Géopolitique et stratégie

L’ORCHESTRATION D’UNE ÉPREUVE DE FORCE NUCLÉAIRE AVEC L’IRAN


A l’intention de ceux qui poussent à un conflit militaire à court terme avec l’Iran, Lyndon LaRouche a lancé cette mise en garde le 3 février. « Une confrontation avec l’Iran ou même une frappe militaire plus limitée contre la Syrie ne serait que l’amorce, la véritable bombe serait l’effondrement de tout le système financier et monétaire international. »


Mercredi 8 Février 2006


Toute attaque militaire contre l’Iran mènerait inévitablement à une crise énergétique mondiale et à l’effondrement des marchés financiers et monétaires du monde. Sur le devant de la scène, l’administration Bush-Cheney et ses alliés néo-conservateurs préparent des sanctions économiques, une confrontation, voire même une guerre, tout en torpillant les solutions diplomatiques. Cependant, ce sont des « les cercles synarchistes basés à Londres qui orchestrent le conflit », précisa LaRouche.

L’oligarchie synarchiste, qui contrôle le gouvernement Bush-Cheney à travers des agents d’influence comme George Shultz, sait pertinemment qu’une attaque contre l’Iran déclencherait une guerre asymétrique mondiale, une crise énergétique et un chaos financier. Mais elle espère qu’à ce moment-là, « la clique financière qui détient nominalement une bonne partie des matières premières de la planète, à travers leurs hedge funds et leurs opérations off-shore, s’imposera. Ces cercles revendiqueront la propriété des matières premières et des capacités productives du monde, et alors nous aurons une mondialisation totale, une dictature synarchiste mondiale. »

LaRouche a fait remarquer par la même occasion que ces cercles synarchistes basés à la City of London « tirent les ficelles de certains islamistes extrémistes depuis l’époque du traité Sykes-Picot de 1916 ». Ils empruntent le vieux modus operandi de Venise, consistant à « orchestrer des guerres dans toute l’Eurasie afin de maintenir son pouvoir face aux défis venant du continent. » Naguère, le Bureau arabe du Foreign Office britannique pouvait manipuler les différents potentats ou extrémistes musulmans par le biais de « conseillers » britanniques sur place. Aujourd’hui, une bonne partie de la « crise » a été orchestrée grâce au profilage psychologique en profondeur des principaux acteurs et institutions de part et d’autre de la confrontation qui se prépare. C’est dans ce contexte que s’inscrit la croyance messianique du président Ahmadinejad en une « rupture », correspondant au « retour du Mahdi ». Certains éléments de la Garde révolutionnaire derrière le Président iranien seraient prêts à provoquer une frappe militaire « limitée » contre la République islamique, escomptant que cela leur permettra de consolider leur pouvoir.



[Solidarité et progrès]url:


Mercredi 8 Février 2006

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires