Politique Nationale/Internationale

L’OTAN va salir son pantalon



RT
Vendredi 15 Novembre 2019




Un magnat qui a dépensé des millions de dollars pour armer des combattants contre les Russes en Ukraine, est sorti de l'ombre pour fustiger l'Europe qu'il avait jadis idolâtrée. L'oligarque considère désormais que l'alliance avec la Russie est l’unique option pour son pays.


Igor Kolomoysky, l'oligarque perçu par beaucoup comme le pouvoir de l’ombre se tenant derrière le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a radicalement changé d'avis depuis la rébellion de Maidan en 2014.


À l'époque, il était l’allié du président proeuropéen Petro Porochenko, qui l'avait même nommé gouverneur de la région de Dniepropetrovsk. Une fois installé là-bas, Kolomoysky a promis de récompenser la capture de combattants des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, qui se battaient contre les nouvelles autorités de Kiev, et il a dépensé 10 millions de dollars par mois pour déployer sa propre milice privée, ainsi que pour financer des unités de volontaires ultranationalistes, comme le bataillon néo-nazi Azov.


« Il nous suffira juste de les tuer, » disait-il à l'époque en parlant des rebelles.


Maintenant, lors d’une interview avec le New York Times, il a dit penser désormais que s’allier avec la Russie est le meilleur pari pour Kiev.


« De toute façon, ils sont plus forts. Nous devons améliorer nos relations. Les gens veulent la paix, vivre bien, ils ne veulent pas faire la guerre. Et vous (les États-Unis) nous obligez à faire la guerre et ne nous donnez même pas d'argent, » a-t-il précisé en évoquant le fait que le Fond monétaire international allait retarder l'octroi d'aide à l'Ukraine jusqu'à ce que le gouvernement retrouve l'argent disparu de Privatbank, la banque de Kolomoysky – l’argent que Kolomoysky est accusé d’avoir détourné.


« Vous ne nous aurez pas tous, » a dit l'oligarque à propos de l'UE et de l'OTAN. « Il ne sert à rien de perdre du temps en conversations creuses. Attendu que la Russie aimerait s’engager avec nous dans un nouveau pacte de Varsovie. »


Selon Kolomoysky, le FMI pourrait être facilement remplacé par des prêts russes. « Nous prendrons 100 milliards de dollars aux Russes. Je pense qu’ils aimeraient nous les donner aujourd’hui. Quel est le moyen le plus rapide de résoudre les problèmes et de restaurer les relations ? Uniquement l'argent. »


Les progrès en vue de l'adhésion à l'UE et à l'OTAN, convoitée par le gouvernement de Kiev, ont été au mieux lents. Malgré la signature de l'accord d'association entre l’Ukraine et l’Union européenne en 2017 (rejeté par l’électorat des Pays-Bas), le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a dit qu'il faudrait au moins 20 ans pour que l'Ukraine devienne État membre à part entière.


L’allusion de Kolomoysky à l’alliance militaire de la guerre froide [pacte de Varsovie], risque de faire sourciller à Washington, en particulier du fait de sa proximité avec le nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Kolomoysky était l’employeur de Zelensky à l’époque où le président était comédien, et il aurait financé sa campagne électorale. En outre, les dirigeants occidentaux ont exprimé la crainte que le milliardaire ne soit le marionnettiste de Zelensky, ce qui a incité ce dernier à déclarer publiquement que son riche bailleur de fonds n’aurait aucune influence sur son administration.


Bien que Zelensky ait maintenu le dialogue avec les dirigeants européens sur la résolution de la guerre en Ukraine, il a aussi parlé au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine, sur les moyens de restaurer les liens et calmer le conflit.


Le président Donald Trump a exprimé l'espoir que Zelensky et Poutine puissent « se réunir et résoudre » leurs problèmes. Mais à Washington, pour la plupart des législateurs, la perspective d'un pacte entre Moscou et Kiev est intolérable.


Kolomoysky n’est pas découragé par la perspective qu’un démocrate prenne le pouvoir l’année prochaine et sévisse.


« S'ils deviennent impertinents avec nous, nous irons en Russie. Des chars russes seront stationnés près de Cracovie et de Varsovie. Votre OTAN souillera son pantalon et achètera des Pampers, » a-t-il confié au New York Times.


Bien que Poutine voit en lui un ‘escroc’ et ‘un aimable opportuniste’, Kolomoysky est certain que Kiev se tournera vers la Russie.


« Je décris objectivement ce que je vois et vers où on se dirige, » dit-il.


Photo d’archives : Igor Kolomoysky lors d’une conférence sur l’énergie à Kiev.



RT, 13 novembre 2019


Original : https://on.rt.com/a58r

Adaptation française Petrus Lombard






Jeudi 14 Novembre 2019


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires