Diplomatie et relation internationale

L'Iran montre les images de son diplomate et affirme qu'il a bien été 'torturé'


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



IRNA
Mercredi 11 Avril 2007

Les tortures subies par un diplomate iranien, Jalal Sharafi, de la part des forces armées américianes ont été avérées mardi car basées sur des preuves visibles alors que le représentant du Comité international de la Croix rouge (CICR), Peter Stocker, et l'ambassadeur irakien à Téhéran s’étaient rendus à son chevet dans un hôpital de Téhéran.

Peter Stocker a déclaré auparavant que Jalal Sharafi, second secrétaire à l'ambassade d'Iran à Bagdad, avait subi de graves blessures
Jalal Sharafi, visiblement épuisé et amaigri, assis sur une chaise roulante et flanqué d'un groupe de médecins, a donné une conférence de presse.


Ce dernier a déclaré avoir été torturé "jour et nuit" et interrogé par des agents de la CIA, les services de renseignement américains.


Durant sa captivité, "un Américain est venu. Au début, il était porteur d'un message pacifique. Mais lorsque je n'ai pas répondu à ses accusations sans fondement, il a commencé, ainsi que son traducteur irakien, à me frapper", a déclaré le diplomate.


"Ils ont fait venir des machines pour me percer des trous dans les pieds. Cela s'est produit il y a 50 jours alors les blessures ont partiellement guéri", a-t-il poursuivi.


Il a également déclaré avoir reçu des coups de pied et avoir eu les jambes attachées pendant qu'on le battait à l'aide d'un câble sur les pieds et le dos.

Le diplomate a expliqué avoir été interrogé sur le soutien éventuel de l'Iran à l'insurrection en Irak, les cinq Iraniens arrêtés le 11 janvier à Erbil par les forces américaines et les relations de Téhéran avec les dirigeants kurdes irakiens.


Sur des images diffusées à la télévision iranienne, on pouvait voir des blessures sur les pieds du diplomate et des traces de coups de fouet dans le dos.


Le 4 février dernier, Jalal Sharafi circulait en voiture dans le quartier de Karradah, à Bagdad, lorsque des hommes armés portant des uniformes irakiens, eux mêmes à bord de véhicules, avaient immobilisé sa voiture et l'avaient enlevé.


Mercredi 11 Avril 2007


Commentaires

1.Posté par soakely le 14/04/2007 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui va mettre un terme à la barbarie américaine ! Heureusement les non alignés sont là ! Car concernant l'europe c'est toujours la loi du plus fort qui commande qu'il s'appelle bush ou adolf ca ne gène pas.

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires