Diplomatie et relation internationale

L'Iran dénonce les déboires de Wall Street


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Mercredi 24 Septembre 2008

L'Iran dénonce les déboires de Wall Street
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré lundi que les déboires qui secouent Wall Street, sont enracinées dans les événements qui secouent l'étranger et en partie dans l'intervention militaire des Etats-Unis et a exprimé l'espoir que la prochaine administration américaine reverrait ce qu'il a appelé la logique « de la force » du Président Bush.

Il a également affirmé, dans une entrevue, qu'Israël a été condamné comme « un avions sans pilote» et que les documents occidentaux des services de renseignements qui remettaient en cause la nature pacifique du programme nucléaire de l'Iran étaient des faux absolus.


Avant de rejoindre la session annuelle de l'Assemblée générale de l’ONU, Mahmoud Ahmadinejad s’est entretenu durant 40 minutes avec des journalistes dans un hôtel de Manhattan fortement gardée par des agents de la sécurité.


Les « problèmes ne surgissent pas soudainement, » a-t-il déclaré. « Le gouvernement américain a commis une série d’erreurs durant les dernières décennies. D'abord, la lourde charge sur l'économie américaine que représente l’invasion militaire de l’Irak, et les coûts très lourds engendrés pour le contribuable américain.


« L'économie mondiale ne peut plus tolérer des déficits budgétaires et les difficultés financières des marchés aux Etats-Unis » a-t-il ajouté.


« Nous ne croyons pas que les États-Unis ait une réelle perspective politique, en regardant le reste du monde comme un champ de confrontation » a-t-il dit.


« Les politiques du président des Etats-Unis nuisent à tout le monde » a souligné le président iranien. Il a refusé de choisir entre une administration républicaine amenée par John McCain, qui s'oppose à tous pourparlers avec l'Iran, ou démocrate dirigée par Barack Obama.


« N'importe quel gouvernement américain doit changer d’approches et de politique » a affirmé Mahmoud Ahmadinejad, ajoutant qu'il était prêt à parler avec l'un ou l'autre des candidats à New York cette semaine.


« Nous souhaitons avoir des relations amicales » a déclaré également le chef d’Etat iranien.


« Si nous convenons et acceptons que certains événements se soient produits pendant la deuxième guerre mondiale, bien, mais où se sont-ils en effet produits ? En Allemagne, en Pologne. Et qu’à avoir tout ceci avec la Palestine ? Pourquoi les palestiniens devraient-ils payer pour cela? » s’est indigné le président iranien.


Mahmoud Ahmadinejad a indiqué qu'il n'est pas préoccupé par l'effort d’Israël, qui par le biais de négociations indirectes par l’intermédiaire de médiateurs turcs, de courtiser la Syrie afin de nuire aux relations avec l'Iran.


Dans l'entrevue, Mahmoud Ahmadinejad a indiqué que l'agence onusienne était en permanence sous pression des Etats-Unis.


« Toute la documentation évoquée a été forgée de toute pièce » a-t-il affirmé soulignant que l'AIEA doit agir indépendamment».


Mahmoud Ahmadinejad a reconnu que les sanctions, la crise financière mondiale et les guerres voisines en Irak et en Afghanistan avaient des répercussions sur l'économie liée au pétrole et donc sur l’Iran qui est assaillie par l'inflation, le chômage et les pénuries d'essence.

L'Iran dénonce les déboires de Wall Street

Mahmoud Ahmadinejad : il ne faut pas saboter le progrès de la nation iranienne

Le président Mahmoud Ahmadinejad a déclaré dans la nuit de dimanche que la grande et noble nation iranienne franchira tous les obstacles qui se lèveront devant elle et progressera indépendamment des différends qui l'opposent à « certaines personnes ».


Mahmoud Ahmadinejad devrait concentrer ses interventions à New York sur "l'injustice" de l'ordre mondial, et y présenter de nouveau ses solutions pour "régler les problèmes du monde", comme il l'a dit dimanche avant de s'envoler pour New York.


Le président avait rappelé jeudi dernier que son pays avait posé sa candidature pour l'un des dix postes de membre non-permanent du Conseil de sécurité, occupé par l'Indonésie, et qui sera remis en jeu en janvier prochain.


"Nous avons posé notre candidature pour voir si les puissances ont capacité d'accepter les opposants ou pas" au sein du Conseil, a dit le président iranien lors de sa conférence de presse jeudi.


S’adressant aux journalistes à son arrivée à l’aéroport John F. Kennedy pour assister à la soixante-troisième réunion de l'Assemblée générale de l'ONU et ce sera le quatrième déplacement aux Etats-Unis du président iranien pour une telle occasion, depuis son élection en 2005.


Le président a déclaré que l'ONU fournit un lieu de rendez-vous pour s’exprimer et échanger des idées sur les principaux sujets qui préoccupent le monde mais aussi aujourd'hui des questions aussi, très importantes comme la pauvreté, les injustices, les conflits suffisants dans différentes régions du monde.


Il a précisé qu’il rencontrerait en marge de l’assemblée générale de l’ONU des chefs d'Etat et de gouvernement.


Le président Ahmadinejad devrait utiliser mardi la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies pour remettre en cause le rôle du Conseil de sécurité et endosser le rôle de défenseur des "pays opprimés par les puissances arrogantes".

http://www2.irna.ir http://www2.irna.ir



Mercredi 24 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par Kalix le 24/09/2008 03:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que peux faire un lionceau devant une arène de lions surentrainés ? Mais ne le sous estimons pas bien qu’il soit lui aussi pas très net. Sa vision du chao mondial qui s’est entamé semble bien réaliste. Et qui aujourd’hui prétend pouvoir s’opposer ouvertement et pacifiquement à cette bande de loubards surpuissants ? Ceux qui mènent la danse du nouvel ordre mondial impunément. Au même moment, Sarko, le pion super actif du réseau, hier à New York, déclare publiquement qu’il faut punir les responsables du déclin boursier. C’est vraiment grotesque et quel hypocrisie à la française! Entre nous, il a des sacrés couilles ce petit dictateur d’Ahmedinejad, si il fait ce qu’il est dit dans l’article. Ca veut dire qu’il va aller leur dire que c’est vous qu’il faut punir ? C’est très fort et très chaud politiquement. On verra bien ou cela va mener. En tout cas rien de rassurant pour l’avenir de nos enfants.
A bonne entendeur.
Kalix .

2.Posté par hafrit le 24/09/2008 06:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est assez simple a comprendre , l'occident a besoin de ressources , en projettant l'economie apres un krack boursier , on peut comprendre que l'occident ne veut pas etre prise par les couilles pour cela que l'europe suit les usa en afghanistan et demain en iran. qui sait , tout simplement apres un krack boursier l'europe n'a plus aucun outil de domination economique , que peut elle vendre aux pays du sud ? l'hegemonie de l'occident est sa monnaie et le nucleaire ,dans les pays en voie de develloppement le krack boursier leur serait meme une bonne chose ,ils ne seraient plus dependant du bon vouloir des monnaies et des politiques communes pour vivre et se develloper (marche interne )et que represente usa+eu face a 80% de la population mondiale ?
pourquoi sarkozy fait une declaration au usa dans une soiree financer par une banque qui se casse la gueule , le message est fort , il parle aux francais au usa (antidegaulles), le message destiner aux francais est clair que vous le vouliez ou pas , on est avec les usa dans toute sa strategie , lui l'hyper-comunnicant aurait pu faire une elocution au jt de 20H qui lui sont tres serviable , pourquoi il ne le fait pas ?
tout simplement qu'il se fou de la france et de l'europe son interet est celui des usa .

bonjour chez vous ;)

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires