Croyances et société

L'Imamat (Réfutations)


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 22 Août 2017 - 09:05 Et si le Coran était un plagiat de la Bible?


L'Imamat est l'un des Principes fondamentaux du Chiisme duodécimain. S'il est réfuté, alors la colonne vertébrale de leur dogme se brise.

Il s'agit de croire qu'Ali et onze de ces descendants ont été désignés expressément par Allah pour succéder au Prophète Muhammed. Ils sont les guides officiels de l'Islam, les seuls Imams sur Terre. Selon la secte, peu importe s'ils ont été obéis ou non, acceptés ou refusés, présents physiquement ou cachés, il est obligatoire d'y croire sous peine de devenir mécréant.


chiite.fr
Dimanche 10 Septembre 2017

A. Les caractéristiques d'un Imam Chiite :

1. L'imam est infaillible : il ne commet aucun péché, aucune erreur, aucun oubli, que ce soit volontairement ou involontairement, depuis son enfance jusqu'à sa mort.

Réfutation : Abou Horayra rapporte : Hasan ben ‘Ali avait pris une des dattes de l'aumône et l’avait mise dans sa bouche. « Crache ! crache ! s’écria le Prophète. Ne sais-tu donc pas que nous, nous ne mangeons pas de ce qui provient de l'aumône ? » (Sahih Muslim)

En Islam, seul Dieu est infaillible. Les humains et encore moins un enfant, ne peuvent prétendre posséder cet attribut divin. Le Coran stipule également qu'Allah n'oublie rien, "Mon Seigneur [ne commet] ni erreur ni oubli." (Coran 20.52) alors que le Prophète peut être assujetti à l'oubli : "invoque ton Seigneur quand tu oublies" (Coran 18.24)

Comment les Chiites peuvent-ils prétendre que leurs Imams n'oublient rien, alors que c'est une qualité divine et que même les Prophètes peuvent oublier ?

2. Chaque Imam désigne son propre successeur (généralement son fils) et prétend que c'est le choix d'Allah.

Réfutation : En Islam, le Calife est désigné par consultation des musulmans entre eux. A l'époque des compagnons, on demandait l'avis des Muhajirins et des Ansars. ("se consultent entre eux à propos de leurs affaires" Coran 42.38)

Quant aux Chiites, l'Imam est l'héritier de son père, et est imposé au peuple. Il prétend que c'est Dieu qui l'a élu pour gouverner comme le prétendaient Pharaon et Chosroes et que personne n'a le droit de le contester. De plus, le Prophète a lutté toute sa vie contre l'idéologie tribale ; ce n'est pas pour ensuite placer sa propre famille au pouvoir et créer un système héréditaire.

3. L'imam est indispensable. Selon eux, il doit toujours y avoir un imam divinement élu sur terre pour guider le peuple afin d'éviter qu'il s’égare.

Réfutation : Les Chiites sont incapables de dire qui était l'imam juste avant Muhammed et comment fait leur Imam actuel "le Mahdi" caché depuis plus de 1000 ans dans une grotte pour guider le peuple ?

Par le Temps! L´homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres, s´enjoignent mutuellement la vérité et s´enjoignent mutuellement l´endurance. (Coran 103)

En Islam, seul Dieu est indispensable et tous les humains doivent s'entraider dans le souvenir de Dieu, dans l'accomplissement du bien et le rejet du mal. La religion musulmane ne repose pas sur un Imam officiel comme les catholiques et leur Pape.

4. L'imam est supérieur à toute l'humanité excepté Muhammed. Il a un rang plus élevé que les Prophètes, les Anges, les Djinns.

Réfutation : Pour les Ayatullahs, 'Ali est supérieur à Abraham, Noé, Moïse et Jésus... Ils n'ont pas osé lui attribuer un rang supérieur à Muhammed de peur de n'attirer plus personne vers leur secte.

En Islam, ceux qui reçoivent un message divin sont supérieurs à ceux qui n'en reçoivent pas. Ils sont les élites que Dieu a choisies pour guider les gens. Quant à 'Ali, il est un simple cousin du Prophète, son beau fils, et son fidèle compagnon. Il s'est toujours considéré comme quelqu'un de modeste et n'a jamais prétendu être supérieur aux illustres Prophètes.

5. L'imam a la science infuse, il est savant sans la nécessité d'étudier. Chaque fois qu'il se penche sur quelque chose pour en connaître la vérité, il y parvient sans risque de se tromper, et sans avoir besoin de preuves rationnelles, ni d'explications d'instructeurs. Il lui est impossible de dire "Je ne sais pas", et il n'a besoin d'aucun délai de réflexion. D'ailleurs, il sait à l'avance la question que son interlocuteur lui posera, la réponse qu'il devra lui donner, et les objections auquelles il aura à répliquer.

Réfutation : En Islam, seul Dieu est omniscient ; aucun humain ne naît savant. La connaissance est à acquérir et n'est pas héritée sans effort : "Et Allah vous a fait sortir des ventres de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l´ouïe, les yeux et les coeurs (l´intelligence), afin que vous soyez reconnaissant". (Coran 16.78)

6. Aucun âge minimum n'est requis pour exercer la fonction d'Imam

Selon les Chiites, Muhammed al-Taqi devint Imam à l'âge de 7 ans, Ali al-Naqi devint Imam à l'âge de 6 ans, et Muhammed al-Mahdi devint Imam à l'âge de 5 ans.

'Ali aurait dit, selon la secte : « Ne tentez pas de leur enseigner quoi que ce soit parce qu'ils sont plus savants que vous ; leur position est bien plus élevée que la vôtre, et malgré leur jeune âge, ils sont plus sages que quiconque. » (Hayat al-Kulub, Majlisi)

Ainsi, pour les Chiites, leur petit imam de six ans serait, selon eux, plus savant qu'un vieux sage qui aurait passé toute sa vie à l'étude de la religion.

Réfutation : En Islam, un enfant est un irresponsable jusqu'à sa puberté. En d'autres termes, il n'a ni la maturité intellectuelle, ni la force physique, ni le savoir religieux, ni les compétences pour assumer les lourdes responsabilités d'un Emir des Croyants.

‘Ali rapporte que le Prophète a dit : « La plume est levé sur trois personne : celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille ; l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté ; le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison » (Abu Dawud)

Si les Imams avaient réellement une intelligence en bas âge, Hassan et Hussain n'auraient pas importuner le Prophète en grimpant sur son dos alors qu'il était prosterné dans sa prière.

7. L'imam reçoit un cinquième des revenus des adeptes en tant qu'impôt obligatoire (Khums).

Réfutation : En Islam, tous les religieux qui taxent leurs adeptes sont des escrocs.

Dis: "Pour cela, je ne vous demande aucun salaire; et je ne suis pas un imposteur." (Coran 6.90)

Les mormons sont moins gourmands que les Ayatullahs, ils ne demandent que 10% du revenu de l'adepte au lieu de 20% pour les Chiites.

8. Autres caractéristiques de l'Imam

Zurara rapporte de l'Imam Abu Ja'far :

L'Imam se distingue par dix signes particuliers : Il naît purifié et circoncis. Lorsqu'il touche le sol à sa naissance, il le fait avec la paume des mains, en élevant la voix pour prononcer les deux témoignages. Il ne subit jamais d'éjaculations nocturnes. Ses yeux dorment mais son coeur ne dort pas. Il ne bâille jamais et ne s'étire jamais. Il voit derrière lui aussi bien que devant lui. Ses excréments ont un parfum de musc et la terre s'occupe de les couvrir et de les engloutir. Lorsqu'il porte la cuirasse du prophète, elle est exactement à sa taille, alors que tout homme qui la revêt, qu'il soit grand ou petit de taille, flotte toujours dedans. Enfin, toute sa vie, il entend le discours divin.
(Kulayni, Kafi, Tome 1 - La naissance des Imâms)

Sheikh al-Qummi ajoute dans al-Khisal que : l'Imam n'a pas d'ombre.

B. L'Imamat dans le Coran ?

L'Imamat est un dogme étranger à l'Islam qui ne trouve aucun fondement dans le Coran et la Sunna. C'est une doctrine sectaire imposée par la force en Iran par l'empereur Safavide Ismael 1er en 1501, comme la trinité chrétienne a été imposée par la force par l'empereur Romain Constantin en 325.

Les sens du mot "imam" dans le Coran

- La Torah en tant qu'Imam (guide)

46 12 Et avant lui, il y avait le Livre de Moïse, comme guide et comme miséricorde. Et ceci est [un livre] confirmateur, en langue arabe, pour avertir ceux qui font du tort et pour faire la bonne annonce aux bienfaisants.
Wa Min Qablihi Kitābu Mūsá 'Imāmāan Wa Raĥmatan Wa Hadhā Kitābun Muşaddiqun Lisānāan `Arabīyāan Liyundhira Al-Ladhīna Žalamū Wa Bushrá Lilmuĥsinīna

11.17 ...avant lui [Muhammad] il y a le livre de Moïse tenant lieu de guide et de miséricorde...
Wa Min Qablihi Kitābu Mūsá 'Imāmāan Wa Raĥmatan

Le mot "Imam" dans ces versets fait référence à la Torah que les juifs devaient suivre.


- Une route en tant qu'Imam

15.78 Et les habitants d´al-Aïka étaient [aussi] des injustes. Wa 'In Kāna 'Aşĥābu Al-'Aykati Lažālimīna
15.79 Nous Nous sommes donc vengés d´eux. Et ces deux [cités], vraiment, sont sur une route bien évidente [que vous connaissez]. Fāntaqamnā Minhum Wa 'Innahumā Labi'imāmin Mubīnin

Le mot "Imam" ici désigne une route qui conduisait à la cité détruite d'al-Aika. Les caravaniers arabes passaient par cette route et étaient témoins des ruines de ce peuple qu'Allah avait châtié. Selon Ibn 'Omar, le Prophète a dit à ses Compagnons lorsqu'ils parvinrent au Hijr : « N'entrez point dans les demeures de ces gens qui ont été châtiés si ce n'est en pleurant. » (Bukhari)


- Des dirigeants Israélites en tant qu'Imams

32.23 Nous avons effectivement donné à Moïse le Livre - ne sois donc pas en doute sur ta rencontre avec lui -, et l´avons assigné comme guide aux Enfants d´Israël.
Wa Laqad 'Ātaynā Mūsá Al-Kitāba Falā Takun Fī Miryatin Min Liqā'ihi Wa Ja`alnāhu Hudáan Libanī 'Isrā'īla

32.24 Et Nous avons désigné parmi eux des dirigeants qui guidaient (les gens) par Notre ordre aussi longtemps qu´ils enduraient et croyaient fermement en Nos versets.
Wa Ja`alnā Minhum 'A'immatan Yahdūna Bi'amrinā Lammā Şabarū Wa Kānū Bi'āyātinā Yūqinūna

28.4 Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d´abuser de la faiblesse de l´un d´eux: Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre.
'Inna Fir`awna `Alā Fī Al-'Arđi Wa Ja`ala 'Ahlahā Shiya`āan Yastađ`ifu Ţā'ifatan Minhum Yudhabbiĥu 'Abnā'ahum Wa Yastaĥyī Nisā'ahum 'Innahu Kāna Mina Al-Mufsidīna

28.5 Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers,
Wa Nurīdu 'An Namunna `Alá Al-Ladhīna Astuđ`ifū Fī Al-'Arđi Wa Naj`alahum 'A'immatan Wa Naj`alahumu Al-Wārithīna

28.6 et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Haman, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient.
Wa Numakkina Lahum Fī Al-'Arđi Wa Nuriya Fir`awna Wa Hāmāna Wa Junūdahumā Minhum Mā Kānū Yaĥdharūna

Ces versets font références aux dirigeants Israélites du passé, qui ont quitté l'Egype pour hériter de la terre promise et y gouverner un certains temps.

« Moïse dit à son peuple: "ô, mon peuple! Rappelez-vous le bienfait d´Allah sur vous, lorsqu´Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois. Et Il vous a donné ce qu´Il n´avait donné à nul autre aux mondes. » (Coran 5.20)

Lorsque les Juifs devinrent corrompus et commencèrent à tuer les Prophètes, Allah les a châtiés, il leur a enlevé la terre qu'il leur avait donnée et il les a dispersés dans le monde.


- Isaac et Jacob, des "imams" (dirigeants)

21.72 Et Nous lui donnâmes Isaac et, de surcroît Jacob, desquels Nous fîmes des gens de bien.
Wa Wahabnā Lahu 'Isĥāqa Wa Ya`qūba Nāfilatan Wa Kullāan Ja`alnā Şāliĥīna
21.73 Nous les fîmes des dirigeants qui guidaient par Notre ordre. Et Nous leur révélâmes de faire le bien, d´accomplir la prière et d´acquitter la Zakat. Et ils étaient Nos adorateurs.
Wa Ja`alnāhum 'A'immatan Yahdūna Bi'amrinā Wa 'Awĥaynā 'Ilayhim Fi`la Al-Khayrāti Wa 'Iqāma Aş-Şalāati Wa 'Ītā'a Az-Zakāati Wa Kānū Lanā `Ābidīna

Isaac et Jacob sont désignés "Imams", ils guidaient les gens vers le bien, la prière, la zakat... leur rôle en tant qu'Imam est intégré dans leur fonction de Prophète.


- Les Chefs de groupe d'hommes au jour du jugement sont nommés "Imam"

17.71 Le jour où Nous appellerons chaque groupement d´hommes par leur chef, ceux à qui on remettra leur livre dans la main droite liront leur livre (avec plaisir) et ne subiront pas la moindre injustice.
Yawma Nad`ū Kulla 'Unāsin Bi'imāmihim Faman 'Ūtiya Kitābahu Biyamīnihi Fa'ūlā'ika Yaqra'ūna Kitābahum Wa Lā Yužlamūna Fatīlāan

Le Jour du Jugement, chaque communauté sera rassemblée par groupe et en rang devant Allah. Les croyants seront rassemblés selon le prophète de leur époque, les mécréants seront rassemblés et groupés selon le leader qui leur a servi de modèle.

Et tu verras chaque communauté agenouillée. Chaque communauté sera appelée vers son livre. On vous rétribuera aujourd´hui selon ce que vous oeuvriez. (Coran 45.28)


Abraham est un Imam (modèle)

2.124 [Et rappelle-toi,] quand ton Seigneur eut éprouvé Abraham par certains commandements, et qu´il les eut accomplis, le Seigneur lui dit: "Je vais faire de toi un exemple à suivre pour les gens". - "Et parmi ma descendance"? demanda-t-il. - "Mon engagement, dit Allah, ne s´applique pas aux injustes".
Wa 'Idh Abtalá 'Ibrāhīma Rabbuhu Bikalimātin Fa'atammahunna Qāla 'Innī Jā`iluka Lilnnāsi 'Imāmāan Qāla Wa Min Dhurrīyatī Qāla Lā Yanālu `Ahdī Až-Žālimīna

Abraham ici, a été désigné "Imam" dans le sens "d'être un modèle". Il est celui qui a rejeté les idoles de son peuple pour adorer un Dieu unique. Allah lui a fait subir plusieurs épreuves dont l'une d'elles était de sacrifier son fils unique. Dieu l'en empêcha au dernier moment et constatant sa soumission totale, il décida d'en faire un exemple à suivre pour les gens.

Lorsque Abraham déclare "Et parmi ma descendance ?" Il s'agit des fils d'Isaac et d'Ismael, les juifs et les arabes (et non pas des douze imams infaillibles des Chiites).

« Car je l'ai choisi (Abraham), afin qu'il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l'Éternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu'ainsi l'Éternel accomplisse en faveur d'Abraham les promesses qu'il lui a faites... » (Bible, Génèse 18.19)

Allah avait élu les Juifs comme peuple modèle parmi toutes les nations, mais ils ont fini par devenir injustes et l'alliance fut rompue à l'époque de Jésus. Ensuite, Allah a élu les arabes comme peuple modèle, grâce à leur soumission à l'Islam par l'intermédiaire du Prophète Muhammed.


- Les Imams (chefs) des mécréants

9.12 Et si, après le pacte, ils violent leurs serments et attaquent votre religion, combattez alors les chefs de la mécréance - car, ils ne tiennent aucun serment - peut- être cesseront-ils?
Wa 'In Nakathū 'Aymānahum Min Ba`di `Ahdihim Wa Ţa`anū Fī Dīnikum Faqātilū 'A'immata Al-Kufri 'Innahum Lā 'Aymāna Lahum La`allahum Yantahūna

28.41 Nous fîmes d´eux des dirigeants qui appellent les gens au Feu. Et au Jour de la Résurrection ils ne seront pas secourus.
Wa Ja`alnāhum 'A'immatan Yad`ūna 'Ilá An-Nāri Wa Yawma Al-Qiyāmati Lā Yunşarūna

Ici le mot "Imam" désigne les chefs qui guident les gens vers la mécréance ; ceux qui initient les gens vers le mal, comme Pharaon.


- "Imam" en tant que "registre"

36.12 C´est Nous qui ressuscitons les morts et écrivons ce qu´ils ont fait [pour l´au-delà] ainsi que leurs traces. Et Nous avons dénombré toute chose dans un registre explicite.
'Innā Naĥnu Nuĥyi Al-Mawtá Wa Naktubu Mā Qaddamū Wa 'Āthārahum Wa Kulla Shay'in 'Ĥşaynāhu Fī 'Imāmin Mubīnin

Ici, le mot "Imam" désigne "Lahul Mahfud", la table gardée où toutes les choses sont enregistrées.

Les Chiites affirment que "Imamin Mubin" est 'Ali qui a reçu un document de Gabriel concernant tout ce qu'il devait faire durant sa période d'Imamat. (Al-Kafi)


- Les Imams (guides) des pieux

25.63 à 25.73 Les serviteurs du Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s´adressent à eux, disent: "Paix", qui passent les nuits prosternés et debout devant leur Seigneur; qui disent: "Seigneur, écarte de nous le châtiment de l´Enfer". - car son châtiment est permanent. Quels mauvais gîte et lieu de séjour! Qui, lorsqu´ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu. Qui n´invoquent pas d´autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu´Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d´ignominie; sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne oeuvre; ceux-là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux; et quiconque se repent et accomplit une bonne oeuvre c´est vers Allah qu´aboutira son retour. Ceux qui ne donnent pas de faux témoignages; et qui, lorsqu´ils passent auprès d´une frivolité, s´en écartent noblement; qui lorsque les versets de leur Seigneur leur sont rappelés, ne deviennent ni sourds ni aveugles;

25.74 et qui disent: "Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux".
Wa Al-Ladhīna Yaqūlūna Rabbanā Hab Lanā Min 'Azwājinā Wa Dhurrīyātinā Qurrata 'A`yunin Wa Aj`alnā Lilmuttaqīna 'Imāmāan

Le mot "Imam" ici est intégré à une invocation qu'ont dit ceux que Dieu nomme "Les serviteurs du Tout Miséricordieux". Il s'agit des compagnons du Prophète qui ont atteint un haut degré de spiritualité et de perfection du caractère. Ils sont des modèles à imiter pour toutes les générations.


Autres exemples de fausses interprétations du Coran par les Chiites :

64.8 Croyez en Allah donc et en Son messager, ainsi qu´en la Lumière que Nous avons fait descendre. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

Tafsir sunnite : La Lumière dans ce verset est bien évidement le Coran que Dieu a fait descendre.

Tafsir chiite : Abu Khâled al-Kâboli rapporte : "J'interrogeai Abu Ja'far - que la paix soit sur lui - au sujet du sens du verset 8, de la sourate al-Taghâbun: "Croyez donc en Dieu et en Son Prophète ainsi qu'en la Lumière que Nous avons fait descendre."

L'imam me répondit : "Ô Abu Khâled, la Lumière - j'en jure par Dieu - sont les imams. Ô Abu Khâled! la Lumière de l'imam est plus éclatante dans les coeurs des croyants que le soleil qui brille dans la journée. Ce sont eux qui illuminent les coeurs des croyants; Dieu voile leur Lumière aux yeux de celui qui n'en est pas digne, et son coeur devient obscur..." (Al-Kafi, tome 1)


4.59 Ô les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d´entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement).

Tafsir sunnite : Ce passage du Coran fait référence à un différent entre Khalid Ibn Walid et Ammar Ibn Yasir lors d'une expédition militaire. Khalid détenait le commandement et fut vexé lorsque Ammar prit une décision à sa place. Au retour de l'expédition, la dispute a été rapportée devant le Prophète, et ce verset est descendu en faveur de Khalid.

Tafsir chiite : Abu Basir rapporte : 'J'ai demandé à Abou Abdillah al-Sadiq (as) concernant le verset coranique « Obéissez à Allah et obéissez au Messager et ceux investis de l'autorité parmi vous » Il a répondu : "Cela est descendu en faveur de 'Ali bin Abi Talib, al-Hasan et Al-Husayn" J'ai demandé "Les gens disent : Pourquoi Allah n'a pas nommé Ali et ses descendants dans son livre ?" L'imam a répondu : "Dis leurs : Allah a ordonné la prière dans le Coran sans préciser le nombre de Rak'at, ..., Allah a ordonné le pèlerinage sans préciser de tourner sept fois autour de la Kaaba..." (Al-Kafi)

En résumé, le Tafsir sunnite explique le verset selon le contexte de sa révélation, alors que le Tafsir chiite fait sans hésiter la liaison du mot "commandement" avec Ali, Hassan et Hussein.

C'est avec ce genre d'interprétation rusée et malsaine du Coran que les Chiites se basent pour prouver leur dogme de l'Imamat.


-Le Hadith des 12 Successeurs du Prophète :

Le Prophète a dit : « Il y aura Douze Califes pour cette communauté, tous issus de Quraish. »

Ce hadith est authentique et rapporté par Muslim, Bukhari, Musnad Ahmed...

La secte Chiite a tendance à se servir de ce hadith pour prouver qu'ils sont sur la bonne voie grâce à la coïncidence avec leur 12 Imams.

1. Tout d'abord, Nous pouvons remarquer que le Prophète a dit "Tous issus de Quraish" ce qui est le cas pour Abu Bakr, Omar, Uthman, 'Ali, les Omeyyades et les Abbassides. Le Prophète aurait bien pu préciser "Tous issus des Ahlel Bayt" ou bien "Tous issus de Hashim" mais il ne l'a pas fait.

Cela a entraîné les Chiites a falsifié le hadith dans leurs livres en remplaçant "Quraish" par "Ahlul Bayt" car ils savaient bien qu'en le laissant tel quel, ils ne pouvaient rien en tirer de profitable pour leur propagande.

2. Lorsque le Prophète dit "Douze Califes", il s'agit de "Califes Bien Guidés" qui gouvernent selon le Coran et la Sunna. Les livres Chiites décrivant leurs Imams sont remplis de mécréance et de fausses doctrines (inventées à leurs insus). On ne peut pas dire qu'ils font partis des "Rachidouns".

3. Pour être considéré comme Calife, le dirigeant doit être accepté par la majorité des musulmans. Parmis les noms des 12 imams des Chiites, seul 'Ali a été véritablement "l'Emir des Croyants."

4. Pour être considéré comme Calife, la personne doit se déclarer publiquement devant le peuple, et agir en tant que tel. Ceux qui se dissimulent et qui se proclament secrètement Calife devant leur petit groupe de partisans ne peuvent pas prétendre appartenir à cette prophétie des Douze Califes de Quraysh.

5. Le Prophète a précisé "Douze Califes pour cette communauté". Est-ce la communauté majoritaire à 85 % sunnite étalée dans le monde entier ou bien la communauté minoritaire à 15 % chiite principalement concentrée dans les anciens territoires Perses ?

6. La Prophétie déclare qu'il y aura 12 califes entre Muhammed et la fin des Temps. Les Califes de cette prophétie ne se succèdent pas obligatoirement les uns après les autres : il peut y avoir des Califes Biens guidés, suivis de Califes de Royauté, puis revenir à un Calife Bien guidé, puis des Rois, puis des présidents, ... et à la fin des Temps, cela redeviendra un Calife Bien Guidé.

Quant aux chiites, leurs imams infaillibles se sont succédés directement les uns après les autres. Ils sont rapidement arrivés au 12ème, et se sont confrontés à un problème doctrinal :
- Soit rejeter la Prophétie, et continuer avec un 13eme imam et ainsi de suite.
- Soit mettre de côté le 12ème imam, et le faire réapparaître à la fin des temps.
Ils ont opté pour la seconde solution et de ce fait, leur imam dirige la planète depuis plus de 1100 années de manière invisible du fond de sa grotte.

Conclusion : Nous remarquons donc que les Chiites ont voulu baser leur dogme dévié sur notre Hadith, mais malheureusement pour eux, leur douze Imams n'ont pas les caractéristiques des douze Califes. Ils se sont arretés au chiffre douze seulement pour correspondre en apparence à notre hadith pour attirer les musulmans vers leur secte.

-C. Le Hadith des Ahl Bayt et l'Arche de Noé :

Les Chiites citent souvent ce hadith du livre al-Mustadrak de Hakim : « Les Ahlul Bayt sont comme l'Arche de Noé. Celui qui y monte est sauvé; celui qui s’en détourne péri. »

Ad-Dahabi dit dans son Talkhîs que ce hadith est forgé et que la chaîne de transmission est faible.

Quant aux Chiites Rafidith, voici la fable qu'ils rapportent :

Selon eux, le Prophète a dit : « Lorsque Dieu décida d’anéantir le peuple de Noé, il ordonna à Noé, de construire un grand bateau. L’Archange Gabriel descendit alors avec des clous pour la construction de l’arche. Parmi ces immenses clous, s’en trouvaient cinq des plus remarquables, qui brillaient de façon toute particulière, et sur chacun d’entre eux étaient gravés les noms d’une des cinq « Lumières » saintes du chiisme : Mohammad, Ali, Fatima, Hassan et Hossein.

Noé fixa chacun des cinq clous à une extrémité de l’Arche. A chaque fois qu'Il prenait un de ces clous, il se mettait à briller aussi fort qu’une étoile dans l’obscurité de la nuit.

« Et Nous le portâmes sur un objet [fait] de planches et de clous [l´arche] » Coran 54.14

Puis, le Prophète dit : « Quand dans le verset il est fait référence aux planches, il s’agit des poutres du bateau et quand sont mentionnées les clous, il s’agit bien de nous (Mohammad, Ali, Fatima, Hassan et Hossein) car si nous n’y avions pas été présents, l’arche n’aurait pas pu naviguer. » (Bihar al-anwar, tome 26)

Ainsi, sans les cinq noms de la famille d'Ali gravés sur les clous, Noé aurait coulé avec tous les animaux. Qu'ils sont superstitieux, ces Chiites.

Conclusion :

Les Chiites affirment que le dogme de l'Imamat est un pilier fondamental de la foi. Or, ce dogme est introuvable dans le Coran, alors que la croyance en Dieu, en ses anges, en ses envoyés, en ses livres, au destin et au jour dernier, y sont explicitement exposés.

Aucun verset dans le Coran ne mentionne qu'il y aura après Muhammed, des hommes infaillibles, divinement élu, dont l'obéissance est obligatoire, ayant la science infuse, et qui percevraient 20 % des revenus des musulmans.

Et Dieu a déclaré : "Nous n´avons rien omis d´écrire dans le Livre." (Coran 6.38)

Ainsi, en l'absence de preuve concernant le droit divin d'Ali et des Imams, les savants Chiites des quatre premiers siècles Hégirien, en ont déduit que le Coran aurait été falsifié par les Compagnons. Selon le Tafsir d'al-Ayyashi, qui compte parmi les commentaires chiites les plus importants, l'Imam Muhammad al-Baqir aurait déclaré : « S'il n'y avait pas eu d'additions et d'omissions dans le livre de Dieu, notre droit ne serait pas caché à ceux qui sont doués de compréhension. »

http://www.chiite.fr/imamat.html http://www.chiite.fr/imamat.html



Dimanche 10 Septembre 2017


Commentaires

1.Posté par Bina le 10/09/2017 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un site bien documenté, objectif dans son contenu et sans équivoque une bonne source d'information. Je recommande fortement. J'espère qu'il ne subira pas d'attaque "informatique".

Merci AlterInfo..

2.Posté par Saber le 10/09/2017 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celui qui a des insomnies , en lisant les délires chiites, dormira comme un bébé.

3.Posté par Youzarsif le 11/09/2017 01:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

18 Zil Hijja : Anniversaire de la Fête Musulmane de "Ghadir Khom", Jour marquant la continuité de la Prophétie par la Wilayah , félicitations à tous les Musulmans du monde.

La question de l’Imamat dans l'Islam
L’Imam Ali, désigné comme premier successeur légitime du Prophète Mohammad ( pslf )

Ce jour, 18 Dhil Hija, marque la date de la désignation officielle, sur l’ordre de Dieu, l’Imam Ali comme le légataire et le Successeur du Grand et Noble Prophète de l’Islam Mohemad Al Moustapha (PSLF) pour assurer la poursuite et la continuité du message et du mouvement de la Communauté Islamique vers le bonheur et la félicité.
En abordant cette question, nous n’avons nullement à l’esprit l’intention de raviser une polémique très ancienne déjà très coûteuse pour l’Islam et les musulmans et dont l’objet fut la principale cause de l’apparition des schismes au sein même de l’Islam.
Cette question de l’Imamat suscite des polémiques et des querelles entre les musulmans, si elle n’est abordée sous un angle politique qui est souvent difficilement évitable d’ailleurs.
Nous musulmans, nous avons tout l’intérêt à élargir l’entente qui n’empêchera d’aborder le débat avec le maximum de rigueur scientifique et d’objectivité.
Le Prophète savait pertinemment qu’après sa mort, la Communauté islamique allait perdre sa cohésion et se laisser entrainer dans des querelles et dans la sédition. Les ambitions et les passions les rendaient aveugles, au point d’entamer gravement les liens multiformes qui les unissaient auparavant.
Le point de départ de tout cela fut leur divergence au sujet du choix de leur chef après le Prophète (PSLF).
Se souciant de l’avenir du message et du mouvement islamique, le Prophète avait déjà désigné son successeur en l’occurrence Ali ibn Abi Taleb (as) pour parer à tout malentendu ou divisions qui mettraient en danger la marche de l’Islam au moment où deux sortes d’ennemis le guettaient : les Hypocrites, infiltrés dans tous les rangs et sous l’étendard de l’Islam et les ennemis de l’extérieur représentés par les deux empires Romain et Perse de l’époque.
Le Prophète se devait de confier la responsabilité de protéger l’Islam et la Communauté musulmane à une ou plusieurs entités qui en seraient capables.
Comment peut-on penser que le Prophète, qui a clarifié expressément tous les points de sa doctrine (comment manger, boire, se coucher, se doucher, se marier, parler, commercer en un mot vivre de manière normale) ait pu omettre d’évoquer l’avenir de l’Islam et la nécessité de protéger la Vérité dont il est porteur : l’existence même de la religion, voire de la Communauté musulmane.
Ce Prophète, qui fut doté de l’intelligence la plus parfaite parmi les hommes, ne saurait adopter un tel mutisme surtout quand on garde à l’esprit que sa disparition ne fut pas soudaine et brusque. En effet, lui-même en avait annoncé aux musulmans lors du pèlerinage d’adieu sa disparition en leur disant qu’il ne les reverrait pas lors du prochain pèlerinage.
Le Premier Khalife Abubakr (rat) lui-même a eu l’occasion de ressentir le poids de cette responsabilité qui lui incombait d’assurer la continuité du gouvernement et le vide qui résulterait de sa disparition : il ne laissa pas la communauté à elle-même. Il recommanda sur son lit de mort aux gens de suivre et d’obéir Omar ibn Al Khattab. Il considérait par conséquent de son devoir de désigner son successeur et d’y contraindre les musulmans à lui obéir.
Il en est de même pour le deuxième khalife Omar qui, après avoir été poignardé, et conscient de la gravité de la situation que sa mort pouvait entrainer, ordonna la constitution d’un comité de six personnes pour décider de sa succession.
Donc comment le Prophète (PSLF) aurait-il pu fermer les yeux sur une question aussi grave et sur le profond danger qui menaçait ainsi sa mission, alors que les gens venaient de sortir de l’ère de la Jahiliya ?
Aux personnalités réunies autour de son lit parmi lesquelles Omar ibn Al Khattab le Prophète dit : « Que l’on m’amène de l’encre et une omoplate afin que je vous écrive ce par quoi vous ne serez jamais égarés après sa mort » (voir Ahmed ibn Hanbal dans son livre nommé « Sahil ul Boukhari)
Cette tentative que rapportent aussi bien les sources chiites et sunnites et sur l’authenticité de laquelle elles s’accordent, est la preuve la plus éloquente du souci qu’avait le Prophète, dans les derniers instants de sa vie, d’assurer la continuité de l’Islam et des dangers qui allaient menacer cette religion après sa mort.
De nombreuse sources aussi bien sunnites que chiites attestent que le Prophète avait publiquement, à son retour du pèlerinage d’Adieu correspondant au 18 Dhul Hijja dixième année de l’Hégire, à Ghadir Khom, désigné son successeur en la personne d’Ali ibn Abi Taleb (as) devant tout le monde venu de tous les coins de l’espace islamique d’alors. Le Prophète (PSLF) fut très heureux du flot humain qui se pressait autour de lui : c’était la preuve que sa mission avait été bien accomplie. Quand les cérémonies du pèlerinage se furent achevées, la grande caravane appelaient Ghadir Khom.
Soudain, l’ordre fut transmis au Prophète par Archange Djibril (as) de la part de Dieu, d’arrêter la caravane. On s’arrêta et l’on attendit que les retardataires les rejoignent. Un tel ordre ne pouvait que surprendre les pèlerins : en effet, la chaleur torride et le soleil implacable rendaient l’endroit inclément.
Peu de temps après, se répandait la nouvelle qu’une révélation venait de descendre sur le Prophète, transmets ce qui t’est révèle de la part de ton Seigneur, ne le ferais-tu pas, tu n’aurais pas communiqué son message. Dieu te mets hors d’atteindre des gens. Dieu ne guide pas les mécréants » ? Quran, Sourate la Table Servie (al Ma’ida), verset 67. Ce verset est explicite quand à la gravité de l’ordre divin spécifique qui est donné cette fois au Prophète : si ce dernier venait à manquer à son devoir (non par désobéissance à Dieu) mais par peur des gens, sa faute serait telle que toute son action jusque-là aurait été nulle et vaine. En revanche s’il se conformait à l’ordre divin, il parachèverait sa mission, et la garantirait contre tout péril jusqu’à la fin des temps.
Le Prophète allait s’éteindre soixante-dix jours après cette révélation. Et pendant les 23 ans qui ont précédé, il s’était, sans relâche, voué à sa mission et s’était entièrement soumis aux ordres divins.
L’affaire était grave, le Prophète n’avait pas peur des hommes pour sa propre personne. Il avait peur des hommes pour sa religion. Or, Dieu le rassure pour cela en disant : « Dieu te met à l’abri du mal des gens ».
En outre, beaucoup de ceux qui se trouvaient être alors des compagnons du Prophète avaient des proches et des amis qui furent tués au combat par l’épée imparable de ce grand héros que fut Ali ibn Abi Taleb. Leur loi islamique n’était pas suffisamment profonde pour discerner entre la fidélité à Dieu et la fidélité à des amis et proches ennemis de la foi. Ils gardaient rancune à Ali, au lieu de voir en lui le combattant fidèle du Prophète. Les traditionalistes sunnites et chiites ont rapporté que le verset coranique précédent fut révèle à Ghadir Khom. Le Prophète recevait l’ordre divin de proclamer Ali comme son successeur.
A Ghadir Khom vint donc le moment de la prière de midi. Le Prophète la dirigea. Puis il se leva pour se préparer à prononcer l’un des prônes les plus importants de sa mission, et se conformer ainsi au commandement de son Seigneur. On dressa une chaire en empilant les bats des chameaux, et les bagages des pèlerins. Puis au milieu de cette foule rassemblée dans le désert et prête à l’écouter, le Prophète s’avança et monta sur la chaire afin que chacun le voie et l’entende.
Après avoir rendu grâce à Dieu, dont la puissance sur les choses est éternelle, le Prophète (PSLF) dit : « o gens ! Bientôt arrivera le moment où je serai appelé et je répondrai. Je serai certainement interrogé. Que diriez-vous alors ?
Les musulmans répondirent : « Nous attesterons que tu as transmis ton message que tu as combattu et que tu nous as conseillés et que Dieu t’en récompensera en profusion de bien ». Puis le Prophète dit : « N’attestez-vous pas qu’il n’est pas d’autre divinité que Dieu et que Mohammad est Son Serviteur et son Envoyé ; et que le Paradis est vrai que l’Enfer est vrai que la mort est vraie et que l’heure du jugement viendra sans aucun doute à son sujet et que Dieu fera revivre les gens des tombeaux ? ».
Ils répondirent, unanimes : « Certes oui, nous attestons cela ! » Puis le Prophète poursuivit : « Et je vous interrogerai au moment où vous serez amenés devant moi, au sujet des deux choses les plus lourdes, sur le façon dont vous vous comporterez à leur égard après ma mort ».
« La plus grande des deux choses lourdes est le Livre de Dieu qu’il soit exalté. Il est une corde dont une extrémité est dans la main de Dieu et l’autre dans vos mains. Saisissez-la bien, vous ne vous égarerez pas et vous ne changerez pas. L’autre chose lourde est la famille, les gens de la maison. Car le Subtil, qui est au fait de toute chose, m’a informé que ces deux choses lourdes ne se sépareront jamais jusqu’à ce qu’elles me rejoignent au Paradis ». Puis le Prophète appela Ali (as) le prit par la main et le hissa sur la chaire. Puis élevant la main d’Ali afin que tout le monde le reconnaisse, le Prophète dit : « O gens ! Qui est-ce qui a priorité sur vous avant même vos propres personnes ? Ils dirent : Dieu et Son Envoyé sont plus savants ». Le Prophète poursuivit : « Celui dont je suis le maître voici Ali qui sera son maître ».
«O Dieu sois l’ami de celui qui lui vouera son amitié, et sois l’ennemis de celui qui lui déclarera son inimitié. Accordes la victoire à celui qui le défendra et avilir et fais que la vérité le suivre partout où il sera ».
Puis, pour finir son discours, le Prophète demanda que les présents en transmettent la teneur aux absents.
C’est donc ainsi que fut désigné à la charge de l’Imamat, Ali ibn Abi Taleb (as) l’homme qui en était le plus digne et le plus qualifié. Et c’est ainsi que la mission prophétique se parachevait et atteignait sa perfection dans la proclamation et l’investiture d’Ali comme son successeur. Avant même que la foule des musulmans ne se disperse, l’Archange Djibril apporta au Prophète le verset suivant : « En ce jour, j’ai parachevé pour vous votre Religion, et j’ai complété pour vous Ma faveur, et je vous ai agréé l’Islam comme religion ». Quran, sourate La Table Servie (al-Ma’ida), verset 3.

CHEIKH CHERIF MBALLO
Président du Conseil Supérieur des Chiites Ahloul Beyt ( as ) du Sénégal

4.Posté par Bina le 11/09/2017 02:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'heure est grave.....mais parfois il faut bien un mal pour un bien.

5.Posté par YYY le 12/09/2017 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Les écrits qui sont de la main de l'homme (Hadith, Qissas, Bible et Thora.... falsifiés),qui sont des wouswess qui entravent, déforment la Vérité du Message/kitaba d'Allah sont le résultat des non croyants (kaifirin, mounafiquin, moublissin...), il y en a des tonnes et en toutes les langues. Ainsi, le Jour du jugement, ces gens et les suiveurs seront les perdants et ils ne seront pas secourus et l'enfer est créé pour cela, pour ceux-la.
Donc, le Message d'Allah est très simple:
Reconnaître le Créateur, reconnaître tous les Prophètes. Appliquer ce qui est juste (Qist) et est indiqué dans le Qor'an, matrice=omat de tout les Écrits/prédit/prescriptions afin de gagner, mériter sa place au Paradis.
Évidemment, sans oublier que le mal (shiit'an) est sur terre et que des épreuves nous sont infligés pour mettre à l'épreuve la foi de chacun.
Il en est que le monde/dounia est une demeure pour temps défini, où les épreuves sont difficiles.
Ce monde est un passage vers l'autre monde. Et Allah guide par sa bonté ceux qui LE reconnaissent. Ceux qui voient tout ce qu' Il a donné et qui atteste qu'Allah est le Créateur Unique, cela sont sur le bon chemin et Allah guide qui Il veut.

D' autre part, le premier successeur du Prophète Mouhamad (saaws) a été Saidana Abou Baker Seddik (ra) ainsi donc le 1er khalif=remplaçant. Un point c'est tout. Avec les aurait dû = lou-kana;= dire si c'était » peut-on refaire le monde?
Une faction=secte, la faction=al-ahzab chiite'an a généré les premières rebellions au sein des Mouslimin, c'est factuel.
Saidana Ali (ra) 4 eme Khalif, lui même, ne s'est pas rebellé contre les 3 premiers Khalifa!!!
C'est les factions chiite'an Zoroastre dans l’Âme, adorateur de Baal et qabaliste qui suivant la qabal des sionistes, sophistes et souffiste, ont été les dissidents cela depuis le départ. ( Ils font la même chose que les peuples précédant qu'Allah a détruits )...
Cela étant et sans étonnement, il est manifeste que les sionistes et les chiite'an tiennent le même discours. Ce discours est aux antipodes de ce qu'Allah a révélé.
C'est le même wouswes=suggestion sophiste souffiste diabolique qui se reflètent dans toutes le sectes, les gnoses... et c'est systématiquement le leurre ou la chimère e.i. Être un être qui serait un élu initié qui aurait le privilège d' une initiation de la science secrète...bla bla... en adorant un taghuth=Baal sous toutes ses formes.
Le message D' Allah étant très simple et clair ainsi chaque peuple de cette terre, notre temps et des temps à venir, peut se voir dans Al-Qor'an.


S 11 V 17 à écouter en arabe car les traductions sont orientés et faussent le message.
Ainsi Al-Qor'an est Oma-al kitaba, Imama, Rahma... pour les croyants, et j'en témoigne devant Allah.

I-ma-ma = qui est de cela e.i. Al-Qor'an.
Imma-ma = qui est/fait cela
al Imam = celui qui répéte/enseigne Al Imama
al- OM-mat= la «Homme vient de cela ----le radical OM = la mère/la patrie/matrice/famille/Homme.. le terme Homme vient du radical OM).

Le hiatus du terme israel: Ça ne veut pas dire Juif.
Bèni Isra-y-li = les enfants/la descendance élevé à moi.
Béni Isra-a-yli =les enfants/la descendance qui sont élevé à moi.
Sourate Al Isra = le voyage de l'élévation

Le hiatus du terme Youd par dysmorphie jew puis juif (confondu ou/et devenu des sionistes, des kaifirin...
Nombreux sont les Ya-Houdou (de toutes races) qui deviennent des; kaifirin
Ya-Houda = ceux/eux qui ont suivi/pratiquer Al-Houda (la guidée)
Ya-Houdou = suivi le prophète Houd(as) / suivez-suiveur Al Houda

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires