Politique Nationale/Internationale

L’Iran qualifie de 'sans fondement' l'avis d'un juge argentin sur le dossier de l'AMIA



Seyyed Mohammad Ali Hosseini, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a réagi au mandat international lancé par un juge argentin, soulignant que : "la décision du juge argentin manque de base juridique, qualifiant de sans fondement les accusations proférées et sans preuves qui impliquent la République Islamique d’Iran."
Selon un communiqué émis aujourd'hui samedi par le ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini a déclaré que : "cette accusation a été clairement discréditée déjà une fois que la Justice britannique à Londres et INTERPOL, réunie à Berlin, aient annulé le mandat d’arrêt international lancé contre les douze diplomates iraniens."


irna
Dimanche 12 Novembre 2006

 L’Iran qualifie de 'sans fondement' l'avis d'un juge argentin sur le dossier de l'AMIA

Mohammad Ali Hosseini a insisté sur le fait que "le dossier contient de nombreuses contradictions et incohérences."

Après avoir souligné que "le système judiciaire argentin est corrompu" et que " sont connues publiquement les corruptions de Galeano, l’ancien magistrat qui instruisait le dossier", il a expliqué : "le nouveau juge s’est appuyé sur les mêmes 800 feuillets utilisant les déclarations d' agents de la CIA et du MOSSAD et sans nouvelles preuves a été influencé par les lobbys des autorités sionistes."

Pressés par les lobbys sionistes et le gouvernement des Etats-Unis, les tribunaux argentins ont récemment émis contre la République Islamique d'Iran un mandat d’arrêt international contre plusieurs hauts responsables iraniens qu’ils accusent sans aucune preuve d'être impliqués dans la tentative d’attentat à la bombe du 18 juillet 1994 contre l'Association mutuelle israélite argentine (AMIA), à Buenos Aires qui fit 85 morts et plus de 200 blessés.


Le juge Rodolfo Canicoba, qui est en charge désormais du dossier après Juan Jose Galeano a émis jeudi un mandat d’arrêt international.


Ces mandats d'arrêt internationaux "pour crimes contre l'humanité" ont été délivrés par le juge fédéral Rodolfo Canicoba Corral et transmis à Interpol et au ministère argentin des Affaires étrangères pour qu'ils parviennent par la voie diplomatique à Téhéran.


Aucune condamnation n'a, pour le moment, été prononcée dans cette affaire, qui a donné lieu à une longue enquête entachée d'irrégularités.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a s poursuivi que ceci ne constituait qu’une" manœuvre sioniste et nord-américaine dans le but d'affaiblir l’Iran sur son dossier nucléaire et afin de couvrir la défaite du régime sioniste dans sa récente guerre contre le Liban."

Mohammad Ali Hosseini a de même souligné que "nous détenons une série de documents que nous mettrons rapidement à la disposition d'INTERPOL. Ces documents démontreront que tout ceci est sans fondement ."

Mohammad Ali Hosseini a incité le gouvernement argentin "de ne pas s’aventurer sur ce chemin qui l’a déjà conduit à deux échecs. Ce dossier ne leur apportera aucun autre bénéfice si ce n’est davantage de scandale, de honte et de discrédit."


Dimanche 12 Novembre 2006


Commentaires

1.Posté par big lab le 12/11/2006 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo que J'ustice soit faite.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires