seulement que Yahweh s'est attaché pour les aimer; et c'est leur postérité après eux, c'est à vous qu'il a choisi d'entre les peuples, comme aujourd'hui".

Passages 20 - 10 à 20 - 16 : massacre de masse de toute vie (conditionnement au droit de génocide, au droit de viol de masse, au droit de pillage, au droit de réduction en esclavage des humains) :

Lorsque tu t'approcheras d'une ville pour la combattre, tu lui offriras la paix. Si elle te fais une réponse de paix et s'ouvre à toi, tout le peuple qui s'y trouvera te sera tributaire et te servira. Si elle ne fait pas la paix avec toi, et qu'elle veuille te faire la guerre, tu l'assiégeras et, quand Yahweh, ton Dieu, te l'aura livrée, tu passeras tous les males au fil de l'épée. Mais les femmes, les enfants, le bétail, et tout ce qui seras dans la ville, tout ton butin, tu me pilleras pour toi, et tu pourras manger le butin de tes ennemis que Yahweh, ton Dieu, t'auras donné, et qui ne sont pas des villes de ces nations-ci".

Passages 11 - 23; "Yahweh chassera toutes ces nations devant vous, et vous vous soumettrez des nations plus grandes et plus puissantes que vous."

Passage 12 - 29; "Lorsque Yahweh, ton dieu, aura exterminé les nations dont Yahweh, ton Dieu, te donne le pays; lorsque tu les auras chassés et que tu habiteras dans leurs villes et dans leurs maisons."

Passage 15 - 6; "Car Yahweh, ton Dieu, te béniras, comme il te l'a dit, tu prêteras à beaucoup de nations, et toi, tu n'emprunteras pas ; tu dommineras sur beaucoup de nations, mais sur toi on ne domineras pas".

passage 23 - 3; Interdiction du mélange raciale :

"Le fruit d'une union illicite n'entreras pas dans l'assemblée de Yahweh; même sa dixième génération n'entreras pas dans l'assemblée de Yahweh".



La clé du conditionnement à la domination raciale, soit au racisme, se trouve aussi dans le Livre des Psaumes (Passages 47, 17 et 18) :

"Tes enfants prendront la place de tes pères :

tu les établiras comme princes sur toute la terre"

(Nota : un terre devenue un désert sans une seule vie !!!)



Remarque 4 :

Fonction du nazisme, et de Hitler, dans l'idéologie occidentale.

La fonction du nazisme, dans l'idéologie occidentale judéo-chrétienne, semble être une fonction psychologique du type de la projection, définie en psychanalyse, comme étant une stratégie psychique inconsciente pour refouler ce qui est insupportable en soi-même, en faisant porter à autrui, à ses ennemis, aux étrangers, les traits insupportables de son propre caractère.

En s'en tenant à la théorie freudienne, le nazisme ne serait que la révélation indirecte de la véritable nature de la société occidentale, nature raciste et génocidaire, cette nature de cette société étant ressentie comme insupportable, inavouable, nature véritable dont la société occidentale nie la réalité, nature véritable que cette société ne peut directement contempler, et qu'elle ne peut admettre qu'en la plaquant sur une personne extériorisée, rejetée hors d'elle-même, en l'occurence sur Hitler et le nazisme, qui n'en sont qu'un produit.

Le nazisme et Hitler ne seraient, en s'en tenant à la théorie freudienne de la projection et du refoulement, que l'extériorisation du déni, du négationnisme de la criminalité de l'esprit occidental.





Dimanche 27 Mai 2007


Commentaires

1.Posté par la main de midas le 17/12/2007 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

foutaises ont n as pas execute les bons nazi ils sont tous refugie en israel dans des kibout ca ces un peut comme le 11 9 manipulation a fond

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires