Géopolitique et stratégie

L’Iran et les Etats-Unis négocient à Bagdad ; LaRouche se remémore les négociations d’Hitler avec ses voisins en 1936-39



Solidarité et Progrès
Samedi 2 Juin 2007

  L’Iran et les Etats-Unis négocient à Bagdad ; LaRouche se remémore les négociations d’Hitler avec ses voisins en 1936-39
(LPAC) La première rencontre depuis 27 ans entre les Etats-Unis et l’Iran s’est déroulée à Bagdad dimanche dernier durant 4 heures. D’après l’actuel ambassadeur américain en Irak et négociateur Ryan Croker, cette rencontre fut « positive » et « professionnelle ».

Au niveau « des politiques et des principes », les deux pays ont le même but : un Irak viable et stable. D’après un rapport paru dans STRATFOR, Crocker a indiqué que les Etats-Unis souhaitent considérer la proposition iranienne pour la mise en place « d’un mécanisme de sécurité trilatéral » impliquant l’Iran, l’Irak et les Etats-Unis.

Lors des déclarations à la presse de l’ambassadeur iranien en Irak, Hassan Kazemi Ghomi, ce dernier a déclaré « nous avons rendu clair le rôle des occupants en Irak, nous leur avons rappelé leur erreurs dans la direction de leur actions en Irak. Nous avons aussi dit explicitement aux américains que les problèmes du peuple irakien allaient s’accroître si les Etats-Unis restaient en Irak ». Il a continué : « La raison majeure de notre participation dans ces négociations est notre soutien au gouvernement du Premier ministre al-Maliki en Irak, et nous sommes prêts à offrir toute assistance au gouvernement irakien pour lui permettre d’accroître ses capacités afin de diriger le pays ».

Considérant les accusations étasuniennes vis-à-vis des interférences iraniennes en Irak, selon IRNA, il a déclaré : « Ce n’est pas la première fois que les américains nous communiquent cette accusation et nous leurs avons donné une réponse appropriée durant la réunion ». Il a ajouté que le gouvernement irakien a proposé de nouvelles discussions prochainement.

Commentant la situation, cependant, Lyndon LaRouche n’a pas pu s’empêcher de penser aux négociations d’Hitler avec ses voisins, tels la Tchécoslovaquie et la Pologne, en 1936-39 juste avant l’invasion, avec aujourd’hui Cheney dans le rôle d’Hitler. Il a dit se souvenir encore du fameux discours d’Hitler face au Reichstag, lorsqu’il déclara à plusieurs reprises qu’il n’avait aucun problème avec la Tchécoslovaquie, juste avec son dirigeant Eduard Benes.

La tactique d’Hitler à ce moment là, tout comme celle de Cheney aujourd’hui, est, tout d’abord, de pousser jusqu’à la limite, puis de négocier, de manière à prendre les opposants à revers au moment où vous lancez effectivement la guerre.


Samedi 2 Juin 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires